Suite aux mesures sanitaires prises concernant l'épidémie de Covid-19, les évènements en présentiel sont annulés jusqu'à nouvel ordre. Pop'Sciences reste mobilisé pour vous informer sur l'actualité scientifique et proposer des rendez-vous en distanciel.

Podcasts des Mercredis de l’Anthropocène

PPodcasts des Mercredis de l’Anthropocène

Créés et mis en oeuvre par l’Ecole urbaine de Lyon, les Mercredis de l’Anthropocène invitent à mieux comprendre les mondes urbains anthropocènes.

Chercheurs et spécialistes de tous horizons, à partir de sujets précis, croisent leurs paroles, pointent des problématiques et mettent au jour des solutions.

Retrouver les podcasts des trois saisons des Mercredis de l’Anthropocène

Tout le programme de la saison 3 sur le site de l’Ecole urbaine de Lyon

Les sujets de la saison 3 : mégafeux, ville intelligente, la marche comme outil d’analyse du territoire, l’usage de l’eau, la poésie comme action de l’écologie, imaginaires design et fictions de l’anthropocène, biodiversité, numérique, résilience alimentaire, corps confinés, espace de travail en temps de crise, catastrophe et anthropocène, penser l’anthropocène depuis les suds.

A quoi pensez-vous ?

AA quoi pensez-vous ?

Conversations à distance avec Camille De Toledo

À l’heure de la pandémie, dans le cadre de la detective room et du cycle « Enquêter, enquêter mais pour élucider quel crime ? », la résidence de l’écrivain-chercheur Camille de Toledo se reconfigure. Elle propose, à partir du 9 juin, une série de rencontres et de conversations à distance.

La « Chambre d’enquête » devient la « chambre d’échos ».

Toutes les semaines, l’écrivain dialoguera avec un.e invité.e issu.e des différents champs de recherche : art, histoire, philosophie, littérature, architecture, urbanisme, anthropologie…Avec l’Ecole urbaine de Lyon, European Lab et la Fête du livre de Bron.

  • A partir du 9 juin 2020 • Comment la langue a recouvert le monde et ses animaux ? avec Anne Simon
  • A partir du 16 juin 2020 • Comment concevoir une architecture de l’hospitalité ? avec Sébastien Thiéry
  • A partir du 23 juin 2020 • Comment les modernes ont-ils mécanisé la nature en la « désanimant » ? avec Frédérique Aït-Touati
  • A partir du 30 juin 2020 • Comment partager les perspectives humaines et non-humaines ? avec Emmanuel Alloa
  • A partir du 7 juillet 2020 • Comment nous, les modernes, nous habitons nos corps et pourquoi il en va du corps comme du monde ? avec Denis Cellier

Découvrez le programme des premières conversations sur le site de :

École urbaine de Lyon

 

Un béton vert est-il possible ?

UUn béton vert est-il possible ?

Véritable roche liquide à température ambiante, l’usage du béton est d’une incomparable commodité, ce qui le rend difficilement remplaçable.

En France, plus de 80 % du patrimoine bâti est en béton. Cet usage généralisé n’est pas sans conséquence, que ce soit sur les émissions de CO2, principalement liées à la fabrication du ciment, ou sur la production de déchets minéraux de déconstruction.

Dans ce contexte, l’Ifsttar explore les pistes pouvant conduire à un béton « vert ».

Découvrez le dossier thématique : Un béton vert est-il possible ?

espace web sciences et societe de l’IFSTTAR

 

Les datas du béton

LLes datas du béton

En 2018, la France a réaffirmé sa position en faveur de l’ouverture des données de la recherche en se dotant d’un plan national pour la science ouverte. A son échelle, l’Ifsttar accompagne ses chercheurs pour partager les données, issues des travaux de recherche, en les aidant à respecter les bonnes pratiques. A cette occasion, les chercheurs du projet national CEOS.fr publient, en open data, des jeux de données sur la question du vieillissement des ouvrages spéciaux en béton.

espace web sciences et societe de l’IFSTTAR

 

A°2020 : le 1er numéro du magazine de l’Ecole urbaine de Lyon en accès libre !

AA°2020 : le 1er numéro du magazine de l’Ecole urbaine de Lyon en accès libre !

En raison des circonstances exceptionnelles du confinement actuel lié au Covid-19, l’École urbaine de Lyon et les éditions deux-cent-cinq vous offrent, en ligne, le premier numéro du magazine A°2020.

A°2020, co-édité avec les éditions deux-cent-cinq, a été publié en janvier 2020.

Il complète les publications et médias développés par l’École urbaine de Lyon à destination de tous les publics. Par ailleurs, il vise à nourrir et à amplifier le débat public. En effet, celui-ci est indispensable si nos sociétés veulent être capables d’affronter les questions redoutables posées par le changement global.

découvrir le premier numéro du magazine A°2020 sur le site de l’Ecole urbaine de Lyon.

L’architecture du musée des Confluences vue par les équipes | Collections & Patrimoine

LL’architecture du musée des Confluences vue par les équipes | Collections & Patrimoine

Vaisseau spatial ou animal marin : l’architecture du musée des Confluences ne laisse pas indifférents ses visiteurs…

Visionner un reportage sur l’architecture, vue par les équipes du musée.
Une réalisation OnStage Production, disponible en exclusivité pour la durée du confinement.

visionner le reportage

L’autoportrait : affirmation, refus, construction de soi ?

LL’autoportrait : affirmation, refus, construction de soi ?

Cheminons entre images et récits à travers les identités et leur plasticité…

Par le biais de l’autoportrait, l’artiste est confronté à sa propre vérité. Entre rejet, acceptation et fabrication de son identité, l’autoportrait est avant tout une création.

Mais quel rapport entretient l’artiste avec son image ? En quoi l’art de l’autoportrait permet-il de saisir le dialogue entre l’artiste et le public ? Ce cheminement entre images et récits ne pourra qu’avoir de multiples issues, la plasticité de l’identité étant telle qu’elle offre une pluralité d’interprétations…

Dans le cadre de :  Magnifique Printemps 2020 – Les )Identité(s ?

En partenariat avec : Espace Pandora

En savoir plus :

Université Jean Moulin Lyon 3

Passerelle Visite-conférence : Ensorceleuses ? Trajectoires féminines…

PPasserelle Visite-conférence : Ensorceleuses ? Trajectoires féminines…

« Ensorceleuses ? Trajectoires féminines, entre mythe et réalité »

Samedi 1er février, 2 séances à 11h00 OU 14h30

avec Laura Foulquier, Laboratoire ArAr / Unipop, et Stéphanie Dermoucourt, médiatrice-conférencière / MBA de Lyon

En lien avec le spectacle Dunsinane

Entrée du musée suivant votre situation
entrée du musée gratuite pour les abonnés du TNP sur présentation de la carte Abonné + 3€

Musée des Beaux-Arts de Lyon
20 place des Terreaux
69001 Lyon

Réservation

Quand l’architecture imite la nature

QQuand l’architecture imite la nature

Des bâtiments inspirés d’architectures végétales pour favoriser la récupération de la lumière solaire, ce sont les réalisations proposées par Teva Vernoux et Nicolas Vernoux-Thélot, des frères respectivement biologiste et architecte.

La bio-inspiration consiste en l’observation des systèmes naturels pour donner certaines de leurs caractéristiques à des espaces, objets ou services. Et si l’on est aussi soucieux de développement durable, on sélectionne ses inspirations dans le but de protéger l’environnement : on parle alors généralement de biomimétisme.

Fascinés depuis toujours par le design des bâtiments, pour l’un, et par l’architecture des plantes pour l’autre, Teva Vernoux, chercheur et directeur du laboratoire Reproduction et Développement des Plantes, et son frère Nicolas, architecte et fondateur de l’agence In Situ Architecture, se sont tournés vers la conception biomimétique en architecture depuis une douzaine d’années. Comment faire des bâtiments dont l’empreinte écologique est la plus faible possible ?  La phyllotaxie, avec ses règles géométriques qui influencent la captation de l’énergie solaire, leur semblait être une voie prometteuse…

L’intégralité de l’article disponible sur :

CNRS LE JOURNAL

Design-moi un jeu vidéo

DDesign-moi un jeu vidéo

445 jeux exposés dont une trentaine mise à la disposition des visiteurs

Les concepteurs de jeux existent depuis des millénaires. Mais, si depuis quelques décennies, ce secteur connaît un essor considérable, c’est au jeu vidéo qu’on le doit. Cette « révolution » ludique repose sur une discipline : le game design.

Esthétisme, technologie, mécaniques de jeu et récit, les éléments essentiels de cet art de l’amusement sont présentés dans cette exposition interactive sous forme de questionnement : comment le jeu vidéo est devenu un mode d’expression majeur du 21e siècle ?

Vous trouverez des oeuvres autour des 45 thématiques liées au game design, 30 jeux vidéo en démonstration et jouables ainsi qu’une installation du laboratoire RANDOM de l’Esadse rendant hommage au jeux vidéo indépendants.

Cité du design Saint-Étienne

  • Commissariat d’exposition : Jean ZEID
  • Scénographie : Cité du design
  • Graphisme : Erwann Terrier

CITE DU DESIGN DE SAINT-ÉTIENNE