Juillet 1969- Juillet 2019 : l'Homme marchait sur la Lune il y 50 ans !

Un crime au musée : dans la peau de la police technique et scientifique

UUn crime au musée : dans la peau de la police technique et scientifique

Affiche de l'expostion sur la police scientifique au Musée Claude BernardQu’est-ce qu’une empreinte digitale ? une trace ADN ? l’odorologie ? Entre mythe et réalité, l’exposition Un crime au musée vous fait découvrir l’univers de la police technique et scientifique.

Cette exposition vous entraîne au cœur des laboratoires de la Police scientifique et vous propose de découvrir leur rôle, loin des paillettes d’Hollywood…!

Teaser de l’exposition

MMenez l’enquête !

Mais qui a tué le Professeur Mac Finnigan ?

Glissez-vous dans la peau d’un enquêteur et aidez-vous des résultats d’analyse des laboratoires pour trouver le coupable de ce crime odieux.

Seul, entre amis, en famille, serez-vous à la hauteur ?

 

AAutour de l’expo !

  • 5 octobre | Cluedo géant

A l’occasion de la Fête de la Science, le musée vous propose de résoudre une nouvelle énigme dans un Cluedo grandeur nature.

  • 31 octobre | Conférences

Le Dr Locard, fondateur de la médecine scientifique lyonnaise.

Intervenant :  Jacques Chevallier

 

Musée Claude Bernard

 

 

 

 

 

Pop’Sciences Mag #4 | Le meilleur est-il à venir ?

PPop’Sciences Mag #4 | Le meilleur est-il à venir ?

Pop’Sciences Mag propose des contenus originaux et vulgarisés sur ce que la recherche scientifique peut apporter comme clés de compréhension à des enjeux de société prégnants. En variant les formats (vidéos, textes et photos) et les dimensions (enquêtes, interviews, actus, reportages, …), ce Mag satisfait de nombreux niveaux de lecture et d’engagement avec les savoirs scientifiques. Il adopte un ton non-technique, mais « sérieusement vulgarisé », où la signature esthétique est fondamentale pour parvenir à faire plonger le lecteur aux cœur de la recherche scientifique.

Pop’Sciences Mag #4

Le meilleur est-il à venir ?

C’était mieux avant ! Le refrain du mythe de l’Âge d’or revient régulièrement lorsque, face aux grands défis sociétaux du présent, nous en revenons au passé et réglons nos comptes sur son dos.

Les échos d’un certain déclinisme ambiant retentissent alors : avant nous étions une Nation puissante ! Lorsqu’il s’agissait de poser un pied sur la Lune, avant on y arrivait ! Avant nous n’étions pas perdus dans des univers numérisés ! Révélée en juillet 2016, une étude de la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques précise que 46 % des français  interrogés considèrent leur situation globalement moins bonne que celle de leurs parents. Cette vision d’une société en déclin économique et culturel se cristallise dans certains discours politiques ou médiatiques.

C’est avec verve et générosité que le philosophe des sciences, Michel Serres, s’est plongé dans la problématique du C’était mieux avant ! Dans son ouvrage  éponyme, il tord le cou aux relents passéistes des « grands papas ronchons (qui) créent une atmosphère de mélancolie sur les temps d’aujourd’hui. » Ça tombe bien, avant, Michel Serres y était ! Du haut de ses 87 ans, il rappelle qu’au début du XXe siècle « les pauvres mouraient sans soin, qu’avant sans contrainte, les usines répandaient leurs déchets dans l’atmosphère ou la mer » et que l’hygiène était déplorable. Qu’avant signifie aussi tuberculose, famines… Hiroshima.

Pop’Sciences Mag se prête au jeu de savoir comment les sciences appréhendent le monde qui vient.

Pour ce nouveau numéro, Pop’Sciences ne donne ni dans la mélancolie, ni dans l’euphorie insouciante du progrès scientifique absolu. Nous proposons un regard sur les avancées techniques, socio-économiques et sanitaires qui forgent le monde contemporain et préparent celui qui vient. Nous donnons à voir comment nos chercheurs contribuent à produire de nouvelles connaissances pour répondre aux défis climatiques ou encore démographiques du XXIe siècle. Ces enjeux qui nous imposent de repenser nos modes de production, de consommation et d’innovation.

Au plus près de la recherche scientifique, vous évaluerez l’intérêt et la portée des progrès en médecine d’augmentation. Vous analyserez également les courants sociologiques et économiques qui repensent la place du travail dans nos vies futures. Notre rédaction s’est aussi intéressée aux chercheurs qui tentent de définir un modèle agricole durable, répondant au défi de devoir nourrir 10 milliards de bouches d’ici 2100. Vous identifierez les conséquences à venir du changement climatique en cours, et enfin vous vous interrogerez : a-t-on raison de vouloir aller sur Mars ?

Ce magazine vous invite à prendre position ! Était-ce mieux vraiment avant, ou le meilleur est-il à venir ?

Commencer la lecture

 

Pop’Sciences Mag #4 | Le meilleur est-il à venir ?

PPop’Sciences Mag #4 | Le meilleur est-il à venir ?

C’était mieux avant ! Le refrain du mythe de l’Âge d’or revient régulièrement lorsque, face aux grands défis sociétaux du présent, nous en revenons au passé et réglons nos comptes sur son dos.


Les échos d’un certain déclinisme ambiant retentissent alors : avant nous étions une Nation puissante ! Lorsqu’il s’agissait de poser un pied sur la Lune, avant on y arrivait ! Avant nous n’étions pas perdus dans des univers numérisés ! Révélée en juillet 2016, une étude de la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques précise que 46 % des français  interrogés considèrent leur situation globalement moins bonne que celle de leurs parents. Cette vision d’une société en déclin économique et culturel se cristallise dans certains discours politiques ou médiatiques.

C’est avec verve et générosité que le philosophe des sciences, Michel Serres, s’est plongé dans la problématique du C’était mieux avant ! Dans son ouvrage  éponyme, il tord le cou aux relents passéistes des « grands papas ronchons (qui) créent une atmosphère de mélancolie sur les temps d’aujourd’hui. » Ça tombe bien, avant, Michel Serres y était ! Du haut de ses 87 ans, il rappelle qu’au début du XXe siècle « les pauvres mouraient sans soin, qu’avant sans contrainte, les usines répandaient leurs déchets dans l’atmosphère ou la mer » et que l’hygiène était déplorable. Qu’avant signifie aussi tuberculose, famines… Hiroshima.

Pop’Sciences Mag se prête au jeu de savoir comment les sciences appréhendent le monde qui vient.

Pour ce nouveau numéro, Pop’Sciences ne donne ni dans la mélancolie, ni dans l’euphorie insouciante du progrès scientifique absolu. Nous proposons un regard sur les avancées techniques, socio-économiques et sanitaires qui forgent le monde contemporain et préparent celui qui vient. Nous donnons à voir comment nos chercheurs contribuent à produire de nouvelles connaissances pour répondre aux défis climatiques ou encore démographiques du XXIe siècle. Ces enjeux qui nous imposent de repenser nos modes de production, de consommation et d’innovation.

Au plus près de la recherche scientifique, vous évaluerez l’intérêt et la portée des progrès en médecine d’augmentation. Vous analyserez également les courants sociologiques et économiques qui repensent la place du travail dans nos vies futures. Notre rédaction s’est aussi intéressée aux chercheurs qui tentent de définir un modèle agricole durable, répondant au défi de devoir nourrir 10 milliards de bouches d’ici 2100. Vous identifierez les conséquences à venir du changement climatique en cours, et enfin vous vous interrogerez : a-t-on raison de vouloir aller sur Mars ?

Ce magazine vous invite à prendre position ! Était-ce mieux vraiment avant, ou le meilleur est-il à venir ?

Commencer la lecture

 

Visite guidée du Musée Claude Bernard

VVisite guidée du Musée Claude Bernard

Une visite passionnante du musée et de la maison natale pour découvrir Claude Bernard et comprendre l’importance de ses travaux.

 

Rêverie appliquée

RRêverie appliquée

Romane, étudiante en 5e année de médecine, présente ainsi son projet…

©BU Sciences Lyon 1

« On a tous la tête un peu trop dans le guidon parfois, malmenés par moment par nos études exigeantes sur bien des plans, on a besoin de donner du sens à nos études, les rapporter à ce qui nous fait intimement vibrer. Pour ce faire, j’ai pris en photo des étudiants en médecine, de la 2e à la 6e année, et leur ai demandé de me raconter leur vie rêvée une fois qu’ils seraient médecins ». Romane Bordet

Venez découvrir les portraits en argentique de Romane et les rêves de ces futurs médecins.

BU Lyon 1

Botanique et médecine antique

BBotanique et médecine antique

Depuis la plus Haute Antiquité, les Hommes ont su utiliser les plantes pour se soigner.

Dioscoride, Gargile Martial, Pline l’Ancien nous ont laissé des ouvrages de botanique offrant tout un arsenal thérapeutique d’une grande richesse.

Le médecin antique est amené à prescrire des herbes, des plantes, des légumes et des fruits qui entrent dans l’alimentation de ses patients sous diverses formes  et diverses préparations. Alors venez consulter !

Intervenant : conférence « Science et art » animée par Gaëtan Guignard, Maître de conférences, Université Claude Bernard Lyon 1.

Suivie d’une visite commentée dans les collections du musée.

 

Lugdunum

Pourquoi les médecins font peur

PPourquoi les médecins font peur

Quand notre médecin nous demande combien on boit de verres d’alcool par semaine, si on fait du sport ou si on a bien pris le traitement comme c’était écrit… on a tendance à enjoliver un peu la réalité.

Mais pourquoi? Parce qu’on a (un peu) peur, tiens !

En même temps, vous feriez confiance à un.e soignant.e qui ne vous gronde pas un peu quand vous lui avouez que vous n’allez au sport qu’une fois par semaine (alors que la dernière fois remonte à l’année dernière) ?

L’autorité médicale, on en discute avec Nicolas Lechopier, philosophe et enseignant de sciences humaines à la Faculté de médecine Lyon Est !

Un rendez-vous libre et gratuit proposé par Sciences pour Tous

 

Dans le cadre des rencontres Expresso organisées par Sciences pour Tous

A-t-on le droit de prescrire un placebo ?

AA-t-on le droit de prescrire un placebo ?

Vous ne seriez pas un peu colère d’apprendre que votre médecin soigne vos migraines avec un placebo depuis des années sans vous le dire?

Pourtant, dans de très nombreux cas, un placebo est efficace… même quand on sait qu’il s’agit d’un placebo.

Du coup, est-ce que c’est juste et respectueux de prescrire un « faux médicament » quand on sait que pour ce cas précis, il aura un effet positif? Est-ce que cela revient à mentir à ses patient.e.s?

Parler des placebos, c’est finalement se demander ce que soigner veut dire : venez en discuter !

Un rendez-vous libre et gratuit proposé par Sciences pour Tous

Dans le cadre des rencontres Expresso organisées par Sciences pour Tous

Parcours spécial médecine à Lugdunum | #FDS2018

PParcours spécial médecine à Lugdunum | #FDS2018

  • Médecine gréco-romaine, une médecine pour tous

De 10h à 18h

Voyagez au cœur des collections de Lugdunum, Musée & Théâtre romains. Au fil des rencontres avec des spécialistes de l’histoire et de l’archéologie de la médecine dans les mondes antiques grecs et romains, apprenez-en plus sur leurs recherches et les collections d’objets en lien avec les soins médicaux. Assistez à plusieurs petites conférences et à l’aide de votre carnet de santé, résolvez des énigmes et trouvez le bon remède !

Entre médecine, magie et religion, une visite forte en émotion !

AAu programme :

  • Campement militaire
    Reconstitution d’un campement militaire et démonstrations : comment réaliser un bandage, comment soigner une blessure de flèche.
  • De l’accouchement aux premiers soins de bébé
    La naissance, la conception de la douleur dans l’accouchement, les premiers soins au nouveau-né.
  • Cuisine et diététique
    Focus sur l’alimentation des Romains et le côté diététique.
  • Auscultation
    Cohérence du lieu avec la stèle de Metilia Donata, femme médecin.
  • Remèdes
    Comment améliorer la forme des petites pilules et faciliter leur absorption.
  • Les jeux de société bons pour la santé
    Les bienfaits des jeux pour la santé.
  • Jardin médicinal
    Présentation de carrés de plantes médicinales.

Intervenants : Isabelle Boehm, professeur en linguistique et littérature grecque à l’université Lumière Lyon 2, laboratoire HiSoMA-MOM, Véronique Dasen, professeur à l’université de Fribourg, Suisse, archéologue, doctorants du laboratoire HiSoMA, médecin et infirmière.

Public visé : 10 ans + | Inscription obligatoire pour les conférences

 

  • Plaisirs de la table et médecine chez les Romains

A 15h

Assistez à une conférence sur l’alimentation des romains avec l’auteur Dimitri Tilloil-d’Ambrosi, passionné de Rome antique. Vous découvrirez la complexité surprenante des plats de l’époque, ainsi que les interactions qui existent entre l’art culinaire et la médecine. L’expression « un esprit sain dans un corps sain » prendra alors tout son sens.

Intervenant : Dimitri Tilloi-D’Ambrosi

Public visé : 5 ans + | Entrée libre

 

Lugdunum Musée

 

Consultez toute la programmation Fête de la Science 2018

en Métropole de Lyon et Rhône

Traditional chinese medicine (en anglais)

TTraditional chinese medicine (en anglais)

Issue d’une tradition millénaire, la médecine traditionnelle chinoise (MCT) est fondée sur plusieurs théories fondamentales, dont celle du yin et du yang, qui promeut un état d’équilibre entre le corps et l’esprit. Son objectif est de maintenir une bonne circulation du qi (énergie vitale), signe de bonne santé. Celle-ci dépend de différents facteurs reliés entre eux, qu’il s’agit de prendre en compte dans leur globalité (expérience et qualité de vie du patient, rôle des saisons, des heures…). Les organes ne sont pas considérés dans leur dimension purement anatomique, mais davantage comme une constellation de structures, avec leurs fonctions singulières, leurs horloges biologiques, leurs sens et leurs émotions associés. L’action de la Médecine Traditionnelle Chinoise est avant tout prophylactique. Il s’agit de prévenir l’apparition ou la propagation des maladies, de promouvoir la bonne santé et le bien-être en général.

Programme :

  1. Introduction aux théories fondamentales de la Médecine Traditionnelle Chinoise
  2. Application des théories de la Médecine Traditionnelle Chinoise à la vie quotidienne et au travail Clinique
  3. Les quatre méthodes de diagnostic
  4. Brève présentation des différentes disciplines

Intervenants : LYU Bin et YUAN Qiuming, enseignants à l’Université de Médecine Traditionnelle Chinoise de Shanghai

Conférence en anglais

 

Plus d’infos