POP'SCIENCES FORUM : du 27 novembre au 5 décembre | CONSULTEZ LE PROGRAMME !

Programmation #1

POP’SCIENCES FORUM

PPOP’SCIENCES FORUM

Deux fois par année, le Pop’Sciences Forum propose des rencontres thématiques pour tous, autour de grands enjeux de société. Dans une logique d’ouverture et de dialogue, il s’agit pour l’Université de Lyon de se faire rencontrer chercheurs, citoyens, artistes, associations, entreprises, … pour partager et échanger, construire les savoirs de demain, enrichir et diffuser les connaissances.

<Citoyens, la ville de demain Nous appartient !

posciences-forum-ville-demain

@Tim Wright

Nos collectivités développent massivement des stratégies de “smart-city”, de “e-city” ou encore de “learning-city”, au service de villes dites plus intelligentes, flexibles et optimisées par le numérique. Dans le même temps des initiatives citoyennes fleurissent massivement dans nos quartiers, au sein desquels les habitants participent à la fabrique de leurs cités et mettent en oeuvre de nouveaux usages ou de nouvelles pratiques sociales.

Cette édition du Pop’Sciences Forum s’intéresse à ces nouveaux phénomènes de transformation de la ville et de la citoyenneté, encouragés par le développement du numérique. Nous sollicitons des expertises en urbanisme, en sociologie, en architecture, en informatique ou encore en sciences politiques, pour découvrir, débattre et imaginer la place que les citoyens peuvent avoir dans cette ville de demain. Entre habitants, travailleurs, chercheurs, aménageurs, élus et artistes, nous ouvrons 4 journées de débats. 4 chantiers éphémères de réflexions et de débat à propos de l’avenir des lieux de la cité, des formes d’habitabilité, de la mobilité, du big data, ou encore de la nuit.

La ville intelligente est une ville où le numérique nous invite à réinventer notre rapport à la cité, aux temps, aux espaces, aux connaissances et aux autres … Quelles opportunités pouvons-nous saisir pour mieux optimiser nos déplacements, nos interactions, notre bien-être, le coût de la ville, sa durabilité et sa gouvernance ?

POSONS LES BASES DU MÉTIER DE CITOYEN DE DEMAIN, IMAGINONS UNE VILLE INTELLIGENTE – OU PAS SI BÊTE – QUI ASSOCIE LE NUMÉRIQUE À D’AUTRES FORMES D’INNOVATIONS SOCIALES ET CULTURELLES.

PROGRAMMATION   |   INTERVENANTS   |   AFFICHE  PROGRAMME PDF

https://popsciences.universite-lyon.fr/uploads/2018/10/logos.png


<À QUOI RÊVENT LES INTELLIGENCES ARTIFICIELLES ?

Forum Pop'Sciences - a quoi revent les intelligences artificielles

@Julien Richetti

 


CONTACTS :

Organisation, programmation : samuel.belaud@universite-lyon.fr


Ils soutiennent la réalisation de ce programme

  • Région Auvergne-Rhône-Alpes
  • Métropole de Lyon

Algorithmes contre le baratin: “Une démarche citoyenne”

AAlgorithmes contre le baratin: “Une démarche citoyenne”

Depuis janvier 2016, deux équipes lyonnaises travaillent avec Le Monde.fr à une suite d’outils anti-bobards pour faciliter le travail des journalistes.

 

A lire sur Sciences pour Tous

Inciter les élus à la vertu : les apports de l’économie politique

IInciter les élus à la vertu : les apports de l’économie politique

Comment en finir avec les conflits d’intérêts, le népotisme, le cumul des mandats et autres mauvaises habitudes du personnel politique qui minent la confiance des électeurs dans leurs représentants ? Depuis quelques années, des dispositifs ont été mis en place pour moraliser la vie politique. S’appuyant sur la théorie des incitations, Benjamin Monnery du GATE étudie l’efficacité du règlement adopté par l’Assemblée nationale pénalisant le manque d’assiduité des députés en commission… ainsi que l’effet de la publication par l’association Regards citoyens de la liste des députés sanctionnés.

Pour lire l’article, retrouvez-nous sur CORTEX Mag

Pour une VIe République. L’urgence démocratique : conférence de Gilles Le Chatelier

PPour une VIe République. L’urgence démocratique : conférence de Gilles Le Chatelier

Mercredi 10 mai 2017
18h – 20h
Amphi Leclair

Conférence animée par Renaud Payre, Directeur de Sciences Po Lyon.

Gilles Le Chatelier, président du Conseil d’Administration de Sciences Po Lyon, vient de publier aux éditions de la Maison des sciences de l’homme Pour une VIe République. L’urgence démocratique.

« La Ve République est aujourd’hui en panne, les Français se retirent d’un jeu politique dont ils ont le sentiment d’être les dupes. Confronté à des menaces inédites, le maintien de la démocratie française passe par une refonte complète de ses institutions. Il devient indispensable de réorganiser l’indépendance des pouvoirs, d’envisager différemment l’Europe ou encore de réformer les pouvoirs locaux. Pour cela, il nous faut avancer d’un pas résolu vers une VIe République authentiquement démocratique. »

Gilles Le Chatelier

Diplômé de Sciences Po Paris et ancien élève de l’ENA, il entre au Conseil d’Etat en 1988, où il est Commissaire du Gouvernement de 1991 à 1994, puis de 2002 à 2004. Il a occupé des postes variés au sein de l’administration : expert auprès de la Commission Européenne à la DG Relex (1994-1997), directeur du cabinet du Ministre de la Recherche (2000-2002), directeur général des services de la Région Rhône-Alpes (2004-2011). Devenu avocat spécialisé en droit public des affaires au sein du Cabinet ADAMAS en 2011, il a dirigé le cabinet de Christiane Taubira, Garde des Sceaux en 2014-2015. Après avoir enseigné à Sciences Po Paris et à l’Université Paris X, il est Professeur associé à l’ENS de Lyon depuis 2008. Il a été fait Chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur et de l’ordre national du mérite.

La désobéissance civile : ennemie ou gardienne de la démocratie ?

LLa désobéissance civile : ennemie ou gardienne de la démocratie ?

Désobéissance civile : refus assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugé inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique.

Nous nous interrogerons sur la légalité et la légitimité de ces actions pour enfin parler des conséquences : la désobéissance civile permet-elle des résultats efficaces ? Si oui, une minorité mécontente ne pourrait-elle pas imposer ses volontés au mépris de ceux qui ne sont pas d’accord avec elle ? Pourrait-on alors envisager qu’une minorité faisant des actions non-violentes puisse imposer une volonté qui soit considérée anti-démocratique par d’autres ?

Intervenants

  • Albert Ogien, sociologue de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  • Pierre Goinvic, président d’Action Non-Violente COP21

Plus d’informations