Globoscope

GGloboscope

Une multitude de sphères lumineuses digitalise l’espace et le transforme en univers mouvant multi sensoriel.

Globoscope est une œuvre immersive composée d’une multitude de sphères lumineuses. Par ce dispositif technologique, Collectif Coin propose une représentation digitalisée de l’espace. Disposé en fonction des caractéristiques du lieu, chaque « point », chaque « pixel » qui compose ce paysage, est relié à l’ensemble par les mouvements sonores et lumineux qui le traversent. Les Mathématiques, le Son, la Lumière, sont alors utilisés pour représenter, transformer, augmenter un espace, et offrir au spectateur une promenade surréaliste.

Laboratoire artistique basé à Grenoble, Collectif Coin s’attache à la production d’installations et de spectacles aussi bien monumentaux qu’intimistes. Résolument transdisciplinaire et ancré dans les arts numériques, Collectif Coin manipule principalement la lumière, le son et le corps.

Musicien, scénographe, ingénieur en physiques appliquées et bidouilleur infatigable en électronique et microcontrôleur, Maxime Houot crée des installations et spectacles organiques en gardant le regard qu’il avait à 10 ans : rêveur et naïf, inquiet mais émerveillé, le tout contrebalancé par soif de précision et son esprit critique.

En savoir plus :

Ville de Saint-Priest

Là où les eaux se mêlent | Biennale d’Art contemporain

LLà où les eaux se mêlent | Biennale d’Art contemporain

oeuvre de la biennale d'art contemporain de Lyon

15e biennale MAC Lyon 2019-© Blaise Adilon

15e édition de la Biennale d’art contemporain de Lyon

Grâce à la mise à disposition du site exceptionnel des Usines Fagor, qui se déploie sur plus de 29 000 m² au cœur de Lyon, cette 15e édition prend une ampleur sans précédent. Avec cette immense friche industrielle, l’intégralité du Musée d’art contemporain, des interventions sur toute la métropole et en région Auvergne-Rhône-Alpes, c’est un champ d’expérimentation hors norme qui s’offre aux artistes et donne à la manifestation une dimension nouvelle.

Le commissariat est confié à l’équipe curatoriale du Palais de Tokyo.
Isabelle Bertolotti, directrice du macLYON, est la nouvelle directrice artistique de la Biennale.

Là où les eaux se mêlent est conçue comme un écosystème, à la jonction de paysages biologiques, économiques et cosmogoniques. Elle se fait ainsi le témoin des relations mouvantes entre les êtres humains, les autres espèces du vivant, le règne minéral, les artefacts technologiques et des histoires qui les unissent.

En écho à la géographie même de Lyon, Là où les eaux se mêlent est le titre, emprunté à un poème de Raymond Carver, de la 15e Biennale d’art contemporain. Elle investit pour la première fois, outre le macLYON et de nombreux lieux associés, les halles désertées des anciennes Usines Fagor, situées au coeur du quartier Gerland.

Une cinquantaine d’artistes de toutes générations et nationalités, dans une distribution paritaire, sont invité.e.s à concevoir des œuvres in situ.
Au macLYON : Nina Chanel Abney, Gaëlle Choisne, Daniel Dewar & Grégory Gicquel, Jenny Feal, Karim Kal, Renée Levi, Josèfa Ntjam et Aguirre Schwarz.

En savoir plus :

mac Lyon

Rencontres Montagnes et Sciences | 6e édition

RRencontres Montagnes et Sciences | 6e édition

Festival de film d’aventure scientifique en montagne, les Rencontres Montagnes et Sciences ont été initiées en 2014 et coordonnées par un chercheur du CNRS à l’Institut des Sciences de la Terre (ISTerre) et une chercheuse CNRS à l’institut des Géosciences et de l’Environnement (IGE, anciennement Laboratoire de Glaciologie et de Géophysique de l’Environnement – LGGE).

Depuis 2015, c’est sous la bannière de l’Association Montagnes et Sciences, association loi 1901, que ces rencontres sont coordonnées. Les objectifs de l’association sont les suivants :

  • Rendre attractifs et accessibles les métiers scientifiques et techniques ; attirer les jeunes, notamment le public 15-25 ans, vers la science, la recherche, les études scientifiques et techniques
  • Valoriser le travail des chercheurs
  • Valoriser les territoires de montagne
  • Apporter une meilleure connaissance de ses espaces naturels et culturels, dans un esprit d’éducation populaire, et de sensibiliser aux problématiques de protection de l’environnement
  • Encourager la création cinématographique et audiovisuelle en conseillant les porteurs de projet, et en organisant des manifestations rapprochant scientifiques, réalisateurs, producteurs et diffuseurs
  • Sensibiliser les scientifiques à la nécessité de communiquer vers le grand public
  • Sensibiliser les médias et les journalistes à la richesse de l’actualité des sciences
  • Montrer la capacité des territoires de montagne à s’adapter aux changements globaux et à innover

La 6e édition aura lieu le mardi 14 janvier

PProgrammation pour les scolaires

  • Séance à 10h | Entrée à partir de 9h30 : priorité aux primaires – fin de séance à 11h30 (films Mergules et Marchalp)
  • Séance à 14h | Entrée à partir de 13h30 : priorité aux collèges et lycées – fin de séance 16h20 (tous les films)

PProgrammation grand public

  • A partir de 19h30

 

En savoir plus :

Rencontres Montagnes et Sciences

 

Jeudis MMI | Numériser le réel : acquisition et reconstruction de surfaces

JJeudis MMI | Numériser le réel : acquisition et reconstruction de surfaces

Comment aller au musée sans se déplacer, en explorant les objets sous toutes leurs coutures, depuis son canapé ?

Grâce aux progrès des techniques de numérisation, nous pouvons maintenant reconstituer avec une grande précision des objets archéologiques ou artistiques virtuellement. Dans cet exposé, nous verrons comment se passe l’acquisition laser des objets, et comment cette acquisition laser est transformée en une surface numérique manipulable sur un ordinateur. Finalement nous nous intéresserons à la restauration de statues archéologiques à partir de numérisations.

Cette conférence est proposée dans le cadre du nouveau cycle les « Jeudis MMI » qui propose chaque mois un exposé sur le thème de l’exposition Sous la Surface, les maths, à savoir les jeux vidéo, les films d’animation et la 3D, et/ou une visite de celle-ci par son commissaire, Olivier Druet (CNRS, Lyon 1). Les orateurs proviennent du monde académique ou industriel. 

 

Plus d’informations sur :

 

 

Les rêveries lumineuses de Léonard | Fête des Lumières 2019

LLes rêveries lumineuses de Léonard | Fête des Lumières 2019

Présenter un projet à la Fête des Lumières c’est affirmer le formidable potentiel de l’Université de Lyon en matière de recherche et de formation. C’est aussi stimuler les qualités créatives des étudiants et de l’ensemble de la communauté universitaire en créant un nouvel espace de création et de production. Le projet de l’Université de Lyon se veut être le fruit d’une collaboration étroite entre artistes, étudiants, et citoyens lyonnais, associés aux chercheurs et enseignants, tant sur la conception de l’œuvre que sur sa réalisation.

L’idée se dessine autour d’un parcours lumineux immersif au sein d’un cabinet de curiosités, conçu à partir des travaux de Léonard de Vinci sur l’ombre et la lumière. Cette thématique a été retenue, car l’œuvre de Vinci est au carrefour de nombreuses disciplines (lumière, optique, vision, peinture, mécanique, cinétique…) qui constituent un matériau riche et inspirant. Elle s’inscrit également dans l’année 2019, année consacrée à Vinci pour le 500e anniversaire de sa disparition.

Dans le cadre d’ateliers de conception et de réalisation, dès le mois d’octobre, une centaine de participants volontaires ont conçu et réalisé les œuvres qui seront présentées au sein du jardin de la Fondation Bullukian du 5 au 8 décembre.

Direction artistique : Christine Richier, conceptrice lumière et co-responsable du master Conception Lumière de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Techniques du Théâtre de Lyon (Ensatt), Tom Huet, scénographe et plasticien de la lumière et Julie Lola Lanteri, conceptrice lumière, plasticienne et intervenante en écoles d’art.

Les rêveries lumineuses de Léonard

 

A la conquête de l’espace

AA la conquête de l’espace

A la conquête de l’espace, regards croisés sur les représentations, croyances et techniques autour de l’exploration spatiale

Afin de célébrer le 50e anniversaire des premiers pas de l’Homme sur la lune, l’Université Lumière Lyon 2, en partenariat avec le Théâtre des Célestins et l’Université Claude Bernard Lyon 1 (Observatoire de Lyon), organise une table-ronde autour de la conquête de l’espace.

De la découverte par Galilée de l’héliocentrisme, aux campagnes de fake news qui ont accompagné les premiers pas de l’Homme sur la lune, en passant par l’histoire de la science astronomique, des artistes et des chercheurs pluridisciplinaires reviendront sur les grands enjeux de l’exploration – intellectuelle et physique – du ciel et des astres.

Intervenant·es :

  • Claudia Stavisky – directrice du théâtre des Célestins et metteure en scène
  • Philippe Torreton – acteur [sous réserve]
  • Emmanuel Pécontal – Université Claude Bernard Lyon 1
  • Patrick Thollot – ENS de Lyon
  • Jean Kempf – Université Lumière Lyon 2
  • Martin Barnier – Université Lumière Lyon 2

Modérateur : Samuel Belaud.

En savoir plus

 

Imposture posthume

IImposture posthume

Nous sommes en 2099, ce temps futur où les robots ont supplanté les êtres humains. Imposture posthume est un voyage halluciné, entremêlant fiction, dystopie, projection dans le temps et récit intime, dans un équilibre exquis et jouissif.

À l’aube des révolutions technologiques en cours, Imposture posthume est une véritable expérience qui nous déstabilise autant qu’elle nous fait rire et nous laisse en bouche un petit arrière-goût d’incertitude quant aux possibles bouleversements à venir.

Ecriture, mise en scène, jeu : Joël Maillard
SNAUT

Plus d’informations sur : www.tng-lyon.fr

Killing robots

KKilling robots

Killing Robots est un thriller des temps modernes, une enquête inédite dans laquelle Linda Blanchet revient sur la destinée tragique de HitchBot, sympathique petit robot auto-stoppeur créé pour étudier les interactions entre les hommes et les machines, retrouvé démembré un an plus tard. Qui a tué HitchBot ? Et surtout, pourquoi ?

À travers cette fascinante recherche sur les traces d’un roboticide, Linda Blanchet brouille les frontières entre réel et fiction et nous amène sur les sentiers étranges et tortueux des liens qui nous unissent désormais aux machines.

Conception et écriture : Linda Blanchet
Compagnie Hanna R

Plus d’informations sur :

tng

Handle With Care | Confluences huMAINes

HHandle With Care | Confluences huMAINes

En résonance à la 15e Biennale d’Art Contemporain de Lyon

À travers écrans, dessins, récits, installations plastiques, vivez l’expérience sensible de ce projet qui, entremêlant arts et sciences, vous contera l’étonnante histoire de la main.

Par : Marta NIJHUIS, plasticienne en résidence d’artiste à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Direction scientifique : Mauro CARBONE, philosophe, Faculté de Philosophie – Université Jean Moulin Lyon 3

En savoir plus :

Université Jean Moulin 

#FDS2019 | Just in Case, Roy Eales and his friends, poésie – musique en cinq langues

##FDS2019 | Just in Case, Roy Eales and his friends, poésie – musique en cinq langues

 

Pour la Fête de la science, Didier Bottineau, chercheur CNRS au laboratoire ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations) à l’ENS de Lyon propose une soirée autour du projet de poésie plurilingue du poète britannique Roy Eales, créé par lui et les artistes de Just in Case. Il s’agit d’une création artistique originale où une sélection de poèmes sont déclamés successivement ou simultanément par différentes voix en différentes langues sur un fond musical. Cette expérience interroge notamment le spectateur sur les enjeux culturels et politiques de l’apprentissage des langues : pourquoi un anglais dont la langue s’impose au monde se compromet-il avec le Breton, le Français, l’Allemand et le Gallois ? Après une présentation scientifique des recherches liées à ce projet, dix musiciens et poètes proposeront leur création, et une discussion sera ensuite engagée avec la salle.

Les artistes s’exprimeront en allemand, anglais, breton, français et gallois.

 

 

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET SUR
LA MÉTROPOLE DE LYON ET LE DÉPARTEMENT DU RHÔNE

 

Sur la Métropole de Lyon et le Rhône, la Direction Culture, Sciences et Société de l’Université de Lyon coordonne la Fête de la Science.