POP'SCIENCES FORUM : du 27 novembre au 5 décembre | CONSULTEZ LE PROGRAMME !

Une expérience de la vie d’un migrant

UUne expérience de la vie d’un migrant

Que peuvent avoir en commun des migrants, des chercheurs et une metteuse en scène ? Si vous donnez votre langue au chat, c’est que vous ne connaissez pas l’expérience théâtrale « une communication (im)possible? ».

CCommunication (im)possible : une performance théâtrale

À l’origine, « communication (im)possible » est un projet de recherche qui s’intéresse à l’intercompréhension entre personnes qui ne parlent pas la même langue, en particulier entre migrants et personnels de santé. Ce projet cherche ainsi à décrire les ressources utilisées par les personnes pour surmonter les obstacles linguistiques. Les chercheurs du laboratoire d’excellence ASLAN ont eu l’idée de travailler avec une metteuse en scène afin de construire une mise en situation fictive du public comme migrant. Celui-ci ne comprend au départ ni son rôle, ni la langue de son interlocuteur. À lui de trouver d’autres moyens pour communiquer.

Pour en savoir plus sur cette « expérience de la vie d’un migrant », retrouvez l’article sur le site du LabEx ASLAN.

CLIQUER ICI

Le langage : des origines à Twitter

LLe langage : des origines à Twitter

Depuis que des êtres vivants communiquent oralement sur Terre, une formidable vague de diversification a traversé les âges en accompagnant l’évolution des espèces. Aujourd’hui, le langage, tel qu’il se reflète dans une multitude de langues, est intimement lié à l’humanité. Pourtant une langue, l’anglais, semble massivement dominer la communication sur la planète.

Quelles conséquences cela a-t-il sur les autres langues ?

Cette question peut être replacée dans un ensemble d’interrogations plus vaste sur les processus d’émergence du langage et de transmission des langues. Le langage est-il inné ou acquis ? Comment évolue-t-il ? Comment et pourquoi des langues apparaissent ou disparaissent-elles ? Quelles conséquences les nouvelles technologies de communication ont-elles sur ces changements ?

«L’homme n’est pas le seul animal capable d’utiliser un langage pour exprimer ce qui est en train de se produire dans son esprit et capable de comprendre plus ou moins ce qui est exprimé de cette manière par un autre.»

En écrivant ces lignes en 1871, Darwin traduisait une réflexion qui touche chacun d’entre nous : d’où vient ma capacité à exprimer une pensée, à comprendre l’autre ? Le langage est-il le propre de l’espèce humaine ? Qu’est-ce qu’une langue ? Et « Twitter », c’est du langage ?

En quatre temps, découvrez des éléments de réponse à ces questions sur les origines du langage, sur l’impact des changements technologiques et sociaux sur la diversité et les usages des langues, ainsi que sur ce qui lie le langage humain à la communication à l’œuvre chez d’autres espèces.

  • Florence Levrero est enseignante-chercheure en communication animale, Neuro-PSI (Université Paris Sud, CEA, INRA, INSERM, CNRS, Université Jean Monnet Saint-Étienne) >Langage humain et communication animale : Quelles similitudes, quelles différences ?
  • Christophe Coupé travaille sur les origines du langage et de la cognition humaine, chargé de recherche au Laboratoire DDL (LabEx ASLAN/ CNRS, Université Lumière Lyon 2) >Aux origines du langage humain
  • Colette Grinevald est spécialiste des Langues en Danger et de leur revitalisation, professeure émérite de l’Université Lumière Lyon 2 et membre du Laboratoire DDL (LabEx ASLAN/ CNRS, Université Lumière Lyon 2) >Aujourd’hui des milliers de langues ; et demain ?
  • Jean-Philippe Magué travaille en sociolinguistique des réseaux sociaux numériques. Il est enseignant-chercheur de l’ENS de Lyon et membre du Laboratoire ICAR (LabEx ASLAN/ CNRS, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2) >Les langues à l’ère de Twitter

Animation : Raphaël Ruffier-Fossoul (rédacteur en chef du mensuel Lyon Capitale)

Partenaires :

   newgiantlogo  

 

Découvrez d’avantage de ressources sur le langage, ses origines, ses mutations et ses pratiques sur le blog Et si on en parlait

D’une langue à l’autre

DD’une langue à l’autre

Projection-débat avec la réalisatrice Nurith Aviv autour de son film documentaire « D’une langue à l’autre ».

Avec D’une langue à l’autre (Mesafa lisafa), Nurith Aviv utilise la forme du film-essai pour penser le rapport intime entre le sujet et ses langues. L’originalité de son approche consiste à aborder cette problématique à travers une parole vive soutenue par la voix et le corps. La cinéaste mène une véritable recherche qui fait passer la réflexion abstraite par le sensible. Elle met en scène une langue, l’hébreu, et l’interroge sous divers angles : poétique et politique, religieux et profane.

Dans ce documentaire, écrivains, poètes et artistes décrivent, à partir de leur propre histoire, le lien intime, souvent ambivalent et conflictuel, tissé entre l’hébreu, langue apprise et adoptée, et l‘autre langue, la langue de leur enfance. Ils évoquent ainsi le passage de la langue de l’enfance, « celle qui est comme du lait maternel », à l’autre langue, l’hébreu, parlé en Israël. Si cet hébreu a pu s’imposer en quelques décennies, cela n’a pas toujours été sans violence.

Intervenants

Nurith Aviv a réalisé douze films. Première femme à être reconnue comme directrice de la photographie par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), elle a fait l’image d’une centaine de  films de fictions et de documentaires. Elle enseigne dans des écoles de cinéma, en France, en Allemagne, et en Israël. Elle a aussi réalisé, pour le laboratoire de recherche d’Arte et l’émission Die Nacht, des petits films expérimentaux.

Les recherches de Laura Abou Haidar, Maîtresse de conférences en Sciences du langage : linguistique et phonétique générales (Université Grenoble Alpes), porent sur l’analyse phonétique de la parole (expérimentale, corrective, clinique).

Touriya Fili-Tullon, Maîtresse de conférences en littératures francophones, comparées, chercheure au laboratoire Passages XX-XXIe, s’intéresse aux littératures francophones et arabophones du Maghreb et du Machrek, aux littératures diasporiques et aux rapports entre mémoire, littérature et arts