Les Savanturiers

LLes Savanturiers

Les Savanturiers à Lyon / LabEx IMU

 

 

 

 

 

 

 

Les Savanturiers–Ecole de la recherche est un programme éducatif développé par le Centre de Recherches Interdisciplinaires qui œuvre pour la mise en place de l’éducation par la recherche dans l’École : primaire, collège et lycée.

L’ambition du dispositif est de sappuyer sur les méthodes et enjeux de la recherche pour construire des apprentissages rigoureux et productifs. L’éducation par la recherche développe l’esprit critique de l’élève, sa volonté d’explorer l’inconnu et de travailler en coopération.

Les Savanturiers ont une triple vocation :

  • la mise en place de projets d’éducation par la recherche dans les classes avec des mentors scientifiques,
  • la formation des enseignants, en présentiel et en ligne,
  • les actions de recherche et d’études dans le domaine éducatif.

Chaîne YouTube Savanturiers – Ecole de la recherche

LLes savanturiers des villes

En juin 2017, en collaboration avec le LabEx IMU-Université de Lyon, Les Savanturiers lancent, pour la première fois à Lyon, leur appel à projets auprès des chercheurs, doctorants et post-doctorants. En cohérence avec les orientations du LabEx, une nouvelle thématique est proposée : « Les Savanturiers des Villes » (la thématique « urbanisation » est prise au sens large du terme : aménagement, architecture, génie civil, géographie, énergie, données, etc.).

La communauté du LabEx IMU (chercheurs, doctorants, post-doctorants – appelés « mentors » dans le programme) est sollicitée pour répondre à cet appel à projets.

 

Les Savanturiers a lyon

 

©TiphaineRivière

 

©TiphaineRivière

Café pression urbaine #6 | Comment négocier la fabrique de son quartier ?

CCafé pression urbaine #6 | Comment négocier la fabrique de son quartier ?

Rencontre – débat entre étudiants, citoyens et praticiens Sur le thème de la concertation pour l’aménagement des espaces publics.

La concertation citoyenne avant les projets d’aménagement est un droit en pleine expansion. Pourtant, la façon dont elle est pensée et mise en place aujourd’hui suscite de nombreuses insatisfactions. Cette 6e édition des Cafés Pression Urbaine cherchera à comprendre ce qui fait que la concertation publique pose problème, avant d’imaginer ensemble le futur de la négociation de la fabrique de nos quartiers.

Rues, places, parcs… la ville offre à ses usagers une multitude d’espaces et de structures dits “publics”. Si leur vocation est d’être ouverts à tous, la fabrique de ces lieux est en perpétuelle négociation entre les habitants et des acteurs aux enjeux spécifiques (élus, aménageurs, investisseurs, promoteurs…etc). Les contestations citoyennes régulièrement faites face à certains projets d’aménagement urbain et plus généralement en réaction aux phénomènes de gentrification, privatisation et marchandisation de l’espace public montrent cette divergence d’intérêts.

La participation citoyenne est de plus en plus affichée comme un principe démocratique fondamental dans la conception des projets d’aménagement des villes. C’est à cet effet que s’est développée l’obligation faite aux décideurs de mener des processus de concertations, donnant ainsi la parole aux habitants. Pourtant, l’exemple du quartier de la Croix-Rousse et des aménagements qui y mobilisent les conseils de quartiers montrent que la voix des usagers n’est pas encore assez entendue dans les décisions.


Ce 6ème Café Pression Urbaine interrogera cet écart entre la volonté d’inclure les habitants dans la fabrique de leur quartier et les pratiques actuelles, de questionner l’efficacité réelle de la concertation et d’explorer des alternatives à ce mécanisme pour intégrer la volonté citoyenne à l’aménagement urbain.

Rencontre avec une chercheure archéologue-musicologue

RRencontre avec une chercheure archéologue-musicologue

Mylène Pardoen, archéologue-musicologue, fait écouter la ville du passé !

Mylène Pardoen archéologue-musicologue, chercheure à l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH), coordonne le projet Bretez (labellisé IMU), une reconstitution immersive de l’atmosphère sonore de Paris au 18e siècle.

Mylène est également membre du studio IMU Expériences sensibles & recherche urbaine et partenaire académique du projet IMU « SOUNDCITYVE – Archéologie du paysage sonore : pour une restitution Sensible des Sons d’hier dans la Ville de Lyon «  (AAP IMU 2017).

Lire l’article