Pop’Sciences répond à tous ceux qui ont soif de savoirs, de rencontres, d’expériences en lien avec les sciences.

EN SAVOIR PLUS

Deir el-Qalaa, haut-lieu de la Phénicie romaine et byzantine

DDeir el-Qalaa, haut-lieu de la Phénicie romaine et byzantine

Le cycle des conférences Pouilloux 2021-2022, organisé par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, se poursuit avec :
Deir el-Qalaa, haut-lieu de la Phénicie romaine et byzantine

Sur les hauteurs de Beyrouth, le site de Deir el-Qalaa est dominé par les ruines d’un imposant temple romain consacré au dieu Jupiter Balmarcod. Il comprend également une esplanade cultuelle, avec d’autres installations cultuelles, ainsi qu’une bourgade rurale, avec sa voirie, ses bains, son église et ses installations artisanales. Depuis 2019, une mission conjointe du laboratoire Hisoma, de l’Institut français du Proche-Orient, de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth mène des recherches sur l’ensemble des vestiges conservés sur place, en collaboration étroite avec la Direction Générale des Antiquités du Liban. Les travaux de terrain permettent de porter un nouveau regard sur ce haut-lieu de la Phénicie romaine et byzantine.

Conférence présentée par : Julien Aliquot, chargé de recherche au CNRS, laboratoire HiSoMA-MOM, Gérard Charpentier, architecte-archéologue au CNRS, fédération de recherche MOM et Thibaud Fournet, architecte-archéologue au CNRS, laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn).

> Consulter le programme de notre cycle de conférence sur notre site web, rubrique « Valorisation » :

MOM

Gestion funéraire des morts épidémiques dans l’Antiquité : l’exemple de 3 catacombes romaines

GGestion funéraire des morts épidémiques dans l’Antiquité : l’exemple de 3 catacombes romaines

Le cycle des conférences Pouilloux 2021-2022, organisé par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, se poursuit avec :

Gestion funéraire des morts épidémiques dans l’Antiquité : l’exemple de 3 catacombes romaines.

Les fouilles réalisées dans le secteur central des catacombes romaines des Saints Marcellin et Pierre ont permis d’identifier de vastes ensembles funéraires reflétant une surmortalité. La mise en œuvre d’une stratégie d’étude interdisciplinaire a permis de discuter la dynamique des dépôts, les gestes funéraires pratiqués, la nature des inhumés et de proposer l’hypothèse d’une origine épidémique des décès. Les mêmes séquences stratigraphiques constituées de squelettes humains découvertes ensuite dans les catacombes de San Callisto et Coemeterium Maïus tendent à prouver que l’utilisation de chambres sépulcrales souterraines pourrait constituer une modalité de gestion des morts de masse relativement fréquente à Rome, durant la période impériale.

Conférence présentée par : Dominique Castex, directrice de recherche au CNRS, archéo-anthropologue au laboratoire Anthropologie des Populations Passées et Présentes (A3P), Bordeaux.

> Consulter le programme de notre cycle de conférence sur notre site web, rubrique « Valorisation » :

MOM