ArchéoLyon 2019

AArchéoLyon 2019

L’archéologie lyonnaise accompagne chaque année, sur la base des prescriptions émises par l’État, de nombreux projets de construction immobilière ou d’aménagement urbain. Ses chercheurs initient par ailleurs des projets scientifiques qui permettent de relire et d’exploiter, souvent dans un travail collaboratif et inter-institutionnel, les données réunies. Ces progrès dans la connaissance restent généralement opaques pour le public : il ne peut avoir directement accès aux chantiers à cause des délais de réalisation des fouilles et des contraintes de sécurité qui s’y imposent, et les études qui se déroulent en bureau ou en laboratoire ne lui sont que peu accessibles.

C’est pour partager ce renouvellement des connaissances que le Service archéologique de la Ville de Lyon (SAVL) s’est associé au musée des Confluences afin de proposer au public le rendez-vous annuel ArchéoLyon. Organisée en collaboration avec le Service régional de l’Archéologie (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes) et avec la participation de ces autres acteurs, public et privé, de l’archéologie préventive que sont l’Inrap et Evéha, la troisième édition de cette rencontre avec le public se tient le 16 mars 2019.

Le secteur de Vaise, qui a livré ces dernières années de très belles découvertes, et où l’occupation de l’Ile Barbe fait l’objet d’une relecture pluridisciplinaire, sera largement à l’honneur, tout comme Fourvière, qui n’a pas fini de réserver des surprises aux archéologues… Au-delà d’un zoom sur Lyon à l’époque de l’empereur Claude, en écho à l’exposition du Musée des Beaux-Arts, nous traverserons les siècles, à l’image de la richesse et de la diversité du champ des études ouvert à l’archéologie lyonnaise.

Téléchargez la plaquette de présentation d’ArchéoLyon 2019 (pdf, 2,5 Mo)

Service archéologique de la ville de Lyon

 

Mystères de Chypre

MMystères de Chypre

L’ancienne société de Paphos : mon travail de thèse lui donne la parole

La petite île de Chypre est toujours restée aux marges du monde grec. Elle a été parfois sous-estimée par les chercheurs. Pourtant, elle cache des mystères du passé qui attendent d’être découverts. Une partie des réponses nous est directement transmise par l’ancienne société chypriote à travers des inscriptions. Que disent les habitants de l’île au premier millénaire av. J.-C. ?

 

© ENS

 

Il ne reste environ que 1500 inscriptions écrites de la civilisation qui a habité Chypre au cours du premier millénaire av. J.-C. De même, les auteurs anciens sont très silencieux quant à la vie des Chypriotes dans l’Antiquité. Puisque chaque petit mot revêt une grande importance, j’ai pour objectif dans ma thèse, d’étudier le rôle des inscriptions dans la vie sociale et politique de Chypre.

Carte de Chypre
© mapsof.net

Je m’intéresse surtout à la région de Paphos, une ville située au sud-ouest de Chypre. Dans l’Antiquité, Paphos n’était pas seulement une ville, mais aussi un royaume. L’île était en effet divisée en plusieurs royaumes autonomes avec un roi à sa tête. Ce morcèlement politique de Chypre est assez unique dans le monde grec et remonte probablement à une époque très ancienne. C’est également le cas de l’écriture utilisée à Chypre. Contrairement aux autres régions de la Méditerranée, les Chypriotes ont utilisé un système d’écriture à caractère syllabique. Chaque signe correspond à une syllabe et les séquences de syllabes forment des mots. Il est intéressant de remarquer qu’il existe deux variantes de syllabaire chypriote dont une limitée au royaume de Paphos, dans une île à la superficie proche de celle de l’Île-de-France. C’est cette particularité de la région paphienne qui m’a attiré dès le début de mes études sur Chypre. Les Paphiens étaient-ils différents des autres Chypriotes ?

Inscription en syllabaire paphien
© Agnieszka Halczuk

 Il est important de souligner que la plupart des inscriptions de Chypre a été découverte à Paphos. Sur les 1500 documents mentionnés ci-dessus, environ 600 proviennent de la région paphienne. C’est grâce à cette documentation abondante et sans parallèle qu’on peut mener des études sur la société de Paphos. Les inscriptions décrivent une société dynamique, à la fois attachée aux traditions ancestrales et innovatrice. On observe une société qui se caractérise par une forte identité régionale et insulaire. Cela se laisse notamment appréhender via l’étude de noms figurant sur les monuments inscrits. Ces noms propres sont souvent composés d’un élément « Chypre » exprimant clairement l’appartenance culturelle des Chypriotes.

Les Paphiens vénèrent une divinité protectrice de leur ville qu’ils appellent Wanassa. Ce nom est souvent traduit comme « Maîtresse » ou « Grande Déesse », ce qui souligne son importance pour les anciens habitants de Paphos. Ailleurs, cette déesse a été rapidement identifiée à l’Aphrodite. Son sanctuaire était un lieu important non seulement pour les pèlerins et dédicants, mais aussi pour les rois de Paphos. C’est dans cet endroit qu’ils affirmaient leur pouvoir et leur souveraineté en faisant des offrandes à la déesse. Le lien particulier entre les monarques paphiens et la Wanassa assurait la légitimité de leur pouvoir. C’étaient d’ailleurs les prêtres principaux de la déesse.

Sanctuaire d’Aphrodite
© Agnieszka Halczuk

Chaque époque arrive à sa fin. Les conquêtes d’Alexandre le Grand vers la fin du IVe siècle av. J.-C. ont eu des retentissements même à Chypre. La situation géographique de l’île en a fait un territoire d’enjeux pour les généraux d’Alexandre qui se sont affrontés afin d’obtenir le contrôle sur l’île. Les rois autonomes de Chypre essaient de sauver leur indépendance en développant de nombreuses stratégies. En vain. Plusieurs rois opposés à la politique de Ptolémée I ont été exécutés. La disparition des royaumes signalait la fin d’une époque importante.

Inscription en alphabet de Paphos
© Agnieszka Halczuk

Dans le nouveau cadre politique, il n’y avait plus de place ni pour les rois ni pour le syllabaire qui a été rapidement remplacé par l’alphabet grec. Néanmoins, les dernières inscriptions syllabiques apparaissent encore deux siècles après la conquête de Chypre par Ptolémée. Cela reflète bien la société chypriote et le rôle de l’ancienne écriture dans cette communauté. Le syllabaire a été sans doute un marqueur culturel très profondément enraciné dans les mœurs insulaires.

Malgré tous ces bouleversements politiques, économiques et culturels la société a continué sa vie à Paphos on s’adaptant au fur et à mesure à la nouvelle époque.

Jusqu’à présent, ma recherche a apporté des éléments de réponse pour certaines questions et a permis de mieux comprendre l’histoire de l’ancienne société chypriote. Cependant, d’autres mystères attendent toujours à être découverts. J’espère que cette recherche va contribuer à la meilleure compréhension des phénomènes complexes qui se sont produits à Chypre et donnera lieu à d’autres analyses concernant la vie politique et sociale à Chypre dans l’Antiquité.

Consultez les publications du musée des Confluences sur le portail Persée

CConsultez les publications du musée des Confluences sur le portail Persée

Au-delà d’une proximité géographique que souligne la passerelle Raymond Barre qui les relie, le musée des Confluences et l’École Normale Supérieure de Lyon partagent les mêmes ambitions autour de la recherche, de la transmission et de l’échange des savoirs.

Parmi les collaborations mises en place : la valorisation sur le web des publications scientifiques du musée. Ainsi, après un traitement documentaire et éditorial réalisé par Persée, l’ensemble de la revue scientifique du musée Confluences est aujourd’hui accessible librement et gratuitement en ligne.

A lire en intégralité sur le site du Musée des Confluences

Ce projet s’inscrit dans le cadre du partenariat avec l’ENS de Lyon, tutelle de Persée

Fossiles et croyances populaires

FFossiles et croyances populaires

Paléontologue émérite, spécialiste reconnu du monde fossile, Eric Buffetaut nous racontera comment les fossiles ont été perçus au cours de l’Histoire, de la Préhistoire à nos jours.

Objets de curiosité, d’ornement ou même de dévotion, ils ont été interprétés de diverses manières: insolite, parfois étranges… A découvrir !

 

Intervenant : Eric Buffetaut, paléontologue, Directeur de recherche au CNRS

Organisé par : Espace Pierres folles

 

Espace Pierres Folles

Conférence Croyances et fossiles

Nuit de la lecture à la bibliothèque de la MOM

NNuit de la lecture à la bibliothèque de la MOM

Voyages en lectures

A l’occasion de la 3e édition de la Nuit de la Lecture proposée par le ministère de la Culture, la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux – MOM propose des lectures sur le thème des voyages, une enquête et des animations.

Consultez le programme

MOM

Les maladies des premiers paysans du Proche-Orient

LLes maladies des premiers paysans du Proche-Orient

L’invention de l’agriculture et de l’élevage au Proche-Orient, au Xe-VIIe millénaires av. J.-C., s’accompagne d’une modification de l’alimentation et de l’état de santé des populations.

A l’occasion de cette conférence, les types de pathologies que l’on rencontre à la période néolithique seront illustrés par des exemples provenant de sites archéologiques de Syrie et de Chypre. L

Intervenantes : Bérénice Chamel, anthropologue, chercheuse associée au laboratoire Archéorient-MOM et Françoise Le Mort, anthropologue au CNRS, laboratoire Archéorient-MOM

 

Consultez le programme complet des conférences du cycle Jean Pouilloux sur le site :

Maison de l’Orient et de la Méditérannée – MOM

Exploration d’un quartier de la Vienne antique figé par les flammes

EExploration d’un quartier de la Vienne antique figé par les flammes

Autour des découvertes du Bourg, Sainte-Colombe, Rhône

Dans les faubourgs de la ville antique de Vienne, une fouille préventive s’est déroulée en 2017 sur une parcelle de 7000 m2, en préalable à la construction de quatre immeubles de logements. Les investigations ont exhumé un quartier entier de la colonie, installé entre la voie de Narbonnaise et la rive droite du Rhône, où se mêlent domus aux riches mosaïques, espaces publics et bâtiments commerciaux !

Les vestiges présentent un état de conservation exceptionnel en raison de la destruction de ce secteur par des incendies violents, qui ont eu lieu successivement à la fin du Ier siècle et au début du IIIe siècle ap. J.-C., et qui l’on transformé en une véritable « petite Pompéi viennoise ».

Intervenant : Benjamin Clément, archéologue à Archeodunum, chercheur associé au laboratoire ArAr-MOM

 

Programme complet des conférences du cycle Jean Pouilloux sur :

Maison de l’Orient et de la Méditerranée – MOM

La forteresse d’Erebouni VIIIe -VIe siècle av. J.-C.

LLa forteresse d’Erebouni VIIIe -VIe siècle av. J.-C.

Nouvelles réflexions sur la fin de royaume d’Ourartou

Une Conférence proposée dans le cadre du cycle Jean Pouilloux.

Intervenant : Stéphane Deschamps, conservateur général du Patrimoine, chercheur associé au laboratoire ArScan (MAE, Nanterre)

 

Programme complet du cycle sur le site de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée :

MOM

Evolution : et si nous descendions du hasard ?

EEvolution : et si nous descendions du hasard ?

Quand la biodiversité est abîmée par une crise écologique globale, comment et à quelle vitesse se répare-t-elle ?

En répondant à cette question, des chercheurs lyonnais en posent une autre : la place du hasard dans l’histoire de la vie.

 

Lire la suite sur Sciences pour Tous

Ni Dieu, ni Darwin!

NNi Dieu, ni Darwin!

On a l’habitude d’opposer Darwin et Dieu, créationnisme et évolutionnisme.

Et si votre vision de l’évolution était plus influencée par la pensée religieuse que vous ne le croyez ?

Venez en discuter avec Gilles Escarguel, chercheur en paléobiologie !

Un rendez-vous libre et gratuit proposé par Sciences pour Tous

 

Dans le cadre des rencontres Expresso organisées par Sciences pour Tous