Pop'sciences Mag

Top
Portail Popsciences
Retour

Plastique

L’empreinte indélébile du plastique

Même si sa production cessait immédiatement, le plastique aura irrémédiablement marqué l’écosystème terrestre. Son empreinte chimique est durable dans l’air, l’eau et les sols. De récentes études pointent deux phénomènes concomitants et – de fait – inquiétants : d’abord, les effets écotoxicologiques à long terme du plastique pourraient menacer la santé humaine et l’équilibre biologique des milieux naturels ; ensuite, aucun scénario socio-économique n’anticipe ne serait-ce qu’une baisse de l’utilisation des plastiques d’ici la fin du siècle.

Prévision d'évolution de l'utilisation des plastiques entre 2017 et 2060

Dans son récent rapport, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) suggère que sans changement drastique, la consommation mondiale de plastique pourrait tripler d’ici 2060, de même que la production de déchets (dont la moitié serait toujours enfouie et moins d’un cinquième recyclé). Dans le même temps, la population mondiale devrait augmenter de 40 %, tandis que les besoins en plastique par habitant seront 4 fois supérieurs à ceux d’aujourd’hui.

La limite planétaire de la pollution chimico-plastique est déjà dépassée

En 2009, une équipe de chercheurs interna- tionaux a identifié 9 frontières planétaires qui délimitent les seuils au-delà desquels l’état de stabilité dans lequel la Terre est restée pendant 10 000 ans est compromis. Des modifications environnementales deviennent alors potentiellement cata- strophiques et difficiles à prévoir. Une récente étude a permis de démontrer que la limite des « nouvelles entités » (plastiques, produits chimiques industriels, antibiotiques, pesticides, etc.) a été dépassée. Les plastiques étant des combinaisons de milliers de compo- sants chimiques, leur dégradation peut présenter certains risques pour la stabilité écologique de notre planète. « La vitesse à laquelle ces polluants apparaissent dépasse la capacité des gouvernements à évaluer les risques (et à) contrôler tout problème potentiel », a déclaré à l’AFP Bethanie Carney Almroth, co-autrice de l’étude.

Les océans et cours d'eau déjà saturés

Dans le rapport Perspectives mondiales des plastiques, publié par l’OCDE, la quantité de déchets plastiques accumulés dans les océans du monde est estimée à 30 millions de tonnes (MT) et pas moins de 109 MT pour ce qui concerne les cours d’eau. Fatalement, ce document prospectif avertit que ces débris « continueront de se déverser dans la mer pendant des décennies, même à supposer que l’on parvienne à réduire sensiblement la quantité de déchets plastiques mal gérés ».

Extrait de la carte interactive « Global Plastic Navigator » édité par le WWF.
© WWF / dumpark

L'industrie du plastique menace le climat

Projection de la part des émissions de CO2 dues à la production mondiale de plastique, dans le total des émissions que nous ne devons pas excéder pour rester en dessous de 1,5°C de hausse des températures d’ici 2050.

Source : Atlas du plastique (2020) Reproduction

02'
Chapitres
Plastique
Globe de plastique
NUMERO 11 | NOVEMBRE 2022
Plastique
Microplastiques, maxi-risques ? Une approche systémique à privilégier
NUMERO 11 | NOVEMBRE 2022