ANNULÉ | Les eaux du Jourdain et les nappes de Cisjordanie : origines des tensions…

AANNULÉ | Les eaux du Jourdain et les nappes de Cisjordanie : origines des tensions…

————————————–

ÉVÉNEMENT ANNULÉ

————————————–

Utilisation des eaux du Jourdain et des nappes de Cisjordanie : les origines des tensions entre le Liban, la Syrie, les territoires palestiniens et Israël

Série Réchauffement climatique et géopolitique de l’eau des pays du Sud et de l’Est méditerranéen

Dans les pays du Sud et de l’Est méditerranéen, le changement climatique va  inévitablement accentuer les désordres liés à la rareté de l’eau dont les réalités climatiques anciennes sont la cause. De ce fait, des tensions nouvelles entre les états de la région sont à prévoir avec, nous prévient Pierre Blanc, le risque d’un effondrement des régions les plus arides. Pour éviter le pire, des innovations techniques et économiques sont indispensables. Mais celles-ci ne pourront être mises en œuvre que dans la mesure où une véritable hydro-diplomatie favorisant la coopération entre les états puisse être pensée. Est-ce possible ?

Séance 2 (inversion avec la séance 3 annoncée sur le flyer)  (Association RAJA-TIKVA) : Mardi 24/03/2020 – salle Vilar : avec Jacques Fontaine, agrégé de Géographie et Maitre de conférences émérite de l’Université de Franche-Comté : L’utilisation des eaux du Jourdain et des nappes de Cisjordanie : les origines des tensions entre le Liban, la Syrie, les territoires palestiniens et Israël

L’eau : introduction

Le problème fondamental concernant l’eau – ressource ô combien vitale – dans cette région du monde est celui de sa répartition entre un Etat puissant et une population aujourd’hui sous domination de ce même Etat. La question est simple : comment répartir les ressources en eau entre 9 millions d’Israéliens et 5 millions de Palestiniens ?
Mais la réponse est d’une complexité extrême car, au-delà de la question géopolitique de la création d’un État palestinien et de sa coexistence avec l’État israélien, il ne s’agit pas de répartir l’abondance, mais la pénurie. D’autre part, les précipitations, le tracé des fleuves et rivières ainsi que les limites des aquifères souterrains n’ont que faire des frontières politiques. En effet, de par son climat – méditerranéen au nord et à l’ouest, semi-aride à l’est et aride au sud – la région palestino-israélienne souffre d’un déficit chronique en eau : Israël et Palestine (ainsi que la Jordanie voisine) font partie des 15 pays du monde les moins bien pourvus en eau et souffrent d’une pénurie permanente et grave.

 

En savoir Plus