Pop’Sciences répond à tous ceux qui ont soif de savoirs, de rencontres, d’expériences en lien avec les sciences.

EN SAVOIR PLUS

Sciences en récits | Visages de la science

SSciences en récits | Visages de la science

Découvertes, prix, innovations, à l’Université Claude Bernard Lyon 1, des parcours et des trajectoires extraordinaires se dessinent chaque jour. Comment ces aventures sont-elles vécues par leurs protagonistes ?

Ils sont étudiants, étudiantes, enseignants, enseignantes, scientifiques, et témoignent en quelques minutes des temps forts de leurs histoires hors du commun. Entrez dans les coulisses d’une université de sciences, technologies, santé et sport, et écoutez les récits de vie de celles et ceux qui l’animent, au travers d’une série de podcasts.

Cathy Quantin-Nataf, enseignante-chercheuse au Laboratoire de Géologie de Lyon – Terre, Planètes, Environnement.

>> Écouter le podcast

 

 

Claire Bové est étudiante sportive de haut niveau à l’Université Lyon 1, ce statut lui permet de réaliser ses études de kinésithérapie tout en pratiquant son sport de prédilection : l’aviron. Elle a participé aux JO de Tokyo et a permis à la France de décrocher avec sa partenaire, Laura Tarantola, la médaille d’argent. Dans le 2e épisode de Sciences en récits, Claire nous raconte son quotidien d’étudiante et nous fait vivre l’incroyable récit d’une victoire olympique !

>> Écouter le podcast

Depuis plus de 20 ans, Philippe Grandjean pilote des drones pour l’Université Lyon 1. Volcan indonésien, empreintes de dinosaures, récifs coralliens : les images aériennes capturées par Philippe font avancer la Science. Il nous raconte quelques-unes de ses missions passionnantes.

Philippe répond également aux questions des étudiantes et étudiants de l’Université Lyon 1, posées en amont via les réseaux sociaux !

                                  >> Écouter le podcast

  • D’autres épisodes suivront…

Pour en savoir plus :

Sciences en récits

 

Quand la science se met au service de l’humanitaire | The Conversation

QQuand la science se met au service de l’humanitaire | The Conversation

L’Institut National des sciences appliquées – INSA s’est associée à l’ONG Handicap International. Un partenariat qui a pour but de rendre accessible le matériel médical – et notamment les prothèses et orthèses – au plus grand nombre.

Cette interview s’insère dans la série de podcasts « La science au service de l’humanitaire » de The Conversation qui s’intéresse aux collaborations qui peuvent naître de la rencontre entre la science et des organismes humanitaires.

Podcast réalisé par The Conversation le 29 septembre 2022

Intervenants :

  • Jérôme Chevalier, professeur des Universités, adjoint à la direction de la recherche INSA de Lyon enjeu Santé et Bio-ingénierie, spécialiste en Science des matériaux, biomatériaux et dispositifs médicaux – INSA Lyon – Université de Lyon 
  • Pierre Gallien, directeur innovation à Handicap International.

>> Écouter le podcast :

The Conversation

Dessiner le droit dans l’Anthropocène : 9 émissions de Radio Anthropocène à écouter

DDessiner le droit dans l’Anthropocène : 9 émissions de Radio Anthropocène à écouter

Une programmation de 9 émissions spécialement conçues dans le cadre du projet « Dessiner le droit dans l’Anthropocène ».
Initié par l’Ecole urbaine de Lyon, ce projet artistique et juridique a mobilisé 93 juristes et artistes issus de 20 pays. Il a permis la production de 51 dessins, présentés dans le cadre d’une exposition qui s’est déroulée à Strasbourg en juin 2022, ainsi que d’un journal dédié.

Retrouvez les émissions qui explorent les enjeux du droit face aux défis du changement global : « Regards sur l’actualité », « Habiter ici et le monde », « On the other side of the world », « Entretiens anthropocènes », « Sciences dessinées », « Sons anthropocènes », « Le quart d’heure de l’Art », « Les Mercredis de l’anthropocène », pour aborder le changement global et la crise de l’habitabilité de notre Monde.

Une production École urbaine de Lyon, réalisée en partenariat avec Radio Bellevue Web, avec le soutien du LabEx Intelligence des Mondes Urbains.

 

Lien d’écoute de l’ensemble des programmes

En savoir plus sur le détail et le descriptif/podcast de chaque émission

 

Effet papillon – “designer” l’incertitude au sein du bulletin météo

EEffet papillon – “designer” l’incertitude au sein du bulletin météo

En lien avec le projet de recherche New Weather TV (mené au Deep Design Lab, plateforme de recherche de la Cité du design – Esadse), cette séance exceptionnelle du cycle de débats « Les Mercredis de l’Anthropocène », s’est intéressée aux images du bulletin météorologique pour discuter plus particulièrement de la prévision dite probabiliste du temps.

Intervenants :

  • Bruno Joly, chercheur et chef de projet, Météo-France.
  • Lucie Rottner-Peyrat, chercheuse, Météo-France.
    Modération par Simone Fehlinger, designer-chercheure, responsable du Deep Design Lab.

Une séance exceptionnelle des Mercredis de l’Anthropocène, organisée par l’Ecole urbaine de Lyon, diffusée par Radio Anthropocène, dans le cadre de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne.

Écouter le podcast du débat

 

Comment améliorer l’efficacité des vaccins ?

CComment améliorer l’efficacité des vaccins ?

L’arrivée des vaccins à ARN messager et leur utilisation massive face au SARS-CoV-2 ont apporté de nouvelles données sur la qualité de la réponse immunitaire. Selon l’immunologue Stéphane Paul, il pourrait être plus efficace de combiner différents types de vaccins, mais aussi de les administrer autrement…

Explications dans ce podcast issu de la série La parole à la science du CNRS.

Intervenant : Stéphane Paul, professeur d’immunologie à l’Université Jean Monnet, praticien hospitalier au CHU de Saint-Étienne, responsable d’équipe au Centre international de recherche en infectiologie à Lyon, et membre du comité scientifique Vaccins Covid-19.

Le chercheur-militant, un nouveau citoyen ?

LLe chercheur-militant, un nouveau citoyen ?

Aujourd’hui largement relayées par les médias, deux positions s’opposent dans le champ académique : d’un côté, les tenants d’une « autonomie » des sciences et d’une exigence de neutralité, avec une séparation stricte des arènes politiques et scientifiques. De l’autre, en partie au nom de l’urgence climatique, ressurgit fortement la « figure » du chercheur-militant qui engage activement ses savoirs dans l’espace politique.

Au-delà des logiques binaires, ce débat a proposé d’explorer les limites posées traditionnellement entre sciences et militantisme et que semblent franchir de plus en plus chercheurs dans des disciplines variées. Que dit ce phénomène de la place et du rôle des sciences « et des scientifiques » dans notre société contemporaine ? Doit-il nous inviter à renouveler les approches et les cadres de pensée en matière de production de savoirs ainsi qu’à réfléchir à de nouvelles régulations ?

Pierre Cornu, professeur d’histoire contemporaine et d’histoire des sciences à l’Université Lumière Lyon 2, est intervenu lors de ce débat.

Dans le cadre du Cycle de débats BorderLine Quai des savoirs – Toulouse / Enregistrement en public le jeudi 9 déc. 2021 à 18h au Quai des Savoirs.

>> Au programme, deux heures d’échange, trois séquences :

  • En cause (0’00 – 40’00) : Si la question du “chercheur-militant” se pose aujourd’hui de manière aigüe dans la communauté scientifique, elle n’est ni nouvelle, ni cantonnée aux sciences sociales ou aux problèmes environnementaux. Une remise en contexte des mobilisations au sein des mondes académiques et des notions clés du débat telles que la neutralité.

Intervenants : Francis Chateauraynaud, sociologue et directeur d’études à l’EHESS ; Pierre Cornu, Professeur d’histoire contemporaine et d’histoire des sciences à l’Université Lumière Lyon 2, coanime l’axe 1 du laboratoire d’études rurales (LER, Lyon, membre du bureau du Comité d’histoire d’INRAE.

  • En pratique (47’50 – 1’39’00) : Au nom de quoi s’engager ou s’en abstenir ? Qu’est-ce que cela produit ?

Témoignages, arguments et échanges entre :  Julian Carrey, physicien à l’INSA Toulouse et membre de l’Atécopol, Laure Teulières, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean-Jaurès et membre de l’Atécopol et Jean-Paul Krivine, Rédacteur en chef de Science et pseudo-sciences.

  • A la limite … (1’46’00 – 2’15’54) : Éthique et responsabilité du chercheur, nouvelles configurations sciences-société… Où placer le curseur ?

Relecture croisée de :  Emmanuelle Rial-Sebbag, directrice de recherche à l’Inserm et responsable scientifique de la chaire UNESCO « Éthique, Science et Société » et Alain Kaufmann, directeur du Col Laboratoire de l’Université de Lausanne.

>> Écouter :

Du mouton au poisson, comment déterminer les émotions d’un animal ?

DDu mouton au poisson, comment déterminer les émotions d’un animal ?

Article #1 du dossier Pop’Sciences « Prenons soin du bien-être des animaux »

L’État français n’a reconnu le caractère sensible de l’animal que très récemment. En 2015. Mais cela fait trente ans que les scientifiques collectent des preuves qui en témoignent : les animaux sont intelligents, doués d’émotions et de sentiments complexes. Un postulat qu’avait déjà posé Darwin au 19e siècle.

Explorer les émotions d’un animal pour définir son état de bien-être, ou de mal-être, nécessite de mettre nos réflexes de côté. D’éviter l’anthropomorphisme, comme l’anthropodéni. En étudiant la façon dont les animaux se comportent et prennent des décisions, on peut savoir si un mouton a peur, si notre chat est en colère ou si un poisson est… amoureux !

Les explications de : François-Xavier Dechaume Moncharmont, enseignant chercheur en comportement animal au LEHNA (Université Claude Bernard Lyon 1).

Remerciement particulier à : Nicolas Mathevon et Florence Delorme, du laboratoire ENES de Saint-Étienne pour l’extrait sonore du rire de la hyène, issu de leurs travaux de recherche.

Une interview réalisée par Caroline Depecker, journaliste scientifique
pour Pop’Sciences – Déc. 2021

PPour aller plus loin

 

 

 

Le bien-être animal est une construction de la société

LLe bien-être animal est une construction de la société

Article #2 du dossier Pop’Sciences « Prenons soin du bien-être des animaux »

La notion de bien-être animal naît dans les années 1960 en réaction au modèle agricole productiviste. Comment peut-on concilier les 2 ?

Cette question émerge dans un courant plus général de bienveillance sociétale vis-à-vis de nos amis les bêtes, depuis le 19e siècle. L’animal objet devient ainsi une personne qui sait prendre soin de nous et qu’il faut défendre, car il a des droits et des intérêts.

Les explications de : Jérôme Michalon, enseignant chercheur en sociologie et spécialiste de la relation humain-animal au Laboratoire Triangle (ENS de Lyon, Université Jean Monnet de Saint-Étienne)

 

Une interview réalisée par Caroline Depecker, journaliste scientifique
pour Pop’Sciences – Déc. 2021

PPour aller plus loin

 

Le podcast du droit international

LLe podcast du droit international

Qu’est-ce que la recherche en droit international ?

Le droit international se divise en deux branches. Le droit international privé d’une part, s’intéresse aux relations entre les sociétés qui font des contrats internationaux ou aux relations entre les individus au niveau international (par exemple, un mariage entre deux individus de nationalités différentes). Le droit international public, d’autre part, s’intéresse aux relations au niveau étatique – que ce soit entre deux ou plusieurs États, entre des États et des organisations internationales ou entre des États et des individus.

Les normes du droit international public s’appliquent donc aux États, aux organisations internationales telles que l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et aux organisations régionales comme l’Union européenne (UE). Dans une moindre mesure, elles s’adressent également aux individus notamment dans le cadre du droit international des droits de l’Homme ou du droit international pénal.

Le podcast du droit international

Le podcast du droit international est consacré à la recherche en droit international public en présentant les recherches de doctorants, de docteurs ou d’enseignants-chercheurs. Chaque épisode s’intéresse à un sujet de recherche portant sur une branche du droit international public (droit de la mer, théorie du droit, droit spatial, droit des minorités, etc.) et qui implique des enjeux concrets.

>> Retrouvez tous les épisodes ici :

Le podcast du Droit international

> Vous pouvez aussi retrouver les épisodes du podcast sur les plateformes de streaming : Deezer, Google Podcasts, SoundcloudSpotify.

LLes épisodes parus

  • Épisode 1 – Les normes grises du droit international public
  • Épisode 2 – Des programmes de recherche pour une application concrète du droit de la mer
  • Épisode 3 – L’enfermement des passagers clandestins à bord des navires marchands
  • Épisode 4 – L’État pluridémotique, contribution à l’étude d’une nouvelle théorie de l’État
  • Épisode 5 – Le sort des minorités en droit international contemporain
  • Épisode 6 – Les zones maritimes disputées
  • Épisode 7 – L’émergence en droit international d’un droit des peuples au soulèvement pacifique contre un système politique oppressif
  • Épisode 8 – L’arsenalisation de l’espace extra-atmosphérique
  • Épisode 9 – MAPS – Migration and Asylum Policies Systems

Tutorat vétérinaire : pour le maintien des vétérinaires en milieu rural

TTutorat vétérinaire : pour le maintien des vétérinaires en milieu rural

Un dispositif de stages tutorés en milieu rural constitue l’une des actions engagées par le ministère de l’Agriculture en faveur du maintien de vétérinaires en milieu rural. Certaines de nos campagnes voient en effet une diminution du nombre de vétérinaires en exercice, en pratique rurale, mais également en pratiques canine et équine.

Pierre Bruyère, enseignant chercheur en Biotechnologies et Pathologie de la reproduction à VetAgro Sup et responsable du tutorat vétérinaire et Alicia Nurit, étudiante qui vient de terminer son tutorat de 18 semaines dans une clinique dans le département du Cantal en témoignent : pour Alicia, c’est une expérience à 200% bénéfique qui lui permet de « prendre son envol en confiance » ; pour Pierre, le tutorat apporte en particulier de l’autonomie. Il offre aux étudiants de 5e année « une immersion sur la pratique en tant que telle mais aussi sur la vie d’une clinique vétérinaire ».

>> Ecouter le podcast

Pour partager, saison après saison, la vie des étudiants, professeurs, personnels qui à VetAgro Sup préparent l’agronomie, la médecine vétérinaire et la santé publique de demain, abonnez-vous à notre chaîne :

VetAgroLIVE

Si vous êtes vétérinaire praticien, intéressé pour accueillir un étudiant en tutorat ou si vous êtes étudiant, intéressé pour vivre cette expérience du tutorat, voici le lien vers la page de notre site web qui vous dit tout sur ce dispositif et comment contacter Pierre Bruyère.