Ressources

Écologie - agronomie - développement durable - énergie / Homme - société

Article

Imagineo

CCroisement de regards contre le gaspillage alimentaire

Pour une transition réussie, il faut que nous parvenions à faire converger les regards d’acteurs entre lesquels il y a peu de porosité. Pour cette raison, Imagineo a conçu un projet en lien avec des chercheurs, des entreprises, des experts de la thématique alimentaire, des professeurs et bien sûr, des enfants : “Alimentation durable ? Tous à table !”.

A l’occasion de la Fête de la Science 2019, Imagineo a réuni des partenaires associatifs, un collège, des experts radio, des psychologues sociaux et des professionnels de l’alimentation autour du projet de recherche participative Alimentation durable ? Tous à table !

Au sens d’Imagineo, la transition écologique et sociale se construit avec la nouvelle génération et non pas pour elle. D’ailleurs, les actions qui se construisent actuellement servent la génération actuelle et pas seulement celles à venir. 

Pour une transition réussie, il faut que nous parvenions à faire converger les regards d’acteurs entre lesquels il y a peu de porosité. Pour cette raison, Imagineo a conçu un projet en lien avec des chercheurs, des entreprises, des experts de la thématique alimentaire, des professeurs et bien sûr, des enfants.
Le projet “Alimentation durable ? Tous à table!” s’est articulé en quatre temps forts.

Des enfants ont relevé le défi d’une psychologue sociale…

La première pierre était un atelier de recherche participative au cours duquel des enfants ont relevé le défi d’une psychologue sociale de créer des moyens pour réduire le gaspillage alimentaire à la fin des repas. Un groupe de 5ème du collège Gabriel Rosset a par exemple imaginé un système pour inciter les personnes à mettre leurs biodéchêts au compost après un repas pris en restauration collective “On va mettre des plantes sur les tables dont la terre sera alimentée par le compost des biodéchets de la cantine pour montrer aux gens ce qu’il se passe quand ils compostent au lieu de jeter dans la poubelle normale. ” 

Les propositions ont été retravaillées par psychologues sociaux, experts et citoyens curieux…

Les propositions des enfants ont ensuite été retravaillées au cours d’un second temps de réflexion qui a rassemblé des adultes pour un atelier d’intelligence collective. Gaëtan des Détritivores a repris l’idée des enfants et a décidé d’aller encore plus loin dans l’incitation. Il explique “On veut rendre transparent en type de traitement des déchets et illustrer les étapes de compostage par un système de bocaux dans les lieux de restauration qui montrent les étapes de traitement d’un biodéchet. D’abord les restes bruts, puis la décomposition, puis le compost et enfin une plante pour que les gens prennent conscience du traitement des déchets. On voudrait aussi créer un jardin comparatif avec une partie où on met du compost et une partie où il n’y en a pas ! ”. Psychologues sociaux, experts de la thématique ou citoyens curieux ont relevé ce défi avec brio et ont généré encore d’autres idées originales. 

 

Présentation des propositions lors d’un plateau radio…

Une fois des propositions concrètes en main, elles ont été soumises à des structures de la chaîne alimentaire lors d’un plateau radio à La Commune pour la Journée Mondiale de l’Alimentation. Nicolas Fieulaine, psychologue social spécialisé dans les changements de comportements expliquait alors que “Le manque entraîne de l’inconfort, du stress et de l’inquiétude chez le consommateur aussi bien au supermarché qu’au restaurant lorsqu’il y a une rupture de stock. Il faut que nous apprenions à ne pas assouvir nos désirs maintenant, se montrer plus flexible dans cette société d’abondance. Pour changer nos comportements, il faut se rendre compte que la bonne intention ne suffit pas, qu’il y a des vents contraires comme les publicités ou la pression sociale. Nous devons favoriser l’interdisciplinarité pour inventer des solutions pérennes qui prennent en compte tous les aspects du challenge, faire travailler main dans la main designers, sociologues, ingénieurs, mangeurs, grands et petits citoyens et non pas tour à tour.”

 

Et prototypage !

Ces différents temps de recherche participative, ont pu faire émerger des idées concrètes de solutions contre le gaspillage alimentaire résultant du croisement des regards (enfants, professionnel de santé, psychologues…). La richesse des idées de chacun a amené le projet à un dernier temps fort : un atelier de prototypage, les enfants de l’atelier de recherche participative ont pu designer et fabriquer les prototypes des idées ressorties.