Suite aux mesures sanitaires prises concernant l'épidémie de Covid-19, les évènements en présentiel sont annulés jusqu'à nouvel ordre. Pop'Sciences reste mobilisé pour vous informer sur l'actualité scientifique et proposer des rendez-vous en distanciel.

Covid-19 : l’indispensable apport de la science des données

CCovid-19 : l’indispensable apport de la science des données

Avec des milliers de publications, la bibliographie sur les traitements contre le Covid-19 n’est plus abordable sans l’aide de l’informatique. Le projet Covid-nma permet, en intégrant plusieurs sources de données, d’établir une carte dynamique et interactive des essais cliniques.

A Lyon, cette démarche implique le Laboratoire d’Informatique en Image et Systèmes d’Information – LIRIS (CNRS / Université Claude Bernard Lyon1 / Université Lumière Lyon2 / INSA / ECL).

Lire l’article intégral sur :

CNRS Le Journal

Télétravail et enseignement à distance : test grandeur nature

TTélétravail et enseignement à distance : test grandeur nature

Enseigner à distance ? Pour une partie non négligeable du corps enseignant, l’usage massif des cours en ligne est contraire à leur éthique professionnelle, ou simplement impossible. Cette situation favorise la fracture numérique des apprenants et des enseignants, et précarise davantage les vacataires et les doctorants. Pour les enseignants-chercheurs, cette situation exceptionnelle nécessite de tirer le meilleur des outils existants, et de repenser les modes d’interaction avec leurs étudiants. Nous avons demandé à une experte des interactions par écran, Christine Develotte, Professeure émérite au laboratoire ICAR, à l’ENS de Lyon, de s’exprimer sur le sujet.

 

Entretien accessible sur le site du LabEx ASLAN

Podcasts des Mercredis de l’Anthropocène

PPodcasts des Mercredis de l’Anthropocène

Créés et mis en oeuvre par l’Ecole urbaine de Lyon, les Mercredis de l’Anthropocène invitent à mieux comprendre les mondes urbains anthropocènes.

Chercheurs et spécialistes de tous horizons, à partir de sujets précis, croisent leurs paroles, pointent des problématiques et mettent au jour des solutions.

Retrouver les podcasts des trois saisons des Mercredis de l’Anthropocène

Tout le programme de la saison 3 sur le site de l’Ecole urbaine de Lyon

Les sujets de la saison 3 : mégafeux, ville intelligente, la marche comme outil d’analyse du territoire, l’usage de l’eau, la poésie comme action de l’écologie, imaginaires design et fictions de l’anthropocène, biodiversité, numérique, résilience alimentaire, corps confinés, espace de travail en temps de crise, catastrophe et anthropocène, penser l’anthropocène depuis les suds.

Coups de projecteurs sur la galerie médiévale du Musée des Moulages | Collections et Patrimoine

CCoups de projecteurs sur la galerie médiévale du Musée des Moulages | Collections et Patrimoine

La galerie médiévale du Musée des Moulages prend de nouvelles couleurs ! En collaboration avec Véronique Rouchon (Université Lumière Lyon 2/CIHAM), Géraldine Victoir (Université Paul Valéry Montpellier 3 / CEMM) et Jonathan Richer (entreprise d’art numérique Theoriz), le Musée des moulages de l’Université Lumière Lyon 2 a mis en place un système de vidéo mapping qui permet de projeter des couleurs et des motifs sur trois statues de sa galerie médiévale.

Au cours de cette vidéo, les acteurs de ce projet exposent les procédés scientifiques et techniques qui ont permis de reconstituer la polychromie de ces moulages. Vous pourrez bientôt découvrir cette nouvelle forme de médiation au MuMo, 87 cours Gambetta, Lyon, 3e arrondissement. 

Pour en savoir plus sur les recherches menées pour ce projet de colorimétrie : De l’ombre à la lumière. Quand les arts numériques redonnent vie et couleurs aux statues médiévales.

[Regards sur…] La crise sanitaire et la reconfiguration de l’information

[[Regards sur…] La crise sanitaire et la reconfiguration de l’information

Relai de la rhétorique guerrière initiée par le gouvernement comme des controverses scientifiques, les médias ont proposé pendant l’espace du confinement un contenu informationnel entièrement tourné vers les effets et les enjeux de la gestion de l’épidémie.

Mathias Vallex, docteur en sciences de l’information et de la communication de l’Université Lumière Lyon 2 (ELICO), analyse comment la crise sanitaire a reconfiguré la diffusion et notre consommation de l’information.

 

Le système ferroviaire au coeur des transports

LLe système ferroviaire au coeur des transports

Souvent l’objet de grandes innovations, les transports ferroviaires garantissent des déplacements de plus en plus rapides et sûrs, pour les personnes et les marchandises. Le système ferroviaire riche et complexe, fait l’objet de recherches innovantes. Ainsi, l’Ifsttar articule ses travaux de recherche autour de nombreuses thématiques.

Découvrez le dossier thématique : Le système ferroviaire au coeur des transports

espace web sciences et societe de l’IFSTTAR

 

 

Fabriquer une carte du bruit | Noise Capture Party

FFabriquer une carte du bruit | Noise Capture Party

Organisation d’une Noise Capture Party au Festival Pop’Sciences 2019

L’une des activités des chercheurs en acoustique environnementale est de mesurer les niveaux de bruit auxquels sont exposés les habitants dans leur environnement urbain, afin de prendre des mesures adaptées (plans de prévention,..).

Les grandes villes répondent à une  obligation européenne de mettre en place des cartes du bruit. Les chercheurs de l’Ifsttar , CEREMA,et  CNRS, ont développé en complément de ces cartes, une application : Noise Capture,  permettant une production collaborative. En effet, via cette application sur Smart Phone, chacun peut mesurer le niveau sonore dans son environnement, et transmettre les résultats vers les cartes de bruits. Les données seront ainsi moyennées pour produire des niveaux de bruits.

Découvrez dans la vidéo, réalisée lors du Festival Pop’Sciences 2019, une « Noise Capture party »  proposée au  grand public et aux lycéens de Lyon la Duchère,  par le laboratoire UMRAE de l’Ifsttar et l’association Acoucité.

Plus d’informations sur le site noise-planet.org

Un article proposé sur : espace web Sciences et Société de l’Ifsttar.

Les datas du béton

LLes datas du béton

En 2018, la France a réaffirmé sa position en faveur de l’ouverture des données de la recherche en se dotant d’un plan national pour la science ouverte. A son échelle, l’Ifsttar accompagne ses chercheurs pour partager les données, issues des travaux de recherche, en les aidant à respecter les bonnes pratiques. A cette occasion, les chercheurs du projet national CEOS.fr publient, en open data, des jeux de données sur la question du vieillissement des ouvrages spéciaux en béton.

espace web sciences et societe de l’IFSTTAR

 

Un jour, des robots capables d’émotions ?

UUn jour, des robots capables d’émotions ?

Créer des robots ou des avatars qui expriment des émotions est le Graal que poursuivent de nombreux scientifiques. Pour quels résultats ?

Ils ont fait le buzz au dernier CES, le salon de l’électronique et des nouvelles technologies qui se tient chaque année à Las Vegas. Présentés par Samsung, les « Neons » sont des avatars humains qui ont « la capacité de montrer des émotions et de l’intelligence ». Star Labs, la filiale californienne du géant sud-coréen à l’origine du projet, assure que les Neons « font la conversation et sympathisent comme de vrais humains ». Derrière cette promesse, un programme dénommé Core R3, censé assimiler l’apparence humaine, nos façons de nous comporter et d’interagir, en vue de générer des avatars hyperréalistes. Coup de bluff ou réelle avancée ? Les avis sont partagés. Une chose est sûre, de nombreuses équipes de recherche à travers le monde, se penchent sur le sujet.

C’est le cas de Behavior.ai, laboratoire lyonnais regroupant des chercheurs en intelligence artificielle de l’équipe SMA (Systèmes multi-agents) du laboratoire Liris1 et d’Hoomano, société développant des logiciels pour les robots sociaux. Leur objectif est de rendre les interactions homme-machine plus « empathiques, intuitives et naturelles ». On avance, mais il y a encore du chemin à parcourir, comme l’a prouvé l’expérience mise en place l’an dernier à la gare de la Part-Dieu à Lyon. Un robot de type Pepper a été mis en place pour renseigner les voyageurs pendant la durée des travaux. Las, au bout de quelques semaines, les responsables du projet se sont rendu compte que, si le robot suscitait bien la curiosité, il était rapidement abandonné par les utilisateurs. Comment éviter cette réaction de désengagement ? C’est à quoi s’emploie l’équipe de Behavior.ai.

Une interaction homme-machine empathique et intuitive ? ©Visée.A

Premier axe de travail : permettre au robot de détecter l’ennui chez son interlocuteur. « On utilise à la fois des algorithmes d’apprentissage par essai-erreur et des logiciels de reconnaissance des expressions faciales« , explique Laurianne Charrier, ingénieure d’études. Et cela marche plutôt bien. Mais cela se complexifie lorsqu’il s’agit de faire interagir le robot de manière appropriée à l’expression et aux gestes de son interlocuteur. Pour cela, les chercheurs utilisent la voie de l’apprentissage comportemental. « L’idée, c’est de permettre au robot d’apprendre uniquement à partir de son expérience d’interaction avec les humains, sans recourir à des scénarios préétablis« , indique Salima Hassas, chercheure au Liris.

Encore faut-il lui en laisser le temps ! S’il détecte un désengagement de l’attention de son interlocuteur, le robot doit être capable de rétablir le contact avec lui par un comportement qui suscite l’empathie. Ayant le sentiment que le robot le comprend (on parle d’empathie « perçue »), l’utilisateur revient alors dans l’interaction. C’est la force des émotions, qui mobilisent notre attention, notre mémoire et nous poussent à l’action. L’équipe de Behavior.ai cherche ainsi à divertir l’utilisateur le plus longtemps possible. Amélie Cordier, responsable scientifique d’Hoomano, précise :

Amélie Cordier

« Pour cela, on implémente des algorithmes qui permettent au robot de proposer des interactions à partir des réactions qu’il perçoit chez son interlocuteur »

 

Alors, les robots seront-ils un jour capables d’émotions ? Rien n’est moins sûr. On sait depuis longtemps créer des personnages qui expriment des émotions : c’est le talent des artistes. On est capable, comme on vient de le voir, d’apprendre à un robot à décrypter les émotions d’un être humain. Mais il paraît fortement improbable qu’un robot puisse un jour ressentir une émotion, cette expérience subjective impliquant une conscience de soi, corps et esprit.


1 > Laboratoire d’Informatique en Image et Systèmes d’Information (Université Claude Bernard Lyon 1 – CNRS – INSA de Lyon – Université Lumière Lyon 2 – École Centrale de Lyon)


Cet article est extrait de l’enquête « Ce que nos décisions doivent à nos émotions« , issue du Pop’Sciences Mag hors-série « Sous l’emprise des émotions ».

ANNULE | Société connectée, jeux vidéo, écrans: quel impact sur le cerveau et la vie sociale ?

AANNULE | Société connectée, jeux vidéo, écrans: quel impact sur le cerveau et la vie sociale ?

—————————————————

ÉVÉNEMENT ANNULE

—————————————————

La CSTI de l’UJM, en collaboration avec la Cité du Design de Saint-Étienne et dans le cadre de l’exposition Design-moi un jeu vidéo, vous propose une conférence sur l’impact des écrans et jeux vidéo.

Nous sommes nombreux et nombreuses aujourd’hui à nous demander quel est l’impact que peuvent avoir les écrans, les jeux vidéo, les réseaux sociaux sur notre santé physique et psychologique, et en particulier sur celle de nos enfants ? Entre discours pro-technologiques et visions alarmistes, il n’est pas toujours facile de faire la part des choses. La parole est donnée à 3 chercheuses (psychologie, médias et éducations) qui viendront nous éclairer sur ce sujet à partir des recherches qu’elles mènent.

17h | Visite de l’exposition Design moi un jeu vidéo de la cité du design
18h | Conférence Société connectée, jeux vidéo, écrans : quel impact sur le cerveau et la vie sociale ?

Plus d’informations sur la soirée et inscription sur le site de :

Université Jean Monnet