Pop’Sciences répond à tous ceux qui ont soif de savoirs, de rencontres, d’expériences en lien avec les sciences. TOUTE L'EQUIPE POP'SCIENCES VOUS ADRESSE SES MEILLEURS VŒUX POUR 2023.

EN SAVOIR PLUS

Exposition digitale « Prendre soin de soi et prévenir les risques de cancer »

EExposition digitale « Prendre soin de soi et prévenir les risques de cancer »

40 % des cancers pourraient être évitables par un changement des comportements. L’exposition « Prendre soin de soi et prévenir les risques de cancer » a comme objectif principal de sensibiliser les 15-25 ans sur la prévention de cancers.

Composée de 12 visuels, l’exposition présente les différents facteurs de risque de cancer sur lesquels nous pouvons agir comme l’alcool, le tabac, certains virus, l’alimentation, la sédentarité, le soleil, la pollution…

Ce travail résulte de la digitalisation des différents contenus d’une exposition physique menée en 2018, dans une démarche de co-construction avec des jeunes de la région afin de prendre en compte leurs représentations et leurs attentes vis-à-vis d’un dispositif digital de prévention du cancer.

 

>> Retrouvez l’exposition :

Centre Léon Bérard

Exposition digitale « Prendre soin de soi et prévenir les risques de cancer »

EExposition digitale « Prendre soin de soi et prévenir les risques de cancer »

40 % des cancers pourraient être évitables par un changement des comportements. L’exposition « Prendre soin de soi et prévenir les risques de cancer » a comme objectif principal de sensibiliser les 15-25 ans sur la prévention de cancers.

Composée de 12 visuels, l’exposition présente les différents facteurs de risque de cancer sur lesquels nous pouvons agir comme l’alcool, le tabac, certains virus, l’alimentation, la sédentarité, le soleil, la pollution…

Ce travail résulte de la digitalisation des différents contenus d’une exposition physique menée en 2018, dans une démarche de co-construction avec des jeunes de la région afin de prendre en compte leurs représentations et leurs attentes vis-à-vis d’un dispositif digital de prévention du cancer.

 

>> Retrouvez l’exposition :

Centre Léon Bérard

Yasmina Chouik : lauréate de l’appel à projets interne HCL jeunes chercheurs 2022 | Visages de la science

YYasmina Chouik : lauréate de l’appel à projets interne HCL jeunes chercheurs 2022 | Visages de la science

Pour la Dr Yasmina Chouik, la médecine ne se conçoit pas sans recherche. Son parcours témoigne de cette volonté d’apprendre, au contact des patients et des scientifiques.

Yasmine Chouik a débuté son double-cursus médecine-science en troisième année de médecine. Elle est alors étudiante à l’université Pierre et Marie Curie (Paris, VI) et à l’École normale supérieure (rue d’Ulm, Paris). Même si cette troisième année fut particulièrement exigeante, elle surmontera la difficulté en décrochant d’abord son diplôme en biologie, puis une troisième place sur les 8 304 inscrits aux ECN (épreuves classantes nationales) en 2014.

C’est en quatrième année de médecine, pendant l’externat, qu’elle a découvert l’hépatologie :

« J’ai découvert un domaine passionnant où il reste tant à découvrir. S’ouvrait devant moi tout un champ de possibles, avec des activités variées, beaucoup de choses à apprendre et l’occasion de se sur-spécialiser », confie-t-elle.

Originaire des Hauts-de-Seine, la jeune médecin, forte d’un master en biologie intégrative et physiologie, choisit Lyon pour faire son internat. « Je voulais découvrir de nouveaux horizons. » Et quels horizons ! Dans cet environnement particulièrement stimulant et dynamique dans la discipline où elle-même excelle, son destin va désormais s’écrire.

 

Une spécialité qui stimule le cœur et la tête

Avec ce goût de l’investigation chevillé au corps, elle suit son premier semestre d’interne dans le service d’hépatogastroentérologie du Pr Fabien Zoulim, à l’hôpital de la Croix-Rousse. Cette nouvelle expérience ne fait que confirmer un peu plus encore son attrait pour cet organe pas comme les autres « que l’on peut redouter parfois tant les symptômes peuvent être subtils et complexes à interpréter et qui demande d’avoir un sens clinique très important. Une spécialité qui exige une certaine forme d’humilité. »

À l’université Claude Bernard Lyon 1, elle va poursuivre sa thèse de science dans l’équipe du Pr Levrero du laboratoire UMR Inserm 1052 du centre de recherche en cancérologie de Lyon, cours Albert Thomas. Et, en avril 2022, elle obtient son doctorat en biologie moléculaire intégrative et cellulaire, avec le soutien de son directeur de thèse, le Pr Massimo Levrero et l’encadrement de la Dr Fanny Lebossé, hépatologues à la Croix-Rousse.

Sa thèse illustre toute la pertinence de la recherche translationnelle qui, à partir du patient, élabore de nouvelles pistes d’investigation permettant de faire avancer la médecine.

« Ma thèse de doctorat a porté sur le rôle des micro ARN non codants qui régulent les ARN messagers et les lymphocytes dans la décompensation aigüe de la cirrhose. L’objectif est l’identification des biomarqueurs diagnostique et pronostique en cas de décompensation hépatique. »

 

Profils complémentaires

Aujourd’hui, cheffe de clinique dans le service d’hépatologie et gastroentérologie et donc en charge des internes et des externes, la Dr Yasmina Chouik continue à mener de front recherche et clinique.

« J’aime concilier ces deux activités, en consultation à l’hôpital de jour et au bloc opératoire pour pratiquer les endoscopies au contact des patients, entourée des soignants et des jeunes médecins, et au laboratoire, aux côtés des chercheurs. Nous sommes complémentaires : nous avons les questions cliniques et ils ont les réponses scientifiques, la rigueur et la technique. Il est très enrichissant de confronter les deux spécialités pour mener une recherche de qualité. »

Son projet de recherche, lauréat en octobre 2022 de l’appel à projets interne « jeunes chercheurs », vise à caractériser l’inflammation des patients atteints par la maladie du foie gras ou NASH en caractérisant les cellules immunitaires intra-hépatiques. Identifier de nouvelles cibles thérapeutiques permettrait de prévenir l’inflammation et de réduire le risque d’évolution vers la cirrhose. Pour cela, elle peut compter à la fois sur la file active du service d’hépatologie de la Croix-Rousse du Pr Fabien Zoulim, la collaboration avec le service d’endocrinologie-diabète-nutrition du Pr Cyrielle Caussy à l’hôpital Lyon Sud, ainsi que sur l’équipe de chercheurs du Pr Levrero, parmi les plus experts en France et à l’international.

« Le Pr Levrero et moi-même étions dans l’expectative et quand nous avons appris que mon projet de recherche avait été retenu, nous avons été surpris et très heureux. » D’ici deux ans, les recherches de Yasmina Chouik devraient fournir leurs premiers résultats.

Pour la suite, cette jeune chercheuse de trente-trois ans, brillante et chaleureuse, ne se voit pas ailleurs qu’à Lyon, partagée entre son activité clinique aux HCL au contact des patients et des étudiants en médecine, et son activité de recherche. Ce parcours hospitalo-universitaire en train de se dessiner est à son image, marqué par l’excellence et le désir d’apprendre, de transmettre et de soigner.

 

Article écrit par la Direction de la marque et de la communication des Hospices Civils de Lyon – Décembre 2022

Réparation des fractures osseuses, des matériaux au service du vivant | Ruptures créatrices

RRéparation des fractures osseuses, des matériaux au service du vivant | Ruptures créatrices

A la rentrée 2022, le Collège des hautes études Lyon sciences (CHEL[s]) vous propose de suivre dans le cadre de son cours commun, une série de 12 conférences originales sur la thématique « Ruptures créatrices » qui sera traitée de manière pluridisciplinaire par les enseignants-chercheurs des 6 écoles du CHEL[s].

L’intitulé de « Ruptures créatrices » interpelle immédiatement par son aspect antithétique. D’un côté, la rupture peut évoquer la destruction, la désunion et l’interruption brusque d’une situation d’harmonie antérieure. De l’autre, la création a trait à l’invention, à la nouveauté, à la fécondité. Cette formule oxymorique entraine donc à envisager la dimension productive des ruptures : comment un processus de fracture, a priori destructeur, peut-il engendrer de la nouveauté ?

Chaque conférence dure 1h30 et laisse la place à un temps d’échange entre l’intervenant et le public. Par un choix de thématiques variées et faisant écho à des enjeux de société, le cours commun est pensé pour un large public.

 

  • Conférence du 22 septembre : Réparation des fractures osseuses, des matériaux au service du vivant

Les avancées médicales du XXe siècle ont révolutionné notre qualité et espérance de vie. Peut-être trop peu souvent mis en avant,l’avènement des fixateurs internes pour la réparation des fractures osseuses a totalement modifié la prise en charge des patients. Nous retracerons le cheminement scientifique des acteurs, chirurgiens et ingénieurs, de cette avancée médicale et technologique, et son impact sur l’ingénierie des matériaux pour la santé au XXIe siècle.

Intervenant : David Eglin, Professeur en chef du département biomatériaux au Centre Ingénierie et Santé de Mines Saint-Étienne

 

Photo de David Eglin et texte de présentation de la conférence

Plus d’informations ici :

Collège des hautes études Lyon sciences

Exposition Robert Doisneau, immersion dans la médecine des années 50

EExposition Robert Doisneau, immersion dans la médecine des années 50

Dans le cadre d’un partenariat prestigieux entre les Ateliers Doisneau (Paris), l’Université Claude Bernard Lyon 1 et la galerie de la Praye (Fareins), le musée Claude Bernard organise du 15 juillet au 9 octobre 2022 l’exposition Robert Doisneau, immersion dans la médecine des années 50.

Ainsi, pendant toute la période estivale, le public aura le plaisir de découvrir cette exposition belle et sensible. Une nouvelle collaboration entre l’art et la science qui n’est pas sans rappeler la passion de Claude Bernard pour la photographie.

A travers cette exposition, le musée Claude Bernard souhaite renforcer la passerelle entre le monde médical et le monde artistique à travers l’objectif de Robert Doisneau, l’un des plus grands photographes du XXe siècle.

L’exposition

L’exposition Robert Doisneau, Immersion dans la médecine des années 50  est une exposition photographique très touchante qui porte sur deux aspects de la médecine de cette époque.

Dans la première partie, le célèbre photographe suit le quotidien d’un médecin de campagne. À travers des photographies inédites, le visiteur est invité à découvrir le parcours du Docteur Rochas, médecin de campagne travaillant dans le  département de la Creuse. La seconde partie de l’exposition donne un aperçu original et insolite des soins dans le milieu hospitalier parisien des années 50. Le visiteur est littéralement plongé au cœur du bloc opératoire, entouré de médecins et d’infirmiers et découvre d’étranges instruments venus d’un autre siècle.

Le propos

Plus largement, cette exposition interroge sur les évolutions techniques et technologiques de la médecine, mais également sur les rapports médecin/ patient. Elle démontre à la fois la grande maîtrise technique du photographe Robert

Doisneau, ainsi que son « œil poétique », qui, avec une netteté déroutante, capte le moment précis de l’émotion. Cette exposition exceptionnelle a été conçue à l’initiative des Professeurs émérites Jacques Fabry et C. Gharib, en collaboration avec Madame Deroudille-Doisneau, fille de l’illustre artiste et de la galerie de la Praye, à Fareins. Elle rassemble 32 photographies et propose d’explorer une facette méconnue de Robert Doisneau, son intérêt marqué pour la médecine.

Pour en savoir plus :

Musée Claude Bernard

Ciné-club : Robocop

CCiné-club : Robocop

En partenariat avec le CNRS, l’Aquarium Ciné Café propose un cycle de rendez-vous associant projections de films et rencontres avec des scientifiques.

Ce Ciné-Club nous invite à réfléchir à nos envies, fantasmes, craintes etc. autour des progrès liés à la médecine régénérative et réparatrice, avec la projection du film culte de Paul Verhoeven Robocop (1987).

La projection sera suivie d’un échange avec :

En savoir plus

Des fourmis dans les jambes : bouger c’est bon pour la santé

DDes fourmis dans les jambes : bouger c’est bon pour la santé

Le mouvement, un acteur majeur de notre santé : Les bienfaits de l’activité physique, même légère, ne sont plus à prouver. Tout mouvement de la vie quotidienne a un impact sur sa santé et enjoint à bouger le plus possible.

Au programme, petite balade bucolique autour du Musée Claude Bernard, lieu de vignoble beaujolais, suivie d’une dégustation de produits du terroir, conférence pour tous sur les bienfaits du mouvement, visite libre ou guidée du musée.

Dans le cadre de la Semaine du cerveau 2022 – En partenariat avec l’Inserm.

Pour en savoir plus :

Musée Claude Bernard

>> Découvrez également la programmation de la Semaine du cerveau 2022 sur la Métropole de Lyon : cliquez ici

Agent de contraste pour l’imagerie médicale | Carte blanche aux chercheurs

AAgent de contraste pour l’imagerie médicale | Carte blanche aux chercheurs

Portrait Y. Chevalier

Y.Chevalier_LAGGEP-Univ. Lyon 1

La BU de l’Université Claude Bernard Lyon 1 donne carte blanche à Yves Chevalier, directeur de recherche CNRS au Laboratoire d’Automatique, de Génie des Procédés et de Génie Pharmaceutique (LAGEPP, UMR 5007 CNRS – université Lyon 1) et Chargé d’enseignement à l’Université Lyon 1 en Sciences et Pharmacie et à l’ESCPE-Lyon.

Il présentera les travaux menés par son laboratoire sur les agents de contraste pour l’imagerie médicale.

Le LAGEPP développe des formulations pour des applications médicales, pharmaceutiques et cosmétiques. Il s’agit essentiellement d’émulsions, de suspensions de micro ou nanoparticules ou de capsules dont le but est de contrôler la libération de substances actives et leur biodistribution après administration parentérale, orale ou topique.

Un exemple concerne les agents de contraste pour l’imagerie médicale qui ont été développés dans le cadre du projet Européen H2020 Spectral Photon CT Counting – SPCCT (projet visant à développer une nouvelle génération de scanner spectral en utilisant la technologie de comptage de photons ; projet multidisciplinaire à l’interface de la médecine, la biologie et la technologie de pointe).

Pour en savoir plus, consultez le site de :

BU Lyon

Lyon, ville de médecine, ville de sciences

LLyon, ville de médecine, ville de sciences

Façade Hotel-Dieu Lyon

©HCL

Du Grand Hôtel-Dieu à l’Université : médecine et sciences dans la ville

Le 19e a été un siècle de révolutions médicales et scientifiques, et notamment à Lyon. La médecine lyonnaise s’est longtemps développée à l’Hôtel-Dieu, où a émergé son enseignement au début du 19e siècle. La faculté des sciences, créée en 1835, et l’école de médecine, devenue faculté en 1874, ont rejoint le nouveau palais universitaire bâti sur la rive gauche du Rhône en 1896.

Du Grand Hôtel-Dieu à l’université, du Discours sur la douleur de Marc-Antoine Petit aux radiographies d’Étienne Destot et à la criminologie d’Alexandre Lacassagne et d’Edmond Locard, suivez les traces laissées par les grands médecins et scientifiques, et embarquez, de la rive droite à la rive gauche, dans le siècle de Louis Pasteur et de Claude Bernard.

Cette visite s’appuie sur la documentation du département d’histoire de l’art de l’Université Lumière Lyon 2 et les collections du Musée des Hospices Civils de Lyon, pour mieux vous emporter dans les petites et la grande histoire de la médecine et des sciences à Lyon.

Les visites s’inscrivent dans le projet Réinventer la Chapelle, auquel seront dédiés les bénéfices.Elles sont réalisées par Carole Croze et Rossella Iorio, guides-conférencières, et créées par elles en concertation avec Sergueï Piotrovitch d’Orlik, conservateur du Musée et chef de projet de la Chapelle.

Pour en savoir plus, consultez le site :

HCL

Journées européennes du patrimoine au Musée Claude Bernard

JJournées européennes du patrimoine au Musée Claude Bernard

Comme toutes les années, le musée Claude Bernard ouvre gratuitement ses portes les 18 et 19 septembre à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.
Programme :
  • Toute la journée : découverte du parcours permanent, des nouveaux outils numériques et visite de la maison natale.
  • 11h – visite guidée :  réservez par mail à musee.claudebernard@agglo-villefranche.com ou par téléphone au 04 74 67 51 44
>> Télécharger l’application « Sacré Claude Bernard ! » pour compléter votre visite sur les stores Androïd / I Phone