UN AN DÉJÀ : POP'SCIENCES SOUFFLE SA PREMIÈRE BOUGIE !

Voir l'événement

Traditional chinese medicine (en anglais)

TTraditional chinese medicine (en anglais)

Issue d’une tradition millénaire, la médecine traditionnelle chinoise (MCT) est fondée sur plusieurs théories fondamentales, dont celle du yin et du yang, qui promeut un état d’équilibre entre le corps et l’esprit. Son objectif est de maintenir une bonne circulation du qi (énergie vitale), signe de bonne santé. Celle-ci dépend de différents facteurs reliés entre eux, qu’il s’agit de prendre en compte dans leur globalité (expérience et qualité de vie du patient, rôle des saisons, des heures…). Les organes ne sont pas considérés dans leur dimension purement anatomique, mais davantage comme une constellation de structures, avec leurs fonctions singulières, leurs horloges biologiques, leurs sens et leurs émotions associés. L’action de la Médecine Traditionnelle Chinoise est avant tout prophylactique. Il s’agit de prévenir l’apparition ou la propagation des maladies, de promouvoir la bonne santé et le bien-être en général.

Programme :

  1. Introduction aux théories fondamentales de la Médecine Traditionnelle Chinoise
  2. Application des théories de la Médecine Traditionnelle Chinoise à la vie quotidienne et au travail Clinique
  3. Les quatre méthodes de diagnostic
  4. Brève présentation des différentes disciplines

Intervenants : LYU Bin et YUAN Qiuming, enseignants à l’Université de Médecine Traditionnelle Chinoise de Shanghai

Conférence en anglais

 

Plus d’infos

L’univers en expansion des virus géants

LL’univers en expansion des virus géants

La conférence soulève la question de l’origine des virus géants et de leur mode d’évolution. De nombreuses surprises pourraient surgir de l’étude de ces géants et permettre d’élucider le rôle qu’ils ont pu jouer dans l’apparition de la vie sur Terre.

Depuis leur découverte au milieu du XIXe siècle, on a toujours considéré que les virus n’étaient pas retenus par le filtre conçu par Chamberland pour isoler les microbes. C’est en 2003 que la découverte du premier virus géant, Mimivirus, a démontré l’existence de virus visibles au microscope optique, possédant un génome à ADN comparable en complexité à celui des bactéries. Depuis, d’autres virus géants ont été isolés démontrant qu’ils ne sont pas rares, mais ont bien été occultés pour des raisons historiques. Alors que l’on commençait à proposer une théorie sur l’origine et l’évolution des virus à ADN, a surgi la découverte d’une nouvelle famille de virus géants, les Pandoravirus. Ces virus, différents par leur morphologie, présentent des génomes de complexité comparable aux plus petites cellules eucaryotes. Plus de 90% des protéines codées par leurs génomes ne ressemblent à rien de connu, suggérant qu’ils pourraient avoir une origine différente des autres virus.

C’est finalement en prospectant le pergélisol que nous avons réactivé deux virus géants de plus de 30 000 ans, Pithovirus sibericum, qui bien que partageant la morphologie des Pandoravirus, correspond à une troisième famille de virus, enfin Mollivirus sibericum, de morphologie sphérique et premier membre de la quatrième famille de virus géants. La découverte de 3 nouvelles familles en seulement 3 ans démontre que nous sommes loin d’avoir prospecté la biodiversité virale. Une des surprises apportée par l’analyse des génomes de chacune des nouvelles familles de virus géants a été le nombre de gènes unique à chacune des familles, également absents des bases de données de séquences. On ne peut rien dire de plus du tiers de leurs gènes bien qu’ils soient tous exprimés ils codent donc pour des protéines totalement originales.

Intervenante : Chantal Abergel, chercheure à l’Institut de Microbiologie de la Méditerranée (Marseille) proposée dans le cadre du colloque de l’Association Française de Cristallographie.

Plus d’informations sur le site du colloque

 

En lien avec l’exposition Bling Bling ! L’art de scruter la matière

Milking the Residues: Molecular and Isotopic Signatures from Human Prehistory

MMilking the Residues: Molecular and Isotopic Signatures from Human Prehistory

The value of archaeological pottery has been substantially expanded in the last two decades or so with the realisation that unglazed porous ceramic fabric provides an exceptional repository of biomolecular and stable isotope information. 

The major chemical components absorbed and preserved are lipids, raising numerous possibilities for reconstructing past food acquisition and dietary habits, ritual practices and technological activities. At Old World sites degraded animal fats are by far the most common class of organic residue encountered. Intensive investigation of these residues are providing a range of critical new insights into the ways early farmers managed their stock and how prehistoric people were able to consume milk products despite being lactose intolerant.

 

Intervenant : la conférence est proposée par Richard Evershed de l’Université de Bristol ( School of Chemistry, University of Bristol).

Elle se déroule dans le cadre de la 4e Réunion des Géochimistes Organiciens.

Attention : cette conférence s’adresse à un public averti

Plus d’informations sur le site du colloque

Le rôle des hydrocarbures dans la transition énergétique

LLe rôle des hydrocarbures dans la transition énergétique

Durant les décennies à venir la consommation énergétique devrait continuer à augmenter du fait de l’augmentation de la population et du développement économique notamment dans les pays émergents. Un des défis majeurs de la transition énergétique est de substituer les énergies fossiles par les énergies renouvelables dans ce contexte de croissance mondiale de la demande énergétique. Pour que cette transition se fasse dans des conditions économiques et sociétales acceptable, les hydrocarbures joueront encore un rôle important alors que les énergies renouvelables continueront leur rapide développement.

Une question se pose alors : aurons-nous assez d’hydrocarbures pour assurer cette transition ?

Intervenant : Roland Vially, chercheur à l’IFPEN

Cette conférence se déroule dans le cadre de la 4e Réunion des Géochimistes Organiciens 

 

Éclipse de Lune

ÉÉclipse de Lune

Les éclipses restent certains des phénomènes célestes les plus chargés en émotion pour l’Homme. Elles correspondent à un alignement rare et fugace d’astres qui accompagnent l’humanité depuis longtemps, bien avant que l’écriture n’existe.

Pour la dernière rencontre de l’année au Planétarium, Pierre Thomas nous parle de la Lune et de ses mystères.  Une rencontre en plein air, au cœur du nouveau jardin astronomique du Planétarium, alors que l’éclipse de Lune aura lieu juste au-dessus de nos têtes.

Entre science et émotion, venez finir la saison en beauté !

Intervenant : Pierre Thomas, géologue, professeur à l’ENS de Lyon.

En savoir plus : Planétarium

Conférence sur l’Intelligence Artificielle par Cédric Villani

CConférence sur l’Intelligence Artificielle par Cédric Villani

L’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon organise une conférence sur l’intelligence artificielle par Cédric Villani à l’hôtel de Ville de Lyon.

 

 

Réussir sa prise de fonction

RRéussir sa prise de fonction

Que faire quand on prend un nouveau poste ? Quelle attitude adopter ? Quels écueils éviter ? En combien de temps peut-on être opérationnel ?

Nous sommes tous un jour ou l’autre confrontés à une situation de changement professionnel, que ce soit dans le cadre d’une évolution prévue ou d’un repositionnement forcé.

L’objet de cette rencontre est de sensibiliser sur les différentes phases d’une prise de fonction pour favoriser une intégration réussie.

La conférence sera suivie d’une séquence de questions / réponses puis d’un cocktail pour échanger.

Intervenant : Arnaud Delphin, coach en évolution professionnelle.
Des DRH et entrepreneurs seront là pour répondre à vos questions.

En savoir plus : site de l’Association des centraliens de Lyon

 

 

Fusées et lanceurs : les plus beaux sites de lancement

FFusées et lanceurs : les plus beaux sites de lancement

Toutes les aventures spatiales commencent par un décompte, un lanceur dressé sur son pas de tir et l’émotion sans cesse renouvelée d’un décollage de fusée…

De la Floride aux steppes du Kazakhstan, en passant par la jungle guyanaise entourant le site de lancement de la fusée Ariane, venez faire, avec nous, un tour du monde des plus beaux sites de cette grande aventure humaine en compagnie de Marie-Ange Sanguy, que la passion mène aux quatre coins de la planète.

Avec Marie-Ange Sanguy, rédactrice en chef du magazine Espace & Exploration

En savoir plus sur le site du Planétarium

Futur télescope LSST, une révolution !

FFutur télescope LSST, une révolution !

Le « Large Synoptic Survey Telescope » (LSST) est un télescope doté d’un miroir de 8.4 m et d’une caméra géante possédant 3.2 milliards de pixels…

Cet instrument en cours de construction au Chili va entreprendre une observation systématique du ciel durant 10 ans et constituer le plus grand catalogue astronomique jamais réalisé !

Retracez les grandes avancées qui ont conduit à notre conception actuelle de la cosmologie, c’est-à-dire des mécanismes d’évolution de l’Univers depuis le Big-Bang, puis découvrez en quoi le LSST permettra un bond de géant dans le développement de ces connaissances.

Avec Dominique Boutigny, directeur de recherche au CNRS.

La conférence sera suivie d’une visite libre des expositions du Planétarium et d’une observation des étoiles dans l’Observatoire du jardin astronomique.

En savoir plus sur le site du Planétarium

Mars vu du ciel

MMars vu du ciel

Si les missions robotisées martiennes sont très médiatisées, elles n’explorent qu’une partie très réduite de la surface de Mars. Par contre, les satellites autour de Mars permettent une vue et une surveillance globale de la planète.

Pas moins de 6 satellites sont actuellement fonctionnels en orbite autour de Mars qu’ils soient américains, européens ou indiens. Nous verrons comment ils scrutent la surface de la planète à la recherche de phénomènes saisonniers ou d’indices de son passé et quel est leur rôle dans l’exploration robotisée au sol.

Nous verrons les différents types de données acquises par ces satellites en particulier les images à très haute résolution qui révèlent des paysages pour le moins exotiques.

Nous verrons enfin comment ces satellites contribuent à la sélection des sites d’atterrissage des futures missions robotisées martiennes.

Organisé par la SAL – Société Astronomique de Lyon

Avec Cathy Quantin Nataf 

Plus d’informations sur le site de la SAL