Pop’Sciences répond à tous ceux qui ont soif de savoirs, de rencontres, d’expériences en lien avec les sciences. TOUTE L'EQUIPE POP'SCIENCES VOUS ADRESSE SES MEILLEURS VŒUX POUR 2023.

EN SAVOIR PLUS

Ressources

Biologie - santé

Article

Fondation des Hospices Civils de Lyon - HCL

YYasmina Chouik : lauréate de l’appel à projets interne HCL jeunes chercheurs 2022 | Visages de la science

Pour la Dr Yasmina Chouik, la médecine ne se conçoit pas sans recherche. Son parcours témoigne de cette volonté d’apprendre, au contact des patients et des scientifiques.

Yasmine Chouik a débuté son double-cursus médecine-science en troisième année de médecine. Elle est alors étudiante à l’université Pierre et Marie Curie (Paris, VI) et à l’École normale supérieure (rue d’Ulm, Paris). Même si cette troisième année fut particulièrement exigeante, elle surmontera la difficulté en décrochant d’abord son diplôme en biologie, puis une troisième place sur les 8 304 inscrits aux ECN (épreuves classantes nationales) en 2014.

C’est en quatrième année de médecine, pendant l’externat, qu’elle a découvert l’hépatologie :

« J’ai découvert un domaine passionnant où il reste tant à découvrir. S’ouvrait devant moi tout un champ de possibles, avec des activités variées, beaucoup de choses à apprendre et l’occasion de se sur-spécialiser », confie-t-elle.

Originaire des Hauts-de-Seine, la jeune médecin, forte d’un master en biologie intégrative et physiologie, choisit Lyon pour faire son internat. « Je voulais découvrir de nouveaux horizons. » Et quels horizons ! Dans cet environnement particulièrement stimulant et dynamique dans la discipline où elle-même excelle, son destin va désormais s’écrire.

 

Une spécialité qui stimule le cœur et la tête

Avec ce goût de l’investigation chevillé au corps, elle suit son premier semestre d’interne dans le service d’hépatogastroentérologie du Pr Fabien Zoulim, à l’hôpital de la Croix-Rousse. Cette nouvelle expérience ne fait que confirmer un peu plus encore son attrait pour cet organe pas comme les autres « que l’on peut redouter parfois tant les symptômes peuvent être subtils et complexes à interpréter et qui demande d’avoir un sens clinique très important. Une spécialité qui exige une certaine forme d’humilité. »

À l’université Claude Bernard Lyon 1, elle va poursuivre sa thèse de science dans l’équipe du Pr Levrero du laboratoire UMR Inserm 1052 du centre de recherche en cancérologie de Lyon, cours Albert Thomas. Et, en avril 2022, elle obtient son doctorat en biologie moléculaire intégrative et cellulaire, avec le soutien de son directeur de thèse, le Pr Massimo Levrero et l’encadrement de la Dr Fanny Lebossé, hépatologues à la Croix-Rousse.

Sa thèse illustre toute la pertinence de la recherche translationnelle qui, à partir du patient, élabore de nouvelles pistes d’investigation permettant de faire avancer la médecine.

« Ma thèse de doctorat a porté sur le rôle des micro ARN non codants qui régulent les ARN messagers et les lymphocytes dans la décompensation aigüe de la cirrhose. L’objectif est l’identification des biomarqueurs diagnostique et pronostique en cas de décompensation hépatique. »

 

Profils complémentaires

Aujourd’hui, cheffe de clinique dans le service d’hépatologie et gastroentérologie et donc en charge des internes et des externes, la Dr Yasmina Chouik continue à mener de front recherche et clinique.

« J’aime concilier ces deux activités, en consultation à l’hôpital de jour et au bloc opératoire pour pratiquer les endoscopies au contact des patients, entourée des soignants et des jeunes médecins, et au laboratoire, aux côtés des chercheurs. Nous sommes complémentaires : nous avons les questions cliniques et ils ont les réponses scientifiques, la rigueur et la technique. Il est très enrichissant de confronter les deux spécialités pour mener une recherche de qualité. »

Son projet de recherche, lauréat en octobre 2022 de l’appel à projets interne « jeunes chercheurs », vise à caractériser l’inflammation des patients atteints par la maladie du foie gras ou NASH en caractérisant les cellules immunitaires intra-hépatiques. Identifier de nouvelles cibles thérapeutiques permettrait de prévenir l’inflammation et de réduire le risque d’évolution vers la cirrhose. Pour cela, elle peut compter à la fois sur la file active du service d’hépatologie de la Croix-Rousse du Pr Fabien Zoulim, la collaboration avec le service d’endocrinologie-diabète-nutrition du Pr Cyrielle Caussy à l’hôpital Lyon Sud, ainsi que sur l’équipe de chercheurs du Pr Levrero, parmi les plus experts en France et à l’international.

« Le Pr Levrero et moi-même étions dans l’expectative et quand nous avons appris que mon projet de recherche avait été retenu, nous avons été surpris et très heureux. » D’ici deux ans, les recherches de Yasmina Chouik devraient fournir leurs premiers résultats.

Pour la suite, cette jeune chercheuse de trente-trois ans, brillante et chaleureuse, ne se voit pas ailleurs qu’à Lyon, partagée entre son activité clinique aux HCL au contact des patients et des étudiants en médecine, et son activité de recherche. Ce parcours hospitalo-universitaire en train de se dessiner est à son image, marqué par l’excellence et le désir d’apprendre, de transmettre et de soigner.

 

Article écrit par la Direction de la marque et de la communication des Hospices Civils de Lyon – Décembre 2022