VOUS ÊTES CURIEUX DE SCIENCES ? PARTICIPEZ AUX COULISSES DE POP'SCIENCES !

Je m'engage !

Balade « Regard sur le fleuve »

BBalade « Regard sur le fleuve »

Découvrez le Rhône avec l’île du Beurre

En juin, laissez vous porter par le fleuve et découvrez ses trésors !

Le Rhône fut navigué dès l’antiquité. De nombreux aménagements ont modifié son visage au fil du temps. Prenons un peu de hauteur pour repérer les traces du passé et découvrir la biodiversité de ce fleuve.

Retrouvez toute la programmation de la Maison de l’Environnement et les activités de nos associations membres sur www.maison-environnement.fr à la rubrique « Agenda« 

Visite guidée du Musée Claude Bernard

VVisite guidée du Musée Claude Bernard

Une visite passionnante du musée et de la maison natale pour découvrir Claude Bernard et comprendre l’importance de ses travaux.

 

Poivre, un lyonnais chasseur de plantes

PPoivre, un lyonnais chasseur de plantes

Sur les traces de Pierre Poivre - Exposition au Jardin botanique du 6 avril au 7 juillet

Sur les traces de Pierre Poivre© Mathieu Bertrand

Tout le monde connait le poivre ! Mais qui a déjà entendu parler de Pierre Poivre ? Rare sont les personnes qui le connaissent, et pourtant, ce lyonnais a joué un grand rôle dans la découverte de nombreuses plantes utilitaires.

Cet explorateur du 18es, à la fois chasseur de plantes et humaniste, a bravé milles dangers pour titiller nos papilles et améliorer notre quotidien. Venez donc le découvrir dans cette exposition ludique et familiale toute en bandes dessinées.

2019 correspond aux 300 ans de la naissance de Pierre Poivre.

Une exposition en bandes dessinées proposée par le Jardin botanique de Lyon

Activités proposées dans le cadre de l’exposition :

En savoir plus :

Lyon Nature

Crimes et poisons | Quais du Polar 2019

CCrimes et poisons | Quais du Polar 2019

Les poisons et les microbes ont su être utilisés par l’Homme pour parvenir à ses fins, souvent machiavéliques.

Imaginaire, légende et réalité s’entremêlent pour nous faire découvrir des épisodes historiques mystérieux.

A l’occasion du Festival Quais du Polar

Musée de sciences biologiques Docteur Mérieux

Quand la littérature s’intéresse à la naissance de la criminologie | Quais du polar 2019

QQuand la littérature s’intéresse à la naissance de la criminologie | Quais du polar 2019

Les experts version XIXe siècle

« L’apport de la police technique et scientifique est aujourd’hui indéniable et a permis de résoudre un grand nombre d’enquêtes. Qu’en était-il à la fin du XIXe siècle ?

Autopsies des victimes, profils psychologiques des criminels, les techniques élaborées en 1897 par le professeur Alexandre Lacassagne à Lyon ont révolutionné les pratiques d’investigations judiciaires, hier comme aujourd’hui.

Intervenants :

  • Coline Gatel
  • Fabrice Cotelle, Commissaire de police, Chef de l’État-major du SCPTS

 

A l’occasion de la 15e édition de Quais du polar, du 29 au 31 mars :

Quais du polar

Les podcasts de « A l’Ecole de l’Anthropocène »

LLes podcasts de « A l’Ecole de l’Anthropocène »

L’Ecole urbaine de Lyon a organisé, du 24 au 31 janvier 2019, aux Halles du Faubourg, un grand événement pluridisciplinaire pour apprendre, débattre et construire des propositions avec des scientifiques, des penseurs, des artistes, des politiques, des associations : A l’Ecole de l’Anthropocène.

Revivez la richesse des débats de cette première édition avec les podcasts de conférences, tables-rondes, cours publics, séminaires, plateaux radios, lectures, sans oublier ses soirées spéciales (« Avant-Après la fin du monde », Nuit des Idées).

Accédez aux podcasts :

A l’école de l’Anthropocène

En savoir plus sur l’Ecole Urbaine de Lyon : 

L’École urbaine de Lyon (EUL) est un Institut Convergences d’une durée de 8 ans (2017-2025), dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, et porté par l’Université de Lyon.

À travers son projet interdisciplinaire expérimental de recherche, formation, valorisation économique, sociale et culturelle des savoirs scientifiques, elle a l’ambition de former une nouvelle génération de chercheurs, d’enseignants, de professionnels et de citoyens et inaugure un domaine nouveau de connaissance et d’expertise : l’urbain anthropocène.

Visitez le site de l’Ecole :

https://ecoleurbainedelyon.universite-lyon.fr/

 

Qu’est-ce que l’anthropocène ?

QQu’est-ce que l’anthropocène ?

Le terme Anthropocène s’impose et se diffuse de plus en plus, tant auprès des scientifiques que du grand public. Dans un cas comme dans l’autre, il suscite de nombreux débats et discussions, ce qui est un indice de sa puissance. Celle-ci est due à ce qu’il recouvre : l’idée d’une bifurcation dans l’histoire de l’humanisation de la planète et une bifurcation qui menace possiblement l’habitabilité de la Terre.

C’est la raison pour laquelle il a été placé au cœur du projet scientifique et pédagogique de l’Ecole urbaine de Lyon, avec notamment un cycle de cours publics qui lui est entièrement consacré, assuré par Michel Lussault, géographe et directeur de l’Ecole urbaine de Lyon.

Les Cours publics de l’Ecole urbaine de Lyon consacrés aux questions urbaines et anthropocènes.

Cette activité est conçue sur le modèle des cours du Collège de France. Il s’agit de proposer à des chercheurs de l’Université de Lyon, de toute origine disciplinaire, de présenter à tous ceux qui souhaitent suivre ces séances (librement, sans condition de diplômes et sans évaluation finale), les résultats de leurs travaux de recherche, dans une perspective de remise au cœur de la société des savoirs scientifiques.

PProgramme complet

Pour cette première année, ce cours, qui se prolongera les années universitaires suivantes, posera les cadres d’une possible théorie critique de l’anthropocène.
Il s’agira de présenter les différentes approches de l’anthropocène, mais aussi les contestations existantes de la pertinence de ce mot.

Le programme comporte 6 séances d’1h30 (dont une petite période de questions en fin de séance) :

1. Leçon inaugurale. Planète, Terre, Monde : le global entre en scène.
Jeudi 24 janvier, 17 heures, Halles du Faubourg, 10, impasse des Chalets, Lyon 7e
Ecouter le podcast de la leçon inaugurale

2. La rupture des années 1950 ou la « grande accélération ».
Jeudi 14 février, 12h30, amphithéâtre de la MILC, 35 rue Raulin, Lyon 7e
Ecouter le podcast de la 2e séance

3. Pourquoi faudrait-il admettre la nouveauté de l’anthropocène ? La promotion de la pensée du système et ses conséquences scientifiques et politiques.
Jeudi 28 février, 12h30, Salle 110, à l’IUT Lyon 3, 88 rue Pasteur, Lyon 7e

Ecouter le podcast de la 3ème séance

4. Le système-PTM, un état des lieux 1.
Jeudi 7 mars, 12h30, Amphi 8, bâtiment Thémis, Université Lyon 1, Campus Lyon Tech la Doua, Villeurbanne.

Ecouter le podcast de la 4ème séance

La pensée du système : mode d’emploi.
Nous avons donc vu lors de la séance précédente que l’anthropocène serait ce moment où l’on objective l’existence d’un système-terre global (ce que dans ce cours on appelle le système PTM, Planète/Terre/Monde, cf. séance 1 et 2) et d’une science nouvelle : the Earth System Science. On proposera de considérer qu’il en vérité existe en vérité trois manières principales d’aborder ce système, à la fois complémentaires, en liens et recoupements, et spécifiques. A savoir, ce qu’on désignera par : i. le systémisme orienté par les modèles de la physique ; ii. le « néo-organicisme » ; iii le « relationnisme ». On commencera également à examiner la manière dont ces recherches — qu’elles soient scientifiques stricto sensu, philosophiques, spéculatives — infusent dans le champ politique, notamment en matière (de tentatives) de gouvernement mondial des problèmes de changement global.

5. Le système-PTM, un état des lieux 2 : le rôle et la place de l’urbanisation.
Jeudi 14 mars 12h30, Université de Lyon, Grand amphithéâtre, 92, rue Pasteur, Lyon 7e

6. Quelle trajectoire pour le système-PTM ? L’anthropocène comme défi scientifique et politique mondial.
Jeudi 11 avril, 12h30, aux Halles du Faubourg, Lyon 7ème (tramway T2 Arrêt Route de Vienne)

Plus d’information sur le site :

Ecole urbaine de Lyon

Mystères de Chypre

MMystères de Chypre

L’ancienne société de Paphos : mon travail de thèse lui donne la parole

La petite île de Chypre est toujours restée aux marges du monde grec. Elle a été parfois sous-estimée par les chercheurs. Pourtant, elle cache des mystères du passé qui attendent d’être découverts. Une partie des réponses nous est directement transmise par l’ancienne société chypriote à travers des inscriptions. Que disent les habitants de l’île au premier millénaire av. J.-C. ?

 

© ENS

 

Il ne reste environ que 1500 inscriptions écrites de la civilisation qui a habité Chypre au cours du premier millénaire av. J.-C. De même, les auteurs anciens sont très silencieux quant à la vie des Chypriotes dans l’Antiquité. Puisque chaque petit mot revêt une grande importance, j’ai pour objectif dans ma thèse, d’étudier le rôle des inscriptions dans la vie sociale et politique de Chypre.

Carte de Chypre
© mapsof.net

Je m’intéresse surtout à la région de Paphos, une ville située au sud-ouest de Chypre. Dans l’Antiquité, Paphos n’était pas seulement une ville, mais aussi un royaume. L’île était en effet divisée en plusieurs royaumes autonomes avec un roi à sa tête. Ce morcèlement politique de Chypre est assez unique dans le monde grec et remonte probablement à une époque très ancienne. C’est également le cas de l’écriture utilisée à Chypre. Contrairement aux autres régions de la Méditerranée, les Chypriotes ont utilisé un système d’écriture à caractère syllabique. Chaque signe correspond à une syllabe et les séquences de syllabes forment des mots. Il est intéressant de remarquer qu’il existe deux variantes de syllabaire chypriote dont une limitée au royaume de Paphos, dans une île à la superficie proche de celle de l’Île-de-France. C’est cette particularité de la région paphienne qui m’a attiré dès le début de mes études sur Chypre. Les Paphiens étaient-ils différents des autres Chypriotes ?

Inscription en syllabaire paphien
© Agnieszka Halczuk

 Il est important de souligner que la plupart des inscriptions de Chypre a été découverte à Paphos. Sur les 1500 documents mentionnés ci-dessus, environ 600 proviennent de la région paphienne. C’est grâce à cette documentation abondante et sans parallèle qu’on peut mener des études sur la société de Paphos. Les inscriptions décrivent une société dynamique, à la fois attachée aux traditions ancestrales et innovatrice. On observe une société qui se caractérise par une forte identité régionale et insulaire. Cela se laisse notamment appréhender via l’étude de noms figurant sur les monuments inscrits. Ces noms propres sont souvent composés d’un élément « Chypre » exprimant clairement l’appartenance culturelle des Chypriotes.

Les Paphiens vénèrent une divinité protectrice de leur ville qu’ils appellent Wanassa. Ce nom est souvent traduit comme « Maîtresse » ou « Grande Déesse », ce qui souligne son importance pour les anciens habitants de Paphos. Ailleurs, cette déesse a été rapidement identifiée à l’Aphrodite. Son sanctuaire était un lieu important non seulement pour les pèlerins et dédicants, mais aussi pour les rois de Paphos. C’est dans cet endroit qu’ils affirmaient leur pouvoir et leur souveraineté en faisant des offrandes à la déesse. Le lien particulier entre les monarques paphiens et la Wanassa assurait la légitimité de leur pouvoir. C’étaient d’ailleurs les prêtres principaux de la déesse.

Sanctuaire d’Aphrodite
/ © Agnieszka Halczuk

Chaque époque arrive à sa fin. Les conquêtes d’Alexandre le Grand vers la fin du IVe siècle av. J.-C. ont eu des retentissements même à Chypre. La situation géographique de l’île en a fait un territoire d’enjeux pour les généraux d’Alexandre qui se sont affrontés afin d’obtenir le contrôle sur l’île. Les rois autonomes de Chypre essaient de sauver leur indépendance en développant de nombreuses stratégies. En vain. Plusieurs rois opposés à la politique de Ptolémée I ont été exécutés. La disparition des royaumes signalait la fin d’une époque importante.

Inscription en alphabet de Paphos
© Agnieszka Halczuk

Dans le nouveau cadre politique, il n’y avait plus de place ni pour les rois ni pour le syllabaire qui a été rapidement remplacé par l’alphabet grec. Néanmoins, les dernières inscriptions syllabiques apparaissent encore deux siècles après la conquête de Chypre par Ptolémée. Cela reflète bien la société chypriote et le rôle de l’ancienne écriture dans cette communauté. Le syllabaire a été sans doute un marqueur culturel très profondément enraciné dans les mœurs insulaires.

Malgré tous ces bouleversements politiques, économiques et culturels la société a continué sa vie à Paphos on s’adaptant au fur et à mesure à la nouvelle époque.

Jusqu’à présent, ma recherche a apporté des éléments de réponse pour certaines questions et a permis de mieux comprendre l’histoire de l’ancienne société chypriote. Cependant, d’autres mystères attendent toujours à être découverts. J’espère que cette recherche va contribuer à la meilleure compréhension des phénomènes complexes qui se sont produits à Chypre et donnera lieu à d’autres analyses concernant la vie politique et sociale à Chypre dans l’Antiquité.

 

Article écrit par Agnieszka Halczuk, doctorante à l’Université Lumière Lyon 2, rattachée au laboratoire HiSoMA 

Article publié dans le cadre des dossiers  » Les doctorants parlent de leur recherche » en partenariat avec Pop’Sciences

Indonésie : enquête sur un tsunami

IIndonésie : enquête sur un tsunami

Le 28 septembre 2018 la ville de Palu, en Indonésie, était frappée par un violent tsunami causant plusieurs milliers de morts. Une équipe scientifique internationale a été dépêchée sur place pour mieux comprendre la dynamique de la vague dévastatrice.

Deux chercheurs français, dont le géo-archéologue Jean-Philippe Goiran, chercheur CNRS au sein du laboratoire Archéorient, étaient de l’aventure. Pour CNRS Le Journal, ils reviennent sur cette mission scientifique unique qui leur a permis d’étudier les effets du tsunami très peu de temps après son passage.

L’intégralité de l’article disponible sur :

CNRS Le Journal

Les manuscrits arabes subsahariens… de Tombouctou et d’ailleurs

LLes manuscrits arabes subsahariens… de Tombouctou et d’ailleurs

Le sauvetage des manuscrits de Tombouctou, lors de l’invasion du Nord Mali par les forces islamistes en 2012, a permis de faire l’inventaire de ce fabuleux trésor : plus de 400 000 manuscrits ont été transportés de la région de Tombouctou à Bamako.

A cette occasion, l’existence de ces manuscrits a été portée à la connaissance du monde, mais reste la question : que contiennent ces manuscrits, et pourquoi s’y intéresser ?

Intervenant : Georges Bohas, Docteur d’État ès lettres, professeur émérite à l’ENS de Lyon, auteur de nombreux ouvrages sur la langue et la littérature arabes,  Il a consacré une part importante de son activité scientifique aux manuscrits arabes subsahariens.

Organisée par : les Amis du musée aux Archives municipales de Lyon

En savoir plus :

Musée de l’imprimerie de Lyon