POP'SCIENCES FORUM : du 27 novembre au 5 décembre | CONSULTEZ LE PROGRAMME !

MT180 | Pas si bêtes nos oiseaux !

MMT180 | Pas si bêtes nos oiseaux !

La finale locale Université de Lyon du concours Ma thèse en 180 secondes (MT180) se déroulait jeudi 29 mars dans le Grand amphithéâtre de l’Université de Lyon. C’est devant une salle comble que les quatorze candidats, issus des établissements du site, ont présenté leurs sujets de thèse, entre humour et appréhension, avant l’attribution des trois prix du jury et du prix du public.

Concours international francophone lancé au Québec, Ma thèse en 180 secondes propose aux doctorants de présenter, devant un jury et un auditoire profane, leur sujet de recherche en termes simples et de façon vulgarisée. Chaque année, les regroupements universitaires participant présentent, après une finale locale, deux candidats à la demi-finale nationale.

Les finalistes

Samara Danel, doctorante à l’Université Lumière Lyon 2, a remporté le second prix du jury pour sa thèse intitulée « Cognition physique chez l’oiseau : domaine général ou adapté ? », en démontrant que les oies et les linottes ne sont pas si bêtes qu’on le croit !

C’est Louise Souquet qui a remporté le premier prix du jury, pour sa thèse sur « l’étude des patrons de variation intraspécifique et de covariation chez les éléments conodontes », menée à l’ENS de Lyon. Derrière cet intitulé mystérieux, elle s’intéresse à l’origine de nos dents et leur capacité de régénération, en étudiant celles d’un petit animal préhistorique.

.

Hadrien De Blander, de l’Université Claude Bernard Lyon 1, a remporté le troisième prix avec sa thèse « Plasticité cellulaire et initiation tumorale dans le modèle du cancer du sein » en filant la métaphore Jedi. Il a par ailleurs remporté le prix du public suite au vote des spectateurs présents hier soir.

Louise et Hadrien iront donc à Paris pour défendre les couleurs de l’Université de Lyon lors de la demi-finale nationale, du 5 au 7 avril 2018, avant la finale internationale qui se tiendra à Lausanne le 27 septembre 2018.

Plus d’infos

Écrans le soir et sommeil chez les jeunes #MauvaiseIdée

ÉÉcrans le soir et sommeil chez les jeunes #MauvaiseIdée

La lumière est indispensable à la vie. Elle est le plus puissant synchroniseur de notre horloge biologique et de notre sommeil. Elle est aussi impliquée dans un ensemble de fonctions dites ‘non-visuelles’, telles que la mémoire, la vigilance, la cognition, l’humeur, et le métabolisme. Une mauvaise hygiène de lumière – trop peu de lumière le jour ou trop d’écrans le soir, peut avoir des conséquences sur la santé.

Conférence proposée par Claude Gronfier, chercheur (Inserm) Institut Cellule Souche et Cerveau dans le cadre de la Semaine du cerveau et de la Journée du sommeil.

Consultez l’ensemble du programme sur le site national de la Semaine du cerveau

Dans la tête des bébés

DDans la tête des bébés

Une dizaine de babylabs en France font avancer la recherche sur l’apprentissage chez le nourrisson. Des maths au langage, les expériences imaginées par les chercheurs mettent en lumière les surprenantes capacités cognitives des bébés.

Jean-Rémy Hochmann et Olivier Mascaro, chercheurs à l’Institut des sciences cognitives Marc-Jeannerod présentent le dernier-né des babylabs français, ouvert en décembre 2016.

Pour consulter l’intégralité de l’article, rendez-vous sur le site de CNRS le Journal