POP'SCIENCES FORUM : du 27 novembre au 5 décembre | CONSULTEZ LE PROGRAMME !

Identité, Mémoire, Immigration | Saïgon, mon amour

< Identité, Mémoire, Immigration | Saïgon, mon amour

En raison du mouvement de grève touchant les transports ferrés le jour de la conférence – nous ne pourrons pas assurer la présence de nos invités. Nous sommes au regret d’annuler cette conférence.

Débat et regard croisé art & sciences sur les effets de l’immigration vécue et perçue. Le cas des rapatriés Français d’Indochine.

L’immigration n’est pas un simple déplacement d’un point vers un autre. Il s’agit d’un processus long qui engage le corps et l’esprit des personnes qui le vivent. Cette ligne droite parcourue est celle du partage et de la différenciation. Elle se définit au regard des autres, les instituant eux-mêmes en Autre.

Cet Autre qui est dénommé Vit Kiều (litt. « vietnamien étranger ») au Viêtnam.

Ils ne sont plus « nous », ils ne seront jamais totalement « eux » alors qui sont-ils ? Ce parcours marque de manière indélébile et invisible ceux qui l’ont vécu et ceux qui en sont les témoins. Au premier rang se trouvent leurs descendants : une origine dite étrangère, une nationalité officiellement française et une identité… Franco-Việt.

Saigon @Jean Louis Fernandez

Qu’est-ce que cette culture ? Une adaptation de l’ancienne aux normes de la nouvelle ? Un ajustement de la nouvelle aux normes de l’ancienne ? Quelle qu’elle soit, le passé est toujours présent. Et pourtant si dans les faits la vietnamité transcende, dans les mots elle se veut silencieuse. Toute la complexité de ce parcours repose sur la dialectique identité/oubli pour les uns et mémoire/origine pour les autres.

C’est à partir de l’œuvre Saïgon, jouée du 4 au 7 avril au Théâtre de la Croix-Rousse, que ces thématiques seront abordées.

L’artiste Caroline Guiela Nguyen nous fait l’honneur de sa présence pour échanger autour de sa pièce et réfléchir ensemble à ces questionnements. A ses côtés, se tiendra Marie Hamid en vue d’apporter un éclairage scientifique sur ces problématiques.

——————————————————————

Intervenantes

© portrait : Julien Pebrel

Caroline Guiela Nguyen est metteuse en scène et autrice de théâtre française. Son parcours artistique puise sa force de ses origines. Sa mère, vietnamienne arrive en France en 1956.Elle y retournera une décennie plus tard accompagnée par sa fille. Après des études de sociologie et d’arts du spectacle à l’université de Nice, Caroline Guiela Nguyen intègre l’école du Théâtre national de Strasbourg en mise en scène en 2006. En 2009, elle fonde la compagnie Les Hommes approximatifs qui met en espace Gertrude, d’Einar Schleef, au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis en juin 2009.

Après avoir monté de grands classiques [L’Échange (Paul Claudel) et de Madame Bovary (Gustave Flaubert).], la compagnie s’engage sur un travail sur les histoires intimes liées aux bouleversements géopolitiques, sur les histoires absentes des plateaux de théâtre. Dès lors, la compagnie ne cesse de peupler la scène du monde qui l’entoure… Se souvenir de Violetta (2011), Ses Mains et Le Bal d’Emma (2012), Elle brûle (2013), Le Chagrin et Le Chagrin (Julie & Vincent) (2015) – Grand Prix Italia 2016 de la création radiophonique et Grand Prix 2016 de la Société des gens de lettres (SGDL) de la Fiction radiophonique, Mon grand amour (2016). En 2017, Caroline Guiela Nguyen s’interroge sur l’histoire du Vietnam et sa propre histoire avec la pièce Saïgon, qu’elle présente au Festival d’Avignon et qui s’ancre aujourd’hui sur la scène du Théâtre de la Croix-Rousse.

Marie Hamid est doctorante-chercheure en Sciences de l’Information et de la Communication. Elle réalise une thèse intitulée « Le devoir de patrimonialisation : représentations des cultures issues de l’immigration. Le cas de la culture vietnamienne. ». Celle-ci porte sur les représentations individuelles et collectives ainsi que sur les processus de médiatisation de la culture dite vietnamienne à l’œuvre dans la société. Ses travaux actuels portent plus spécifiquement sur la communauté des Français d’Indochine rapatriés au Camp d’Accueil de Noyant d’Allier entre 1955 et 1975 et leurs descendants. Elle interroge leurs rapports à leur culture ainsi qu’à leur histoire.

——————————————————————

Saigon, mon amour

Les Hommes Approximatifs / Caroline Guiela Nguyen)

Du 4 au 7 avril 2018 au Théâtre de la Crois-Rousse

Dans un restaurant en France, la mémoire de Saigon.

Saigon @ Théâtre de la Croix-Rousse

Après Elle brûle et Le Chagrin, Caroline Guiela Nguyen et Les Hommes Approximatifs reviennent à La Croix-Rousse avec leur nouvelle création, Saigon. «Saigon, nous dit Caroline Guiela Nguyen, n’existe plus. Un jour, une personne qui était arrivée en France en 1954 m’a dit: la plus grande tragédie des Vietnamiens est que nous avons voulu nous intégrer, que nous y sommes arrivés et qu’on nous a oubliés.» Alors l’équipe des Hommes Approximatifs est partie à Hô Chi Minh-Ville, à la recherche de ces histoires oubliées et en est revenue avec toute une polyphonie d’histoires d’amour et d’exil, des comédiens vietnamiens, des chansons d’amour et le désir de créer un spectacle qui aura pour cadre un restaurant méticuleusement reconstitué sur le plateau.

«Je pense que tout notre travail pourrait se résumer à cette image-là, dit-elle, l’idée de rassembler des gens d’horizons différents et de les mettre tous autour d’une table pour partager quelque chose que l’on a pris du temps à préparer». Mais chez Caroline Guiela Nguyen, la fête se trouble toujours. Les repères vacillent. Les fantômes apparaissent. Dans ce restaurant vont coexister à la fois la France de 1996 et le Saigon de 1956. Ces deux mondes qui se sont croisés, aimés, détruits puis oubliés pendant 40 ans.

Plus d’infos sur le spectacle

 

Exode(s) Charnel(s). Parcours de la migration à la prostitution

EExode(s) Charnel(s). Parcours de la migration à la prostitution

L’Université de Lyon propose une plongée fictionnelle et interactive basée sur des travaux de recherche et proposée dans le cadre de la 13e édition des rencontres « Et si on en parlait« .

A travers les parcours, fictifs, de trois prostituées originaires de Chine, du Nigéria et de Bulgarie, tentons de comprendre les logiques prostitutionnelles et de migrations. Des raisons de la prostitution, aux rites ou l’embrigadement dans des réseaux jusqu’à l’arrivée … cette immersion est l’occasion d’une analyse profonde des conditions sociales de vie et de « travail » des prostituées migrantes : la notion de dette, le rapport à l’identité, au corps et les rapports sociaux au sexe. Enfin il s’agira aussi d’étudier les possibles fins de parcours … comment s’en sortir ?

Donner à comprendre la prostitution par le prisme des migrations, c’est se détacher des regards contradictoires portés sur les prostituées elles-mêmes : à la fois victimes et participant de troubles à l’ordre public. Abordés depuis peu dans une réflexion associant les deux sujets, Migration et Prostitution recouvrent pourtant ensemble, une réalité socio-historique importante. En effet la population concernée et les terrains d’enquêtes ont pu paraître peu aisés à approcher (moins désormais) tant la conjonction de situations sociales stigmatisantes pousse ces personnes au ban de la Société.

À la lecture d’ Exodes charnels, nous constatons que depuis quelques dizaines d’années et grâce aux travaux précurseurs de plusieurs chercheur-e-s, les études relatives à cette minorité composée des femmes combinant les conditions de prostituées et de migrantes, permettent de donner des clés de compréhension de phénomènes plus larges de nos sociétés.

Nous observons également que pour ces femmes, l’intérêt propre ne prenant plus le pas, elles sont malgré elles poussées à une forme d’acceptation de brutalité ou d’insécurité. Et la condition de migrante ajoute à cela des « étapes de violences » (le rite, la dette, l’embrigadement, les filières de l’exil, etc.) à celles déjà importante des conditions in situ (sanitaires et sociales pour ne citer qu’elles). L’exploitation des corps se confond alors pour ces femmes dans une triple contrainte : pécuniaire (remboursement), de survie et de travail.

 

 

 

exodes-charnels.universite-lyon.fr

Frontières : Effacer ou consolider  ? (Et si on en parlait #13)

FFrontières : Effacer ou consolider  ? (Et si on en parlait #13)

L’existence même des frontières est une invitation à les surpasser pour découvrir, se confronter, s’étendre, se rapprocher de l’altérité. Instituées depuis les prémisses de notre ère comme les remparts (symboliques ou fortifiés) nationaux et/ou identitaires des communautés, elles sont aujourd’hui représentatives des enjeux liés aux migrations contemporaines.

L’Université de Lyon en partenariat avec le Musée National de l’Histoire de l’Immigration vous offre des clés de compréhension des enjeux liés aux lignes démarquantes de notre monde.

A partir de 20H, assistez à une conférence suivi d’un débat, avec Yvan Gastaut : Citoyenneté et frontières à l’épreuve des migrations … quel avenir ?

Rencontre avec Yvan Gastaut (Unité de Recherche Migrations et Société (Urmis) CNRD/IRD  – Universités Paris Diderot – Nice Sophia Antipolis) animée par Raphaël Ruffier Fossoul (rédacteur en chef – Lyon Capitale)

 

Plus d’informations SUR LES 13e rencontres ET SI ON EN PARLAIT