Face à Face. Exposition du plâtre au grès.

FFace à Face. Exposition du plâtre au grès.

Le projet de l’exposition Face à face du plâtre au grès a émergé au travers d’une visite de Céline Cadaureille au Musée des Moulages (MuMo) en 2018. Six bustes de la collection du musée ont suscité l’imagination de l’enseignante-chercheuse et plasticienne.

Les bustes, moulages d’œuvres antiques, ont inspiré Céline Cadaureille pour créer une série de figures en grès, proposant une réinterprétation des tirages du MuMo. A chaque relecture, un détail de l’œuvre de départ est repris, détourné, exacerbé: ornement végétal, bandeau, ou encore boucles de barbe sont autant d’éléments déterminant l’identité de l’œuvre, que l’artiste a voulu remettre au centre de notre attention.

Ainsi naît un face à face: entre les époques (antiques et contemporaines), entre les matières (plâtre contre grès) et entre les formes (définies et indéfinies).

Cette exposition prévue initialement en avril 2020, sera lancée le 19 septembre 2020 à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Elle se poursuivra durant deux mois, jusqu’au 28 novembre 2020.

 

Autour de l’exposition

Sarah Betite et Céline Cadaureille, « Le Musée des Moulages (MuMo): à la croisée de l’enseignement, de la création et de la recherche », L’art de chercher, l’enseignement supérieur face à la recherche-création, sous la direction de Eric Dayre et David Gauthier, Paris, Hermann Editeurs, 2020 (à paraître).

[Regards sur…] Comment la crise sanitaire a imposé de nouvelles pratiques professionnelles

[[Regards sur…] Comment la crise sanitaire a imposé de nouvelles pratiques professionnelles

La crise sanitaire et le confinement ont imposé aux travailleur.ses d’exercer leur emploi à distance pour les un.es, ou d’appliquer en présentiel des normes de sécurité renforcées. Cette période a joué un véritable rôle d’incubateur des transformations d’organisation du travail, dont les implications sont multiples: entrée de la sphère professionnelle dans l’espace privé, changement des rythmes quotidiens du travail, alourdissement des contraintes liées au respect des règles sanitaires, ou encore éloignement des travailleur.ses de leur environnement professionnel…

Pascal Béguin, professeur d’ergonomie à l‘Institut d’Études du Travail de Lyon (Université Lumière Lyon 2), analyse ces profondes transformations qui continuent d’impacter nos quotidiens professionnels.

[Regards sur…] Cinéma et crise sanitaire : diffusion, production et représentation des épidémies

[[Regards sur…] Cinéma et crise sanitaire : diffusion, production et représentation des épidémies

Pendant toute la durée du confinement, l’industrie cinématographique a connu des bouleversements majeurs : alors que les cinémas étaient fermés et les plateaux de tournage à l’arrêt, les plateformes de diffusion de films et de séries ont largement diversifié leur offre, témoignant de notre besoin impérieux de fiction !

La crise sanitaire n’a pas seulement modifié les formes de consommation et la production des films, les épidémies ont également fortement nourri l’inspiration des scénaristes et réalisateurs, s’appuyant sur les crises sanitaires passées ou bien redoutées par la communauté scientifique.

Martin Barnier, professeur en études cinématographiques à l’Université Lumière Lyon 2 (laboratoire Passages XX-XXI), nous livre son analyse sur ces bouleversements  et sur les représentations des épidémies à travers l’histoire du cinéma.

 

[Regards sur…] Comment la santé publique est devenue un enjeu politique

[[Regards sur…] Comment la santé publique est devenue un enjeu politique

Stéphane Frioux, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2 (LARHRA), retrace l’émergence de la santé publique en France en tant qu’enjeu politique, à partir de ses travaux sur l’hygiène urbaine au XIXe siècle.

La prise en compte progressive par les pouvoirs publics des questions sanitaires a été fortement accélérée par les épidémies qui ont jalonné le XIXe siècle et le début du XXe siècle.

Coups de projecteurs sur la galerie médiévale du Musée des Moulages | Collections & Patrimoine

CCoups de projecteurs sur la galerie médiévale du Musée des Moulages | Collections & Patrimoine

La galerie médiévale du Musée des Moulages prend de nouvelles couleurs ! En collaboration avec Véronique Rouchon (Université Lumière Lyon 2/CIHAM), Géraldine Victoir (Université Paul Valéry Montpellier 3 / CEMM) et Jonathan Richer (entreprise d’art numérique Theoriz), le Musée des moulages de l’Université Lumière Lyon 2 a mis en place un système de vidéo mapping qui permet de projeter des couleurs et des motifs sur trois statues de sa galerie médiévale.

Au cours de cette vidéo, les acteurs de ce projet exposent les procédés scientifiques et techniques qui ont permis de reconstituer la polychromie de ces moulages. Vous pourrez bientôt découvrir cette nouvelle forme de médiation au MuMo, 87 cours Gambetta, Lyon, 3e arrondissement. 

Pour en savoir plus sur les recherches menées pour ce projet de colorimétrie : De l’ombre à la lumière. Quand les arts numériques redonnent vie et couleurs aux statues médiévales.

[Regards sur…] La crise sanitaire et la reconfiguration de l’information

[[Regards sur…] La crise sanitaire et la reconfiguration de l’information

Relai de la rhétorique guerrière initiée par le gouvernement comme des controverses scientifiques, les médias ont proposé pendant l’espace du confinement un contenu informationnel entièrement tourné vers les effets et les enjeux de la gestion de l’épidémie.

Mathias Vallex, docteur en sciences de l’information et de la communication de l’Université Lumière Lyon 2 (ELICO), analyse comment la crise sanitaire a reconfiguré la diffusion et notre consommation de l’information.

 

[Regards sur…] Covid : quelles conséquences sur notre santé ? Présentation d’une recherche en cours

[[Regards sur…] Covid : quelles conséquences sur notre santé ? Présentation d’une recherche en cours

Marie Préau, professeure de psychologie sociale à l’Université Lumière Lyon 2 (GREPS), présente le projet de recherche RAR2C: Représentations sociales, Adaptation, Risques, Cancer et Covid, qui investigue les représentations sociales de la COVID-19 et leurs impacts sur les comportements d’adaptation des personnes concernées par la question du cancer (qu’il s’agisse de personnes malades, d’anciens malades, de proches de malades) en situation de confinement.

Au cours de cette vidéo, Marie Préau explicite les objectifs de cette étude et la méthodologie de cette enquête.

 

Image mise en avant: Personnes vecteur créé par freepik – fr.freepik.com

Covid-19 : la crise bouleverse-t-elle notre rapport à la mort ?

CCovid-19 : la crise bouleverse-t-elle notre rapport à la mort ?

La surmortalité engendrée par l’épidémie de Covid-19 a profondément modifié les pratiques funéraires pour l’ensemble des défunts et des proches.

Obsèques en petit comité, rites tronqués, recueillement perturbé, la sociologue et anthropologue Gaëlle Clavandier, enseignante-chercheuse à l’Université Jean Monnet et membre du Centre Max Weber, s’interroge dans ce podcast sur la mise à l’épreuve du temps de deuil en contexte de mort de masse.

écouter le podcast

Périclès, architecte de la démocratie populaire athénienne

PPériclès, architecte de la démocratie populaire athénienne

Aujourd’hui, Jillian Akharraz, doctorant en histoire et archéologie grecque (Université Lumière Lyon 2 – HiSoMa) et médiateur au MuMo nous parle de l’avènement de la démocratie à la période classique, en évoquant un homme : le très célèbre Périclès.

Une dernière étape va permettre de parachever le système organisé par Clisthène. Pour faire participer à la vie politique toutes les catégories de citoyens, Ephialte un homme d’état et législateur Athénien, s’attaque aux prérogatives de l’organe contrôlé par les plus puissants: l’Aréopage. Ses pouvoirs ont considérablement augmenté durant les guerres médiques (490 – 479 av. J.-C.), l’Aréopage est alors désigné comme « gardien de la constitution ». La réforme d’Ephialte en -462 lui enlève ce privilège, privant les aristocrates de pouvoir et octroyant toute la puissance au peuple. Cette forme de démocratie est souvent nommée « démocratie radicale ». Le terme apparait chez ses détracteurs qui n’acceptent pas que la politique soit accaparée par la masse populaire des citoyens.

Le Musée des Moulages possède deux bustes représentant le magistrat Périclès en commandant de guerre avec la présence du casque traditionnel du stratège (commandant militaire) (inv. L 833 et L 835). Les réserves du MuMo abritent aussi deux autres bustes de stratèges reprenant le même modèle iconographique (inv. L 837 et L 838) : cela montre l’importance donnée à Périclès et aux institutions athéniennes lors de la constitution de cette collection universitaire, à la fin du XIXe siècle.

©Université Lumière Lyon 2

Périclès est également un très grand politicien et domine le monde politique d’Athènes pendant près de 30 ans. Cette longévité unique le fera soupçonner d’aspirer à la tyrannie. Il répond à ces accusations par un serment solennel affirmant qu’il est le contraire d’un tyran.

Il nait dans une famille dont l’engagement politique ancien dicte ses choix démocratiques. Sa mère Agaristé est la petite fille de Clisthène, le grand réformateur qui a délivré Athènes de la tyrannie de Pisistrate et ses fils.

Il met fin à une injustice qui touche les catégories les plus pauvres de la population, qui comptant leurs drachmes, ne peuvent laisser leurs travaux pour se rendre aux assemblées. Ils sont donc de fait exclus des hautes magistratures, faute de pouvoir s’autoriser à manquer un jour de salaire. Périclès instaure le mysthos, l’équivalent d’une compensation financière journalière (le prix d’une journée de travail) pour les citoyens les plus pauvres qui occupent une magistrature. Elle permet aux citoyens peu aisés de pouvoir prétendre à l’élection d’une charge, que ce soit pour un jour ou pour un an.

Il ouvre aussi l’archontat aux classes les plus pauvres. Ces modestes archontes rentrent à l’Aréopage après leur mandat. Le prestige de ce dernier continue son lent déclin et il cesse de contrebalancer le pouvoir des stratèges.

Cependant il soustrait certaines charges et magistratures au hasard du tirage au sort, démocratique mais dangereux. Certains secteurs comme l’armée, la flotte, les architectes, les trésoriers, doivent bénéficier d’hommes compétents. Il ouvre par tirage au sort l’accès à des charges importantes: commissariat de la police, contrôleur des marchés, du pain, de la prostitution, chargé de l’affermage des mines publiques et des impôts etc. Paradoxalement il restreint les conditions d’obtention de la citoyenneté: il faut être né de deux parents citoyens et non plus d’un seul (avant seule la condition civique du père était examinée). On assiste ainsi à un repli de la démocratie, contraignant davantage ses conditions d’accès.

Jillian Akharraz, doctorant en histoire et archéologie grecque (Univ. Lumière Lyon 2 – Hisoma UMR 5189) et médiateur au MuMo.

En savoir plus :

MuMo

L’Agora: espace de concentration des pouvoirs d’Athènes

LL’Agora: espace de concentration des pouvoirs d’Athènes

Jillian Akharraz, doctorant en histoire et archéologie grecque (Université Lumière Lyon 2/ HiSoMa) et médiateur au Musée des Moulages, nous en apprend un peu plus sur les institutions athéniennes. Quelles sont les fonctions tirées au sort ? Pour le savoir, il faut comprendre le fonctionnement des institutions de la Grèce du Ve siècle. Nous allons vous les présenter en les distinguant par pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire.

Le MuMo ne conserve pas une représentation complète de l’Athènes du Ve s. av. J.-C, mais nous conservons néanmoins une maquette de l’Acropole, réalisée au XIXe siècle (inv. L953). Le pouvoir, qu’il soit législatif, exécutif ou judiciaire est exercé en différents endroits autour de cette Acropole.

Deux institutions représentent le pouvoir législatif : l’Assemblée du peuple et la Boulè. Les réunions de l’Assemblée du peuple (ou ecclésia) se tiennent sur la colline de la Pnyx. Cette assemblée réunissant au moins 6000 hommes libres de vingt ans et plus est souveraine. Elle débat de tout, décide de tout, notamment de la guerre ou de la paix et intervient sur toutes les affaires intérieures de la cité. Pour prendre la parole il faut s’inscrire et le temps est limité. On ne peut interrompre ni agresser le citoyen orateur sous peine de mort. Après discussion d’une loi, le vote s’opère à main levée ou par bulletin secret pour les mesures graves.

©Alexis Grattier / Univ. Lumière Lyon 2

La Boulè (ou Conseil des Cinq Cents) est constituée de membres appelés bouleutes. Ils conseillent l’Assemblée du peuple, préparent les lois et contrôlent les magistrats. Ils se réunissent dans le bouleutérion situé sur l’Agora, une salle de délibération en forme d’hémicycle. La Boulè compte 500 membres (50 par tribu) qui sont tirés au sort par le peuple pour une durée d’un an.

Le pouvoir exécutif est représenté par deux corps de magistrats : les archontes et les stratèges. Il y a 10 archontes tirés au sort parmi les deux premières classes censitaires, pour un an. Leurs prérogatives sont larges : application des lois, gestion des affaires religieuses, des fêtes et des affaires de droit familial. Leur bureau borde le côté nord de l’Agora. Les stratèges sont aussi 10, élus pour un an. Ils exercent le pouvoir exécutif et commandent l’armée. Ils peuvent être réélus plusieurs fois : Périclès, par exemple, a été élu 15 fois.

Enfin, deux institutions représentent le pouvoir judiciaire : le tribunal de l’Héliée et l’Aéropage. Le tribunal de l’Héliée compte 6000 membres nommés héliastes, qui jugent les affaires civiles et criminelles. Ils sont tirés au sort par le peuple pour un an. C’est le plus grand tribunal de la cité, il se trouve également sur l’Agora (son nom, en référence à Hélios, est peut-être dû au fait que le bâtiment était très exposé au soleil). L’Aéropage est un tribunal qui juge les affaires d’homicides. Il est constitué par les anciens archontes, sortis de leur charge.

©Alexis Grattier / Univ. Lumière Lyon 2

La tribu est la clé de répartition des fonctions et des charges. Tous les ans, elle désigne par tirage au sort les 50 bouleutes qui vont représenter la tribu au sein du conseil de la Boulè. Elle fournit aussi 1000 hoplites (fantassins), 100 cavaliers, 1 archonte, 1 stratège etc.

Cette nouvelle conception de la participation aux affaires de la cité s’appelle l’isonomie. Nous traduisons généralement ce terme par « égalité devant la loi ». Il s’agit de l’égalité de droits politiques des citoyens, d’une distribution égale des pouvoirs entre eux. Elle implique de facto un droit de participation. Le pouvoir de décision est ainsi transféré au plus grand nombre. Les structures qui rendent possible la démocratie sont désormais en place, le démos (peuple) détient le kratos (pouvoir).

On aboutit à une démocratie directe à laquelle tous les citoyens majeurs peuvent participer. A partir des réformes de Clisthène, la nouvelle Boulè est dotée de pouvoirs qui visent à doubler ceux de l’Aréopage (constitué surtout d’aristocrates), afin de diminuer son influence. L’exercice de contrôle et d’évaluation de l’exécutif est également un facteur important du système démocratique : un examen de moralité avant l’entrée en charge et une reddition de comptes devant un collège spécial en sortie de charge sont exigés.

Jillian Akharraz, doctorant en histoire et archéologie grecque (Univ. Lumière Lyon 2 – Hisoma UMR 5189) et médiateur au MuMo.

En savoir plus :

MuMo