Pop'Sciences Mag a reçu le prix de la "PLUME D'OR" lors de la cérémonie du Prix de la presse et de l'information territoriale 2021.

Découvrez le !

Ressources

Article

AAusculter la relation de l’homme à son environnement depuis les refuges

Les refuges du massif des Écrins se muent chaque été en véritables laboratoires d’étude des transformations du milieu naturel et des activités humaines en haute montagne. Baptisée RefLab cette initiative forme l’un des maillons du programme de recherche national Sentinelles des Alpes*.

©Boris Baldinger

1er juin 2021

Un article de Grégory Fléchet, paru dans le 8e numéro de Pop’Sciences Mag : TOURISME. VERS DE NOUVEAUX IMAGINAIRES

Perchés à plus de 2000 mètres d’altitude, les refuges de haute montagne sont des points d’observation stratégiques des changements climatiques qui affectent plus intensément ces régions. Parce qu’ils sont implantés au carrefour des itinéraires de grande randonnée, ces lieux d’accueil constituent par ailleurs des sites privilégiés pour étudier l’évolution des pratiques touristiques et de loisirs en montagne. C’est à l’appui de ce double constat que le programme de recherche « Refuges sentinelles de haute-montagne » RefLab a vu le jour en 2017. Piloté par le Laboratoire d’excellence Innovation et transitions territoriales en montagne (LabEx Ittem)** et le parc national des Écrins, ce projet scientifique réunit les seize refuges du massif des Écrins auxquels viendront bientôt s’ajouter cinq refuges du massif du Mont-Blanc. « Le rôle structurant des refuges dans la fréquentation touristique des zones de montagne peu aménagées n’a cessé de prendre de l’ampleur ces dernières années », souligne Philippe Bourdeau, coordinateur du programme RefLab. Associés au projet sur la base du volontariat, les gardiens et gardiennes des refuges partenaires sont au cœur de ce dispositif. En lien avec les chercheurs du LabEx Ittem, ils participent à la construction des protocoles scientifiques selon leurs motivations et leur disponibilité.

Des pièges photo pour étudier la pratique du bivouac

Cette collaboration pour le moins inhabituelle s’est fixée des objectifs ambitieux : croiser l’observation et l’étude des fréquentations et des pratiques touristiques et sportives avec des disciplines comme la météorologie, la climatologie, la biodiversité, et la géomorphologie. « Ces axes de recherche sont mis en œuvre par le biais d’enquêtes, la collecte in situ de données quantitatives et qualitatives ou des ateliers collaboratifs, détaille Philippe Bourdeau. À la fin de la saison touristique un débriefing interprofessionnel permet ensuite de mutualiser les observations de terrain et de croiser le regard des chercheurs avec celui des parties prenantes. » Pour mener ces investigations plusieurs refuges du programme RefLab disposent de petites stations météo. La fréquentation de ces lieux d’accueil est en outre mesurée à l’aide d’éco-compteurs. Plus récemment, des pièges photographiques ont même été installés aux abords de certains refuges pour étudier la pratique du bivouac.

« Après la levée du premier confinement, au printemps 2020, nous avons assisté à une recrudescence du phénomène à proximité immédiate des refuges. Les pièges photo vont nous permettre de vérifier si cet attrait pour le bivouac perdure au fil du temps tout en essayant de mieux cerner sa saisonnalité », explique Philippe Bourdeau. Afin de poursuivre cette analyse du point de vue des adeptes du bivouac, une enquête en immersion sera réalisée tout au long de l’été 2021. Menée à proximité des refuges et de certains sites isolés du parc national des Écrins, cette enquête devrait contribuer à mieux caractériser la dimension socio-démographique d’une pratique amenée à devenir une composante à part entière de la fréquentation de la haute montagne.

———–

* > Sentinelles des Alpes est un projet d’élaboration, de partage et d’intégration des dispositifs d’observation des relations climat-homme-biodiversité à l’échelle du massif alpin français. Il est coordonné par la Zone Atelier Alpes du CNRS, en tant qu’infrastructure de recherche pluridisciplinaire sur les socioécosystèmes http://www.za-alpes.org/-Sentinelles-des-Alpes-58

** > Basé à Grenoble, le Labex ITTEM fédère des chercheuses et des chercheurs issus de neuf laboratoires en sciences humaines et sociales. Encourageant une approche globale, il accompagne l’action publique en montagne par des projets construits avec les actrices et acteurs des territoires, dans une perspective de développement soutenable.

———–

Pour aller plus loin : TOURISME. VERS DE NOUVEAUX IMAGINAIRES