Suite aux mesures sanitaires prises concernant l'épidémie de Covid-19, les évènements en présentiel sont annulés jusqu'à nouvel ordre. Pop'Sciences reste mobilisé pour vous informer sur l'actualité scientifique et proposer des rendez-vous en distanciel.

Où il repose, vous ne devrez pas le déranger ! Tombes et inscriptions funéraires au Proche-Orient ancien, IIe-Ier millénaires av. J.-C.

OOù il repose, vous ne devrez pas le déranger ! Tombes et inscriptions funéraires au Proche-Orient ancien, IIe-Ier millénaires av. J.-C.

Où il repose, vous ne devrez pas le déranger ! Tombes et inscriptions funéraires au Proche-Orient ancien, IIe– Ier millénaires av. J.-C.

Virginie Muller, maître de conférences en assyriologie à l’université Lyon 2,
responsable du Diplôme Universitaire en Assyriologie et Archéologie du Proche-Orient, laboratoire Archéorient – MOM

Le Proche-Orient, berceau de l’écriture cunéiforme, nous a livré plus d’1 million de textes de nature variée mais seulement une vingtaine d’inscriptions dites « funéraires », qui datent pour la plupart du IIème et du Ier millénaire av. J.-C.
Elles ont été rédigées sur différents supports trouvés dans les tombes : tablettes en argile ou en pierre, cônes, éléments architecturaux et divers objets. Ces inscriptions comportent le plus souvent la désignation du défunt, bien souvent royal, et de la tombe, ainsi que des malédictions et bénédictions plus ou moins élaborées.
Bien que peu nombreux, ces textes apportent un éclairage précieux à notre connaissance des tombes et des défunts, en particulier de leur rapport à la mort et à l’éternité.