POP'SCIENCES FORUM : du 27 novembre au 5 décembre | CONSULTEZ LE PROGRAMME !

Histoire de la chimie à Lyon | #FDS2018

HHistoire de la chimie à Lyon | #FDS2018

Lors d’une visite venez découvrir l’Ensemble Industriel Remarquable Cusset-TASE qui vous emmènera au cœur de l’usine TASE et de ses cités. Des produits d’ennoblissement de la soie aux produits de la chimie verte, la chimie à Lyon, c’est une belle histoire qui se perpétue.

Après la visite, Jacques Breysse, consultant en génie des procédés, Roger Lamartine, professeur honoraire de chimie et François Buisson, responsable de la section histoire des anciens du groupe Rhône-Poulenc, vous proposent de participer au débat sur la genèse de la chimie à Lyon et ses perspectives dans la région. Sera également accueilli, Hervé Joly, directeur de recherche au CNRS section Mondes modernes et contemporains et directeur de l’Institut d’études avancées de Lyon (Collegium).

Durée : 1h30

Intervenants : Jacques Breysse, Roger Lamartine et François Buisson

Public visé : 11 ans + | Inscription obligatoire

 

 Usine TASE 

 

Consultez toute la programmation Fête de la Science 2018

en Métropole de Lyon et Rhône

Pop’Sciences fait son séminaire … Appel à participation

PPop’Sciences fait son séminaire … Appel à participation

A l’attention des contributeurs à Pop’Sciences

chercheurs, chargés de communication, enseignants, étudiants,

acteurs de la CSTI…

Afin de faire le point sur l’évolution du portail Pop’Sciences, de présenter les programmations à venir, de préparer le prochain festival, ce 2e séminaire nous donnera l’occasion de se rencontrer, se connaître, partager des idées, solliciter des suggestions d’intervenants, imaginer des partenariats, instruire des sujets précis.

L’occasion également de réfléchir sur nos pratiques, de nous informer des évolutions au niveau national et européen, de penser des coproductions et réponses communes à des appels à projets…

Date :  vendredi 29 juin de 9h à 17h

Organisé par la Direction Culture, Sciences et Société de l’Université de Lyon

Sur inscription : lien « S’inscrire » ci-contre

<Programme détaillé

9h00  9h15 : Accueil autour d’un café

9h15 – 10h00 : Bilan de la première année de la dynamique Pop’Sciences et perspective par Florence BELAEN et Patricia LAMY (DCSS)

10h00 – 10h45 : Intervention de Didier MICHEL, Directeur – Amcsti, Point de Contact National Horizon 2020 – Science avec et pour la société – : évolution de la Culture scientifique, Sciences et société et RRI, approche nationale et européenne

10h45 – 11h : Pause

11h00  12h30 : Présentation de 9 projets des acteurs du réseau Pop’Sciences.

Sous forme de Pécha-Kucha : 3 slides/ 10 minutes maximum de présentation du projet

Si vous souhaitez candidater pour présenter votre projet : isabelle.bonardi@universite-lyon.fr

12h30 – 14h : Buffet, business bistro

14h – 16h : Travail en ateliers, échanges de bonnes pratiques

  • Atelier 1 : Lien enseignement primaire, secondaire / enseignement supérieur (Animation Isabelle BONARDI – DCSS)

Comment mieux faire connaître les actions de culture scientifique proposées aux scolaires par les acteurs de l’enseignement supérieur et leurs partenaires culturels ? Qu’attend le monde de l’enseignements primaire et secondaire en la matière ? Que proposent les acteurs de l’enseignement supérieur ? Comment les acteurs de la médiation culturelle des sciences peuvent accompagner les réformes de l’enseignement secondaire : la réforme du bac (le grand oral), Parcours sup, etc.

  • Atelier 2 : Former les chercheurs et doctorants à la Recherche et à l’Innovation Responsable (Animation Amalia VERZOLA – DCSS – projet européen NUCLEUS)

Quelles compétences doivent acquérir les chercheurs et doctorants des universités et grandes écoles pour travailler avec les acteurs de la médiation culturelle des sciences et aller à la rencontre des publics ? Inversement, comment impliquer la société le plus en amont possible dans leur cursus de formation ? Quels modules transversaux pourrions-nous concevoir ?

  • Atelier 3 : Les cycles de conférence pour le grand public (Animation Jean-Paul Nobécourt – Confluence des savoirs)

Comment rendre visibles les conférences sur le territoire ? Comment mutualiser les intervenants, planifier les cycles en favorisant les complémentarités et synergies, définir les thèmes à venir ? Comment faire évoluer les conférences pour prendre en compte les possibilités des nouvelles technologies (Vidéos, réseaux sociaux, etc …)

  • Atelier 4 : Patrimoine, les collections scientifiques (Animation Patricia LAMY – DCSS)

Quels projets pour le patrimoine scientifique lyonnais ? Quel état des lieux des inventaires ?  Que donne-t-on à voir au public et comment ?

16h30 – 17h : Conclusion de la journée

 

<Préparation du Festival Pop’Sciences

La veille du séminaire, le 28 juin, un atelier méthodologique est proposé aux acteurs qui souhaiteraient participer au prochain Festival Pop’Sciences qui se tiendra au printemps 2019 en proposant un projet impliquant des jeunes (cadre scolaires ou hors cadre scolaire). En présence et avec le rectorat de l’Académie de Lyon.

 Publics visés : les opérateurs de la culture scientifique développant ou souhaitant développer des actions avec et pour des jeunes, les enseignants du primaire ou du secondaire, des animateurs médiateurs.

Horaires et lieu : en fin d’après-midi/soirée (17h00 – 20h00) à l’Université de Lyon, 92 rue Pasteur, Lyon 7e

Le Festival Pop’Sciences investira le temps de 2 journées et d’une soirée, le quartier de la Duchère les 17 et 18 mai 2019 en proposant une programmation riche et variée : conférences, expositions, jeux, démonstrations, etc.

Voir le bilan du Festival 2017

Conférence-débat : Mai 68 à Lyon

CConférence-débat : Mai 68 à Lyon

Il y a cinquante ans, Lyon débutait son mois de mai dans le calme, jusqu’à ce que tout bascule quelques semaines plus tard avec la mort du commissaire Lacroix. Comment Mai 68 a-t-il marqué la ville ? Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Le 22 mai à 19 heures, Lyon Capitale vous invite à une conférence-débat sur Mai 68 à Lyon.

La révolte des étudiants, les grèves ouvrières, l’agitation intellectuelle, le foisonnement culturel, la mort du commissaire Lacroix… Comment, il y a cinquante ans, le mois de mai a secoué la ville et l’a façonnée jusqu’à nos jours. Dans le grand amphithéâtre de l’Université, Lyon Capitale vous invite à une conférence conférence-débat sur mai 68, en présence d’universitaires, de témoins et des auteurs de la BD Émoi de Mai, Lyon en 68 : Mathieu Bertrand et Jean-Claude Chuzeville (une histoire publiée dans les numéros d’avril, mai et juin du mensuel Lyon Capitale). Le débat sera animé par Raphaël Ruffier et Florent Deligia, journalistes à Lyon Capitale.

Entrée libre, sur inscription par courriel à invitations@lyoncapitale.fr

Histoire de Lyon

HHistoire de Lyon

Dans le cadre de la rubrique La fabrique de l’Histoire sur France Culture , une série de 4 émissions sur l’histoire de Lyon :

  • L’identité lyonnaise au fil de son histoire
  • Les arêtes de poisson : un mystère sous la Croix Rousse
  • 1793, Lyon n’est plus
  • Jeudi : 1562, Lyon capitale protestante

Intervenants : Xavier de la Selle, Commissaire de l’exposition Lyon sur le divan au Musée d’histoire de Lyon, et  Isabelle Lefort, Professeur à l’Université Lumière Lyon 2.

Ecouter les émissions

Lyon sur le divan

LLyon sur le divan

Qui sont les parents de Lyon ? Quels sont ses complexes et névroses ? Une guérison est-elle en cours ?

Le Musée d’Histoire de Lyon a confronté les regards d’historiens, de scientifiques, de témoins et d’autres artistes à une psychanalyse de terrain, drôle et pertinente…

En savoir plus : site Gadagne Musées

Participez au Défilé pour la Paix

PParticipez au Défilé pour la Paix

C’est une première, l’Université de Lyon sera présente au Défilé de la Biennale de la Danse de Lyon en 2018 !

Des centaines de danseurs et danseuses, au sein du beau projet du chorégraphe Fred Bendongué « Joyeuse Cacophonie », défilerons pour la Paix le 16 septembre 2018 dans les rues de Lyon.

Et si c’était avec vous ?!

Ouvert à tous (étudiants, pas étudiants, lyonnais, non-lyonnais, personnes en situation de handicap,…), à partir de 13 ans.

Inscrivez-vous et rejoignez le groupe dès la prochaine répétition.

Retrouvez le planning des répétitions et des ateliers dans la rubrique TELECHARGEMENTS ci-contre.

 

Envie de vous investir autrement ?!

Notre Joyeuse Cacophonie recherchent également des volontaires pour participer à la confection des costumes, création des décors et au reportage photo/vidéo.

 

SUIVEZ L’AVENTURE « JOYEUSE CACOPHONIE » SUR FACEBOOK

Joyeuse Cacophonie – Défilé de la Biennale de la Danse

JJoyeuse Cacophonie – Défilé de la Biennale de la Danse

C’est une première, l’Université de Lyon sera présente au Défilé de la Biennale de la Danse de Lyon en 2018 !

Tous les 2 ans, 5000 amateurs et professionnels participent au défilé de la Biennale de la danse en communion avec 300 000 spectateurs.

Pour l’édition 2018, l’Université de Lyon, les Universités Claude Bernard Lyon 1, Lumière Lyon 2, Jean Moulin Lyon 3 et la Compagnie Fred Bendongué invitent tous les étudiants et personnels des établissements d’Enseignement supérieur de l’Université de Lyon à participer au Défilé de la Biennale de la Danse 2018.

BIENNALE DE LA DANSE

La Biennale de la Danse de Lyon est un festival de danse créé à Lyon en 1984 et reconnue aujourd’hui internationalement. En 2018, la Biennale de la Danse organise la douzième édition du Défilé, parade chorégraphique fruit de la collaboration entre des acteurs locaux, mobilisant 5000 participants amateurs, et des équipes artistiques professionnelles placées sous la direction de chorégraphes.

Pour l’édition 2018, en communion avec 300000 spectateurs, les danseurs auront à cœur de créer le Défilé pour la paix, imaginer des danses, des musiques qui passeront le message de la nécessaire fraternité et de la paix. Les temps sont trop sévères pour que l’on renonce à l’espoir !

L’IDENTITE ARTISTIQUE DU DEFILE DES UNIVERSITES ET DE LA COMPAGNIE FRED BENDONGUE

« Joyeuse Cacophonie »

2018 est l’année du centième anniversaire de la commémoration de la grande guerre 14-18 et c’est aussi l’introduction du jazz en France par les soldats noirs américains alliés de la France. Ces hommes de bronze tels qu’ils étaient surnommés sont des brass band (orchestre de cuivre) et ne jouent pas que des marches militaires mais aussi des airs traditionnels de blues et de jazz. Ils relancent et libèrent les forces du vivant et partagent en France ces nouvelles danses populaires issues de la communauté noire américaine. Le berceau de cette tradition musicale et chorégraphique est la Louisiane et plus particulièrement New Orléans.

Depuis lors, les rythmes du Funk et du Hip-Hop se sont invités dans ce répertoire. Style électrique et vibrant où la danse et la musique défèrent les énergies, dépassent l’appartenance ethnique et sociale et font de ce langage de la rue une nouvelle stratégie de résistance dans une joyeuse cacophonie.

Fred Bendongué

Fred Bendongué fait ses armes avec le mouvement Hip-Hop mais très vite il dépasse les cadres, se forme à la danse classique avec les plus grands, se fabrique une empreinte. Parce que la danse est un moyen d’expression, Fred Bendongué s’emploie à dire sa vision du monde qui l’entoure, artiste engagé qui n’a jamais cédé à la facilité afin de ne pas perdre la sève ni la flamme qui l’anime depuis toujours.

Informations et contact : DefileUnivsBendongue@universite-lyon.fr

Planning et inscription : www.universite-lyon.fr/defile-biennale-2018

 

SUIVEZ L’AVENTURE « JOYEUSE CACOPHONIE » SUR FACEBOOK

Visite guidée de l’amphithéâtre des Trois Gaules

VVisite guidée de l’amphithéâtre des Trois Gaules

Les archéologues du Service archéologique de la ville de Lyon (SAVL) vous proposent une visite guidée et gratuite (sur inscription) de l’amphithéâtre des Trois Gaules d’une durée d’1 heure 30.

Retrouvez plus d’informations sur l’amphithéâtre des trois Gaules sur le site du SAVL.

Service archéologique de la ville de Lyon

La fouille archéologique du quai Saint-Antoine (Lyon 2e), premiers résultats

LLa fouille archéologique du quai Saint-Antoine (Lyon 2e), premiers résultats

Cette conférence proposée par Emmanuel Bernot (responsable des fouilles du parking Saint-Antoine) et les archéologues du Service Archéologique de la ville de Lyon (SAVL) présentera un bilan sur les résultats de la fouille archéologique qui se déroule à l’emplacement du futur Parking Saint-Antoine dans le 2è arrondissement de Lyon, depuis l’été 2015 jusqu’à la phase qui sera en cours de fouille en février 2018.

Nous retracerons l’histoire de cette partie de la Presqu’île de l’Antiquité (tout début du Ier siècle ap. J. – C.) jusqu’à nos jours.

Service Archéologique de la ville de Lyon

Lyon : signes poétiques, graffitis et langages de la ville

LLyon : signes poétiques, graffitis et langages de la ville

Dans la ville, divers types d’inscriptions se déploient et sont exprimés par une hétérogénéité d’acteurs. À Lyon comme ailleurs, nos trajets quotidiens nous confrontent à d’innombrables signes et discours : graffitis et tags, panneaux de signalisations, inscriptions paysagères et architecturales, mobilier urbain … 

Quelle est la densité des significations de ces inscriptions aux niveaux symbolique et esthétique ? Y a-t-il une raison à ce qu’elles se trouvent dans un lieu ou sur un support spécifiques et pas un autre ? Pourquoi certaines paroles persistent (monumentales et muséales) alors que d’autres tendent à disparaitre (revendicatives ou poétiques) ?

Julien Thiburce (Doctorant en sciences du langage et membre de l’association Pas de côté) et Antonin Rêveur (artiste graffeur) ont animé deux promenades urbaines – dans le cadre du cycle « Soigne Ton Langage » organisé par le service Sciences et Société de l’Université de Lyon.

Regards croisés sur les langages parlés et inscrits dans la ville …

… à lire, écouter et regarder.

Par Samuel Belaud  –  Crédits photographiques : Université de Lyon – Science et société – Association Pas de côté


Le graffiti

Les tags et les graffitis à la spray ou au marqueur, sont présents dans la ville sur quantité de supports dès le début des années 1970. Des murs des bâtiments statiques aux surfaces des trains mobiles, les expériences que les passants s’en font dans leurs marches quotidiennes sont diverses.

Pas à pas, des stratégies et des tactiques de discours viennent déjouer des normes sociales et de nouvelles formes d’expression voient le jour. Au fil du temps, les graffitis, les architectures et les paysages de la ville évoluent ; les inscriptions se répondent, se recouvrent, se contrastent et s’annulent. Quelles mutations notre environnement a-t-il connu ? Comment la pratique du graffiti influence-t-elle et est-elle influencée par les autres pratiques de la ville ?

Le graffiti est ici découvert comme un discours dans l’espace. Les praticiens investissent des lieux pour les incarner et y discourir.

Où je laisse une trace … pourquoi le  graff ? La notion de territoire chez les graffeurs.

Sa dimension subversive lui vaut d’être rapidement (re)connu, tant il subsiste encore aujourd’hui une contradiction entre : d’une part la répression publique (nettoyage systématique, poursuites judiciaires, …) ; et d’autre part la récupération par d’autres institutions (publiques aussi) de ce mouvement comme un pan de la culture qu’il convient d’exposer, de célébrer ou encore de légaliser dans la rue (sous certaines contraintes), etc…

 

La suite de ce reportage à découvrir sur Et si on en parlait