Détecter le Covid-19 au bout du souffle

DDétecter le Covid-19 au bout du souffle

Aussi simple et rapide qu’un éthylotest, une nouvelle méthode est testée à Lyon pour détecter le Covid-19 grâce aux molécules présentes dans l’air expiré.

Au-delà de la pandémie actuelle, c’est un nouveau champ pour le dépistage des pathologies respiratoires qui pourrait voir le jour…

Lire l’article intégral sur :

CNRS Le journal

De la thermodynamique et du chic | Visages de la science

DDe la thermodynamique et du chic | Visages de la science

[…] Au croisement de la modélisation, des sciences expérimentales et de la chimie théorique, les travaux de Margarida Costa Gomes, Directrice de Recherche CNRS, Laboratoire de chimie de l’ENS de Lyon, façonnent les procédés industriels de demain et répondent avec élégance aux besoins de développement durable.

On peut s’engager dans les sciences par goût de l’esthétisme. Le parcours de Margarida Costa Gomes le prouve.

[…]
« La théorie physique de la thermodynamique remonte au 19e siècle. Albert Einstein la qualifiait de théorie physique dont les concepts de base ne seraient jamais mis en cause », s’amuse à raconter la chimiste pour introduire sa discipline. En effet, la thermodynamique conserve des enjeux très modernes. Indispensable aux industriels pour optimiser leurs procédés, elle participe, à l’aube du 21e siècle, à un virage décisif : le développement de la chimie verte qui promet maîtriser la consommation d’énergie et la pollution engendrées par la chimie.

[…]

Extraits de l’article réalisé par Agnès Vernet, pour l’Université de Lyon | Mai 2020

Lire l’article complet sur :

IDEXLYON – Université de Lyon

 

Océan. Une plongée dans l’invisible | Pop’Sciences Mag #6

OOcéan. Une plongée dans l’invisible | Pop’Sciences Mag #6

Les milieux marins, bien qu’ils soient encore peu explorés, subissent de plein fouet les contrecoups des activités humaines. Pollutions plastiques ou industrielles, réchauffement des eaux, fonte des glaces, acidification généralisée des mers… L’hasardeuse gestion des ressources terrestres et océaniques par les humains a mis en péril l’équilibre de l’océan, pilier du vivant.

ÉÉDITO

Malgré cela, une lueur d’espoir s’est ravivée pendant la longue période de confinement que nos sociétés ont traversé entre mars et mai 2020. Le volume et l’intensité de nos activités a baissé de telle sorte que le vivant a rapidement repris ses marques là où on ne l’attendait plus. À Venise, en Méditerranée et sur une majeure partie de nos littoraux nous avons constaté – stupéfaits et rassurés – que le reste du monde vivant était doué d’une capacité de résilience plus importante que nous l’escomptions.

 

Du constat à l’action, la marche est grande et ce nouveau numéro de Pop’Sciences Mag contribue à rappeler que les milieux marins sont essentiels à notre subsistance. Partons du principe que (mieux) connaître les océans, c’est déjà (mieux) les protéger. De nombreuses équipes de recherche de l’Université de Lyon, bien que ni la ville de Lyon ni Saint-Étienne n’aient de façade maritime, étudient de nombreux phénomènes sous-marins : mécanique des fluides, chimie des océans, acoustique, microbiologie, géologie, archéologie sous-marine, droit international … Autant de disciplines à l’affut de phénomènes parfois imperceptibles, mais primordiaux pour la compréhension et la préservation des fonds marins.

La part invisible de l’océan

Dans le creux des courants, à la surface et dans les profondeurs des mers, se cachent des sons, une faune, des édifices, des microparticules et des phénomènes chimiques presque insaisissables. C’est à cette part invisible et mystérieuse que l’Université de Lyon via Pop’Sciences Mag s’intéresse. Une exploration de l’univers océanique en saisissant son rôle crucial dans la régulation du climat, en traversant les frontières invisibles qui le morcelle, en observant les surprenants phénomènes de bioluminescence qui se produisent dans les abysses, en écoutant les complexes paysages sonores qui s’y dessinent et en partant à la recherche des ports perdus de l’Antiquité.

Allez au-delà de ce que vous pensez connaître de l’océan en étudiant ce qu’il nous cache le plus. Car, c’est dans l’imperceptible et l’inexploré des milieux marins que se dissimulent les raisons de croire à leur préservation.

Plongez dans l’invisible !

Stéphane Martinot, Administrateur provisoire de la COMUE Université de Lyon


Avec la participation des laboratoires de l’Université de Lyon suivants :

La chimie des dents de lait

LLa chimie des dents de lait

De quoi se nourrissaient les très jeunes enfants pendant la préhistoire ? Comment le savoir alors que cela s’est passé il y a si longtemps ? En analysant des dents de lait fossiles !

Vincent Balter est directeur de recherche au CNRS en géochimie, au Laboratoire de géologie de Lyon*. Il étudie plus particulièrement les os et les dents fossiles, qui lui permettent de comprendre certains aspects du mode de vie de l’époque.

Dans une vidéo relayée par la Cité des sciences et de l’industrie, ce chercheur explique en détails l’analyse des dents de lait :

  • prélèvement d’un petit échantillon
  • analyse de la composition chimique de la dent
  • intérêt particulier pour les différents types ou isotopes de calcium
  • conclusions sur l’âge de sevrage (âge à partir duquel on ne boit plus de lait maternel)
  • comparaisons de modes de vie de différents groupes à partir des fossiles

 

Voir la vidéo

 

*Laboratoire de géologie de Lyon (LGL -TPE – Université Claude Bernard Lyon 1 / CNRS / ENS de Lyon)

Du carbone noir au carbone vert : comment s’adapter ?

DDu carbone noir au carbone vert : comment s’adapter ?

Soirée Scientifique de l’Université Ouverte Lyon 1

 

Catherine Pinel, Directrice de recherche CNRS, Institut de recherches sur la catalyse et l’environnement de Lyon (IRCELYON), Université Lyon 1

Dans un contexte international où la transition énergétique est l’une des questions sociétales au cœur des préoccupations des citoyens, la production de biens de consommation la plus vertueuse possible nécessite de trouver une alternative à l’utilisation des ressources fossiles. Si pour la  production d’énergie, des options non carbonées existent et sont largement étudiées, le choix est plus restreint concernant la synthèse des produits courants. Les possibilités apportées par l’utilisation de la biomasse ou des déchets seront discutées et des progrès récents seront présentés.

 

 

 

 

 

Consultez le programme des Soirées Scientifiques 2019-2020

Université Ouverte Lyon 1

Campus de la Doua – Bât. Patio – 43 bd du 11 Novembre 1918 – Villeurbanne

Le chimiste dans son élément

LLe chimiste dans son élément

C’est en 1869 que Dimitri Mendeleïev a présenté pour la première fois sa classification périodique devant la Société russe de chimie. Le tableau périodique des éléments est toujours un outil indispensable pour la chimie, mais aussi pour la physique, la biologie et d’autres disciplines des sciences fondamentales.

AAtelier : Le chimiste dans son élément

A l’occasion du vernissage de l’exposition Chimie@home, Françoise Langlois du Laboratoire Sciences, Société, Historicité, Éducation et Pratiques – S2HEP, Université Claude Bernard Lyon1 et Vincent Salles du Laboratoire des Multimatériaux et Interfaces – LMI, CNRS, ont proposé un atelier festif, Le chimiste dans son élément pour célébrer les 150 ans du tableau périodique des éléments chimiques.

Vous y trouverez toute la genèse de la classification des éléments chimiques, de l’Antiquité à nos jours.

LLes mystères de la 13e colonne

La 13e colonne du tableau périodique contient l’aluminium, mais aussi des éléments plus rares aux propriétés surprenantes comme l’indium qui crie, le gallium qui fond dans la main. Vous découvrirez des expériences spectaculaires réalisées à partir des éléments de cette colonne n°13 en regardant cette vidéo.

LLa chimie est-elle naturelle ou synthétique ?

Depuis l’époque des alchimistes, la chimie est source de craintes, car elle agit sur des éléments naturels afin de les connaître et de les transformer pour divers usages. Dans le contexte actuel qui prône le retour au naturel et où l’on se méfie du synthétique, le public s’interroge sur les produits fabriqués en laboratoire.

Pourquoi synthétiser ce qui est naturel et pourquoi créer des espèces synthétiques ? Quels sont les enjeux ? Quelles perspectives pour le futur ?

Intervenantes :

  • Bernadette Bensaude-Vincent, professeure émérite à l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, historienne et philosophe de la chimie.
  • Alessandra Quadrelli, directrice de recherches au CNRS au C2P2 Chemistry, Catalysis, Polymers and Processes (UMR 5265); anime depuis 2009 la chaire de développement durable lancée par DOW France.
  • Nathalie Fayolle, ingénieur chimiste diplômée de l’ESCOM – Ecole Supérieure de Chimie Organique et Minérale, avec une spécialisation en formulation.

> En savoir plus …

Voir la conférence :

Ces ateliers et conférences ont été organisés par la BU Sciences Lyon 1 :

BU Sciences Lyon 1

EExposition

A l’occasion de la Fête de la Science 2019, l’exposition Chimie@home proposait de visiter avec l’œil du chimiste les différentes pièces de la maison : la chambre, la salle de bain, la cuisine, le garage. Du canapé à l’ordinateur, du gel douche au dentifrice, de l’eau du robinet au four à micro-ondes, du pneu au bidon à essence, les visiteurs ont pu découvrir la diversité et la composition chimique des objets et matériaux qui nous entourent.

> Découvrir l’exposition

Le chimiste dans son élément

LLe chimiste dans son élément

C’est en 1869 que Dimitri Mendeleïev a présenté pour la première fois sa classification périodique devant la Société russe de chimie. Le tableau périodique des éléments est toujours un outil indispensable pour la chimie, mais aussi pour la physique, la biologie et d’autres disciplines des sciences fondamentales.

AAtelier : Le chimiste dans son élément

A l’occasion du vernissage de l’exposition Chimie@home, Françoise Langlois du Laboratoire Sciences, Société, Historicité, Éducation et Pratiques – S2HEP, Université Claude Bernard Lyon1 et Vincent Salles du Laboratoire des Multimatériaux et Interfaces – LMI, CNRS, ont proposé un atelier festif, Le chimiste dans son élément pour célébrer les 150 ans du tableau périodique des éléments chimiques.

Vous y trouverez toute la genèse de la classification des éléments chimiques, de l’Antiquité à nos jours.

LLes mystères de la 13e colonne

La 13e colonne du tableau périodique contient l’aluminium, mais aussi des éléments plus rares aux propriétés surprenantes comme l’indium qui crie, le gallium qui fond dans la main. Vous découvrirez des expériences spectaculaires réalisées à partir des éléments de cette colonne n°13 en regardant cette vidéo.

LLa chimie est-elle naturelle ou synthétique ?

Depuis l’époque des alchimistes, la chimie est source de craintes, car elle agit sur des éléments naturels afin de les connaître et de les transformer pour divers usages. Dans le contexte actuel qui prône le retour au naturel et où l’on se méfie du synthétique, le public s’interroge sur les produits fabriqués en laboratoire.

Pourquoi synthétiser ce qui est naturel et pourquoi créer des espèces synthétiques ? Quels sont les enjeux ? Quelles perspectives pour le futur ?

Intervenantes :

  • Bernadette Bensaude-Vincent, professeure émérite à l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, historienne et philosophe de la chimie.
  • Alessandra Quadrelli, directrice de recherches au CNRS au C2P2 Chemistry, Catalysis, Polymers and Processes (UMR 5265); anime depuis 2009 la chaire de développement durable lancée par DOW France.
  • Nathalie Fayolle, ingénieur chimiste diplômée de l’ESCOM – Ecole Supérieure de Chimie Organique et Minérale, avec une spécialisation en formulation.

> En savoir plus …

Voir la conférence :

Ces ateliers et conférences ont été organisés par la BU Sciences Lyon 1 :

BU Sciences Lyon 1

Chimie@home

CChimie@home

La chimie, nous la côtoyons au quotidien sans le savoir.

L’exposition « Chimie@home » vous propose de visiter avec l’œil du chimiste les différentes pièces de la maison : la chambre, la salle de bain, la cuisine, le garage. Du canapé à l’ordinateur, du gel douche au dentifrice, de l’eau du robinet au four à micro-ondes, du pneu au bidon à essence, venez découvrir la diversité et la composition chimique des objets et matériaux qui nous entourent.

Endossez vos blouses et venez à la BU Sciences pour pénétrer dans le monde incroyable des éléments chimiques.

L’exposition, les ateliers et la conférence-débat au programme de cette manifestation vous feront découvrir comment la chimie fait partie de nos gestes de tous les jours : se nourrir, faire sa toilette, dormir, s’habiller, travailler, se déplacer. Les molécules sont partout !
En savoir plus :
BU Sciences Lyon 1
Affiche exposition Chimie@home

Escape game Chimie

EEscape game Chimie

Les étudiants en alternance de la Licence professionnelle Techniques analytiques de l’IUT de Chimie Lyon 1 vous propose 3 escape games.

Inscrivez-vous vite !

Que faire du CO2 ? De la chimie !

QQue faire du CO2 ? De la chimie !

Pour limiter l’augmentation de la concentration du CO2, dioxyde de carbone – responsable du réchauffement climatique – dans notre atmosphère une des stratégies réside dans sa capture et sa séquestration.

Lors de cette conférence, le professeur Fontecave évoquera une autre perspective, celle de la valorisation du CO2 à travers sa conversion en toute une série de composés carbonés, polymères, carburants, produits chimiques, etc. nécessaires à l’industrie chimique.

En effet, le monde dans lequel nous vivons est un monde de carbone, pas seulement pour l’énergie, mais aussi pour la très grande majorité des matériaux de notre environnement. Celui de demain aura également besoin de quantités massives de carbone. Saura-t-on exploiter le CO2 dans cette direction ?

Ce sera l’occasion de discuter des projets de recherche en œuvre au Collège de France, dans ce domaine.

Intervenant : Marc Fontecave, Professeur au Collège de France – Chaire de chimie des processus biologiques

En savoir plus :

ENS de Lyon