Pop’Sciences répond à tous ceux qui ont soif de savoirs, de rencontres, d’expériences en lien avec les sciences.

EN SAVOIR PLUS

L’espace, une nouvelle frontière

LL’espace, une nouvelle frontière

L’être humain ne se contente plus de regarder les étoiles, maintenant il se voit au milieu d’elles. Mais du rêve à la réalité, le voyage est loin d’être simple et nous aurons bien des problèmes à résoudre avant de fouler le sol de Mars.

La conquête de l’espace au XXe siècle a ouvert de nouveaux horizons. L’expansion de l’espèce humaine au-delà de notre planète semble irréversible. A quels défis l’humain sera-t-il confronté pour atteindre cette frontière ultime ? Des expositions, des ateliers, des conférences vous feront découvrir les grands enjeux biologiques, psychologiques, éthiques et environnementaux que soulève l’exploration humaine de l’espace.

Manifestation réalisée en collaboration avec  : le Centre National d’Études Spatiales (CNES), la Délégation Rhône Auvergne du CNRS, l’École Urbaine de Lyon-Université de Lyon, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), le Musée Cinéma & Miniature de Lyon, le Planétarium de Vaulx-en-Velin. Ainsi que : le Centre de Recherches en Neurosciences de Lyon (CRNL, CNRS/INSERM/UCBL), l’Institut de Physique des 2 Infinis de Lyon (IP2I, UCBL/CNRS), l’Institut de Planétologie et Astrophysique de Grenoble (IPAG, CNRS/UGA), le Laboratoire de Géologie de Lyon, Terre, Planètes, Environnement (LGL-TPE, CNRS/UCBL/ENS de Lyon), le Laboratoire Radiations : Défense, Santé, Environnement (U1296 INSERM ), le Laboratoire Santé Ingénierie Biologie de Saint-Étienne (U1059 INSERM).

> L’espace une nouvelle frontière | Exposition jusqu’au 3 janvier 2023

Embarquez pour un grand voyage dans le futur de l’exploration spatiale. La conquête de l’espace fait rêver mais elle soulève aussi des interrogations scientifiques, environnementales et sociétales majeures pour l’avenir de l’humanité. L’exposition abordera les défis à surmonter et les risques pour les humains engagés dans cette aventure incroyable.

Lieu : BU Sciences Lyon 1, Campus LyonTech-la Doua Villeurbanne

À quels risques s’expose l’astronaute ? | Conférence-débat le jeudi 24 novembre de 12h15 à 13h45

Intervenants : Marc-Antoine Custaud, Professeur au Centre de Recherche Clinique (CRC) du CHU d’Angers; Nicolas Foray, Directeur de recherche INSERM, Laboratoire Radiations : Défense, Santé, Environnement (U1296 INSERM) ; Laurence Vico, Directrice de recherche INSERM, Laboratoire Santé Ingénierie Biologie de Saint-Étienne (U1059 INSERM).

Modératrice : Guillemette Gauquelin-Koch, Responsable des Sciences de la Vie au CNES.

Lieu : Amphi de physique de la Faculté de médecine, Domaine Rockefeller ou à suivre en ligne : cliquez ici

Pour en savoir plus :

BU Lyon 1

Mystérieuses étoiles à neutrons

MMystérieuses étoiles à neutrons

©Pexels

Pourquoi les propriétés des étoiles à neutrons sont-elles si difficiles à prédire ? En quoi leur observation pousse les scientifiques aux limites des moyens actuels ? À quoi peuvent-elles nous servir ?

 

Après un petit rappel historique de la découverte fortuite des étoiles à neutrons en 1967, voici quelques questions actuelles à l’interface entre l’astrophysique et la physique de l’infiniment petit qui seront illustrées dans cet exposé.

 

Société astronomique de Lyon

Rentrée Anthropocène 2022 à Lyon et Saint-Étienne

RRentrée Anthropocène 2022 à Lyon et Saint-Étienne

La Rentrée Anthropocène, initiée par l’École urbaine de Lyon – Université de Lyon, sous les auspices de la Fête de la Science, a pour but de mobiliser les étudiants, enseignants et les personnels autour des enjeux du changement global que nous expérimentons, pour mieux répondre aux attentes fortes des nouvelles générations.

Pour sa 3e édition, l’évènement présente une nouvelle programmation dynamique mise en œuvre par et avec les établissements du site universitaire Lyon Saint-Étienne.

>> Découvrez la nouvelle programmation (conférences, expositions, balades, ateliers…) :

Rentrée Anthropocène 2022 : PROGRAMME

>> A travers 5 grandes thématiques (catastrophe, risque, espace, droit, décision publique), retrouvez les textes, dessins, podcasts, vidéos qui explorent les enjeux du changement global et la crise d’habitabilité de notre monde :

Rentrée Anthropocène 2022 : les RESSOURCES

 

Avec la participation de :

  • Université Claude Bernard Lyon 1 (BU Sciences)
  • Université Lumière Lyon 2
  • Université Jean Moulin Lyon 3
  • Université Jean Monnet Saint-Étienne
  • ENSAL (Laboratoire LAURE).

Life on Mars ?

LLife on Mars ?

Life on Mars ? est une réflexion impertinente sur nos solitudes contemporaines dans un moment où le temps se comprime et bouleverse les liens sociaux.

Pendant qu’une mission spatiale pour la planète Mars se prépare, des migrants sont formés pour devenir auxiliaires de vie. Pour rompre sa solitude, un homme achète les services d’une escort-girl. Dans une entreprise, trois collègues confient à un psychologue leurs difficultés à communiquer en open-space…

Life on Mars ? rassemble des tranches de vies qui se font écho autour d’un fil conducteur : un voyage sans retour vers la planète Mars. Ces saynètes mettent en lumière nos failles humaines, nos difficultés à vivre seul ou ensemble, à communiquer simplement, mais également notre acharnement à vivre et aimer. Brut, souvent drôle et poétique, ce spectacle nous place face à notre condition humaine, réveille nos consciences en fouillant dans nos solitudes contemporaines et propose un moment de théâtre fondamentalement convivial.

Distribution

Compagnie Thespis
Mise en scène : Thai-Son Richardier

Collaboration à la mise en scène : Lysiane Clément
Interprètes : Amandine Barbier, Loïc Bonnet, Gaël Dubreuil – en alternance avec Titouan Bodin, Benoit Ferrand et Mellie Melzassard
Création sonore : Claire Mahieux
Création lumière : Bastien Gérard
Scénographie : Anabel Strehaiano
Costumes : Lysiane Clément

Le podcast du droit international

LLe podcast du droit international

Qu’est-ce que la recherche en droit international ?

Le droit international se divise en deux branches. Le droit international privé d’une part, s’intéresse aux relations entre les sociétés qui font des contrats internationaux ou aux relations entre les individus au niveau international (par exemple, un mariage entre deux individus de nationalités différentes). Le droit international public, d’autre part, s’intéresse aux relations au niveau étatique – que ce soit entre deux ou plusieurs États, entre des États et des organisations internationales ou entre des États et des individus.

Les normes du droit international public s’appliquent donc aux États, aux organisations internationales telles que l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et aux organisations régionales comme l’Union européenne (UE). Dans une moindre mesure, elles s’adressent également aux individus notamment dans le cadre du droit international des droits de l’Homme ou du droit international pénal.

Le podcast du droit international

Le podcast du droit international est consacré à la recherche en droit international public en présentant les recherches de doctorants, de docteurs ou d’enseignants-chercheurs. Chaque épisode s’intéresse à un sujet de recherche portant sur une branche du droit international public (droit de la mer, théorie du droit, droit spatial, droit des minorités, etc.) et qui implique des enjeux concrets.

>> Retrouvez tous les épisodes ici :

Le podcast du Droit international

> Vous pouvez aussi retrouver les épisodes du podcast sur les plateformes de streaming : Deezer, Google Podcasts, SoundcloudSpotify.

LLes épisodes parus

  • Épisode 1 – Les normes grises du droit international public
  • Épisode 2 – Des programmes de recherche pour une application concrète du droit de la mer
  • Épisode 3 – L’enfermement des passagers clandestins à bord des navires marchands
  • Épisode 4 – L’État pluridémotique, contribution à l’étude d’une nouvelle théorie de l’État
  • Épisode 5 – Le sort des minorités en droit international contemporain
  • Épisode 6 – Les zones maritimes disputées
  • Épisode 7 – L’émergence en droit international d’un droit des peuples au soulèvement pacifique contre un système politique oppressif
  • Épisode 8 – L’arsenalisation de l’espace extra-atmosphérique
  • Épisode 9 – MAPS – Migration and Asylum Policies Systems

Art In Space : Overview

AArt In Space : Overview

Rencontre avec le public mardi 14 septembre à 19h

Art In Space est un laboratoire de création entre terre, mer et espace piloté par Jeanne Morel et Paul Marlier. Les artistes travaillent en milieux extrêmes et notamment en apesanteur avec les astronautes européens afin de donner à voir, donner à vivre, la fragilité du monde. Comme un éloge à la légèreté de l’Être, la danseuse et l’architecte offrent des créations immersives 3D, des performances, des expositions et des films mettant en exergue notre place sur la Terre.

Également professeurs et entrepreneurs, les artistes d’Art In Space créent de l’éducation, de la science et de la technologie afin d’accompagner les humains vers la poésie du ciel.

Overview est un voyage dans l’immensité de l’espace et dans la singularité de nos émotions.
Cette œuvre immersive est générée par les données biométriques de la danseuse Jeanne Morel et des astronautes de l’ESA captées dans l’Airbus A310 Zéro G depuis 2016.
Ces données traitées et interprétées par Paul Marlier guident le spectateur dans une Odyssée philosophique et spatiale ou la modélisation 3D, la neuroscience et le mouvement cosmique offrent à chacun un instant d’Overview.

Crédits photos : Art in Space

En partenariat avec : l’association AADN (arts et cultures numériques – Lyon), la Société des arts technologiques de Montréal (SAT), Stéréolux (Nantes), le Planétarium de Nantes et le Planétarium de la Cité des Sciences (Paris).

En savoir plus :

Planétarium

LUMINA à bord de l’ISS

LLUMINA à bord de l’ISS

Une technologie développée par des chercheurs de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne embarque à bord de l’ISS !

Pour la toute première fois, un dosimètre à fibre optique va être envoyé au sein de la Station Spatiale Internationale. Ce projet, appelé LUMINA, est coordonné par Sylvain Girard, enseignant-chercheur de l’Université Jean Monnet, au laboratoire Hubert Curien (UJM/CNRS/IOGS) et responsable scientifique du LabH6 (UJM, CNRS et la société française de hautes technologies iXblue).

L’optimisation de la tenue aux radiations des fibres optiques fait partie des différents axes de recherche menés au sein du laboratoire Hubert Curien. La qualité des résultats obtenus a permis à ses chercheurs d’acquérir une reconnaissance au niveau européen et même mondial.

C’est ainsi que le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) a souhaité que le dosimètre à fibres optiques conçu par les chercheurs de l’UJM en étroite collaboration avec iXblue et le CERN, puisse intégrer la Station Spatiale Internationale (ISS) grâce au projet LUMINA. Cette opération se fera dans le cadre (si le calendrier ne bouge pas d’ici-là) de la mission ALPHA menée par le célèbre astronaute de l’Agence Spatiale Européenne, Thomas Pesquet.

L’utilisation de la fibre optique permet de détecter de très faibles niveaux de radiation. En effet, les radiations créent des défauts dans la fibre qui affaiblissent sa capacité à propager la lumière. Petit à petit, la fibre s’opacifie et la puissance détectée en sortie de fibre diminue… Avec le dosimètre à fibres optiques, on peut corréler la perte de cette puissance lumineuse au niveau de radiation reçue par la fibre.

LUMINAtest@CosimoCampanella

Concrètement, des données seront récoltées en temps réel pendant plusieurs mois. Thomas Pesquet, ou un autre astronaute, pourra se connecter en Bluetooth sur le dosimètre, récupérer les données et les renvoyer sur terre pour analyse.

Le challenge de LUMINA est de pouvoir détecter des niveaux de radiation extrêmement faibles…Il faut savoir que le niveau de radiation, fort heureusement pour les astronautes, est plutôt bas au sein de l’ISS. C’est un niveau de radiation presque comparable à celui que l’on peut recevoir sur un vol Paris-New-York.

Mais ce niveau peut fortement varier dans l’espace et en fonction des missions envisagées d’où l’importance du dosimètre à fibre optique. A terme, cette technologie pourrait être intégrée dans de futures missions spatiales et permettre de prévenir les astronautes de l’imminence d’une tempête solaire très fortement chargée en radiations et donc très dangereuse.

La reconnaissance des travaux menés au sein du laboratoire Hubert Curien permettra l’application d’autres expériences à mener dans l’espace. Une belle réussite à suivre dans les mois à venir !

>> Découvrez  LUMINA en images :

PPour aller plus loin

Astronautes

AAstronautes

Expérimentez la vie extraordinaire des astronautes, rythmée de 16 levers et couchers de soleil par jour,  en découvrant leur quotidien dans la Station Spatiale Internationale (ISS), un vaisseau en orbite autour de la Terre.

A travers des dispositifs interactifs originaux et des décors réalistes, prenez place dans leur vie de tous les jours : observez leur travail dans un environnement insolite, surplombez la Terre de 400 km pour en admirer la beauté et découvrez comment ils répondent à leur besoins journaliers (se laver, se détendre, manger…) en impesanteur !

Parcourez trois espaces thématiques pour un voyage extraordinaire au plus prêt des astronautes :

  • L’espace, une destination extrême : partez à la découverte du vide spatial, environnement hautement hostile pour l’homme…
  • L’ISS, base et maison de l’astronaute : entre travail, loisir et activités sportive, la vie en communauté dans un espace exigu nécessite une grande préparation physique et mentale.
  • Vivre dans une station spatiale : laissez-vous guider par un astronaute et testez, expérimentez un quotidien où rien ne se passe comme sur Terre !

Production : Cité de l’espace de Toulouse

Planétarium de Vaulx-en-Velin

Comment nous avons trouvé la toile cosmique

CComment nous avons trouvé la toile cosmique

Pour notre septième conférence en direct (déjà !), nous accueillerons Roland Bacon, astrophysicien au CRAL et concepteur de l’instrument MUSE, qui vous proposera une conférence sur la toile cosmique, une thématique de recherche qui a récemment beaucoup fait parler d’elle dans les médias.

Intervenant : Roland Bacon, astrophysicien au CRAL, sera sur la chaîne Twitch de l’observatoire de Lyon pour une conférence en direct le mardi 18 mai à 18 h sur le thème de la toile cosmique.

Rendez-vous sur la chaîne Twitch de l’observatoire de Lyon le mardi 18 mai à 18 h !

Simulation cosmologique de l’Univers lointain crédits : Jeremy Blaizot, projet SPHINX

Comment nous avons trouvé la toile cosmiqueLa structure filamentaire du gaz dans lequel se forment les galaxies, plus communément appelée la « toile cosmique », est l’une des grandes prédictions du modèle du Big Bang et de la formation des galaxies. Malheureusement, notre connaissance de cette toile est limitée à quelques lignes de visée en direction des quasars les plus brillants qui agissent comme sondes lumineuses. Pouvoir observer directement la distribution du gaz dans les filaments de la toile nous donnerait des contraintes essentielles à nos modèles et nous aiderait ainsi à mieux comprendre comment les galaxies se forment et interagissent avec leur environnement.Voilà plus de 40 ans que nous cherchons à l’observer et nous avons aujourd’hui franchi une étape importante dans cette exploration de la toile cosmique en observant, pour la première fois, des filaments d’hydrogène dans le champ profond de Hubble. Pour réaliser cet exploit, nous avons conduit une campagne d’observations avec MUSE en cumulant plus de 140 heures de VLT avec MUSE pointé sur une unique région du ciel, située dans le champ profond de Hubble.Qu’est-ce que la toile cosmique ? Que prédisent les modèles ? Comment l’avons-nous observée et qu’avons-nous appris ? Je me propose dans cette conférence de vous raconter l’histoire de cette découverte et d’évoquer les conséquences pour notre connaissance de la formation et de l’évolution des galaxies.

– Roland Bacon
Pour voir les rediffusions des précédentes conférences en ligne de l’observatoire de Lyon, rendez-vous sur la chaîne YouTube de l’université Claude Bernard Lyon 1 !

Les galaxies naines pour étudier la jeunesse de l’Univers

LLes galaxies naines pour étudier la jeunesse de l’Univers

Le modèle cosmologique standard prédit que les galaxies naissent au sein de filaments de gaz et de matière noire. Pour la première fois, ces filaments ont pu être observés directement grâce à l’instrument MUSE installé sur le Très Grand Télescope (VLT) de l’ESO de l’Observatoire Paranal au nord du Chili.

Invité de l’émission La Terre au carré sur France Inter, Roland Bacon, Professeur à l’Université Claude Bernard Lyon 1 et chercheur à l’Observatoire de Lyon, nous en dit plus sur ce nouveau dispositif qui permet de remonter toujours plus loin dans l’histoire de notre Univers.

(Ré)écouter le podcast