UN AN DÉJÀ : POP'SCIENCES SOUFFLE SA PREMIÈRE BOUGIE !

Voir l'événement

Origine(s) | Un voyage interstellaire

OOrigine(s) | Un voyage interstellaire

“Moi qui passe et qui meurs, je vous contemple, étoiles !
Debout, tout près des dieux, dans la nuit aux cent voiles,
Je m’associe, infime, à cette immensité ;
Je goûte, en vous voyant, ma part d’éternité.”

— Claude Ptolémée

C’est l’histoire d’un voyage en montagne, dans le silence des hauts plateaux. Des scientifiques et des artistes y cheminent avec un télescope et une tente. La nuit ils s’asseyent sous les étoiles, regardent, écoutent et parlent.

Pourquoi le ciel est-il noir la nuit ? Sommes-nous vraiment tissés de poussière d’étoiles ? Qu’y-a-t-il à l’origine de l’univers ?

Origine(S) est un spectacle à cinq voix, une divagation sous les étoiles devenant voyage vers les singularités des trous noirs et jusqu’aux confins du langage.

Chapitre 1 : “Pourquoi le ciel est-il noir la nuit ?”
Chapitre 2 : “La beauté en physique”
Chapitre 3 : “Naissance, vie et mort des étoiles”
Chapitre 4 : “Voyage vers les trous noirs”
Chapitre 5 : “Vers l’instant zéro”
…scènes extraites ou librement inspirées de :
  • Trous Noirs et Distorsions du Temps – Kip. S Thorne
  • Discours sur l’origine de l’univers – Etienne Klein
  • Les Contemplations – Victor Hugo
  • Pourquoi il fait nuit ? – Conférence d’Hubert Reeves
  • L’origine de l’univers est-elle pensable ? – Conférence d’Etienne Klein

 

Mise en scène Jérôme Cochet
Avec Arthur Fourcade, Julien Lafosse, Alexandre Ouzia, Daniel Léocadie, Jérôme Cochet
Lumières Nolwenn Delcamp-Risse

 

Cie Les Non Alignés

 

La métaphore du canari

LLa métaphore du canari

Voilà le point de départ de cette histoire… : en suivant les traces de la bestiole, c’est l’Homo sapiens que l’on croise. Et en nous observant bien, on ne sait plus trop qui est l’animal domestiqué dans cette affaire ! Un renversement amusant (mais pas que !).

Un spectacle sans oiseau, mais avec trapéziste.

Mise en scène  de Claire Truche – Nième Compagnie

Durée 1h20

En savoir plus

La fille qui parle à la mer

LLa fille qui parle à la mer

Oyana a grandi de l’autre côté de la mer. Là où elle vivait, elle avait dressé un cheval. Alors, maintenant qu’elle est partie se réfugier dans un port inconnu, Oyana apprivoise la mer jusqu’au jour du grand départ. Mais où son voyage va-t-il l’emmener ?
Après une expérience marquante auprès d’enfants dans les camps de Calais et La Grande Synthe, Marine Béhar et Romain Blanchard, ont ressenti l’urgence de faire entendre ce texte.
Un conte musical d’une grande force pour cette toute première mise en scène.

De Claudine Galéa
(éditions du Rouergue)Collectif Hybris
Mise en scène : Romain Christopher Blanchard Avec : Marine Behar (jeu), Quentin Thirionet (musique)
Technique : Alexandre Bazan

Ce spectacle a bénéficié de l’aide à l’écriture « Mise en scène » de l’association Beaumarchais – SACD.

Site Théâtre Astrée – Université Lyon 1

Surchauffe

SSurchauffe

Fantaisie scientifico-spirituelle.

En trublion scientifico-poétique, Luc Chareyron s’interroge ici sur la pensée magique et la pensée rationnelle.
Que savons nous ? Qui croire ? Les dernières découvertes de la physique expliquent-elles les prouesses du Père Noël qui en une nuit livre plus de 300 000 tonnes de cadeaux ?
Le réchauffement climatique et la température de l’Enfer sont-ils liés ?
Le principe d’Archimède permet-il de calculer la pointure du Messie marchant sur l’eau ?

Voir la bande annonce du spectacle

Texte et jeu : Luc Chareyron
Complicité artistique / Regard extérieur : Juliette Delfau. Régie générale : Franck Besson
Costumes : Dominique Fournier. Production déléguée : Vocal 26

Site internet du Théâtre Astrée – Université Lyon 1

Voyage au centre du mot : un spectacle linguistique

VVoyage au centre du mot : un spectacle linguistique

Le collectif grenoblois d’artistes « Un Euro ne fait pas le Printemps », Yves Béal et Heiko Buchholz, crée et diffuse depuis 2002 des œuvres artistiques  de toute forme, allant du spectacle à la photographie, des expositions et des concerts.

Le collectif travaille depuis deux ans sur une nouvelle exploration. Pour aller à la rencontre du mot, du langage, des sons et des sens que nous, humains, produisons en permanence.

Heiko Buchholz et Yves Béal vont, à travers cette proposition confronter la poésie et la science en scrutant les particules du langage, leurs sens et leurs impressions sur nous.

Après une résidence d’une semaine au Laboratoire Dynamique Du Langage (UMR 5596. CNRS – Université Lumière Lyon 2), le collectif présente une première approche publique le 28 novembre ; avant de continuer à aller sillonner les campagnes, les écoles, les maisons, les paysages et les universités et lieux de recherche.