Pop’Sciences répond à tous ceux qui ont soif de savoirs, de rencontres, d’expériences en lien avec les sciences.

EN SAVOIR PLUS

Épilepsie : la piste de la régénération des neurones perdus

ÉÉpilepsie : la piste de la régénération des neurones perdus

Des chercheurs lyonnais sont parvenus à reprogrammer des cellules gliales en cellules neuronales chez des souris souffrant d’épilepsie. La régénération des neurones détruits leur a permis de réduire de moitié les crises. Post-doctorantes dans l’équipe à l’origine de l’étude, Célia Lentini et Marie d’Orange nous présentent cette stratégie prometteuse.

Article de Marion Ducret à lire en intégralité sur CORTEX Mag

Neuralink : l’implant cérébral d’Elon Musk pourrait-il profiter aux patients épileptiques ?

NNeuralink : l’implant cérébral d’Elon Musk pourrait-il profiter aux patients épileptiques ?

Miniaturisé et communiquant ses données sans fil, l’implant intracérébral développé par Neuralink, la société de neurotechnologie du fantasque milliardaire, intrigue les chercheurs.

Pourrait-il avoir bientôt des applications cliniques intéressantes ? Nous avons demandé son avis à un spécialiste de l’épilepsie.

>> Article à lire en intégralité sur :

CORTEX Mag

Pourquoi la recherche sur la synapse reste essentielle

PPourquoi la recherche sur la synapse reste essentielle

Maladie de Parkinson, autisme, épilepsie, myasthénies : la synapse est impliquée dans de nombreuses maladies. Mieux comprendre sa structure et la nature de ses dysfonctionnements est essentiel pour proposer de nouveaux traitements aux personnes atteintes par ces pathologies.

Article à lire en intégralité sur CORTEX Mag

Enfants épileptiques : mieux cerner la cause de leurs difficultés scolaires

EEnfants épileptiques : mieux cerner la cause de leurs difficultés scolaires

Des enfants turbulents, il y en a toujours eu. On sait désormais que certains parmi eux souffrent d’un problème neuro-développemental appelé trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H). Celui-ci est associé à trois symptômes différents : difficulté à se concentrer, impulsivité marquée et agitation incessante. Le TDA-H concernerait jusqu’à 40% chez les enfants épileptiques et bien plus encore dans le cas particulier des épilepsies-absences. Le TDA-H qui a des répercussions scolaires et sociales souvent importantes constitue un facteur de surhandicap aux épilepsies de l’enfant. Pourtant, la plupart du temps, les enfants épileptiques bénéficient de traitements qui permettent de contrôler efficacement les crises. Alors, comment expliquer la dégradation persistante de leurs performances cognitives ?

Bien que leurs crises soient correctement traitées par les médicaments, de nombreux enfants épileptiques pâtissent de troubles de l’attention qui les mettent en difficulté à l’école. Une équipe de chercheurs du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (CRNL) vient de mettre au point un outil de diagnostic qui permet d’identifier la source de leur déficit attentionnel et de mieux orienter la réponse thérapeutique. A lire en entier sur CORTEX Mag