POP'SCIENCES FORUM : du 27 novembre au 5 décembre | CONSULTEZ LE PROGRAMME !

Du sang à la Une : Justice, crime, médias et opinion publique de 1700 à nos jours

DDu sang à la Une : Justice, crime, médias et opinion publique de 1700 à nos jours

Conférence organisée par la Confluence des Savoirs
Gratuit et ouvert à tous sous réserve d’inscription sur le site de la Confluence des Savoirs

Intervenants : 

  • Michel Pierre, historien, diplomate, écrivain, spécialiste d’histoire pénale et d’histoire coloniale et écrivain, auteur de plusieurs ouvrages sur ces questions.
  • Anna Kupfer, chanteuse, comédienne, danseuse qui interprétera des chants anciens sur les crimes et la justice, accompagnée par Serge Sana, pianiste

Présentation de la Conférence

De la culture orale au règne de l’écrit, des feuilles volantes commentées par les colporteurs aux médias contemporains, le crime et sa répression ont été racontés, propagés, diffusés. L’opinion publique y a trouvé sujets à compassion ou à haine et scandale.

Depuis le XIXe siècle et jusqu’aux temps actuels, cette conférence se propose d’analyser les modes de transmission de grandes affaires judiciaires aux noms surgissant de notre mémoire ancienne ou récente (Landru, Seznec, les sœurs Papin, Dominici, Outreau…), sans oublier celles mêlant pouvoir politique et presse à grand tirage, délits réels ou supposés, fautes mineures ou délinquance de haut vol.

Tout en considérant que quelques progrès ont été faits depuis les foules se déplaçant aux exécutions capitales ou hurlant à la mort lors de certains procès d’assises, la conférence s’interrogera sur les effets aujourd’hui des nouveaux moyens de communication avides de dénonciations et friands de rumeurs.

Anna Kupfer interprètera des chants anciens, sur le thème des crimes et de la justice, chants sélectionnés par elle-même et Michel Pierre, et préparés spécialement pour cette soirée. Elle sera accompagnée par Serge Sana, pianiste.

Michel PIERRE

Agrégé d’histoire, licencié d’histoire de l’art et archéologie, Michel Pierre a exercé dans l’enseignement (Institut d’Études Politiques de Paris), l’édition, la responsabilité d’institutions et structures culturelles ( directeur général des affaires culturelles de la ville de Bordeaux, directeur de l’EPCC de la saline royale d’Arc-et-Senans), la diplomatie (conseiller culturel à l’ambassade de France en Algérie, directeur de l’Institut français de Florence, responsable du département de l’archéologie et de la recherche en sciences sociales au ministère des Affaires Étrangères à Paris).

Auteur de nombreux ouvrages publiés chez divers éditeurs (Larousse, Gallimard, Autrement, Belin, Tallandier), il  a publié de nombreux travaux sur l’histoire coloniale de la France dont  Sahara, le grand récit (Belin, 2014).

Par ailleurs, historien de la bande dessinée, ami d’Hugo Pratt avant la mort de ce dernier en 1995, il a cosigné plusieurs livres en complicité avec l’auteur de Corto Maltese et il s’attache aujourd’hui encore à mieux faire connaître l’œuvre.

Mais c’est surtout dans le domaine de l’histoire pénale, et tout particulièrement dans celle des bagnes  de Guyane et de Nouvelle-Calédonie  que Michel PIERRE a multiplié livres et articles   dont récemment Le Temps des Bagnes (Tallandier, 2017) où il aborde également l’histoire des « bagnes d’enfants » et celle de « Biribi » pour ce qui est de la justice militaire.

Dans ce cadre, il met en lien le droit, l’histoire des mentalités, les tensions sociales et les représentations culturelles des délits et des peines de la France d’Ancien Régime à la France des la IIIe et IVe République.

Anna KUPFER et Serge DANA

Anna Kupfer est une chanteuse, comédienne, danseuse vivant dans la région lyonnaise, intervenant tant en France qu’à l’étranger.

Née à Berlin, elle a été formée à l’école internationale Dimitri en Suisse et au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris.

Chanteuse, sa formation vocale a débuté par un travail avec Bernadette Val puis Giovanna Marini, avec qui elle a eu l’occasion de travailler à plusieurs reprises par la suite. Elle a également suivi une formation avec François Combeau, praticien de la technique de Moshe Feldenkrais, qui lui a permis de poursuivre ses recherches sur la voix.

Comédienne, elle a joué au théâtre notamment Jean Mercure, Viviane Théophilidès, Thierry Salmon, Michèle Foucher, Marcel Maréchal, Pierre Ascaride, Michel Vericel, Pierre Barrat,

Elle a également abordé la danse avec Maryse Delente, et le cinéma, devant la caméra de Claude Boissol et de Michel Boiron.

Elle donne en concert avec Ljube , groupe qu’elle a fondé dès 1997 avec Bruno Sansalone, un répertoire de chants yiddish. puis un récital Bertlolt Brecht pour accordéon ou piano et voix, intitulé Foutons-nous la paix !

Elle a créé plusieurs spectacles, notamment :

  • « Transit » , son premier spectacle musical chanté en plusieurs langues.
  • «  Sale temps pour les poètes » créé au TNP/Villeurbanne, présenté également au Festival D’Avignon 2008, avec B.Sansalone (clarinettes) et Arièle Bonzon, (scénographie)
  • « Babel » nouvel ensemble de chants en solo (chansons à langues).
  • « La Grande Cargaison », créé au TNP/Villeurbanne, spectacle musical autour de l’œuvre de la poétesse autrichienne Ingeborg Bachmann au TNP à Villeurbanne

Serge Sana, qui l’accompagnera, est compositeur, pianiste et musicien multi instrumentiste, Sa démarche musicale est centrée sur les musiques d’aujourd’hui, les musiques traditionnelles, la transversalité et la rencontre des différentes pratiques artistiques.

 

Confluence des savoirs

Deux utopies concrètes pour penser autrement l’économie, l’écologie, la société

DDeux utopies concrètes pour penser autrement l’économie, l’écologie, la société

Conférence organisée par la Confluence des Savoirs en partenariat avec les Journées de l’économie et la Fondation Bullukian.

Deux utopies concrètes pour penser autrement l’économie, l’écologie, la société :
– l’économie des communs pour des formes organisationnelles originales,
– la dentelle du Puy en Velay pour sauver la barrière de corail.

Intervenants : 

  • David Vallat, enseignant-chercheur à l’Université Lyon 1, membre du laboratoire Magellan et membre associé du laboratoire Triangle qui mène ses travaux de recherche en France et au Japon
  • Jérémy Gobé, artiste plasticien, lauréat du Prix Bullukian 2011 d’Aide à la Création Contemporaine, initiateur du projet CORAIL ARTEFACT pour sauver la barrière de corail avec la dentelle du Puy en Velay.

 

Présentation de la conférence

L’économie des communs

La logique du marché autorégulateur a connu, depuis 1776 et la publication de la Richesse des Nations par Adam Smith, une popularité grandissante. Le libéralisme économique est devenu pour le meilleur (création de richesses, esprit d’entreprise, innovation, etc.) et pour le pire (inégalités, destruction d’écosystèmes, etc.) le référentiel principal en matière de régulation des échanges et d’organisation de la production. Bien entendu ce libéralisme doit être régulé pour limiter ses dérives. C’est le rôle dévolu aux Etats.

Le duo « Etat-Marché » a tendance à reléguer d’autres formes de production, d’organisation ou d’échange à un rôle marginal. Ainsi l’autogestion, la production domestique, la réciprocité, la collaboration, semblent tenir de l’anecdote.

Pourtant le progrès technologique, Internet en particulier, tend à réhabiliter les vertus de la collaboration. L’encyclopédie Wikipedia, le système d’exploitation Linux, l’ordinateur Raspberry Pi sont le produit de communautés organisées selon des principes qui ne relève ni du marché, ni de l’Etat.

Comment penser ces formes de collaboration ? Peuvent-elles être étendues ou sont-elles vouées à demeurer marginales ? De nombreuses entreprises reconnaissent pourtant l’intérêt de l’innovation ouverte qui implique de collaborer parfois même entre concurrents.

Afin de dépasser le duo Etat/marché comme référentiel des échanges David Vallat propose d’explorer une autre forme d’organisation mise en lumière par le prix Nobel d’économie 2009, Elinor Ostrom, à savoir, le commun.

Qu’est ce qu’un commun ? Une ressource partagée susceptible d’être épuisée et/ou appropriée si l’exploitation de cette ressource n’est pas organisée. L’Etat peut intervenir pour cette régulation (ressource halieutique par exemple) mais ce n’est pas toujours possible, soit que cette ressource soit de taille réduire (le réfrigérateur familial) ou de dimension transnational (le climat).

David Vallat explorera l’histoire des communs et notamment le renouvèlement de l’intérêt porté à cette forme organisationnelle avec l’avènement d’Internet. Il montrera surtout en quoi ce concept permet de renouveler notre compréhension du fonctionnement des organisations, des échanges, voire de nos sociétés.

Le projet CORAIL ARTEFACT : La dentelle du Puy en Velay pour sauver la barrière de corail

Invité à réaliser une œuvre pour le FITE, Festival International des Textiles Extraordinaires de Clermont-Ferrand, Jérémy Gobé, découvre une entreprise innovante, Fontanille SCOP, fabrique de dentelle du Puy en Velay, ressuscitée par la force de conviction d’employés amoureux de leur savoir-faire.

En visitant cette industrie, le regard de l’artiste se pose sur un point traditionnel appelé Point d’esprit. En effet, Jérémy Gobé dont la pratique se développe autour des coraux qu’il prolonge, dessine et sculpte pour leur redonner vie, voit immédiatement le lien entre les coraux et cette dentelle, travaillée depuis plus de 400 ans.  Le point d’esprit est un motif identique à la vue microscopique d’une cellule de corail !

Jérémy Gobé s’associe à Isabelle Domart-Coulon, scientifique dont les travaux sur les coraux font référence au niveau international. Ensemble ils mettent au point un protocole pour prouver que la dentelle est l’interface idéale pour que de nouvelles boutures de corail se développent et s’implantent sur les récifs décimés. Outre une similitude visuelle, la dentelle présente de nombreux avantages : transparences, rugosité, biodégradabilité, … Jérémy Gobé initie ainsi l’idée d’utiliser la dentelle du Puy en Velay comme substrat pour la recolonisation de la barrière de corail.

 

Confluence des savoirs

L’art, la domination, la magie et le sacré

LL’art, la domination, la magie et le sacré

Ceci n'est pas un tableau - Art-domination, magie, sacré/Bernard Lahire

Ceci n’est pas un tableau – Art, domination, magie, sacré/Bernard Lahire

Ces 5 vidéos permettent de voir ou revoir la conférence du 16 octobre 2017.

Avec Bernard Lahire, sociologue, professeur de sociologie à l’École normale supérieure de Lyon et membre senior de l’Institut Universitaire de France.
et Nicolas Krief, photographe. qui a mené un long travail sur les accrochages d’expositions.

Cette conférence a été organisée en partenariat par la Confluence des Savoirs et les Journées de l’économie (Fondation Pour l’Université de Lyon).

Pour accéder à ces vidéos : le site de la Confluence des Savoirs

La Géostratégie Internationale de l’Eau

LLa Géostratégie Internationale de l’Eau

Subtitles are available in english and french.
Des sous-titres sont disponibles en français  et en anglais.

Ces 5 vidéos permettent de voir ou revoir la conférence du 3 avril 2018

Avec Erik Orsenna, économiste, écrivain, membre de l’académie française, auteur d’un livre de référence sur l’avenir de l’eau dans le monde.
et Camille Moirenc, artiste photographe, qui a réalisé un portrait inventaire du Rhône.
Présentation et animation : Elisabeth Ayrault, PDG de la CNR.

Cette conférence a été organisée en partenariat par la Confluence des Savoirs, les Amis de l’Université de Lyon et la Compagnie Nationale du Rhône.

Pour accéder à ces vidéos : le site de la Confluence des Savoirs

Le cerveau de cristal

LLe cerveau de cristal

Montrer l’activité du cerveau s’appliquant à une fonction telle que parler, lire, compter ou simplement penser, voilà désormais ce que rendent possible les progrès récents de l‘imagerie par résonance magnétique, l’IRM : clé de voûte des recherches sur le cerveau, cette technique repose sur des principes physiques généralement méconnus du grand public.

Lors d’une conférence qui a lieu dans le cadre du cycle Confluence des savoirs dans le Grand auditorium du Musée des Confluences, Denis Le Bihan parvient à exposer cette technique de façon rigoureuse et compréhensible.

Voir la vidéo

 

Partenaires :  Musée des Confluences, Club des entreprises partenaires du musée, ENS de Lyon, Association de la Confluence des Savoirs 

Médecine et Numérique, une rupture fondamentale scientifique, sociale et anthropologique

MMédecine et Numérique, une rupture fondamentale scientifique, sociale et anthropologique

Conférence de la Confluence des Savoirs, qui fait intervenir, sur un sujet de société, un scientifique et un artiste.

Avec Mehdi Benchoufi, médecin, chef de clinique à l’hôpital Hôtel Dieu à Paris, agrégé de mathématique, président du club JADE et une création de la compagnie théâtrale « Il sera une fois ».

Gratuit et ouvert à tous, sous réserve d’inscription préalable sur le site de la Confluence des Savoirs en cliquant ici

Présentation de la Conférence

Il faut voir dans l’intelligence artificielle davantage qu’une nouvelle donne technologique dont il faudrait intégrer les opportunités : nous assistons à une rupture sur le plan social et anthropologique qui transformera notre système de santé rupture que l’on peut exprimer par 3 « c » :

Connectivité, avec la possibilité de mettre en relation instantanément quasiment tous points de la planète

Collectivité, avec la possibilité d’échanges directs et l’organisation de groupe de discussion

Calculabilité, avec la possibilité de disposer et de « digérer » des masses énormes de données, permettant en particulier de meilleures analyses prédictives et préventives

C’est la fin de l’unité de temps, puisque réel, de lieu, puisque distribué, et d’action, puisque anticipée.

Comment anticiper les mutations en cours, d’acter le principe de ce que nous entrons dans une ère de rupture technologique permanente afin de profiter des opportunités offertes par ses évolutions ?

Qui sera à la manœuvre de la conduite du changement ? :  Comment éviter une adaptation subie à des changements menés par les seuls acteurs technologiques dont la maîtrise des data et le savoir-faire algorithmique les imposent comme incontournables dans la santé de demain ?

Mehdi Benchoufi apportera son point de vue de médecin, agrégé de mathématiques, et de président du club Jade, Think-Tank national dédié aux enjeux socio-politiques du numérique.

La soirée sera complétée par une création impertinente et humoristique de la compagnie théâtrale « Il sera une fois ».

Mehdi Benchoufi, docteur en médecine et agrégé de mathématiques, est chef de clinique, Département d’Epidémiologie, à Hôpital Hôtel Dieu à Paris. Il est membre du Conseil numérique de l’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) et du Conseil scientifique de la Fondation pour la recherche médicale de l’AP-HP.

Il est le Fondateur et Président du Club JADE, Think-Tank dédié aux enjeux socio-politiques du numérique, notamment en ce qui concerne la démocratie collaborative, l’Europe et l’innovation. Le club est le promoteur de processus d’innovation notamment en matière d’e-santé.

Depuis seize saisons, la compagnie théâtrale lyonnaise « IL SERA UNE FOIS », collectif d’artistes professionnels du spectacle vivant, crée sur mesure évènements et interventions théâtrales en des lieux inattendus : musées, chantiers, rues, châteaux, hôpitaux, bibliothèques, entreprises… Elle privilégie la création de personnages insolites dont le comportement ludique doit accrocher le regard du visiteur, susciter un éclat de rire et peut-être l’envie de jouer ou de rêver…Ce comique spectaculaire ou subtil repose essentiellement sur une contradiction, un contraste, un décalage entre ce que l’on attend et ce qui se produit, entre ce qui devrait être et ce qui est…

Combattre l’indifférence contre la misère

CCombattre l’indifférence contre la misère

A Madagascar, un modèle de société solidaire basée sur le travail et l’entraide

Cette conférence est proposée par la Confluence des Savoirs, en partenariat avec les associations « AKAMASOA » et « Les Amis du père », et avec le soutien de la Fondation Mérieux.

Avec Pedro OPEKA, Fondateur de l’Association humanitaire AKAMASOA, qui mène depuis 1970 le combat contre la pauvreté à Madagascar, et, en vidéo, chants et danses des enfants filmés dans les villages AKAMASOA.

Anne Aubert Source: Amici di Padre Pedro/Creative CommonAttribution

Anne Aubert Source: Amici di Padre Pedro/Creative CommonAttribution

Pedro Opeka, prêtre lazariste, né en Argentine de parents d’origine slovène, vit depuis 1970 à Madagascar où il mène sans relâche le combat contre la pauvreté.
Il a fondé en 1989 l’association humanitaire AKAMASOA Reconnue d’Utilité Publique. Son but est de « sortir les vivants de l’enfer », mais pas à n’importe quel prix. Sa philosophie : aider sans assister. Il a fondé un modèle de société solidaire basée sur le travail et l’entraide.
Il développera les sujets qui lui tiennent à cœur : le combat contre l’indifférence, l’école pour tous, la question des réfugiés, la décadence des politiques, la place des femmes… sujets qui font l’objet de son dernier livre « Insurgez-vous » paru en 2017.

Les chants et les danses des enfants filmés dans les villages AKAMASOA complèteront cette soirée (en vidéo).

En savoir plus :   Confluence des Savoirs

Les vidéos des conférences de la Confluence des Savoirs

LLes vidéos des conférences de la Confluence des Savoirs

Les  conférences de la Confluence des Savoirs sont enregistrées, puis scindées en vidéos de 15 à 20 minutes de façon à être plus agréables à regarder.
Les vidéos les plus récentes :

  • La Géostratégie Internationale de l’Eau
  • L’art, la domination la magie et le sacré
  • Un cerveau nommé désir, sexe, amour et neurosciences
  • Changer l’école, c’est possible
  • La plus petite autonomie soit-elle
  • La lumière
  • La société hyperindustrielle et ses teritoires
  • Les grandes leçons de l’infiniment petit
  • Les origines de la violence et de la guerre
  • Le cerveau de cristal

Pour accéder à ces vidéos : le site de la Confluence des Savoirs

L’art, la domination, la magie et le sacré

LL’art, la domination, la magie et le sacré

Conférence du cycle de la Confluence des Savoirs qui fait intervenir, sur un sujet de société, un scientifique et un artiste.

La magie sociale est omniprésente dans le domaine de l’économie, de la politique, du droit, de la science ou de l’art autant que dans celui de la mythologie ou de la religion, car elle est l’effet d’enchantement produit par le pouvoir sur ceux qui en reconnaissent tacitement l’autorité. C’est cet enchantement qui transforme une sculpture d’animal en totem, un morceau de métal en monnaie, une eau banale en eau bénite ; et c’est cette même magie sociale qui fait passer un tableau du statut de simple copie à celui de chef-d’œuvre.

Avec Bernard Lahire, sociologue, professeur de sociologie à l’École normale supérieure de Lyon et membre senior de l’Institut Universitaire de France.

et

Nicolas Krief, photographe, dont les travaux le conduisent à photographier « l’Homme au travail ».

En savoir plus