Pop’Sciences répond à tous ceux qui ont soif de savoirs, de rencontres, d’expériences en lien avec les sciences.

EN SAVOIR PLUS

Ruptures et crises, des moteurs de progrès dans l’histoire des sciences ? | Ruptures créatrices

RRuptures et crises, des moteurs de progrès dans l’histoire des sciences ? | Ruptures créatrices

A la rentrée 2022, le Collège des hautes études Lyon sciences (CHEL[s]) vous propose de suivre dans le cadre de son cours commun, une série de 12 conférences originales sur la thématique « Ruptures créatrices » qui sera traitée de manière pluridisciplinaire par les enseignants-chercheurs des 6 écoles du CHEL[s].

L’intitulé de « Ruptures créatrices » interpelle immédiatement par son aspect antithétique. D’un côté, la rupture peut évoquer la destruction, la désunion et l’interruption brusque d’une situation d’harmonie antérieure. De l’autre, la création a trait à l’invention, à la nouveauté, à la fécondité. Cette formule oxymorique entraine donc à envisager la dimension productive des ruptures : comment un processus de fracture, a priori destructeur, peut-il engendrer de la nouveauté ?

Chaque conférence dure 1h30 et laisse la place à un temps d’échange entre l’intervenant et le public. Par un choix de thématiques variées et faisant écho à des enjeux de société, le cours commun est pensé pour un large public.

 

  • Conférence du 29 septembre : Ruptures et crises, des moteurs de progrès dans l’histoire des sciences ?

« Dans son livre La structure des révolutions scientifiques, Thomas Kuhn développe l’idée d’une science progressant de manière discontinue avec des alternances de phases normales et extraordinaires. Nous allons donc explorer, en prenant quelques exemples issus de l’histoire des sciences biologiques et médicales, l’idée d’une science qui progresse avec des successions d’avancées révolutionnaires, de ruptures créatrices, de crises parfois violentes, suivies de phases d’évolutions rapides et de créations foisonnantes, et non pas comme une progression linéaire. Les ruptures pouvant être d’ordres divers : ruptures de pensées, ruptures technologiques et ruptures sémantiques. »

Intervenant : Lionel Zenner, Professeur en parasitologie et maladies parasitaires à VetAgro Sup

 

 

Plus d’informations ici :

Collège des hautes études Lyon sciences

Les paysages sonores naturels dans l’anthropocène comme reflets de la biodiversité

LLes paysages sonores naturels dans l’anthropocène comme reflets de la biodiversité

Découvrez une science nouvelle, la bioacoustique, à l’aide du biologiste stéphanois Nicolas Mathevon…

Tout paysage sonore peut être décrit en termes de géophonie, biophonie et anthropophonie.

La géophonie est l’ensemble des bruits provoqués par les phénomènes naturels non vivants. Comme le coup de tonnerre, le bruissement du vent dans les arbres, le grondement d’une cascade.

La biophonie regroupe l’ensemble des productions sonores des êtres vivants. À l’exception de celles de l’espèce humaine qui constituent l’anthropophonie.

Phénomène nouveau à l’échelle des temps géologiques, l’anthropophonie est à considérer comme une pollution, au même titre que les pollutions chimiques. Elle affecte les communications des animaux, leur répartition dans l’environnement, leur comportement alimentaire et, bien sûr, leur état physiologique et leur survie. Tant dans l’air que dans l’eau. Évaluer l’impact de l’anthropophonie sur le monde vivant, utiliser les paysages sonores pour mesurer la biodiversité sont les défis actuels d’une science récente, la bioacoustique.

Avec :

  • Nicolas Mathevon, professeur à l’Université Jean Monnet, de Saint-Étienne et membre senior de l’Institut universitaire de France, ancien professeur invité à l’University of California-Berkeley (2008-2009) et à la City University of New York (2015-2016)
  • Arnaud Tételin, illustrateur scientifique, artiste.

La collection des « portraits d’espèces » présentés lors de la semaine « A l’École de l’Anthropocène 2022« , propose de découvrir des êtres vivants autrement : une façon inédite d’envisager la biodiversité :

>> Découvrir la collection complète

Pour aller plus loin

Quelle place pour la biodiversité dans l’Anthropocène ?

QQuelle place pour la biodiversité dans l’Anthropocène ?

Cours public du biologiste Bernard Kaufmann

Parmi les phénomènes majeurs de l’anthropocène, la destruction de la biodiversité – par la conversion des espaces naturels, intensification agricole, changements climatiques, polluants, prélèvements, transports d’espèces invasives – représente le plus important impact de l’activité humaine sur le fonctionnement planétaire, à l’égal des 5 événements d’extinctions de masse détectés dans le registre fossile.

Le cours questionne le déclin de la biodiversité, l’importance de la diversité des gènes, des espèces et des communautés pour le fonctionnement des écosystèmes, ainsi que la place à donner à la biodiversité, en particulier au cœur de l’anthropocène urbain.

Intervenant : Bernard Kaufmann, maître de conférences en biologie de l’Université Claude Bernard Lyon 1

 

 

 

Au programme :

  • 1re séance : La biodiversité en crise – de la catastrophe annoncée aux solutions de voisinage.
  • 2e séance : Biodiversité, vivant et nature, services écosystémique et solutions fondées sur la nature : des concepts au terrain.
  • 3e séance : La crise de la biodiversité : est-ce si grave ?
  • 4e séance : Bouger, évoluer ou périr.
  • 5e séance : La crise de la biodiversité, les clés de l’action.

>>> Retrouvez les 5 séances du cours public 2022 de l’École urbaine de Lyon :

École urbaine : cours publics 2022

 

Les pouvoirs méconnus du microbiote, peuple de nos intestins

LLes pouvoirs méconnus du microbiote, peuple de nos intestins

Avec ses 100 000 milliards de bactéries, virus et autres micro-organismes, notre microbiote intestinal n’est pas seulement indispensable à la digestion. On lui découvre aujourd’hui un rôle toujours plus influent sur le système immunitaire, la croissance, et des maladies comme la dépression, le diabète ou la maladie de Crohn.

Longtemps cantonné au rôle de tuyauterie où transitent des aliments, le tube digestif a définitivement gagné ses galons d’organe noble et multifonctionnel. Promu « deuxième cerveau », fort de ses 500 millions de neurones répartis tout le long, notre intestin héberge en effet une foule de bactéries, phages, archées, virus et autres champignons non pathogènes affairés à notre bien-être quotidien. Ces 100 000 milliards de micro-organismes, qui se forment durant l’accouchement à partir de la flore fécale et vaginale maternelle, logent pour l’essentiel dans l’intestin grêle et le côlon, représentent plus de la moitié de nos cellules, et pèsent jusqu’à deux kilogrammes chez l’adulte. Baptisé « microbiote intestinal », cet écosystème n’en finit pas d’intriguer les biologistes.

« Le séquençage haut débit de l’ADN a déjà permis d’identifier plus de mille espèces microbiennes différentes dans l’intestin humain (le métagénome intestinal), mais certaines séquences génétiques ne correspondent à aucune espèce connue, pointe François Leulier, directeur de l’Institut de génomique fonctionnelle de Lyon. Nous sommes donc encore loin de connaître tous les acteurs de cette communauté ». Les interactions qui lient ces microbes entre eux, et celles existant entre cette population et son hôte, sont également constellées de points d’interrogations…

Lire l’article sur CNRS le journal

Ciné-Défis | Vincent Munier, éternel émerveillé

CCiné-Défis | Vincent Munier, éternel émerveillé

La Maison de l’Environnement vous invite à une projection gratuite sur un enjeu écologique : les Ciné-Défis !
Les films projetés vous permettent de comprendre les enjeux de notre décennie (tels que la réduction des déchets, les changements de consommation, les questions énergétiques ou la protection de la biodiversité).
Chaque projection est suivie de la présentation de défis proposés par des associations locales ou des collectivités pour que chaque participant·e puisse se saisir de ces enjeux et agir à son tour : projet collectif, chantier participatif, événement, campagne de sensibilisation…
Relevez le défi à votre tour !
🎥 Vincent Munier, éternel émerveillé 🎥 – Mercredi 27 avril
Synopsis : C’est une des rares personnes capables de tisser un lien entre l’homme et la vie sauvage. Partez sur les traces de cette figure de la photographie animalière. Est-ce que l’image qui émerveille permettra de faire prendre conscience de la fragilité de la vie sauvage ?
Pour en savoir plus :
Maison de l’environnement

 

Architectures végétales : petit manuel de construction botanique

AArchitectures végétales : petit manuel de construction botanique

De la majesté du tournesol à la délicatesse de la fougère, les végétaux produisent des structures aussi complexes qu’étonnantes. Feuilles, tiges, fleurs… comment les plantes parviennent-elles à s’organiser dans l’espace et dans le temps ? Peut-on s’inspirer de ces prouesses végétales ?

Cette conférence de Teva Vernoux, directeur de recherche CNRS au laboratoire Reproduction et Développement des Plantes, est proposée par le CNRS et le musée des Confluences dans le cadre de l’Année de la Biologie.

  • Entrée libre et gratuite
  • À partir de 16 ans
  • Conférence également accessible en direct sur Facebook et Youtube

En savoir plus

L’origine du monde. Une histoire naturelle des sols à l’usage de ceux qui le piétinent

LL’origine du monde. Une histoire naturelle des sols à l’usage de ceux qui le piétinent

Il héberge 25 % de la biodiversité connue et compose 75 % de la biomasse. Il assure le fonctionnement des écosystèmes terrestres, construit la fertilité des océans, régule les cours d’eau et le climat. Hélas, artificialisation, épuisement, salinisation ou pollution l’empêchent d’assurer ses services inestimables.

Marc-André Selosse nous invite à regarder ce monde invisible autrement et à repenser notre relation au vivant souterrain de façon plus respectueuse et durable.

Intervenant : Marc-André Selosse, biologiste et professeur au Muséum national d’histoire naturelle

>> Diffusion simultanée sur Facebook et YouTube

Plus d’informations sur le site du :

Musée des Confluences

Ciné-club : Les fils de l’homme

CCiné-club : Les fils de l’homme

En partenariat avec le CNRS, l’Aquarium Ciné Café propose un cycle de rencontres associant projections de films et rencontres avec des scientifiques.

Ce Ciné-Club balayera de grandes questions liées à la biologie, avec la projection du film Les fils de l’homme (Alfonso Cuarón, 2006).

Crise de la biodiversité, extinctions d’espèces, avancées récentes dans la compréhension de l’évolution… Que peut nous dire la science du futur de l’Humanité ? La projection sera suivie d’un échange avec Sylvain Charlat, chercheur CNRS au Laboratoire de Biométrie et Biologie Évolutive.

En savoir plus

Jamais seul ! | Voyage au pays des microbes

JJamais seul ! | Voyage au pays des microbes

Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations…

©M.A. Selosse

Les microbes ont toujours eu une mauvaise réputation auprès du grand public, et ce n’est pas avec la pandémie actuelle que leur image s’est améliorée : le microbe a été et est toujours inlassablement associé aux pathologies, considéré comme “parasite” néfaste pour l’homme, sa santé et ses activités économiques notamment agricoles !

Mais ne serait-ce pas un mauvais procès qu’on lui ferait, instruit par une méconnaissance de son monde, de sa richesse et de sa complexité ? Et si le microbe, tout au contraire était un élément moteur du vivant, de son évolution et de sa formidable diversité ? Et si celui-ci était au cœur des équilibres des écosystèmes ? Au regard de la recherche scientifique les microbes jouent en effet un rôle en tout point
essentiel : tous les organismes vivants, végétaux ou animaux, dépendent intimement de microbes qui contribuent à leur nutrition, leur développement, leur immunité où même leur comportement. Toujours pris dans un réseau d’interactions microbiennes, ces organismes ne sont donc et ne peuvent rester… jamais seuls !

Au fil d’un récit foisonnant d’exemples et plein d’esprit, venez vous émerveiller devant la complexité et la richesse du monde des microbes. Venez découvrir le rôle fondamental des symbioses microbiennes au niveau des écosystèmes, de l’évolution de la vie, du climat et des pratiques culturelles et alimentaires qui ont forgé les civilisations.

Pour sa 1re édition, à l’occasion de la Fête de la science 2021, « Beaujeu Science en Fête » vous invite à un voyage scientifique accessible à tous au cœur du monde microbien.
A l’issue de ce périple dans le monde microbien, vous ne pourrez probablement plus porter le même regard sur notre monde, alors… venez nombreux !

Conférence-débats animés par : Marc-André Selosse, auteur et professeur au Muséum d’Histoire naturelle de Paris. Grand spécialiste du domaine et passionné de diffusion du savoir.

Une séance de rencontre/dédicace avec M.-A. Selosse est prévue à la librairie « Les lettres minuscules » de Beaujeu, de 17h à 18h.

>> Pour en savoir plus, consultez le site de la :

ville de Beaujeu

Biologie et maladies infectieuses

BBiologie et maladies infectieuses

Le musée de sciences biologiques Dr Mérieux est dédié à la biologie, et à la lutte contre les maladies infectieuses. Il raconte comment les femmes et les hommes ont appris à connaitre les microbes, et à lutter contre les maladies que ces micro-organismes peuvent occasionner, par le diagnostic, la vaccination et les thérapies.

Ce musée raconte l’aventure des Mérieux, une famille de scientifiques pionniers tournés vers la santé publique mondiale, dont l’histoire a commencé à Lyon en 1897, puis s’est poursuivie à Marcy l’Etoile en 1917, un petit village de l’Ouest lyonnais devenu aujourd’hui un pôle majeur dans la lutte contre les maladies infectieuses.

Ancré dans le monde d’aujourd’hui et tourné vers le futur, le musée présente les grands enjeux de santé mondiaux. Il veut sensibiliser tous les publics, et particulièrement les jeunes pour qu’ils deviennent acteurs de leur santé, en comprenant mieux les microbes et ainsi mieux lutter contre les maladies infectieuses.

Le musée de sciences biologiques Dr Mérieux s’inscrit résolument dans l’actualité scientifique et médicale en proposant en concertation avec le conseil scientifique du musée des expositions temporaires, des animations et conférences sur les grands enjeux actuels de santé publique.

Les conférences proposées, en live ou en présentiel tout au long de l’année, sont enregistrées et disponibles sur la chaîne Youtube du musée.

  • Thématiques abordées : pandémies, zoonoses, coronoviroses, Covid-19, maladies émergentes…

>> Voir ou revoir les conférences :

Musée de sciences biologiques

 

Exemple de vidéo : Les pandémies