TOUTE L’ÉQUIPE POP'SCIENCES VOUS SOUHAITE UNE BELLE NOUVELLE ANNÉE.

Ville et architecture pour les humains et les non humains

VVille et architecture pour les humains et les non humains

Dans le cadre des Mercredis de l’Anthropocène (saison 4) créés et mis en œuvre par l’Ecole urbaine de Lyon

Devons-nous questionner le modèle de la concentration urbaine et reconsidérer celui des périphéries multipolaires ou des cités jardins ?
Avons-nous à repenser les espaces habités pour qu’ils constituent des milieux de vie équilibrés sains et protecteurs pour tous ceux qu’ils abritent ?

Intervenants :

  • Bernard Kaufmann, maître de conférences en écologie et zoologie à l’Université Claude Bernard Lyon 1. Ses recherches conduites au Laboratoire Écologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés se focalisent sur l’écologie urbaine et l’écologie des invasions biologiques.
  • Pascal Rollet, architecte (agence Lipsky+Rollet), Professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble, et responsable scientifique de la Chaire Habitat du Futur aux Grands Ateliers.

Animation : Valérie Disdier, École urbaine de Lyon

Écouter le podcast

Quels transports pour l’après-Covid ?

QQuels transports pour l’après-Covid ?

Plus de vélos, moins de transports en commun, le transfert de mobilité suite au premier confinement semble avoir des effets durables sur notre façon de circuler. Pour Olivier Klein, chercheur en aménagement et urbanisme, même si la voiture individuelle résiste encore, la mobilité d’avant ne sera pas celle d’après… Pour CNRS Le Journal, il développe son analyse dans un podcast de la série « La parole à la science ».

Olivier Klein est enseignant-chercheur à École nationale des travaux publics de l’État, ingénieur des travaux publics de l’État, directeur adjoint du Laboratoire Aménagement, Économie, Transports et coporteur du projet Covimob, qui s’intéresse aux transformations des pratiques de mobilités dues à la crise sanitaire du Covid-19.

Urbanisme et changement climatique, bâtir des ponts entre sciences

UUrbanisme et changement climatique, bâtir des ponts entre sciences

A quoi ressembleront nos villes à l’été 2100 ? Verrons-nous les centres-villes complètement désertés en raison de trop fortes températures dues aux vagues de chaleur et aux îlots de chaleur urbains ? Dans un scénario plus optimiste, nos villes auront peut-être trouvé un meilleur équilibre entre urbanisme, qualité de vie et environnement.

C’est justement dans le sens de ce deuxième scénario que travaille Lucie Merlier. Enseignante-chercheuse au laboratoire CETHIL, elle mène des recherches en lien avec les problématiques environnementales dans le domaine du bâtiment et de la ville.

Lire l’article sur Sciences pour tous 

La ville-forêt – Vers une nouvelle culture urbaine

LLa ville-forêt – Vers une nouvelle culture urbaine

Imaginez une ville réconciliée avec le monde végétal, accueillante pour le vivant et s’inspirant du modèle de la forêt …

Une exposition coproduite par l’Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise et la Métropole de Lyon, scénographiée et présentée par le CAUE Rhône Métropole.

Elle propose, en cinq temps, d’initier un parcours à la recherche de cette ville-forêt et de construire ensemble notre cadre de vie de demain :

  • OREES. Où villes et forêts se rencontrent
  • REGARDS. La forêt peut-elle transformer l’urbanité ?
  • SYNERGIES. Les 1001 bienfaits de la ville-forêt.
  • SENTIERS. Comment donner corps à la ville-forêt ?
  • ESPACE LABO pour imaginer ce qu’est la ville-forêt, ensemble, ici et maintenant.

Elle se complète de la présentation de trois installations artistiques :

> Partir, refaire, 2020, Awena Cozannet, sculpture
> La forêt, 2020, Joël Gangloff, peinture
> In a sea of trees, 2017, Laurent Perche, dessin

AA VOS AGENDAS

Lundi 14 septembre à 18h | Inauguration de l’exposition

Samedi 19 et dimanche 20 septembre | Les Journées Européennes du Patrimoine : visites commentées et ateliers enfants Habiter la ville-forêt

Samedi 17 et dimanche 18 octobre | Les Journées Nationales de l’Architecture : visites commentées et ateliers enfants Habiter la ville-forêt

En octobre | Échanges professionnels Végétal, sur la ville, j’écris ton nom et ateliers professionnels

Jeudi 19 novembre | Table ronde Penser la ville comme forêt

En novembre | Remix Canopée

 

Plus d’informations, sur :

CAUE

Tony Garnier… Et maintenant ? | Collections & Patrimoine

TTony Garnier… Et maintenant ? | Collections & Patrimoine

En 1918, l’architecte Tony Garnier publie l’ouvrage La cité industrielle qui influencera plusieurs générations de concepteurs dans le monde entier. Il y projette une ville moderne où tous les équipements collectifs nécessaires à la vie d’une grande agglomération sont mis en place, jetant ainsi les bases de l’urbanisme contemporain. Mais il n’est pas seulement un concepteur, il est aussi un bâtisseur.

Ses principes de La cité industrielle sont testés, avant et après la Première Guerre mondiale, à Lyon. La production de cet architecte y est presque exclusivement concentrée, encouragée par le maire de l’époque, Édouard Herriot.

Cette exposition veut favoriser une prise de conscience plus forte de la valeur de ce patrimoine architectural et urbain, qui pourrait faire la fierté de la ville à l’image de celui d’Auguste Perret au Havre ou de Gaudi à Barcelone. Même s’il est partiellement protégé, il s’agit de lutter contre tout risque d’effacement, urbain comme symbolique. Ce travail photographique propose donc un regard contemporain de l’œuvre bâtie de Tony Garnier à Lyon. Il met en valeur à la fois sa beauté et sa fragilité, ainsi que son actualité du point de vue des propositions architecturales et urbanistiques.

Auteure : les photographies présentées sont issues du fonds réalisé par Anne-Sophie Clémençon, historienne des formes urbaines et de l’architecture, chercheure-photographe à l’Université de Lyon. Elle est associée au Laboratoire Environnement Ville Société (CNRS, ENS de Lyon), après avoir été chercheure au CNRS à l’École normale supérieure de Lyon. Depuis la fin des années 1970, elle documente les transformations urbaines de l’agglomération lyonnaise et, plus généralement, la culture architecturale et urbaine de nombreuses métropoles, constituant un fonds de plusieurs milliers d’images argentiques puis numériques. Elle a toujours associé à son activité de chercheure la photographie, qu’elle considère comme un langage indispensable pour comprendre et percevoir de manière sensible l’architecture.

Inauguration, table ronde et visites guidées à partir de septembre 2020.

Voir l’exposition en ligne :

Tony Garnier… Et maintenant !

Stress, travail, médias… Comment avons-nous vécu le confinement ?

SStress, travail, médias… Comment avons-nous vécu le confinement ?

Expérience inédite, le confinement imposé en France entre mars et mai a inspiré les chercheurs de tous horizons, notamment à Lyon le laboratoire Environnement, ville, société (Université de Lyon / CNRS) et le Laboratoire aménagement économie transports – LAET (CNRS / Université Lumière Lyon2 / ENTPE).

Détails et premiers résultats de leurs enquêtes et de celles menées par d’autres laboratoires dans toute la France sur le quotidien et le ressenti de la population.

Lire l’article intégral sur :

CNRS Le Journal

A°2020 : le 1er numéro du magazine de l’Ecole urbaine de Lyon en accès libre !

AA°2020 : le 1er numéro du magazine de l’Ecole urbaine de Lyon en accès libre !

En raison des circonstances exceptionnelles du confinement actuel lié au Covid-19, l’École urbaine de Lyon et les éditions deux-cent-cinq vous offrent, en ligne, le premier numéro du magazine A°2020.

A°2020, co-édité avec les éditions deux-cent-cinq, a été publié en janvier 2020.

Il complète les publications et médias développés par l’École urbaine de Lyon à destination de tous les publics. Par ailleurs, il vise à nourrir et à amplifier le débat public. En effet, celui-ci est indispensable si nos sociétés veulent être capables d’affronter les questions redoutables posées par le changement global.

découvrir le premier numéro du magazine A°2020 sur le site de l’Ecole urbaine de Lyon.

Les ports perdus des Étrusques

LLes ports perdus des Étrusques

Antérieure aux Romains, la civilisation étrusque garde encore de nombreux secrets. Pour percer les mystères de cette thalassocratie, une équipe pluridisciplinaire composée d’archéologues, d’historien.nes, d’épigraphistes, de géographes et de géophysicien.nes a conduit des fouilles et des recherches autour des ports étrusques de Pyrgi (dans la région du Latium, en Italie). Elles visent à identifier leur localisation et à comprendre pourquoi ils ont disparu.

A la suite de la projection d’un reportage sur les recherches et fouilles menées sur ce site archéologique, une présentation du projet et de ses premiers résultats sera proposée au public.

Intervenants :

  • Jean-Philippe Goiran, géoarchéologue au CNRS, Archéorient (MOM)
  • Gilles Van Heems, maître de conférences en langue et littérature latines à l’Université Lumière Lyon2, HiSoMA (MOM)
  • Christophe Benech, archéologue et géophysicien au CNRS, Archéorient (MOM)

En savoir plus :

Ou sont les mystérieux ports étrusques ?

Parlez-nous de… La rue de la République à Lyon, 150 ans d’histoire

PParlez-nous de… La rue de la République à Lyon, 150 ans d’histoire

La rue de la République, grande artère haussmannienne et commerçante, est sans doute la plus célèbre des rues de Lyon. Elle concentre les caractéristiques de la centralité (chambre de commerce, grands magasins, banques).

Elle représente en outre, un cas d’école pour l’étude des relations entre les logiques économiques et les dynamiques urbaines. La rue de la République a en effet une particularité rare en France : la plupart des immeubles de la rue appartiennent au même propriétaire. Il s’agît de la Société de la Rue Impériale, qui les a bâtis puis exploités pendant plus de 150 ans (1854-2004). Dans les années 2010, leur rachat par le fonds souverain d’investissement d’Abu Dhabi témoigne du rôle de la financiarisation dans les évolutions des villes. Au cours de son existence, la Société de la Rue Impériale n’a cessé de soulever des questions cruciales de la socio-économie de la ville. Quels capitaux s’investissent dans la fabrique de la ville ? Quels revenus l’immobilier génère-t-il et comment sont-ils réinvestis ? …

À partir des archives de la Société de la Rue Impériale, Loïc Bonneval et François Robert analysent comment cette émanation d’une fraction de la bourgeoisie lyonnaise du Second Empire, soucieuse d’imprimer sa marque sur l’espace urbain, a d’abord mené une politique d’expansion immobilière avant de se plier, dès les années 1960, à une logique financière dont le rachat en 2010 est le prolongement, plus qu’une rupture brutale.


Rencontre organisée à l’occasion de la parution de l’ouvrage De la rente immobilière à la finance. La Société de la rue Impériale (Lyon, 1854-2004). ENS Éditions, 2019.

Avec les auteurs :

  • Loïc BONNEVAL, maître de conférences, université Lyon 2, Centre Max Weber.
  • François ROBERT, ingénieur de recherche CNRS, laboratoire Triangle.

Animation :

  • Louis BALDASSERONI, docteur en Histoire contemporaine. Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Ecole d’Urbanisme de Paris.

Anthropocene 2050

AAnthropocene 2050

Le blog de l’École urbaine de Lyon

L’École Urbaine de Lyon a désormais son blog de recherche collaboratif, Anthropocene 2050

Cet outil de partage et d’études se consacre à la dimension urbaine de l’anthropocène. Il rassemble la production éditoriale de l’École, en lien avec ses thématiques de recherche et les projets qu’elle soutient.

Anthropocène 2050 accueille des contributions de tous types (textes, podcasts, vidéos, etc.), alors n’hésitez pas à nous transmettre vos propositions (voir « à propos » sur le blog) !

Découvrez, d’ores et déjà, nos articles qui se déploient autour de trois rubriques :

Exemple d’articles :