Pop'sciences Mag

Top
Portail Popsciences
Retour

Tourisme

La difficile transition du tourisme de sports d’hiver

Lentement mais sûrement, le filon de l’or blanc s’épuise sous les coups de boutoir du réchauffement climatique. Confrontée à un enneigement toujours plus aléatoire couplé à un désintérêt grandissant des touristes français pour le ski alpin, une grande majorité de stations de sports d’hiver se retrouvent aujourd’hui face à un véritable dilemme. Faut-il maintenir coûte que coûte une activité encore très lucrative ou bien préférer le pari de la diversification ?

Par Grégory Fléchet
Photographies : Visée-A

Téléchargez le magazine complet en .pdf

 

C’est désormais un fait scientifiquement établi : sous l’influence du dérèglement climatique global, les régions de montagne se réchauffent bien plus vite que le reste des terres émergées. Durant l’hiver 2019-2020, le plus doux enregistré en Europe depuis le début du 20e siècle, les Alpes du Nord ont connu une température moyenne supérieure de 3,3°C à celle de la période 1961-1990. En Auvergne-Rhône-Alpes, le secteur des sports d’hiver compose avec le réchauffement climatique depuis plus de trente ans. Après avoir connu trois hivers consécutifs sans neige au tournant des années 1990, les domaines skiables de la région s’étaient résignés à investir massivement dans les systèmes de production de neige de culture, afin de préserver leur activité. Depuis, à grands renforts d’aides publiques, les canons à neige et les retenues collinaires visant à assurer l’approvisionnement en eau des premiers, essaiment nos massifs montagneux. Depuis 2015, le seul conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes a consacré près de 50 millions d’euros aux dispositifs d’enneigement.

 

Repenser l’activité touristique à plus grande échelle

« Si le modèle de développement du tourisme de sports d’hiver lancé au milieu des années 1960 à la suite du premier Plan neige a pu, jusqu’ici, être dupliqué sur toutes les stations de ski de l’Hexagone, chaque territoire doit aujourd’hui construire son propre modèle de développement en tenant compte de ses atouts mais aussi de ses faiblesses », souligne Claire Faessel-Virole, spécialiste des politiques d’aménagement de la montagne au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema)[1]. Plusieurs stations de moyenne montagne des Alpes, à l’image de Drouzin-le-Mont (Haute-Savoie) ou des Aillons-Margériaz (Savoie) développent depuis plusieurs années une stratégie de tourisme quatre saisons pour tenter de s’affranchir du « tout ski ».

« Nous nous sommes donné une dizaine d'années pour anticiper la fin du ski. »
Olivier Érard. Directeur du Syndicat mixte du Mont-d’Or (SMMO)

Plus récemment, le Syndicat mixte du Mont-d’Or (SMMO), qui assure la gestion du domaine skiable de Métabief (Doubs), a mis en place un programme de transition (voir plus bas) visant à anticiper la fin de la viabilité économique du ski alpin à l’horizon 2030-2035. « Cette décision s’est imposée en 2020 après dix ans d’investissements conséquents destinés à déployer la neige de culture sur le domaine et mettre à niveau nos équipements hivernaux, rappelle Olivier Érard, directeur du SMMO. Nous nous sommes donné une dizaine d’années pour anticiper la fin du ski ce qui implique de repenser le tourisme non plus à l’échelle de la station de Métabief mais sur l’ensemble du territoire de la communauté de communes des Lacs et montagnes du Haut-Doubs à laquelle nous appartenons. »

Pour les stations de sports d’hiver déterminées à relever le défi de la transition touristique, le champ des solutions à explorer couvre un large spectre d’actions : choix des équipements et activités touristiques à privilégier, mise en place de nouvelles formes de coopération inter-territoriales, redéfinition de la structuration et du périmètre d’action de la gouvernance locale, etc. « Alors que les gestionnaires de remontées mécaniques ont à cœur de maintenir leur outil de travail, les collectivités locales sont, elles, plus enclines à étoffer leur offre touristique, ce qui peut engendrer quelques tensions entre ces deux acteurs pivots des sports d’hiver », constate Emmanuelle George, ingénieure-chercheuse en économie et gouvernance des territoires touristiques à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) de Grenoble. La réalisation de diagnostics d’enneigement ciblés, à l’image de l’étude réalisée en 2018 par le département de l’Isère sur les 23 stations de son territoire, peut néanmoins contribuer à dépasser cette logique d’affrontement en ouvrant le débat à l’appui de données scientifiques et financières très concrètes.

 

Sortir de l’hyper-dépendance à la neige

Au-delà de ces luttes d’influence se pose également la question de la place du tourisme de sports d’hiver dans l’économie locale. Depuis 2015 et l’entrée en vigueur de la loi pour une Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) visant à renforcer les compétences des régions et des établissements publics de coopération intercommunale, le poids du secteur a eu tendance à diminuer dans les territoires de montagne. « La loi NOTRe a vu se créer des intercommunalités, avec des compétences et des moyens parfois importants, où le tourisme de sports d’hiver est devenu une activité parmi d’autres devant désormais composer avec des ressorts industriels, tertiaires ou résidentiels », précise Emmanuelle George.

« La vraie question est de savoir ce que rapportent réellement les sports d'hiver à un territoire communal ou intercommunal et ce qu'ils coûtent en termes d'investissements, mais aussi sur le plan social et environnemental »
Emmanuelle George. Ingénieure-chercheuse économie et gouvernance des territoires touristiques - Inrae Grenoble

Selon Domaines skiables de France, le syndicat professionnel des opérateurs de domaines skiables, le secteur génèrerait chaque année 10 milliards d’euros de retombées économiques et plus de 120 000 emplois saisonniers. En Savoie, l’économie de la glisse assurerait même à elle seule 50% du PIB départemental : « Au-delà de ces indicateurs qui mériteraient d’être réévalués, la vraie question est de savoir ce que rapportent réellement les sports d’hiver à un territoire communal ou intercommunal et ce qu’ils coûtent en termes d’investissements mais aussi sur le plan social et environnemental », souligne la chercheuse de l’Inrae. Si les études prenant en considération toutes les variables de cette équation font malheureusement défaut, il ne fait plus guère de doute que l’hyper-dépendance à la neige dans le contexte du changement climatique apparaît comme un facteur de forte vulnérabilité pour un nombre grandissant de domaines skiables.

 

S’affranchir de la logique du tout-tourisme

« L’enjeu aujourd’hui n’est plus tant de sortir du tout-ski comme ce pouvait être le cas il y a vingt ans ni même de sortir du tout-neige comme il y a dix ans mais de parvenir à s’affranchir de la logique du tout-tourisme », estime pour sa part Philippe Bourdeau, professeur à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine (IUGA) de l’Université Grenoble Alpes. L’hiver dernier, le chercheur s’est rendu à plusieurs reprises dans le Vercors afin d’observer in situ la recomposition de l’activité touristique après la fermeture des remontées mécaniques décidée par le gouvernement pour limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19. « La mise en sommeil du ski alpin, qui en temps normal monopolise tout l’espace, a permis à toutes les autres pratiques de pleine nature d’occuper le terrain en même temps », note Philippe Bourdeau. Cette diversification des activités ne s’est toutefois pas faite sans écueil. Alors que les stations présentaient l’avantage de concentrer les nuisances en évitant leur dispersion, l’arrêt des remontées mécaniques a engendré une redistribution des flux touristiques à des échelles beaucoup plus vastes. Cette évolution a eu pour effet de rallonger les distances parcourues en voiture et par voie de conséquence d’augmenter la pollution.

« Si la plupart des professionnels du tourisme en montagne ont du mal à faire le deuil de ce modèle économique très lucratif c'est aussi parce qu'il leur procure une certaine légitimité à l'échelle du territoire. »
Philippe Bourdeau. Professeur de géographie culturelle à l’Institut de Géographie Alpine, Université Grenoble Alpes, et membre du laboratoire PACTE.

Les conflits d’usages entre touristes et habitants se sont en outre multipliés, certains randonneurs en raquettes s’aventurant par exemple sans le savoir sur une propriété privée. « Cette expérimentation grandeur nature a permis de mettre en lumière le déficit criant de transports en commun pour accéder à la montagne et la faiblesse des structures d’encadrement et d’initiation à l’évolution en pleine nature », analyse le chercheur grenoblois.

 

Faire le deuil d’un modèle économique très lucratif

Les stations de sports d’hiver sont-elles pour autant prêtes à renoncer à la rente confortable que leur assure le ski alpin ? Avec un chiffre d’affaire annuel qui se chiffre en millions d’euros voir en dizaines de millions d’euros pour les plus grands domaines, il est permis d’en douter. Sans compter qu’une identité très forte s’est construite autour du développement des sports d’hiver comme l’explique Philippe Bourdeau : « Si la plupart des professionnels du tourisme en montagne ont du mal à faire le deuil de ce modèle économique très lucratif c’est aussi parce qu’il leur procure une certaine légitimité à l’échelle du territoire. »

De façon plus prosaïque, la somme de toutes les activités de pleine nature (raquettes à neige, VTT, trail, randonnée pédestre, …) n’arrivera jamais à compenser les rentrées d’argent du « produit » ski. Sa disparition trop brutale pourrait en outre se révéler catastrophique pour l’économie locale. « Avec un chiffre d’affaire annuel de 4 millions d’euros découlant à 90% du ski, la fin immédiate de cette activité sur la station de Métabief aurait signifié une perte de la moitié de nos retombées touristiques d’où la nécessité d’anticiper la sortie du modèle alpin très en amont », prévient Olivier Érard.

À moins d’accepter une forme de décroissance économique, les zones touristiques de montagne sont amenées à dépendre du ski alpin pour de nombreuses années encore, courant le risque de se retrouver dans une impasse si elles ne prennent pas suffisamment tôt le virage de la transition. « L’activité touristique des régions de montagne continuera à évoluer comme elle a profondément évolué depuis cinquante ans, tempère Claire Faessel-Virole. L’essentiel est que soit préservé ce qui la singularise, à savoir les paysages et les attributs culturels typiques qui font la magie de son cadre naturel unique. »

Une station de ski aux avant-postes de la transition touristique

Située au cœur des montagnes du Jura, à une altitude comprise entre 900 et 1400 mètres, le domaine skiable de Métabief subit de plein fouet les effets du réchauffement climatique. Plutôt que de persister à investir dans un modèle de développement centré sur la glisse hivernale, la station de moyenne-montagne a pris une décision radicale : anticiper la fin probable du ski alpin à l’horizon 2030-2035 tout en s’attelant à construire un modèle touristique de substitution.

 

Alexandre Rousselet est le président de la fédération des clubs outdoor O’Sports. Fondée en 2020, celle-ci regroupe les quatre associations de pleine nature du massif du Mont d’Or : ski alpin, ski nordique/trail, VTT, handisport. En mutualisant les moyens financiers et bénévoles de ces différentes structures, O’Sports vise à mieux anticiper les mutations des loisirs de pleine nature sur le territoire du Haut-Doubs.

Pour contrebalancer une partie des pertes liées à l’arrêt du ski alpin, la station mise sur le développement de nouveaux produits « outdoor ». Près de 4 millions d’euros seront par exemple consacrés à la réalisation d’une luge sur rail en lieu et place de l’actuelle piste de luge d’été. Présentant l’avantage d’être praticable en toutes saisons sans accroître l’emprise des installations actuelles, la luge sur rail devrait être mise en service d’ici 2022.

Métabief dispose d’un unique télésiège débrayable qui permet de rejoindre depuis le pied de la station le sommet du Morond, situé à 1420 mètres d’altitude. Parce qu’il s’agit du seul système de remontée mécanique de la station adaptée au transport de piétons et de VTTistes, ce télésiège ne sera pas démantelé après la fin du ski alpin à la différence des autres équipements.

Après avoir songé à remplacer quatre de ses télésièges vieillissants par deux télésièges débrayables, le SMMO a finalement opté pour une simple consolidation de leurs fondations. Prise à l’appui d’une méthode d’évaluation innovante à partir de capteurs fixés sur les pylônes des télésièges, cette décision a constitué un tournant dans le processus de transition en permettant à la station de Métabief d’économiser 13 millions d’euros sans avoir à renoncer à l’activité ski.

©Sophie COUSIN

À court terme, Métabief ne compte pas abandonner le ski alpin. Durant les cinq années à venir, la station va investir 6 millions d’euros dans cette activité. Cette somme sera notamment dédiée à la maintenance des installations et au renforcement de la neige de culture sur certains secteurs jugés stratégiques.

40% de la surface du domaine skiable de Métabief est équipée de canons à neige. Les plus récents, comme cet enneigeur ventilateur, utilisent l’air ambiant pour générer de la neige de culture à partir de l’eau stockée dans le lac de retenue situé au second plan. A l’échelle de la station, le recours aux canons à neige consomme 200 000 m3 d’eau par an, soit environ 0,4% de la production hydrique de l’ensemble du bassin versant.

Jérôme Gresset dirige le magasin Sport 2000 de Métabief. Lorsqu’il reprend l’affaire, en 2009, celle-ci ne fonctionne que l’hiver. Pour pouvoir assurer une ouverture du magasin tout au long de l’année, le nouveau gérant se lance alors dans la location de VTT tout en créant un atelier de réparation de vélos. Aujourd’hui, Jérôme Gresset est convaincu de la nécessité de changer le modèle économique de la station en misant sur la diversification des activités touristiques.

Pour pouvoir fixer la fin de la viabilité du ski à l’horizon 2030-2035, Métabief a notamment fait appel à l’outil de diagnostic ClimSnow développé par MétéoFrance afin de visualiser l’évolution du nombre de jours d’enneigement pour les différents secteurs de la station. Si les conclusions de l’expertise n’ont pas écarté la possibilité de maintenir le ski jusqu’en 2040 grâce à la neige de culture, elles ont cependant montré que les recettes générées par l’activité seraient insuffisantes pour équilibrer l’exploitation du domaine.

© Sophie COUSIN

Parmi les activités amenées à compenser une partie des retombés économiques du ski alpin, le VTT de descente figure en bonne position. En témoigne le récent développement du Bike park de Métabief dans la perspective d’étendre son accessibilité aux VTTistes les moins aguerris.


NOTES

[1] Placé sous la double tutelle du ministère de la transition écologique et du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, cet établissement public administratif fournit un appui pour l’adaptation des territoires aux évolutions du climat au bénéfice de leurs habitants.

14'
Chapitres
Tourisme
Images et désirs d’ailleurs. De l’hyper-tourisme à l’après-tourisme
NUMERO 8 | JUIN 2021
Tourisme
Le touriste peut-il échapper à sa condition ?
NUMERO 8 | JUIN 2021