Suite aux mesures sanitaires prises concernant l'épidémie de Covid-19, les évènements en présentiel sont annulés jusqu'à nouvel ordre. Pop'Sciences reste mobilisé pour vous informer sur l'actualité scientifique et proposer des rendez-vous en distanciel.

Les multiples déclinaisons du Torse du Belvédère | Collections & Patrimoine

LLes multiples déclinaisons du Torse du Belvédère | Collections & Patrimoine

Aujourd’hui, on vous fait découvrir une œuvre très célèbre… Sans tête, ni bras, ni jambes ! Il s’agit du Torse du Belvédère.

Le Torse du Belvédère est une œuvre en marbre sculptée par Apollonios, au 1er siècle av. J.-C., aujourd’hui conservée en Italie, au Vatican (inv. 1192).

Le MuMo en conserve un moulage réalisé vers 1893 par Michele Gherardi, un mouleur romain qui a réalisé de nombreux moulages de notre collection. On le trouve dans la section consacrée au corps masculin (inv. L764).

Il s’agit d’une œuvre frappante : un corps sans tête, sans bras, dont les jambes s’arrêtent au niveau des genoux. Le torse est nu, en position assise et penchée en une torsion vers l’avant. Les muscles, compressés par le mouvement du buste, sont représentés de façon assez naturaliste. Le sculpteur a saisi le corps dans une attitude inhabituelle. Sous les jambes, une phrase est inscrite, nous donnant l’identité de l’artiste : « Apollonios, fils de Nestor », personnage complètement inconnu par ailleurs.

© C. Mouchot – Université Lumière Lyon 2

On ne sait pas dans quelles circonstances cette œuvre antique a été retrouvée, mais il semblerait qu’elle se trouve dans la collection du cardinal Colonna* vers 1435, puis qu’elle soit passée au sculpteur Andrea Bregno* vers 1500. Celui-ci meurt en 1506, et on retrouve alors le Torse dans la cour des statues du Belvédère. En 1770, à la création du musée Pio-Clementino (Vatican), l’un des premiers musées modernes, le Torse est exposé dans le vestibule rond, lieu dédié aux œuvres les plus prestigieuses.

En 1797, le Traité de Tolentino, qui instaure la paix entre le France, l’Italie et le Vatican, stipule que le Torse doit être cédé aux Français : il fait une entrée triomphale à Paris en juillet 1798. Il est exposé au sein du Palais du Louvre en 1801… Avant d’en être retiré en 1815, et restitué au Vatican, où on le trouve encore aujourd’hui, salle des Muses.

L’identification du Torse a fait couler beaucoup d’encre. On l’a d’abord pris pour un Héraclès représenté filant à l’aide d’une quenouille ou au repos après avoir réalisé ses travaux, car il porte une peau de bête.

Les spécialistes s’accordent aujourd’hui à dire qu’il s’agit en réalité d’Ajax*, méditant son suicide. Lors de la Guerre de Troie*, Ajax et Ulysse* se disputent les armes d’Achille*, mort au combat. Ulysse gagne le droit de remporter ces armes, ce qui rend Ajax fou : il parcourt le campement des Grecs, et croyant tuer Ulysse et rétablir la justice, il décime en réalité un troupeau de moutons. Rayé par tous, il se pourfend lui-même de son épée.

Cette œuvre est très admirée par Michel-Ange*, et reprise par Vésale*, qui la représente en écorché en 1453 dans ce qui est l’un des premiers traités de médecine moderne : De humani corporis fabrica.

©Association française d’Urologie

On en fait de nombreuses reproductions dès le XVIIIe siècle : on en trouve un moulage à l’Académie de France à Rome, à la Royal Academy de Londres.

Notre moulage a été réalisé par Gherardi, mouleur à Rome, qui mentionne dans une de ses factures adressées au musée des Moulages « torse Vatic. Salle des Muses ». Ce document est conservé au Pôle Archives de l’Université Lumière Lyon 2.

Vous pourrez aller juger à quel point Vésale ou Michel-Ange se sont inspirés de cette œuvre dans leur travail dès la réouverture du musée : vous le trouverez dans la halle d’exposition du MuMo, dans la section consacrée au corps masculin.

 

 

Glossaire

*Cardinal Colonna : Prospero Colonna (1410-1463) est un cardinal italien, issu de la prestigieuse famille Colonna qui a fourni pas moins de 16 cardinaux à l’Église, du XIIIe au XVIIIe siècle.

*Andrea Bregno : Andrea Bregno (1418-1506) est un architecte et sculpteur italien qui travaille à Rome dans la seconde moitié du XVe siècle. Il y réalise de nombreuses sépultures de cardinaux. L’un de ses derniers chantiers l’amène à côtoyer le jeune Michel-Ange.

*Cour du Belvédère : Cette cour très célèbre du Vatican a été créée par l’architecte Bramante vers 1508. Cette cour permet de rejoindre le Palais du Vatican et le Palais du Belvédère par une succession de terrasses. Cette cour était l’écrin des sculptures antiques les plus prestigieuses de la collection pontificale.

*Ajax : Il s’agit de l’un des nombreux héros de la Guerre de Troie. Très célèbre pour ses combats contre Hector et Ulysse, l’île de Salamine lui rendait un culte particulier.

*Achille : il s’agit d’un héros, fils de Thétis et Pélée. Sa mère le plonge dans le fleuve des Enfers alors qu’il est enfant, et il devient ainsi invulnérable, sauf au niveau du talon car c’est par là que Thétis le retenait en l’immergeant dans le fleuve. Durant la Guerre de Troie, il trouve la mort, touché au talon par une flèche de Pâris.

*Guerre de Troie : Il s’agit d’un épisode mythologique très célèbre, qui voit s’opposer au cours de grandes batailles les Grecs et les Achéens. La guerre est déclenchée par l’enlèvement d’Hélène par Pâris, qui en est tombé éperdument amoureux. Mais Hélène est mariée à Ménélas, qui assiège Troie dans l’espoir de récupérer sa femme. Cela donne lieu à de nombreux affrontements entre les hommes mais aussi entre les dieux.

*Ulysse : il s’agit d’un héro grec. Il est l’un des protagonistes de l’Iliade et surtout le personnage principal de l’Odyssée, les deux grands récits fondateurs de la mythologie grecque. Roi d’Ithaque, Ulysse est célèbre pour son intelligence qui lui permet de se sortir des nombreuses embuches qui se trouvent sur le chemin qu’il emprunte au retour de la Guerre de Troie.

*Michel-Ange : De son nom complet Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni (1475-1564) est l’un des artistes les plus célèbres du XVIe siècle en Italie : sculpteur, dessinateur, architecte, peintre, il a laissé des œuvres de premier plan dans tous ces domaines (citons la peinture de la voûte de la Chapelle Sixtine, la conception du dôme de Saint-Pierre de Rome ou encore le Moïse, sculpture intégrée au tombeau du Pape Jules II).

*Vésale : André Vésale (1514-1564) est un médecin passionné d’anatomie. Il devient le médecin personnel de Charles Quint puis de Philippe II de Habsbourg, ce qui l’amène à beaucoup voyager. Il est l’auteur d’un précis d’anatomie qui s’attache à représenter les organes humains et à corriger les erreurs qu’il constate chez Galien, la référence des médecins du XVIe siècle. C’est entre autre lui qui donne à la dissection et l’observation scientifique leurs lettres de noblesse.

Lina Roy – Musée des moulages – Université Lumière Lyon 2

En savoir plus :

MuMo