Juillet 1969- Juillet 2019 : l'Homme marchait sur la Lune il y 50 ans !

La Nuit des étoiles

LLa Nuit des étoiles

Affiche de la Nuit des étoiles le 2 août à Saint-Genis-LavalDans le cadre de la Nuit des étoiles organisée par l’Association Française d’Astronomie – AFA, la Société Astronomique de Lyon vous propose une soirée d’observation publique du ciel.

Le spectacle commence autour de 21 h 30, lorsque le Soleil est couché, avec l’apparition de la planète Jupiter, la géante de gaz. La deuxième planète visible est Saturne, la géante aux anneaux. Au-delà de ces deux planètes géantes vous pourrez bien sûr observer les étoiles et constellations classiques du ciel de nuit estival et peut être la galaxie d’Andromède et de nombreux amas.

Société astronomique de Lyon

Soirée de l’Observatoire de Lyon | Soirée spéciale « Lune »

SSoirée de l’Observatoire de Lyon | Soirée spéciale « Lune »

L’Homme a marché sur la Lune pour la première fois le 21 juillet 1969. A l’occasion de ce cinquantenaire, l’Observatoire de Lyon organise une soirée spéciale « Lune » : une conférence grand public, des ateliers et des observations seront proposés pendant cette soirée.

© Observatoire de Lyon

 

Un vendredi par mois, aux alentours du premier quartier de Lune, l’Observatoire de Lyon propose au public une soirée d’observations astronomiques. Ces soirées se font en partenariat avec la Société Astronomique de Lyon (SAL) et s’adressent à tous : petits (à partir de 7 ans) ou grands, passionnés ou néophytes.

 

La soirée du 12 juillet débutera à la tombée de la nuit par une conférence grand public Il y a 50 ans, Apollo 11 – passé et avenir de l’exploration spatiale habitée. 

Cette conférence sera donnée par deux chercheurs de l’Observatoire. Emmanuel Pécontal est chercheur au Centre de Recherche Astrophysique de LyonErwin Dehouck est chercheur au Laboratoire de Géologie de Lyon-Terre, Planètes, Environnement.

Puis, en fonction de la couverture nuageuse, les visiteurs pourront :

– Observer les astres dans le ciel grâce aux instruments d’observations de l’Observatoire et de la SAL.
 OU (si le temps est couvert) Visiter le site de l’Observatoire.

Enfin, deux ateliers vous seront proposés :

 Imaginer une base lunaire. Vous êtes un ingénieur de la NASA et vous avez pour mission de construire la première base lunaire pouvant accueillir des humains. Ce jeu de construction collaboratif vous fera découvrir toutes les facettes cachées de la Lune.

– Construire une carte du ciel. Vous pourrez fabriquer votre carte du ciel et devenir incollable sur les constellations visibles dans notre ciel tout au long de l’année.

Inscription obligatoire sur le site de l’Observatoire :

Soirée de l’Observatoire de Lyon

Soirée de l’Observatoire

SSoirée de l’Observatoire

Quelles sont les dernières avancées scientifiques en astronomie ? Que peut-on voir au télescope ? Pourquoi a-t-on appelé « Grande ourse » la constellation qui ressemble à une casserole ?

Un vendredi par mois, aux alentours du premier quartier de Lune, l’Observatoire de Lyon propose au public une soirée d’observations astronomiques. Ces soirées se font en partenariat avec la Société Astronomique de Lyon (SAL) et s’adressent à tous : petits (à partir de 6 ans) ou grands, passionnés ou néophytes.

 

La prochaine soirée aura lieu le vendredi 10 mai de 20h30 à 23h !

Renseignements et inscriptions sur le site de l’Observatoire.

Radioastronomie millimétrique | Avec C. Lefèvre

RRadioastronomie millimétrique | Avec C. Lefèvre

La toute première image d’un trou noir a été obtenue avec l’Event Horizon Telescope (EHT), un réseau de huit radiotélescopes sur 4 continents différents, conçu à cet effet et qui inclut le télescope de 30 mètres de l’IRAM. Cette image dévoile l’ombre du trou noir supermassif situé au cœur de la galaxie M87. L’IRAM est un des instituts majeurs pour l’astronomie dans le domaine millimétrique. 

Charlène Lefèvre, radioastronome, vous présentera l’Observatoire NOEMA, situé sur le plateau de Bure dans les Hautes-Alpes. Le projet NOEMA, composé actuellement de 10 radio-télescopes de 15 m de diamètre chacun, est en plein développement.  Cette évolution technologique est cruciale pour étudier les objets astronomiques. Ce réseau de radio-télescopes, le plus puissant de l’hémisphère Nord, permet notamment d’observer les objets jeunes tels que les étoiles en formation et les galaxies lointaines, mais aussi les molécules formées dans les objets interstellaires. Dans un premier temps, la radioastronome vous détaillera des résultats obtenus avec NOEMA, puis comment un réseau de télescopes peut être étendu à l’échelle mondiale en utilisant des instruments répartis sur toute la Terre.

Ce mode d’observation appellé VLBI (pour very long base interferometry) est à l’origine de la première image spectaculaire d’un trou noir révélée en avril 2019 !

Intervenante : Charlène Lefèvre, chercheure à l’Institut de Radioastronomie Millémétrique – IRAM – de Grenoble

Organisée par : Société Astronomique de Lyon

Plus d’information sur le site de :

Société astronomique de Lyon – SAL

L’âge sombre de l’Univers

LL’âge sombre de l’Univers

300 000 ans après les fulgurances du Big Bang, avec le refroidissement dû à l’expansion, la matière baryonique (celle dont nous sommes faits) devient un gaz neutre et transparent. L’Univers plonge alors dans une obscurité glacée.

Le milliard d’années qui suit échappe à la portée de nos instruments : trop tôt, trop loin. Ainsi deux évènements majeurs qui ont dû se produire sur cette période nous échappent : l’apparition des premières étoiles, et, plus tard, la re-ionisation du gaz par leur rayonnement. Ceci est bien frustrant, car ces deux dates sont essentielles pour comprendre la formation des galaxies qui va suivre peu après.

Le conférencier décrira comment en 2018, à partir d’une mesure originale du spectre du rayonnement de fond cosmologique dans les ondes métriques, on a réussi à dater ces événements, confirmant au passage la validité d’une hypothèse émise dès 1952 par M. Woothuysen, à partir d’un raisonnement assez subtil.

Mais la réalité va parfois au-delà des attentes, et nous aboutirons à une surprenante conclusion…

Intervenant : Francois Sibille, astronome

 

Société astronomique de Lyon – SAL

 

Mission Juno

MMission Juno

Le satellite Juno est entré en orbite autour de Jupiter le 5 Juillet 2016 et collecte depuis une masse considérable de données : champ gravitationnel, champ magnétique, abondance d’ammoniaque, émissions polaires, photographies de haute qualité …

Notre compréhension de Jupiter est améliorée, raffinée, et même en partie changée par une telle précision d’observation. Lors de cette conférence, Florian Debras évoquera les contributions majeures apportées par Juno dans l’étude de Jupiter. Notamment, Juno permet de contraindre les vents jusqu’à plusieurs milliers de kilomètres de profondeur, ainsi que la composition globale de la planète jusqu’à son cœur (si tant est qu’il y en ait un).

L’apport de Juno n’étant pas limité à ces seuls aspects, il évoquera aussi la structure étonnante du champ magnétique, la beauté particulière des pôles de Jupiter et la composition de l’atmosphère, de la tâche rouge aux jets équatoriaux.

 

Société astronomique de Lyon

Incompréhension face aux étoiles | #FDS2018

IIncompréhension face aux étoiles | #FDS2018

 

 

 

 

 

Aujourd’hui nous savons que les étoiles se forment par l’effondrement gravitationnel de nébuleuses de gaz, les nuages moléculaires.

Ce paradigme est établi depuis des siècles et pourtant la formation des étoiles reste une des grandes questions de l’astrophysique contemporaine.

Pour y voir plus clair sur ce mécanisme, assistez à une conférence où un doctorant vous présentera les récents progrès effectués dans le domaine, ainsi que les outils utilisés par les astrophysiciens.

Intervenant : Benoît Commercon, Doctorant à l’ENS de Lyon

Public visé : à partir de 11 ans | Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

SOCIETE ASTRONOMIQUE DE LYON

 

Consultez toute la programmation Fête de la Science 2018

en Métropole de Lyon et Rhône

La Nuit des étoiles

LLa Nuit des étoiles

Dans le cadre des Nuit des étoiles organisées par l’Association Française d’Astronomie – AFA , la Société Astronomique de Lyon – SAL vous propose une soirée d’observation du ciel.

Ce sera l’occasion d’assister au coucher de Vénus, de découvrir Mars, petite sœur de la Terre, qui sera au plus prés de la Terre, mais aussi de voir les planètes géantes Jupiter et Saturne au travers les télescopes des membres de la SAL.

Site de la SAL

Nuit des étoiles 2018

Soirée mensuelle de l’Observatoire de Lyon

SSoirée mensuelle de l’Observatoire de Lyon

DDescription de la soirée

Le 20 juillet, l’Observatoire de Lyon propose au public une soirée astronomique sur son site à Saint-Genis-Laval. Chaque soirée débute à la tombée de la nuit par au choix :

  •  Les Dernières Nouvelles du Ciel : conférence d’un astronome sur les dernières avancées scientifiques en astronomie dans le monde.
  • OU une séance de découverte du ciel en intérieur : partez à la découverte des astres que l’on peut observer dans le ciel.

Puis en fonction de la couverture nuageuse les visiteurs pourront :

  • observer les astres dans le ciel grâce aux instruments d’observations de l’Observatoire et de la SAL.
  • OU (si le temps est couvert) visiter le site de l’Observatoire et faire différents ateliers scientifiques.

La soirée est à partir de 7 ans. La soirée est sur réservation : l’inscription se fait par internet au lien suivant (attention les réservations ne seront possibles qu’à compter du 16 juillet).

TTarifs de la soirée

  • 6 € / adulte
  • 3 € / enfant (- de 18 ans)

Le règlement s’effectue sur place par chèque ou espèces. L’ouverture des caisses a lieu 30 min avant le début de la soirée. Merci de faire l’appoint si vous payez en espèces.

IInformations complémentaires

Ces soirées se font en partenariat avec la Société Astronomique de Lyon et s’adressent à tous : petits ou grands, passionnés ou néophytes.

 

L’Univers de Newton et Einstein – Energie et matière noires démystifiées | Thomas Buchert

LL’Univers de Newton et Einstein – Energie et matière noires démystifiées | Thomas Buchert

Le modèle de la cosmologie standard ne donne qu’une vision réduite de la structure de l’Univers, au regard de la généralité de la théorie de la gravitation d’Einstein…

Thomas Buchert exposera d’abord les éléments de la cosmologie newtonienne qui sont suffisants pour comprendre les modèles cosmologiques actuels, puis nous considèrerons la théorie de la gravitation d’Einstein dans toute sa généralité.Un survol de l’évolution historique du modèle standard de cosmologie vous permettra de comprendre comment sont apparus les concepts d’énergie noire et de matière noire.

Viendrons ensuite les principes généraux (Visuel Sciences et avenir) de la construction d’une cosmologie physique qui ouvre une nouvelle perspective pour expliquer les énergies obscures à partir des propriétés géométriques de l’Univers, en particulier, le rôle de l’espace et du temps dans le contexte d’une cosmologie inhomogène.

Intervenant : Thomas Buchert, Professeur, Centre de Recherche Astrophysique de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1, ENS de Lyon

Société astronomique de Lyon

 

Prochaines conférences

  • 18/05/19 Charlène Lefèvre, L’institut de radioastronomie millimétrique et les télescopes du plateau de Bure
  • 15/06/19 Guillaume Laibe, La formation des planètes