L’Anthropocène ou l’ère de toutes les crises

LL’Anthropocène ou l’ère de toutes les crises

Comment une seule espèce, l’Homme, a provoqué une crise écologique sans précédent et fait entrer la planète Terre dans l’ère de l’Anthropocène ?

L’Anthropocène est une notion récente qui désigne une nouvelle époque géologique, qui a débuté vers 1750-1800 au moment de la Révolution industrielle. Cette époque est caractérisée par un impact sans précédent des activités humaines sur les écosystèmes.

Pour Michel Magny, l’Anthropocène ne désigne pas seulement une crise de la nature comme dans l’interprétation qui en est habituellement donnée, mais aussi une crise de l’Homme, les deux crises puisant aux mêmes racines dans une interaction continue entre nature et sociétés. Si la catastrophe n’a pas déjà eu lieu, elle est en train de survenir : l’évolution du climat et l’effondrement de la biodiversité en sont les signes annonciateurs.

Face à cette crise écologique autant qu’humaine et sociétale, il est largement temps de s’interroger sur le type de société que l’on voudrait voir se développer à l’avenir.

Intervenant :

En savoir plus :

BM Part Dieu

Climat : en surchauffe, oui mais à quel point ?

CClimat : en surchauffe, oui mais à quel point ?

Les alarmes ne cessent de se répéter, au rythme des nouveaux rapports du GIEC, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Le réchauffement climatique semble devenir de moins en moins abstrait, et même, il paraît que son évolution s’accélère ! Mais dans quelle mesure ?

Réponses de Chloé Maréchal, paléoclimatologue à l’Université Claude Bernard Lyon 1.

Un article rédigé par Fabien Franco, journaliste, pour Pop’Sciences

8 oct. 2019.

Comment jugez-vous le niveau de fiabilité des rapports scientifiques produits sur le climat ?

Tous les sept ans, le GIEC produit un rapport qui reprend des milliers de recherches menées dans le monde à partir d’observations et de modèles informatiques. La fiabilité des réponses vient de cette somme de laboratoires qui produisent des données s’appuyant sur des sources et des modèles différents. Dernièrement, le groupe des chercheurs français a indiqué que leurs modèles climatiques étaient sous-estimés. Si les groupes des autres pays en arrivent tous plus ou moins aux mêmes résultats, alors on pourra dire que les données actuelles disent quelque chose d’important.

Quelle méthode utilisez-vous pour reconstituer les climats du passé ?

La chimie permet de reconstituer les paramètres en lien avec le climat. Ma recherche actuelle utilise des isotopes de l’oxygène présent dans les coquilles fossiles d’animaux marins bivalves. Cela permet de connaître la température de l’eau de mer jusqu’à des dizaines de millions d’années. Les coquilles contiennent des atomes d’oxygène qui ont été puisés dans l’eau de mer durant la vie de l’organisme. Ces atomes ont enregistré un signal de leur époque que nous nous appliquons à déchiffrer. Nous pouvons remonter ainsi très loin dans le temps, plus loin même que les carottes glaciaires qui elles enregistrent la température et la composition de l’atmosphère mais qui s’arrêtent à 120 000 ans au Groenland et 800 000 ans en Antarctique.

Coquilles Cerithium vulgatum et Stramonita haemastoma-Copyright Antoine Boutier

Coquilles de Cerithium vulgatum et Stramonita haemastoma de la dernière période interglaciaire provenant du site de La Santa, Lanzarote, Iles Canaries. La taille d’un rectangle correspond à 1 cm. La composition en isotopes de l’oxygène des coquilles permet d’estimer la température de l’eau de mer dans laquelle vivait l’organisme. L’océan et sa température jouent un rôle essentiel dans le climat terrestre. / ©Antoine Boutier.

À partir de quelle échelle de temps peut-on dégager une constante climatique ?

Le climat se distingue de la météo à partir du moment où l’on a un recul de trente ans minimum. Les constantes climatiques peuvent recouvrir différentes échelles de temps. La période interglaciaire dans laquelle nous sommes actuellement dure depuis douze  mille ans. Elle est très stable au niveau climatique comparé aux soubresauts qui ont émaillés la dernière période glaciaire, il y a 70 000 ans jusqu’à 20 000 ans auparavant. Mais en y regardant de plus près, on constate que la température globale moyenne était plus élevée de 0,8°C il y a 8 000 ans par rapport au milieu du 19e siècle, date à laquelle débute l’époque industrielle. À chaque fois, il faut donc préciser sur quelle échelle de temps, la constante climatique est donnée.

C’est là qu’intervient la paléoclimatologie ?

En effet. En prenant une loupe de plus en plus grossissante, on s’aperçoit que la température ne cesse d’évoluer. Mais ce qu’il est important de constater à l’heure actuelle, c’est l’amplitude de ces variations climatiques exprimées en degré et le laps de temps dans lequel elles s’effectuent. Les paléoclimats nous disent que nous sommes dans une période chaude depuis 12 000 ans, soit à environ 15°C en moyenne sur l’ensemble de la planète. Ils nous disent aussi qu’il y a vingt mille ans, nous étions dans une période glaciaire durant laquelle la glace était plus présente, notamment dans l’hémisphère Nord. À cette époque, une calotte glaciaire couvrait l’Amérique du Nord jusqu’à New York et Vancouver, une autre calotte reposait sur une partie de l’Eurasie et descendait à proximité de Londres et Moscou. Le niveau des mers étaient à -120 mètres. La température moyenne à la surface du globe s’élevait alors à 10°C. Nous constatons donc qu’une hausse de seulement +5°C moyens suffit pour passer d’une époque froide dite glaciaire à une époque chaude. Ceci s’explique par des cycles astronomiques, plus précisément par la position de la Terre autour du Soleil. +5°C moyens et l’on bascule d’un monde à l’autre.

+5°C seulement ?

Effectivement, une variation de quelques degrés paraît faible à notre échelle quotidienne. Mais à l’échelle de la planète, une variation de quelques degrés moyens est conséquente. Nous savons que la dernière transition glaciaire-interglaciaire s’est déroulée en un peu moins de dix mille ans. Cette transition a engendré de véritables changements. Ici, à « Lyon », en période glaciaire, le sol était glacé et la toundra s’étendait partout à l’horizon, laissant place à la steppe plus au sud. Les arbres étaient « réfugiés » au sud de l’Europe dans quelques zones privilégiées de l’Espagne, de l’Italie et des Balkans. Et en presque dix mille ans, on bascule dans un monde chaud, les glaces se rétractent, le niveau de la mer monte, et les arbres colonisent à nouveau les moyennes et les hautes latitudes. La plupart des espèces ont eu le temps de s’adapter. Depuis trois millions d’années, une cinquantaine d’oscillations de ce genre ont eu lieu.

Dépôt de conglomérat de la dernière période interglaciaire contenant des coquilles de Strombus bubonius et des graviers basaltiques sur le site de Matas Blancas, Fuerteventura, îles Canaries. / DR

+5°C c’est aussi une estimation des experts à l’horizon 2100

Nous envoyons des quantités de CO2 de façon artificielle dans l’atmosphère. Ce gaz à effet de serre réchauffe la température de surface. Nous avons déjà augmenté la température moyenne globale de +1°C en un siècle. Ces +5°C estimés se feraient donc en 250 ans, c’est-à-dire de 1850 à 2100. De plus, non seulement cette hausse est forte et rapide, mais elle s’effectue aussi dans une période climatique interglaciaire, donc déjà chaude. Ceci nous amène à envisager des conditions climatiques inconnues depuis plus de dix millions d’années. Cela nous conduirait en dehors de notre cadre naturel sachant que le genre Homo, qui a compté une quinzaine d’espèces humaines, est apparu il y a 3 millions d’années et que Homo sapiens, notre espèce, est apparu il y a 300 000 ans. Les paléoclimats servent à mesurer les enjeux de ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui. Cela signifie que plus nous affinerons nos résultats, plus l’histoire du climat passé sera précisée, mieux nous situerons l’évolution actuelle et future du climat grâce à ce repère passé.

Le réchauffement climatique varie-t-il selon la zone géographique ?

Oui. Les répercussions ne sont pas identiques entre les régions. Le réchauffement lors d’un changement climatique suit une loi invariable que l’on a pu vérifier depuis des millions d’années : il augmente de l’Équateur aux pôles, et il est plus important sur les continents que sur les océans.  C’est ce que prévoient les modélisations pour l’évolution du climat futur. Ainsi, les Tropiques vont moins se réchauffer que les régions polaires. Cependant, la chaleur qui existe dans les Tropiques, alliée à l’humidité, rend particulièrement dangereux ce réchauffement. Pour les humains, le seuil létal lié à la chaleur sera alors de plus en plus fréquemment atteint, car les vagues de chaleurs deviendront de plus en plus intenses et nombreuses. Dans les régions polaires, où se trouvent les grandes calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique, le réchauffement à l’œuvre a déjà déclenché depuis les années 2000 la fusion de ces deux géants de glace… ce qui alimente la montée du niveau marin. En ce qui concerne la différence de réchauffement entre les continents et les océans, les courants océaniques pourront tempérer le réchauffement climatique dans certains endroits du globe.

En quoi la thermodynamique des océans renseigne-t-elle le climat ?

Les océans sont des acteurs majeurs du climat. Ce sont eux qui vont emmagasiner des flux considérables d’énergie. 93% du surplus d’énergie émis par l’homme dans le système climatique est absorbé par les océans. Cette accumulation de chaleur, qui se fait d’abord dans les eaux de surface, met des siècles/millénaires à se transmettre à la masse entière de l’océan, et atténue ainsi, momentanément, le réchauffement observé à la surface des continents. Cela bien sûr ne va pas sans conséquences sur la température des eaux de surface marines, qui croît constamment, et donc sur la vie marine.

À quel point est-ce pertinent de comparer les climats actuel et passé ?

Depuis plusieurs centaines de milliers d’années, nous retrouvons la même disposition des continents, une faune et une flore comparables : ce cadre quasi-identique à l’actuel nous permet, à travers la connaissance du climat passé, de cerner l’importance du changement climatique futur. Par exemple, grâce au pollen du chêne, nous sommes arrivés à calculer la vitesse de colonisation de cette essence lors de la dernière déglaciation. Les chercheurs ont pu estimer cette vitesse à environ 300 mètres par an. C’est rapide, mais pas assez pour suivre la vitesse du réchauffement climatique des dernières décennies. Une autre étude a montré que la vitesse de migration du hêtre est également trop lente. Qu’il s’agisse de migration ou d’adaptation physiologique, les espèces végétales ou animales ont besoin de temps. Le changement climatique va être « difficile » pour nombre d’entre elles.

Quel rôle le climat tient-il dans les sociétés humaines ?

Du climat dépendent nos ressources. Ces ressources proviennent de l’agriculture, apparue il y a 10 000 ans environ, dans cette période interglaciaire que nous connaissons actuellement. La gestion des ressources va être l’une des problématiques que l’humanité va devoir gérer. Nos cultures actuelles vont être confrontées à un stress de plus en plus fort : suite aux canicules qui seront plus fréquentes et plus intenses, mais aussi suite au déficit de pluie dans certaines régions du globe, comme par exemple le bassin méditerranéen. Cela nécessitera une adaptation de l’agriculture actuelle.

Comment en tant que scientifique réagissez-vous à la demande de certitude du pouvoir politique ?

Depuis 40 ans, les travaux de milliers de scientifiques, issus de toutes les nations, ne font que préciser le même fait : le climat se réchauffe, et ce réchauffement est dû à l’activité humaine. L’importance de ce réchauffement  apparaît de plus en plus clairement au vu de l’histoire passée du climat. La demande de certitude du pouvoir politique est légitime et l’état des connaissances scientifiques actuel sur le changement climatique répond à leur demande (rapports du GIEC 1990, 1995, 2001, 2007, 2014). Cet état demande encore à être affiné pour mieux simuler l’évolution future du climat.

Quelles avancées envisagez-vous dans vos recherches ?

Nous accumulons de plus en plus de données, ce qui nous permet progressivement de cerner les zones encore fragmentées des climats anciens que nous étudions. Il faut multiplier les échantillonnages, faire des analyses, trouver la matière première idoine qui n’ait pas perdu ce signal chimique venu de la nuit des temps. Après Les Canaries, j’espère pouvoir aller au Cap Vert, ce qui permettra d’étendre les interprétations que j’ai faites avec mes collaborateurs à une partie plus vaste de l’océan tropical Atlantique Est. Je travaille aussi sur un projet qui vise à étudier l’incidence du changement climatique récent sur les éboulements rocheux en moyenne montagne dans le massif alpin. Ce nouvel axe de recherche permettra d’affiner encore un peu plus notre connaissance des répercussions actuelles du réchauffement climatique.

Quel regard portez-vous sur la consommation énergétique ?

Le CO2, dioxyde de carbone, est le principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique actuel, d’origine humaine. 80% du CO2 injecté dans l’atmosphère provient des combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon). Notre économie et la croissance démographique couplée à notre mode de vie favorisent la production de CO2. Stabiliser le climat implique que nous n’émettions plus de gaz à effet de serre, donc que notre production d’énergie à partir des combustibles fossiles devienne minimale. Plus vite nous atteindrons ce but, moins le réchauffement final sera grand. À +2°C par rapport à l’époque préindustrielle, notre adaptation est encore possible. Au-delà, le réchauffement entraînera de très sévères conséquences, irréversibles. La principale inconnue dans l’évolution future du climat est la capacité de l’homme à modifier son comportement. Il n’y a rien d’inéluctable. Souvenez-vous du trou dans la couche d’ozone qui a été résorbé grâce à une concertation internationale politique.

PPour aller plus loin

 

#FDS2019 | 9 milliards d’années d’histoire de la terre : déjà 4 de faits, encore 5 à venir…

##FDS2019 | 9 milliards d’années d’histoire de la terre : déjà 4 de faits, encore 5 à venir…

 

On connaît bien l’état et le fonctionnement de la Terre depuis quelques centaines de millions d’années, avec des « étapes » climatiques ou biologiques cruciales et parfois terribles. Mais la Terre n’a pas toujours ressemblé à ce qu’elle est depuis 500 millions d’années. C’était une « boule de neige » il y a 750 Ma, l’atmosphère n’avait pas d’oxygène avant 2,5 milliards d’années, l’océan avait une température d’au moins 60-70°C il y a 3,5 à 4 milliards d’années. Et c’est dans ce bouillon chaud et riche en CO2 qu’est née la vie. Le passé éclaire l’avenir probable de la Terre pour laquelle les perturbations humaines n’auront été qu’un très bref feu de paille. La vie va continuer à évoluer, mais comment ? Les océans vont se mettre à bouillir dans environ 2 Ga, et l’histoire de la Terre s’achèvera par sa vaporisation totale dans 5 Ga, quand le soleil deviendra géante rouge. Pierre Thomas, géologue renommé et extraordinaire vulgarisateur, propose de resituer l’anthropocène dans le temps long de l’histoire de la terre.

 

 

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET SUR
LA MÉTROPOLE DE LYON ET LE DÉPARTEMENT DU RHÔNE

 

Sur la Métropole de Lyon et le Rhône, la Direction Culture, Sciences et Société de l’Université de Lyon coordonne la Fête de la Science.

 

Réchauffement climatique : ce que nous disent les climats anciens

RRéchauffement climatique : ce que nous disent les climats anciens

De la toundra sibérienne à la calotte de glace de l’Antarctique, des scientifiques étudient les archives climatiques de notre planète. Ils poursuivent un même objectif : identifier les conséquences à venir du changement climatique en cours sur les écosystèmes et les sociétés humaines pour mieux s’y préparer.

Comment reconstituer les climats passés de notre planète ? Vers quels modèles allons-nous ?

Lire l’article :

Pop’Sciences Mag#4

Les Mercredis de l’Anthropocène – Saison 2

LLes Mercredis de l’Anthropocène – Saison 2

Les Mercredis de l’Anthropocène, créés et mis en oeuvre par l’Ecole urbaine de Lyon, aux Halles du Faubourg, invitent à mieux comprendre le monde urbain anthropocène. Chercheurs et spécialistes de tous horizons, à partir de sujets précis, croisent leurs paroles, pointent des problématiques et mettent au jour des solutions.

En partenariat avec Rue89Lyon, Lyon Capitale, Le Petit Bulletin et Lyon City Crunch.

Les Mercredis de l’anthropocène sont accompagnés par la permanence de la Ruche Qui Dit Oui. Cette association crée un réseau de producteurs locaux, qui fixent eux-mêmes leurs prix, afin de favoriser le circuit court. Elle garantit la qualité des produits et accompagne une transition agricole qui tend vers une logistique réinventée, faisant rimer proximité et durabilité. Elle sera présente chaque mercredi aux Halles du Faubourg, de 18h à 19h30.
S’inscrire à la Ruche qui dit Oui

PROGRAMMATION DE LA SAISON 2

18 SEPTEMBRE
L’ESPACE AU CINÉMA
S’il est incontestablement un art du temps, le cinéma est avant tout et fondamentalement un art de l’espace. Sans ce dernier, point d’image et, partant, point de film. Sans lui aussi, point de spectateur, car aller au cinéma n’est-ce pas d’abord prendre place dans l’espace, celui de la salle bien sûr, mais aussi, au-delà, au sein du dispositif prévu par l’institution cinématographique ?
Intervenants :
– André GARDIES : ancien professeur d’études cinématographiques et audiovisuelles à l’université Lumière Lyon2, spécialiste de sémio-narratologie, il a publié de très nombreux articles ainsi qu’une dizaine d’ouvrages. En mars 2019, il publie « L’espace au cinéma » aux éditions Klincksieck, préfacé par Alfonso Pinto et Bertrand Pleven.
– Bertrand PLEVEN : professeur à l’IUFM de Paris université Paris-IV, il mène actuellement une thèse de géographie sur les territoires urbains dans le cinéma contemporain et les fictions audiovisuelles. Il est responsable de la rubrique cinéma des Cafés géographiques et de la revue Géographie et cultures.

25 SEPTEMBRE
LES MATÉRIAUX BIOSOURCÉS
Les engagements pris par les États lors de la COP21, pour endiguer les dérèglements climatiques, appellent une forte réduction de l’empreinte environnementale des bâtiments existants et futurs. Mettre en œuvre des matériaux à base de plantes à croissance rapide répond à cette exigence.
Intervenants :
– CHEN Haoru est architecte, fondateur de l’Atelier CHEN Haoru, professeur associé à la China Academy of Art de Hangzhou, et professeur invité à l’Université de Nankin. Il figure parmi les finalistes du FIBRA Award 2019.
– Romain ANGER est ingénieur et docteur spécialiste des architectures de terre, directeur scientifique d’amàco, l’atelier matières à construire.

2 OCTOBRE
ESPACE ET PERCEPTION DU SACRÉ
Comment l’anthropocène permet-il de repenser l’articulation entre perception de l’espace et construction du sacré ?
Intervenants :
– Benoît VERMANDER, sinologue et politologue, est professeur à l’université Fudan de Shanghai où il dirige le Centre de recherche Xu Guangqi-Matteo Ricci pour le dialogue. Il a longtemps dirigé l’institut Ricci de Taipei (Chine), dont il reste directeur de recherche.
– Christophe BOUREUX, frère dominicain du Couvent de La Tourette. Docteur en théologie et en anthropologie religieuse, il enseigne la théologie systématique à l’Université Catholique de Lyon. Parallèlement, il travaille sur la gestion paysagère et forestière de La Tourette.

9 OCTOBRE
POUR UNE BIODIVERSITÉ CULTIVÉE
Le plus grand conservatoire de semences du monde est russe, et c’est à Charly près de Lyon que s’ouvre en 2019 sa première antenne à l’étranger. Son enjeu est de développer la biodiversité cultivée, afin de repérer les plantes résistantes à la sécheresse et aux maladies.
– Stéphane CROZAT, ethnobotaniste et historien d’art des jardins, directeur scientifique du Centre de Ressources de Botanique Appliquée (CRBA). Il est à l’origine d’une méthodologie unique et transversale appliquée à la connaissance, la protection et les valorisations de la biodiversité végétale domestique locale.
– Alain ALEXANIAN, chef lyonnais iconoclaste, qui depuis longtemps agit contre la malbouffe. Son credo : manger bio, consommer local sans forcément mettre la main au porte-monnaie. Il rédige en 2009 la charte de Développement Durable pour les cuisiniers avec le concours du WWF ; il publie en 2011 « L’art de bien manger bio : iFood » chez Utovie.

16 OCTOBRE
L’IMPACT DES RESSOURCES NATURELLES SUR LE DÉVELOPPEMENT
Les ressources naturelles sont, avec les populations et les territoires, un des trois enjeux principaux du pouvoir et constituent, à ce titre, une source importante de défis économiques. La relation entre ressources naturelles au sens large – biologiques, minérales et énergétiques, matières premières et produits agricoles – et développement, est un des grands paradoxes de la macro-économie du développement.
– Jérémie CHOMETTE, directeur général de la Fondation Danièle Mitterrand – France Libertés. Avant cette fonction, il était chargé des programmes au Kurdistan ainsi que du partenariat entre la Fondation France Libertés et la Fédération d’éducation populaire Léo Lagrange.
– Mathieu COUTTENIER, économiste, actuellement en poste à l’École Normale Supérieure de Lyon, il est nominé parmi les meilleurs jeunes économistes 2019. Ses recherches se situent à l’intersection entre l’économie et les sciences politiques, et elles intègrent les questions culturelles, institutionnelles et géographiques. Il se concentre sur les questions microéconomiques, en particulier dans le domaine de l’économie politique appliquée.

23 OCTOBRE
UNE SECONDE VIE POUR LES OBJETS ET LES MATÉRIAUX USAGÉS
Les crises économiques, les conséquences de la surexploitation des ressources naturelles, et l’émergence d’une conscience environnementale ont partout favorisé l’apparition de pratiques de récupération et de réutilisation d’objets et de matériaux usagés.
Intervenants :
– Joanne BOACHON, architecte, directrice-fondatrice de Minéka, matériaux de construction à (Ré)utiliser
– Nathalie ORTAR est directrice de recherche à l’École Nationale des Travaux Publics de l’État, ses recherches portent sur habiter et mobilité / l’énergie / recyclage et récupération.

13 NOVEMBRE
FORMES URBAINES ET BACTÉRIES
Quels sont les liens entre les morphotypes urbains, industriels, péri-urbains et la persistance de certaines espèces bactériennes pathogènes ? Ou comment mieux comprendre l’écologie des bactéries pathogènes en ville, afin de définir des points-clés sur lesquels agir pour éviter la dissémination, l’exposition ou le développement de résistance par ces bactéries.
Intervenants :
– Benoît COURNOYER est directeur de recherche au sein du Laboratoire Écologie Microbienne – Université Claude Bernard Lyon 1 / VetAgro Sup. Ses recherches portent sur l’écologie et l’évolution des bactéries pathogènes opportunistes de l’homme.
– Laurent MOULIN est directeur de recherche au Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains – École des Ponts Paris Tech / Université Paris-Est Créteil / AgroParis Tech. Ses recherches portent sur les risques sanitaires des eau de consommation.

20 NOVEMBRE
COMPRENDRE ET ÉVITER LES MENACES ENVIRONNEMENTALES
Les bouleversements provoqués par les activités humaines pourraient faire sortir l’humanité des conditions favorables et relativement stables de l’Holocène. Des pistes s’offrent à nous pour limiter les processus à l’oeuvre.
Intervenants :
– Bruno CHARLES, Vice-président de la Métropole de Lyon – Développement durable, Biodiversité, Trame verte et Politique Agricole.
– Natacha GONDRAN, ingénieure, enseignante et chercheuse au sein du laboratoire Environnement Ville Société / composante Mines Saint-Etienne. Co-auteur, avec Aurélien Boutaud, du rapport « Limites planétaires : comprendre (et éviter) les menaces environnementales de l’anthropocène ».

27 NOVEMBRE
EXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE ET IMAGINAIRE DE L’ANTHROPOCÈNE
L’entrée dans l’anthropocène donne naissance à de nouveaux imaginaires sociaux, de nouvelles formes de création, de nouvelles esthétiques, à d’autres façons de raconter des histoires du Monde et de la mondialisation, de la planète et de son avenir, des individus et de leurs désirs et volontés.
Animateur : Alfonso PINTO
– Elise DOMENACH, philosophe, est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’Ecole normale supérieure de Lyon. Critique de cinéma (membre du comité de rédaction des revues Positif et Esprit), elle a édité et traduit plusieurs ouvrages, notamment « Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme » (PUF, 2011).
– Matteo MESCHIARI, professeur associé à l’Université de Palerme depuis 2015, où il enseigne la géographie et l’anthropologie de la communication. Ancien chercheur en patrimoine démo-ethno-anthropologique, il a enseigné l’anthropologie culturelle et l’anthropologie du paysage. Il a également enseigné en France dans les universités de Lyon, Avignon et Lille.

4 DÉCEMBRE
LA LUMIÈRE À L’HEURE ANTHROPOCÈNE
La lumière, naturelle et artificielle, est indispensable à l’humanité. Elle est tout autant objet de recherche que de rêverie. La bioluminescence, c’est-à-dire l’émission de lumière par des organismes vivants, est-elle une piste d’avenir ? Et comment les artistes s’en saisissent-ils à l’heure de la ludification généralisée des villes ?
Intervenants :
– David AMANS est physicien, enseignant-chercheur au laboratoire l’Institut Lumière Matière, en co-tutelle CNRS et Université Claude Bernard Lyon 1.
– Anna-Eva BERGE : artiste plasticienne, dissimulée derrière l’acronyme A.I.L.O (Atelier d’Immersion Lumineuse et Obscure), expérimente les processus d’interaction entre lumière et obscurité, palpable et impalpable, réalité et reflet, pour créer des volumes, des installations ou des sculptures.

11 DÉCEMBRE
VERS UNE PROSPECTIVE ANTHROPOCÈNE
Afin de relever les enjeux du monde urbain anthropocène, quels sont les dispositifs de réflexion prospective et stratégique que l’État et les collectivités puissent mettre en oeuvre ?
Intervenants :
– Stéphane CORDOBES : chercheur et enseignant en prospective territoriale et urbaine, il est conseiller « recherche et prospective » au Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). Il interroge, en particulier, l’expérience prospective et la façon dont cette pratique pourrait contribuer à relever les enjeux du monde urbain anthropocène.
– Christophe VANDEPOORTAELE, est Directeur Général Adjoint des services du Grand Annecy (démarche en cours : « Imagine le Grand Annecy en 2050 »).

18 DÉCEMBRE
TEMPS GÉOLOGIQUE ET TEMPS HISTORIQUE
Les différentes évolutions dépendent de la durée de la période considérée. Différentes échelles de temps sont étudiées : le siècle, le millénaire, le million d’années etc. Par exemple, comment les variations climatiques s’apprécient-elles à ces différentes échelles ? Quelles en sont les causes et les conséquences ?
Intervenants :
– Pierre CORNU est historien, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2 et membre du Laboratoire d’Etudes Rurales. Ses recherches développent une approche historique de la question de la domestication du vivant et de son effet retour sur l’ordre social, politique et symbolique.
– Pierre THOMAS est géologue, professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Son laboratoire de référence est le Laboratoire de Géologie de Lyon : Terre, Planète, Environnement. Outre la planétologie, il enseigne aussi l’histoire de la Terre et des climats, l’origine de la vie… Son implication dans la diffusion des connaissances auprès du grand public et dans la formation initiale et continue des enseignants de lycée est reconnue.

Festival  » L’eau dans tous ses états  » | #FDS2019

FFestival  » L’eau dans tous ses états  » | #FDS2019

 

🚩 Venez découvrir le fonctionnement d’une usine de traitement des eaux !

👉 Ateliers, exposition et visite pour mieux
comprendre l’eau et ses enjeux !


Venez participer à un festival exclusivement consacré à l’eau
et son traitement à Lyon ! Profitez de l’implication d’associations
pour en apprendre plus sur l’histoire et le fonctionnement de
l’ancienne usine de traitement des eaux de Saint-Clair !

PProgrammation

Tout public : samedi 12 octobre et dimanche 13 octobre de 10h30 à 18h
Public visé : à partir de 6 ans | Inscription obligatoire pour la visite de l’usine

Scolaires : jeudi 10 octobre et vendredi 11 octobre de 9h à 16h
Public visé : primaires, collégiens | Inscription obligatoire

——————————————————————————————————————————————————————————————

ANIMATIONS TOUT PUBLIC

– Découvrez en détails le fonctionnement de l’ancienne usine de traitement d’eau !
– Venez comprendre quels paramètres physico-chimiques sont contrôlés dans l’eau du robinet pour attester de sa pureté.
– Déambulez à travers une exposition sur le thème de l’eau afin d’en découvrir les détours et secrets.
– Admirez les gigantesques bassins et la pompe de Cornouailles présents sur le site !
– Venez en apprendre davantage sur le transport de l’eau dans l’antiquité … et bien plus encore !

——————————————————————————————————————————————————————————————

ANIMATIONS PROPOSÉES AUX SCOLAIRES

Des parcours sont proposés pour les primaires et collégiens pour une durée totale de 2h.
Ils permettent aux élèves d’en apprendre plus sur le cycle de l’eau et des problématiques que peut rencontrer une ville dans la gestion de son eau potable.

 

Parcours 1

Atelier Détermination de la qualité de l’eau du Rhône
La présence de certaines larves aquatiques et autres petites bêtes, permettent de connaître la qualité de l’eau d’un milieu. Venez faire la connaissance avec ces habitants aquatiques et notez la qualité de l’eau du Rhône.

 

Atelier Présentation des systèmes hydrauliques
Venez appréhender les dispositifs hydrauliques et de pompages utilisés de tous temps, à l’aide de maquettes comme la vis d’Archimède, une pompe à corde, le mécanisme de la pompe de Cornouailles, le bélier hydraulique…

 

Parcours 2

Atelier Cycle de l’eau
Sur notre planète l’eau est en constant renouvellement, selon un cycle naturel mais aussi un cycle domestique ! Découvrez comment ces deux cycles interagissent et cohabitent pour préserver la quantité d’eau sur Terre.

 

Atelier Qualité de l’eau du robinet
Venez comprendre quels paramètres physico-chimiques sont contrôlés dans l’eau du robinet afin d’attester de sa pureté. Prêtez-vous même à une comparaison avec une eau minérale !

 

——————————————————————————————————————————————————————————————

 

 

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET SUR
LA MÉTROPOLE DE LYON ET LE DÉPARTEMENT DU RHÔNE

Sur la Métropole de Lyon et le Rhône, la Direction Culture, Sciences et Société de l’Université de Lyon coordonne la Fête de la Science.

Irrespirable, des villes au-bord de l’asphyxie ?

IIrrespirable, des villes au-bord de l’asphyxie ?

De Paris à Pékin, la pollution atmosphérique fait déjà des millions de morts par an.
Une enquête édifiante, qui cartographie les plus graves méfaits de la pollution à travers le monde.

Le documentaire s’attache à expliquer très clairement les différentes formes de pollution à travers les continents et leurs répercussions sanitaires, avec notamment les effets moins connus des pesticides émettant des particules déportées par les vents… vers les villes. Pourtant, dans le monde, certaines villes ont pris les choses en main et les initiatives se multiplient pour faire baisser sensiblement les émissions de CO2.

Voir la bande-annonce

Réalisation : Delphine Prunault, Co-écriture : Valérie Rossellini

Site Théâtre Astrée

De l’Air

DDe l’Air

C’est par un appel d’air que tout a commencé. Un appel à l’écriture pour « brasser l’air » sous toutes ses formes. Que ce soit celui que l’on respire, auquel on aspire, ou celui qui semble manquer dans de multiples circonstances : au travail, en famille, en société… (les trois petits points sont là pour que vous puissiez compléter à votre gré!).
La Nième Compagnie s’est emparée de ce territoire de jeu pour construire un théâtre de sensations, d’images, de sciences aussi, comme une peinture dans laquelle surgissent ces histoires d’aujourd’hui. En bref,
que vous en manquiez ou pas, venez prendre l’air (du temps) avec nous !

Voir un extrait

Nième Compagnie
Mise en apnée : Claire Truche
Avec : Juliette Charré-Damez, Véronique Ferrachat, Jean-Camille Goimard, Rémi Rauzier Jaufré Saint Gal de Pons, François Salès. Costumes : Anne Dumont. Lumières : Stephan Meynet. Son : Olivier Leydier Vidéo : Jean-Camille Goimard et François Salès
Musique : Véronique Ferrachat et François Salès

Site Théâtre Astrée

Brève de science : atmosphère et mayonnaise

BBrève de science : atmosphère et mayonnaise

Par une belle journée d’été, quand il fait beau et que le ciel est bleu, on pourrait penser qu’il ne se passe rien dans l’atmosphère… En réalité de nombreuses réactions chimiques sont à l’oeuvre.

Dans cet épisode de « Brève de science », une série de vidéos realisée par le CNRS, Aurélie Colomb, maitre de conférence en météorologie physique au sein du Laboratoire de météorologie physique de l’Observatoire de physique du globe de Clermont-Ferrand revient sur ces phénomènes et nous parle de son métier, le tout en moins de 2 minutes !

Conférence « Les oiseaux du fleuve Rhône »

CConférence « Les oiseaux du fleuve Rhône »

À la découverte des stars des bords de l’eau

En juin, laissez vous porter par le fleuve et découvrez ses trésors !

De Jonage à Givors, le fleuve Rhône en voit des grises, des vertes et des pas mûres ; forêts, étangs, canaux, grande ville, îles ; lônes, bachats, boutasses, brotteaux, vorgines et bien d’autres pays étranges.

Chacun ou presque accueille son peuplement de bêtes à plumes spécifique. En descendant le Rhône d’un bout à l’autre de la Métropole, nous irons soutirer leurs petits secrets aux stars des bords de l’eau.

Retrouvez toute la programmation de la Maison de l’Environnement et les activités de nos associations membres sur www.maison-environnement.fr à la rubrique « Agenda«