TOUTE L’ÉQUIPE POP'SCIENCES VOUS SOUHAITE UNE BELLE NOUVELLE ANNÉE.

Ressources

Écologie - agronomie - développement durable - énergie

Article

Imagineo

CComment permettre à chacun d’éviter de s’exposer à la pollution de l’air en ville ?

En octobre 2020, lors de la 29e édition de la Fête de la Science à Lyon, des dizaines d’activités ont été organisées. Parmi elles : des visites virtuelles, des ateliers scientifiques, des jeux coopératifs, des expositions en ligne. Dans ce contexte et à l’occasion de la Rentrée Anthropocène de l’École Urbaine de Lyon, un atelier de recherche participative a eu lieu à la bibliothèque du Bachut dans le 8e arrondissement. Pour cette occasion, l’association Imagineo et l’École Urbaine de Lyon ont proposé un atelier intergénérationnel regroupant les enfants et leurs parents. Ainsi, une quinzaine de participants ont réfléchi à la question de la pollution de l’air en ville.

L’atelier de recherche participative au format intergénérationnel…

Un atelier de recherche participative est un temps de rencontre entre enfants et chercheurs. L’idée est de s’inspirer du sens d’observation des enfants et de leur curiosité sans limite pour qu’ils contribuent à la recherche scientifique sur un sujet précis. En offrant un regard nouveau, les enfants et le chercheur collaborent ensemble pour mutualiser leurs compétences. Ainsi, ils développent leur pouvoir d’agir et imaginent des solutions inédites. Quant aux enfants, ils sont sensibilisés sur un sujet, ses enjeux et ses conséquences pour l’Homme et son environnement. En collaborant entre eux et avec leurs parents, ils participent activement et de façon ludique aux défis de demain, dont ils sont les premiers concernés.

Des idées innovantes !

Lors de cet atelier, Hervé Rivano, chercheur et les participant.e.s, se sont penchés sur le défi que représente la pollution de l’air en ville et sur les moyens de la mesurer. Ensemble, ils ont inventé des idées innovantes telles qu’une montre intelligente couplée à des capteurs de pollution ou encore une application qui informerait le public sur le taux de pollution en temps réel et en tout lieu de la ville : parcs, transports en commun, voies automobiles très empruntées, écoles, entre autres.

Ainsi, les deux équipes de l’atelier ont suivi des approches assez différentes : la première se fonde sur un dispositif technique porté par l’utilisateur et qui mesure la pollution à un moment T, tandis que la deuxième consiste en un déploiement massif de capteurs par la collectivité et la création d’une application qui synthétise la mesure globale. La première approche considère donc une personne concernée et qui s’équipe, tandis que l’autre pense plutôt à un service d’intérêt général. Les modes de médiations de l’information sont assez cohérents avec ces deux approches, le premier étant une alarme plutôt anxiogène qui s’apparente à la représentation dans les films des compteurs Geiger pour les radiations nucléaires, et l’autre est plus proche d’une carte de température avec une échelle de couleurs (par exemple un dégradé de vert à rouge, rouge étant l’indicateur de pollution le plus élevé). Il est par ailleurs intéressant que les deux équipes aient pensé à l’inclusivité de leur dispositif, à la fois dans la médiation de l’information (application, affiches, bornes tactiles) et dans la destination de leur dispositif (personnes âgées, handicapées, enfants), et aux aspects pédagogiques (explications, itinéraires conseillés). Un concentré de ville intelligente et apprenante !
Par ailleurs, nous constatons que les idées des deux groupes diffèrent par leur rapport au contexte : alors que le groupe des enfants démontre une imagination sans limite (dessins de mise en scène, esthétique et fonctionnalités de la montre), le groupe des parents s’est rapidement heurté aux obstacles auxquels ferait face la concrétisation de leur borne/application : le type de partenaires à impliquer (Atmo, la Ville de Lyon, la métropole de Lyon, TCL et Decaux), le coût élevé d’une telle mesure et la réalité pratique sur le terrain (faut-il associer les bornes pollutions aux bornes déjà existantes de Vélov’ ?). Néanmoins, le groupe des adultes a été jusqu’au bout de leur idée en apportant les précisions suivantes : la borne indiquerait les lieux et les itinéraires conseillés à pollution faible, elle afficherait des messages d’alerte de grande pollution, elle préciserait quel type de pollution (oxyde d’azote, particules PM, etc.) et enfin, elle conseillerait les sportifs et les personnes vulnérables pour éviter certains lieux.

Le résultat : une Fresque sur mesure !

Tout au long de l’atelier, Lou Herrmann, post-doctorante de l’Ecole Urbaine de Lyon, retranscrivait graphiquement les réflexions évoquées par les participant.e.s, le chercheur et les animateurs d’Imagineo. Les dessins ont ensuite été annotés par Lou formant ainsi, une gigantesque fresque sur la pollution de l’air en ville, les initiatives pour les atténuer ainsi que sur le fonctionnement de l’atelier. Les participant.e.s pouvaient venir observer la fresque à tout moment pendant l’atelier.

 

L’équipe scientifique

  • Hervé Rivano : Professeur des universités – INSA LYON Chef de l’équipe Insa-Inria Agora
  • Lou Herrmann : Post-doctorante – Ecole Urbaine de Lyon
  • Véronique Rizzi : Directrice chez Imagineo
  • Carole de Mésanstourne : Facilitatrice chez Imagineo

IMAGINEO