Dans les ports antiques, les peuples échangent et fraternisent

DDans les ports antiques, les peuples échangent et fraternisent

Cet article est extrait du Pop’Sciences Mag #6 : Océan, une plongée dans l’invisible

Par Cléo Schweyer   |   4 juin 2020


Dans les ports de l’époque étrusque (IXe au Ier siècle avant Jésus-Christ), les peuples pratiquent les mêmes cultes et nouent des alliances commerciales et familiales.

« La fraternité est indispensable pour s’en sortir dans le commerce international : fraternité familiale, fraternité entre les concitoyens et fraternité religieuse », souligne Pascal Arnaud, archéologue et spécialiste de l’histoire maritime. « Les familles se transmettent, de génération en génération, des tessères d’hospitalité : de petites tablettes qui prouvent les liens noués avec une autre famille, dans un autre comptoir maritime », raconte ainsi l’étruscologue Gilles Van Heems. Il rappelle que les comptoirs, implantations maritimes et commerciales, sont loin du modèle colonial que l’on a souvent en tête aujourd’hui. Ce sont des espaces d’ »interculturation », comme à Lattes (Languedoc) où les Gaulois étaient fortement impliqués dans la gestion du commerce.

Les célèbres lamelles de Pyrgi, des tablettes d’or gravées apposées sur les portes du temple de la cité portuaire, sont rédigées en étrusque et en phénicien. /DR

Dans les zones portuaires, des marins de toute la Méditerranée prient épaule contre épaule au sein des mêmes sanctuaires. « Les divinités universelles se développent très rapidement en contexte maritime. Le temple, c’est la digue qui ne cède pas quand les autres digues ont cédé », éclaire Pascal Arnaud. Les célèbres lamelles de Pyrgi, des tablettes d’or gravées apposées sur les portes du temple de la cité portuaire, sont rédigées en étrusque et en phénicien. Le sanctuaire était d’ailleurs consacré à la déesse Uni, qui est l’équivalent de Héra Les célèbres lamelles de Pyrgi, des tablettes d’or gravées apposées sur les portes du temple de la cité portuaire, sont rédigées en étrusque et en phénicien. pour les Grecs et d’Astarté chez les Phéniciens.

Notre vision de la vie en Méditerranée est ainsi en partie fausse : nous imaginons à tort un monde grec côtoyer un monde étrusque, sur le modèle des états-nations modernes. Dans la Méditerranée antique, on trouve au contraire des espaces linguistiques ouverts, où la notion d’identité nationale telle que nous l’entendons n’existe pas. « On pense avec les idées de son temps », résume Pascal Arnaud. Un regard que l’archéologie d’aujourd’hui contribue à renouveler.