Café littéraire : Fardo

CCafé littéraire : Fardo

Avec Ananda Devi, autrice, pour son récit inspiré par la tombe féminine de Koban (Russie) et la momie de femme Ychsma (Pérou) présentées dans Éternités, visions l’au-delà.

 « Une tisseuse ! Une tisseuse aux longs cheveux noirs, dont je ne sais rien mais dont j’imagine tout, et surtout sa proximité avec moi. »

Ananda Devi livre un texte bouleversant, où réflexion intime sur les impasses de l’écriture et la condition féminine à travers les âges se rejoignent. Et si l’art, la poésie étaient une réponse ?

Plus d’informations sur le site du :

Musée des Confluences

 

Café littéraire : L’Ourse qui danse

CCafé littéraire : L’Ourse qui danse

Avec Simonetta Greggio, autrice, pour son récit inspiré par l’Ours dansant II de Davie Atchealak, exposé dans Espèces, la maille du vivant.

 « Ensuite elle a rugi, un rugissement à faire trembler tous les animaux, sur la terre comme au ciel. Mes oreilles ont tinté. Mes os eux-mêmes ont grelotté. Elle me défiait de lever mon couteau vers elle. »

Dans ce conte engagé et sensible, Simonetta Greggio met en lumière des modes de vie dits primitifs souvent oubliés, voire dédaignés, et rappelle combien l’humain n’est qu’un des hôtes de cette Terre.

Plus d’informations sur le site du :

Musée des Confluences

A quoi pensez-vous ?

AA quoi pensez-vous ?

Conversations à distance avec Camille De Toledo

À l’heure de la pandémie, dans le cadre de la detective room et du cycle « Enquêter, enquêter mais pour élucider quel crime ? », la résidence de l’écrivain-chercheur Camille de Toledo se reconfigure. Elle propose, à partir du 9 juin, une série de rencontres et de conversations à distance.

La « Chambre d’enquête » devient la « chambre d’échos ».

Toutes les semaines, l’écrivain dialoguera avec un.e invité.e issu.e des différents champs de recherche : art, histoire, philosophie, littérature, architecture, urbanisme, anthropologie…Avec l’Ecole urbaine de Lyon, European Lab et la Fête du livre de Bron.

  • A partir du 9 juin 2020 • Comment la langue a recouvert le monde et ses animaux ? avec Anne Simon
  • A partir du 16 juin 2020 • Comment concevoir une architecture de l’hospitalité ? avec Sébastien Thiéry
  • A partir du 23 juin 2020 • Comment les modernes ont-ils mécanisé la nature en la « désanimant » ? avec Frédérique Aït-Touati
  • A partir du 30 juin 2020 • Comment partager les perspectives humaines et non-humaines ? avec Emmanuel Alloa
  • A partir du 7 juillet 2020 • Comment nous, les modernes, nous habitons nos corps et pourquoi il en va du corps comme du monde ? avec Denis Cellier

Découvrez le programme des premières conversations sur le site de :

École urbaine de Lyon

 

Récits d’objets : En cheveux

RRécits d’objets : En cheveux

Avec Emmanuelle Pagano, auteure et David Besson, responsable des collections du musée des Confluences

Notre collection Récits d’objets propose à des écrivains de s’emparer d’un objet conservé par le musée pour en faire la matière d’un récit.
Le Café littéraire est une rencontre inédite entre un écrivain et un chargé de collections du musée pour explorer les frontières entre sciences et imaginaire. Un moment de convivialité à partager autour d’un verre.

Plus d’informations sur le site du :

Musée des Confluences

Rap, littérature et poésie … par amour ?

RRap, littérature et poésie … par amour ?

Comprendre et (re)découvrir le(s) rap(s) en combinant les regards d’artiste et de chercheurs … décrypter cette discipline artistique et découvrir les liens ou les ruptures que le rap entretient avec des procédés linguistiques, littéraires et poétiques.

 

Avec :

  • Medhi Krüger : Rappeur, poète, chanteur, slameur. D’origines allemande et algérienne, cet amoureux des mots les considèrent comme « les grains d’un bac à sable truffé de mines. » Des sonorités urbaines aux chansons à textes, il n’y a qu’un pas pour Mehdi, qui depuis 20 ans déclame ses mots sur des dizaines de scènes en France, au Liban, en Belgique, Italie, Tunisie et Algérie.
  • Corentin Roquebert : doctorant au Centre Max Weber (CNRS, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2, Université Jean Monnet)
  • Anthony Pecqueux : sociologue, chargé de recherche au Laboratoire AAU (CNRS, Centrale Nantes, ENSA Grenoble, ENSA Nantes) et directeur du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON)
  • Modération : Samuel Belaud (Université de Lyon)

Vidéo enregistrée le 4 novembre 2016 au SUCRE (Lyon), dans le cadre d’une soirée organisée dans le cadre du 11ème cycle de rencontre Sciences-Société ET SI ON EN PARLAIT, par la Direction Culture, Sciences et Société de l’Université de Lyon. Partenaires : Le Sucre / Sensible. Réalisation : Abrup.

Récits d’objets : L’Enfant fossile

RRécits d’objets : L’Enfant fossile

Avec Philippe Forest, écrivain, et David Besson, responsable des collections du musée des Confluences

Notre collection Récits d’objets propose à des écrivains de s’emparer d’un objet conservé par le musée pour en faire la matière d’un récit.
Le café littéraire est une rencontre inédite entre un écrivain  et un chargé de collections du musée pour explorer les limites entre sciences et imaginaire.

Plus d’informations sur le site du :

Musée des Confluences

Le temps de la mémoire. Rencontre avec Javier Cercas et Philippe Sands

LLe temps de la mémoire. Rencontre avec Javier Cercas et Philippe Sands

« Le temps de la mémoire » réunira Philippe Sands et Javier Cercas pour une discussion sur les liens qu’entretiennent archives familiales, enquête et littérature.

 

Philippe Sands

Avocat international francobritannique spécialisé dans la défense des droits de l’homme, Philippe Sands est professeur de droit à l’University College de Londres. Invité à donner une conférence en Ukraine dans la ville de Lviv, autrefois Lemberg, Philippe Sands raconte dansRetour à Lemberg (Albin Michel,2017) comment il découvre une série de coïncidences historiques qui le conduiront de Lemberg à Nuremberg, des secrets de sa famille à l’histoire universelle.

Javier Cercas

Auteur d’une œuvre foisonnante, traduite dans une vingtaine de langues, Javier Cercas est l’un des plus grands romanciers espagnols contemporains. Il collabore également au journal El País. Son roman Le Monarque des ombres (Actes Sud, 2018) retrace le parcours d’un jeune homme, le grandoncle de Javier Cercas, qui a lutté pour une cause moralement indéfendable et est mort en 1938, du mauvais côté de l’Histoire, celui de lidéologie franquiste.

Animé par Sandrine Treiner / Écrivaine, directrice de France Culture

 

Roman social ?

RRoman social ?

Animé par Yann Perreau (Journaliste / Les Inrocks)

Grèves, luttes, occupations, répressions, en 1978 comme en 2014, dans un monde où l’économie devient sauvage et la politique cynique : l’histoire se répète.Comment dire la violence sociale d’hier et d’aujourd’hui ? François Bégaudeau, en grand témoin de son temps, et Thomas B. Reverdy, en conteur des origines du néolibéralisme, s’inscrivent chacun dans la tradition du roman social pour dresser le portrait fracturé de nos sociétés.

 

Carte blanche à Jean Pruvost

CCarte blanche à Jean Pruvost

Rencontre avec  Jean Pruvost professeur émérite de lexicologie et d’histoire de la langue française à l’Université de Cergy-Pontoise, un évènement  organisée par la  Villa Gillet dans le cadre des Assises Internationales du Roman 2018 animée par Anne Paris, élève-conservateur à l’Enssib.

Qui sait que l’arabe vient en troisième position après l’anglais et l’italien pour la quantité de termes intégrés au français ?

De la tasse de café à l’orangeade, de la jupe de coton au gilet de satin, de l’algèbre à la chimie ou aux amalgames, à propos de la faune, de la flore, des arts, des parfums, des bijoux, de l’habitat, des transports ou de la guerre, nous employons chaque jour des mots empruntés à l’arabe.

Jean Pruvost se livre à une exploration réjouissante de cette langue véhiculée par les croisades, les conquêtes arabes, les échanges commerciaux en Méditerranée, et plus près de nous par l’exil des pieds noirs ou encore le rap.

Carte blanche J. Pruvost - Bibliothèque municipale

 

 

 

 

 

 » Un formidable voyage au cœur de l’Histoire et de la langue « . Ce livre est d’utilité publique.

Dernières publications:

Pleins feux sur nos dictionnaires en 2500 citations(Honoré Champion, mars 2018)

Nos ancêtres les Arabes. Ce que notre langues leurs doit (j.-C. Lattès, mars 2017)

Mots, expressions et proverbes oubliés, avec Mélanie Mettra (Garnier, 2017

 

SITE DE LA BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE DE LYON

 

Les écritures post-coloniales

LLes écritures post-coloniales

Vendredi 2 et samedi 3 février au Théâtre National Populaire.

Deux soirées pour penser le post-colonialisme, deux soirées pour faire dialoguer la littérature, l’histoire, la musique, la poésie, les arts,…Cycle conçu et organisé par la Villa Gillet avec le Théâtre National Populaire, l’Ambassade des Pays-Bas en France, le Fonds des lettres néerlandaises et Flanders Literature.

 

VVendredi 2 février

• 18h30 – Exposer le fait colonial

À partir de l’analyse de l’exposition coloniale de 1931 à Paris, comprendre les enjeux politiques et esthétiques de la muséographie contemporaine du fait colonial.

Avec Martine Gosselink, Marianne Amar et Michel Pierre.

Débat animé par Cédric Lesec / Directeur des relations extérieures et de la diffusion du Musée des Confluences.

 

• 20h30 – Contre l’oubli : se souvenir de la violence coloniale

L’histoire “post-coloniale” des guerres d’indépendance refoule souvent les violences qui les ont accompagnées et qui en découlent. Comment lutter contre cet oubli ?

Avec Abram de Swaan et Sylvie Thénault.

Débat animé par Thibaut Sardier / Journaliste et géographe (28 minutes Arte / Libé / France Culture)

 

• 22h30 – Création musicale autour d’Une Saison au Congo d’Aimé Césaire

Par Fabrice Devienne avec cinq musiciens et un slameur.  Une invitation au voyage, alliant les textes poétiques de Aimé Césaire et un univers musical aux confluences de l’Afrique, de Cuba et du jazz.

 

SSamedi 3 février

• 18h – Actualité du passé colonial : réparer un récit brisé

Romans, nouvelles, films, bandes dessinées : jamais le passé colonial n’a été aussi présent dans le domaine des œuvres de fiction. Mais qu’en est-il du côté de l’histoire telle qu’elle s’écrit ? Dialogue autour de cette nouvelle histoire des colonisations.

Avec Romain Bertrand, François-Xavier Fauvelle , Martin Bossenbroek et Paul Bijl.

Débat animé Julie Clarini / Le Monde

 

• 20h – Mettre en récit le colonialisme Entre fiction et non-fiction, comment dire le fait colonial ?

Mémoires et stratégies d’écriture, faits et imagination.

Avec Lieve Joris et Éric Vuillard.

Débat animé par Margot Dijkgraaf / Critique littéraire

 

• 22h30 – Paul Wamo présente SOL

Spectacle spoken word et musique

Avec Paul Wamo