Pop’Sciences répond à tous ceux qui ont soif de savoirs, de rencontres, d’expériences en lien avec les sciences.

EN SAVOIR PLUS

Lorsque la musique fait swinguer les neurones

LLorsque la musique fait swinguer les neurones

« On dit souvent que la musique adoucit les mœurs, mais on est loin d’imaginer tous les effets qu’elle peut avoir sur le cerveau. » E. Bigand

Pour ouvrir la saison au Théâtre des Célestins, The Rolling String Quartet, animé par Emmanuel Bigand, enseignant-chercheur à l’Université de Bourgogne – Laboratoire d’étude de l’apprentissage et du développement, nous montrera le pouvoir de stimulation de la musique sur le cerveau en revisitant les grands tubes du répertoire rock et pop des années 60 à nos jours. Quand science et musique combinent leurs effets, vous verrez que le cerveau fait effectivement swinguer ses neurones…
Un opéra scientifico-rock en 3 actes, avec dans les rôles principaux : l’oreille, la musique et le cerveau.

En savoir plus

Sous le ciel de Nout

SSous le ciel de Nout

Le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal vous propose deux jeudis festifs placés sous la figure de Nout, déesse égyptienne qui incarnait la voûte céleste, les jeudis 21 juillet et 25 août. À cette occasion, la fermeture sera repoussée à 23h, pour profiter de belles fins de journée !

Découvrez ci-dessous le programme des journées et de ces deux soirées exceptionnelles :

  • À 10h30 : rencontre-dédicace avec Émilia Noyon, illustratrice du « carnet de voyage » de l’exposition temporaire Expéditions en Égypte. Des carrières d’Hatnoub aux grandes pyramides.  – Visite du site archéologique | Durée : 1h
  • À 11h : déambulation contée en famille sur la thématique égyptienne et antique | Durée : 40 min
  • À 14h : atelier enfant Découverte de l’égyptologie avec le Cercle Victor Loret de Lyon | Pour les 8-11 ans – Durée : 1h30
  • À 14h30 : spectacle famille Le destin de Bata l’égyptien, par la Compagnie du Capitaine. | Dès 8 ans – Durée : 1h30

Bata et Anoup sont deux frères qui vivent sur les rives du Nil au temps des pharaons. La jalousie d’une femme va les séparer et Bata sera obligé de vivre dans l’exil mille et une aventures qui l’amèneront à connaître son véritable destin, très éloigné du commun des mortels. Le thème majeur de cette histoire est l’espoir, la persévérance. Julien Masdoua, le conteur et Robert Tousseul, le musicien explorent le patrimoine de l’Égypte des premiers millénaires. Ils ont compilé plusieurs contes méconnus pour en former un seul récit.

  • À 15h :

> Visite du musée | Durée : 1h

> Atelier enfant « Couleur », avec Émilia Noyon, illustratrice du « carnet de voyage » de l’exposition temporaire | Pour les 7-12 ans – Durée : 1h30

  • À 16h : atelier enfant Découverte de l’égyptologie avec le Cercle Victor Loret de Lyon | Pour les 8-11 ans – Durée : 1h30
  • À 16h30 : visite de l’exposition temporaire Expéditions en Égypte. Des carrières d’Hatnoub aux grandes pyramides | Durée : 1h
  • À 17h : visite contée sur le thème de la pierre, le désert, le vent, le soleil… | Dès 7 ans – Durée : 1h
  • À 17h30 : visite « Focus » exceptionnelle du chantier des collections | Durée : 1h

EN SOIRÉE :

JEUDI 21 JUILLET

  • 18h30 :  Home, performance tout terrain, Nicolas Sannier : conception acrobatie et danse ; Mathis Der Maler : musique – En partenariat avec la Maison de la Danse.

Une redécouverte du musée et du site où se métissent les pratiques de la danse et du cirque, Nicolas Sannier propose d’explorer de nouvelles passerelles entre les deux disciplines en écho aux collections et vestiges investis. Il nous invite avec de l’imagination à être capables de trouver nos parades pour nous sentir chez nous, n’importe où ; nous faire mieux comprendre qui il est et nous souhaiter la bienvenue.

  • 20h : démonstration de « Tahtib », combat de bâton égyptien.

Cet art martial est documenté sur des représentations datant de l’Égypte pharaonique. La démonstration est faite en musique, c’est pourquoi on parle aussi de la « danse du bâton ». C’est à une véritable découverte culturelle que vous convie le musée (en attente de confirmation).

  • 21h : spectacle de feu « Le cycle des Immortels » – Compagnie Histoires 100 fins | Durée : 30 min

« Nous marchons à nouveau parmi vous et moi Thot, je vais vous guider dans notre périple »… Plusieurs millénaires après leur départ de la Terre, les dieux anciens reviennent et découvrent une Humanité qui a perdu le goût du rêve et des histoires anciennes. Oubliés des humains, il va leur falloir à nouveau tisser des liens avec leurs créations, faire vibrer leurs cœurs et leurs âmes et enfin, les reconquérir. S’inspirant des mythes égyptiens et de l’œuvre d’Enki Bilal, la compagnie « Histoires 100 fins » signe cette création réunissant contes, danses, feu et artifices dans un mélange d’intime et de spectaculaire.

  • 22h : DJset

Pour finir la journée de façon festive, venez-vous détendre aux sons électro-world d’un DJset qui accompagnera le coucher du disque sacré de l’Égypte antique.

 

JEUDI 25 AOÛT

  • Tout au long de la soirée : observation du ciel : les animateurs scientifiques du Club d’astronomie Lyon-Ampère – CALA, vous inviteront à une découverte du ciel (ciel égyptien sous planétarium gonflable et observations du Soleil ou des étoiles avec un télescope).
  • 18h30 : Néfertiti, Concert – Collectif Koa | Tous publics

Distribution : Caroline SENTIS : Chant ; Patrice SOLETTI : guitare, effet ; Alfred VILAYLECK : basse ; Maxime ROUAYROUX : batterie et percussions ;

Néfertiti est un concert jeune public poétique autour du personnage mythique de l’Égypte ancienne, écrit et interprété musicalement par le collectif Koa.

Deux voix off, une féminine et une masculine, ponctuent le répertoire musical et amène la trame narrative. La vie mystérieuse de la reine d’Égypte, figure féminine majeure de l’Antiquité, est évoquée en laissant libre cours à l’imaginaire de chacun.e. Par la suite, c’est à travers le regard du sculpteur royal Thoutmôsis que l’on questionne la manière dont est représentée la beauté de Néfertiti, sublimée et gravée dans le temps, interrogeant ainsi la position de l’artiste lorsqu’il crée une œuvre .

Les différents mélanges de jazz et d’improvisation, de musiques du monde et de texte parlé, transforme ce concert en une invitation à un voyage sonore et visuel.

  • De 20h à 22h30 : concert et contes, Duo Tarek Abdallah , Adel Shams El Din concert et contes égyptiens Chirine El Ansary, en plusieurs sets.

Tarek Abdallah, compositeur et interprète Alexandrin, puise son inspiration dans l’âge d’or de l’art du oud égyptien qui est au centre de ses recherches muséologiques. Il est diplômé de la maison du luth arabe du Caire en 2005. Il est doctorant en musicologie à l’Université Lumière Lyon 2. Il collabore également avec des artistes issus du jazz, de la musique baroque, du théâtre et des musiques du monde. Il nous entraîne dans un voyage musical au cœur d’une tradition revisitée de la musique égyptienne.

Adel Shams El Din est un percussionniste traditionnel d’origine égyptienne résidant en France. Il joue essentiellement du riqq, un tambourin arabe classique. Il fait ses débuts professionnels en 1970 à la radio d’Alexandrie. Arrivé en France en 1979, il s’intègre très vite dans divers ensembles de musiques orientales, notamment, l’Ensemble Al-Kindî, dont il est l’un des fondateurs. Considéré comme l’un des rares joueurs de riqq qui maîtrisent les rythmes arabes les plus complexes, il a enregistré plus d’une quarantaine d’albums

Après une enfance entre la France et l’Égypte, Chirine El Ansary étudie le théâtre et la danse au Caire, à Paris et à Londres. Elle se passionne pour le travail du corps et de la voix avec un intérêt particulier pour le récit, la poésie et la danse. C’est en 1992, parallèlement à son métier de comédienne, que Chirine commence une réécriture de cycles entiers des Mille et Une Nuits, s’inspirant de la vie cairote, de ses souvenirs d’enfance et de ses voyages à travers l’Égypte, elle tente de rester aussi proche que possible de l’esprit subversif des Mille et Une Nuits, loin des clichés colportés par les fantasmes orientalistes. Les textes et poèmes se disent, se jouent à travers le regard d’une femme, ballotée dès l’enfance, d’une culture à une autre, d’un monde à un autre, d’une langue à une autre.

Pour en savoir plus :

Musée gallo-romain

 

 

 

 

 

 

Les jeudis de l’été : Ensemble, dans un cadre de verdure !

LLes jeudis de l’été : Ensemble, dans un cadre de verdure !

Les rendez-vous culturels du musée gallo-romain

Le musée et sites gallo-romains de saint-Romain-en-Gal Vienne vous invitent à partager en famille des jeudis inoubliables. Venez suivre une animation, participer à une visite et finissez la journée en pleine nature en assistant à un spectacle ou un concert.

AAu programme

JUILLET

  • Pour les enfants

> De l’albâtre aux pyramides : découverte de l’exposition temporaire à 14h (sauf le 21 juillet).

> Atelier découverte de l’égyptologie à 14h et 16h (21 juillet uniquement).

> Atelier « couleur », avec Emilia Noyon, illustratrice de l’exposition temporaire (21 juillet uniquement).

Pour plus de détails voir  « ateliers » ci-dessous.

  • Pour les adultes

> Visites du site archéologique à 10h30

> Visite du musée à 15h

> Découverte de l’exposition temporaire à 16h30

> Visites « focus », du chantier des collections à 17h30

Pour tous dès 8 ans / Pour plus de détails sur les visites, voir  « visites » ci-dessous.

  • Pour les familles

> Dédicace à partir de 10h30 du « carnet de voyage » de l’exposition temporaire avec Emilia Noyon (21 juillet uniquement).

> Conte à 11h (21 juillet uniquement)

> Spectacle « le destin de Bata l’égyptien » à 14h30 (21 juillet uniquement)

> Visite contée à 17h

> Concert à 18h30 (sauf 21 juillet – voir les programmes « Musique ô musée » ci-dessous)

Pour plus de détails sur la visite contée, voir « visites » ci-dessous.

Programmation exceptionnelle lors des jeudis « Sous le ciel de Nout » le 21 juillet.

 

AOÛT

  • Pour les enfants

> De l’albâtre aux pyramides : découverte de l’exposition temporaire à 14h (sauf 25 août)

> Atelier découverte de l’égyptologie à 14h et 16h (25 août uniquement)

> Atelier « couleur », avec Emilia Noyon, illustratrice de l’exposition temporaire (25 août uniquement)

Pour plus de détails voir « ateliers » ci-dessous.

  • Pour les adultes

> Visites du site archéologique à 10h30

> Visite du musée à 15h

> Découverte de l’exposition temporaire à 16h30

> Visites « focus », du chantier des collections à 17h30

Pour tous dès 8 ans.

Pour plus de détails sur les visites, voir au paragraphe « visites »

  • Pour les familles

> Dédicace à partir de 10h30 du « carnet de voyage » de l’exposition temporaire avec Emilia Noyon (25 août uniquement)

> Conte à 11h (25 août uniquement)

> Spectacle « le destin de Bata l’égyptien » à 14h30 (25 août uniquement)

> Visite contée à 17h

> Concert à 18h30 (sauf 25 août – voir les programmes « Musique ô musée » ci-dessous)

Pour plus de détails sur la visite contée, voir « visites » ci-dessous.

Programmation exceptionnelle lors du jeudi « Sous le ciel de Nout » le 25 août.

  • Musique ô Musée

> Concert Gaspar Baradel Quintet  (jazz) | Jeudi 14 juillet à 18h30

Gaspard Baradel (saxophone alto et composition), Antoine Bacherot (piano), Cyril Billot (contrebasse), Josselin Hazard (batterie).

Répertoire original basé sur les compositions du saxophoniste et qui s’inscrit dans la veine du jazz actuel, inspiré par les grands artistes américains. Les quatre protagonistes vous feront voyager avec une musique riche, nuancée et énergique.

> Concert Saräb (jazz) | Jeudi 28 juillet à 18h30

Sarāb est une aventure chimérique qui fait vivre ensemble la fureur du jazz contemporain et l’infinie richesse des musiques traditionnelles du Moyen Orient. Les jeunes explorateurs se rassemblent autour d’un travail méticuleux de réappropriation de textes et de mélodies pour tenter de délivrer une musique résolument moderne, originale et enivrante.

> « Au temps de Champollion » (classique) | Jeudi 4 août à 18h30

Marie Chevaleyre – Flûte – Anna Busato – Piano

Imaginons Champollion au XIXe siècle. En France, la musique qu’il aurait pu écouter tenait à la fois de la musique de salon, de l’opéra et de la musique des fêtes et cérémonies révolutionnaires. Il s’agissait d’une musique dite savante, reposant sur une transmission écrite et des codes esthétiques. À la fin de sa vie, il put enfin réaliser son rêve : se rendre en Égypte. Les musiques populaires résonnaient alors dans les rues…

Ce concert est né de l’improbable rencontre de ces deux univers sonores, comme une déambulation, comme une sorte de balade onirique réconciliant orient et occident.

 > « Schéhérazade »  (classique) | Jeudi 11 août à 18h30

Schéhérazade de Nikolaï Rimsky Korsakov, suite symphonique opus 35, donnée dans une transcription pour piano 4 mains, clarinette, violon et violoncelle de Pablo Diaz Sànchez. Clarinette : Anne-Marie Arlaud ; Violon : Antoinette Lecampion ; Violoncelle : Joël Schatzman ; Piano : Sylvie Dauter & Max Forte.

Anonymes et d’origine populaire, indienne, persane et arabe, les contes des mille et une nuits paraissent en Occident en 1704 grâce à la traduction d’Antoine Galland. L’engouement est immédiat et alimente pour longtemps les fantasmes d’Orient des artistes européen déjà fascinés par ce lointain méconnu. En 1888, Rimsky Korsakoff s’inspire dans son Shéhérazade de cet univers chamarré et envoûtant et compose une partition magistrale où les ambiances sonores et l’expressivité orchestrale atteignent des sommets. L’œuvre a un pouvoir d’évocation extrême. On croit y entendre les mugissements de la mer et les clameurs des rues populeuses de Bagdad tandis que le violon prête sa voix à Shéhérazade la conteuse qui chaque nuit sauve sa vie par la force de son imagination.

Cette œuvre sera jouée dans un arrangement pour piano à quatre mains, violon violoncelle et clarinette de Pablo Diaz Sanchez, jeune compositeur espagnol qui en plus d’être un jeune violoniste et compositeur de talent a remporté le jackpot de près de deux millions d’euros du concours télévisé « pasapalabra », jeu de langue et de culture… ce qui normalement …n’arrive que dans les contes…

> « L’homme venu d’Orient » (classique) | Jeudi 18 août à 18h30

Ténor et coordination artistique : Jean-Christophe Dantras-Henry ; Harpe : Elise Veyres ; Marimba : Louis Quiles

« L’homme venu d’Orient » tient une place à part dans la littérature et la musique occidentales : à la fois aux portes de l’Europe mais synonyme de dépaysement et de mystère. Tel Champollion déchiffrant les hiéroglyphes, ce regard des compositeurs occidentaux va évoluer tout au long du XIXe siècle. Cet objet observé va devenir un guerrier inspirant la crainte et un séducteur. L’antique ennemi des Croisés qu’on aimait à ridiculiser va petit à petit apparaître comme l’image de l’éveil des sens, porteur d’un autre art d’aimer, d’une virilité douce et raffinée.

À travers des œuvres de Mozart, Gluck, Grétry, Gounod, Fauré, Saint-Saëns et Aubert et dans une orchestration très originale, l’ensemble « Kaïnos » vous entraîne en Orient. Le voyage se termine par une création de la jeune compositrice lyonnaise Lisa Heute sur des vers du grand Adonis, célèbre poète syrien.

 

Pour en savoir plus :

Musée gallo-romain de St-Romain-en-Gal

Immersion au cœur de Notre-Dame de Paris

IImmersion au cœur de Notre-Dame de Paris

Une soirée organisée dans le cadre de Arta Sacra, festival d’arts sacrés à Vaulx-en-Velin.

  • Conférence « Immersion au cœur de Notre-Dame de Paris »

Le chantier de reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris se double d’un chantier scientifique de grande ampleur, destiné à rassembler l’ensemble des connaissances et expertises nécessaires à la restauration de l’édifice. Les technologies numériques les plus avancées sont mobilisées pour assister les chercheurs et les compagnons dans cette tâche immense. Les chercheurs au cœur de ces développements nous plongeront dans le « jumeau numérique » de Notre-Dame, sous le dôme-écran géant du Planétarium.

Avec : Kévin Jacquot, architecte, docteur en sciences de l’architecture, chercheur au MAP-Aria, membre du Groupe de Travail « Données Numériques » pour le chantier scientifique Notre-Dame de Paris, et Renato Saleri, architecte, chercheur au MAP-Aria, responsable acquisition numérique pour le chantier Notre-Dame de Paris.

En partenariat avec : l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon.

La conférence sera suivie d’un concert de chants liturgiques sous les étoiles :

  • Concert sous les étoiles : Suavitas Cantorum
    Par l’Ensemble Céladon

Éventail de compositions liturgiques du Moyen Âge, Suavitas Cantorum puise sa substance aussi bien dans les répertoires français et anglais qu’espagnol ou allemand. Sa principale caractéristique est d’être chanté dans la langue qui réunit tout la chrétienté médiévale : le latin. Composés par des hommes et des femmes ayant consacré leur vie et leur œuvre à Dieu, ces chants emblématiques ou inconnus s’élèveront sous la voûte du Planétarium comme sous celle des églises et cathédrales il y a huit siècles. Fermez les yeux si vous le souhaitez, respirez profondément, et laissez vous bercer par la « suavité du timbre des chanteurs ».

Avec : Paulin Bündgen, contre-ténor & direction artistique et Marie-Frédérique Girod & Clara Coutouly, sopranos.

Crédit photo Notre-Dame de Paris: © V. ABERGEL/L. DE LUCA/MAP/SRA-DRAC/AGP/Vassar College/MIS/Chantier Scientifique Notre-Dame de Paris/Ministère de la culture/CNRS

Découvrez aussi le programme du festival Arta Sacra 

Le Planétarium

Les écritures post-coloniales

LLes écritures post-coloniales

Vendredi 2 et samedi 3 février au Théâtre National Populaire.

Deux soirées pour penser le post-colonialisme, deux soirées pour faire dialoguer la littérature, l’histoire, la musique, la poésie, les arts,…Cycle conçu et organisé par la Villa Gillet avec le Théâtre National Populaire, l’Ambassade des Pays-Bas en France, le Fonds des lettres néerlandaises et Flanders Literature.

 

VVendredi 2 février

• 18h30 – Exposer le fait colonial

À partir de l’analyse de l’exposition coloniale de 1931 à Paris, comprendre les enjeux politiques et esthétiques de la muséographie contemporaine du fait colonial.

Avec Martine Gosselink, Marianne Amar et Michel Pierre.

Débat animé par Cédric Lesec / Directeur des relations extérieures et de la diffusion du Musée des Confluences.

 

• 20h30 – Contre l’oubli : se souvenir de la violence coloniale

L’histoire “post-coloniale” des guerres d’indépendance refoule souvent les violences qui les ont accompagnées et qui en découlent. Comment lutter contre cet oubli ?

Avec Abram de Swaan et Sylvie Thénault.

Débat animé par Thibaut Sardier / Journaliste et géographe (28 minutes Arte / Libé / France Culture)

 

• 22h30 – Création musicale autour d’Une Saison au Congo d’Aimé Césaire

Par Fabrice Devienne avec cinq musiciens et un slameur.  Une invitation au voyage, alliant les textes poétiques de Aimé Césaire et un univers musical aux confluences de l’Afrique, de Cuba et du jazz.

 

SSamedi 3 février

• 18h – Actualité du passé colonial : réparer un récit brisé

Romans, nouvelles, films, bandes dessinées : jamais le passé colonial n’a été aussi présent dans le domaine des œuvres de fiction. Mais qu’en est-il du côté de l’histoire telle qu’elle s’écrit ? Dialogue autour de cette nouvelle histoire des colonisations.

Avec Romain Bertrand, François-Xavier Fauvelle , Martin Bossenbroek et Paul Bijl.

Débat animé Julie Clarini / Le Monde

 

• 20h – Mettre en récit le colonialisme Entre fiction et non-fiction, comment dire le fait colonial ?

Mémoires et stratégies d’écriture, faits et imagination.

Avec Lieve Joris et Éric Vuillard.

Débat animé par Margot Dijkgraaf / Critique littéraire

 

• 22h30 – Paul Wamo présente SOL

Spectacle spoken word et musique

Avec Paul Wamo

 

 

Koum Tara

KKoum Tara

Evènement partenaire des 13e rencontres Et si on en parlait  sur le thème

 Migration(s)- Hommes et culture en mouvement

 

Créé et dirigé par le pianiste compositeur Karim Maurice, le groupe Koum Tara est le fruit (délicieusement savoureux) de la rencontre entre quatre univers musicaux : musique traditionnelle Chaâbi, quatuor à cordes classique, musiques actuelles et jazz. La matière première a été extraite du répertoire traditionnel du chanteur Chaâbi algérien Sid Ahmed Belksier, qui a été déstructurée et ré-harmonisée. De cette énergie, de ce métissage, surgit l’essence même de cette musique populaire.

Voir la bande-annonce

Dans le cadre du Festival Les Guitares.
Sous la direction de : Karim Maurice
Avec : Karim Maurice (composition, piano et claviers), Sid Ahmed Belksier (chant et mandole), Brice Berrerd (contrebasse), Kamal Mazouni (percussions) et le Quatuor de la Camerata du Rhône
Gaël Rassaert, Mathieu Roussel (violons)Jean-Baptiste Magnon (alto), Amandine Lefèvre (violoncelle)

Site internet Théâtre Astrée Université Lyon 1

Soirée d’Observation a capella avec Trio Cosmos

SSoirée d’Observation a capella avec Trio Cosmos

Pour la 16ème édition du festival lyonnais « Tout l’monde dehors ! », les chanteuses du groupe Trio Cosmos, s’associent à l’Observatoire de Lyon et au Club d’Astronomie Lyon-Ampère pour une soirée d’observation gratuite, inédite et en plein air !

Les chanteuses, étoiles réincarnées du Triangle d’été : Deneb, Altaïr et Veag  vous accueillent dans le cadre enchanteur et convivial du Jardin de la Visitation, surplombant la ville. Autour d’un verre et d’un pique-nique du bar cosmique, elles interpréteront leur répertoire, à capella, dans un décor et une mise en scène sidérale réinventés pour ce lieu.

À la tombée de la nuit et en compagnie d’astronomes et chercheurs de l’Observatoire de Lyon et du CALA, mettez l’œil au télescope pour une séance de découverte du ciel étoilé ! Admirez les cratères de la Lune, le Triangle d’été, les constellations ou encore les anneaux de Saturne et découvrez des astres moins connus comme les nébuleuses, les amas globulaires ou les étoiles doubles…

Une soirée festive où vous pourrez également comprendre, grâce aux ateliers ludiques, la création des galaxies et de leurs planètes ! Retrouvez cette actualité sur le site de l’Observatoire de Lyon.
Attention en cas de pluie la soirée est reportée au 30 août.