Toute l'équipe de POP'SCIENCES vous souhaite une belle année 2019 !...

A l’école de l’Anthropocène

AA l’école de l’Anthropocène

 » Que nous le voulions ou non, que nous le reconnaissions ou non, les sociétés humaines sont entrées dans une nouvelle époque : l’anthropocène. Et cela en raison même de l’impact de l’urbanisation des sociétés sur le système bio-physique planétaire.

Où cette évolution du changement global va-t-elle nous conduire ? Saurons-nous garantir une habitabilité pour tous de la seule terre dont nous disposons, car nous n’avons pas de planète de rechange ? Pouvons-nous inventer de nouvelles manières de composer, à toutes les échelles, un autre monde commun ?

L’École Urbaine de Lyon tente d’apporter des réponses à ces questions (et à quelques autres). Elle tente aussi de former à l’anthropocène une nouvelle génération de chercheurs, d’enseignants, de professionnels et de faire vivre les débats scientifiques, culturels et politiques, dans un lieu d’excellence, collectif, international, ouvert à toutes et à tous : Les halles du Faubourg

Avec ce premier rendez-vous de « À l’École de l’anthropocène », elle invite chacune et chacun à découvrir, réfléchir, échanger avec des scientifiques, des penseurs, des artistes, des associations, pour tenter de dessiner les pistes d’un futur possible, lors d’une semaine de partage, créative et festive. Nous aurons aussi le plaisir de clôturer l’événement avec la soirée « La Nuit des idées » du 31 janvier, coordonnée par l’Institut français, dont le thème est, cette année, « Face au présent ». Parce que nous y sommes déjà, « face au présent » de l’anthropocène relevons, ensemble, le défi !  »

Michel Lussault, géographe, directeur de l’Ecole Urbaine de Lyon

 

L’école urbaine de Lyon vous propose un grand événement pluridisciplinaire

Une semaine pour apprendre, débattre et construire des propositions avec des scientifiques, des penseurs, des artistes, des politiques, des associations…

Ils aborderont certains des thèmes suivants :

  • La justice (spatiale, alimentaire, environnementale, climatique)
  • Une soirée avant/après l’apocalypse
  • L’alimentation à l’heure de l’anthropocène (Brunch, ateliers…)
  • L’économie verte – Habiter la ville de demain – le Vivant et la biodiversité
  • Nuit des Idées 2019, le 31 janvier, sur la thématique « Face au présent ». En partenariat avec l’Institut Français.

 

Intervenants :

Gilles Bœuf, biologiste – Delphine Batho, femme politique – François Bon, écrivain – Dominique Bourg, philosophe (Suisse) – Dominic Boyer, anthropologue (USA) – Ian Brossat, homme politique – Fabienne Brugère, philosophe – Judit Carrera, directrice du Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (Espagne) – Grégoire Damon, écrivain – Sophie Divry, écrivaine – Jean-Nicolas Fauchille, urbaniste – Marina Garcés, philosophe (Espagne) – Rémi Janin, paysagiste, agriculteur et enseignant – Cymene Howe, anthropologue (USA) – Bernard Kaufmann, biologiste – Stanislas Kraland, essayiste – Guillaume Le Blanc, philosophe – Hervé Le Treut, climatologue – Jacques Lévy, géographe – Enzo Lesourt, philosophe – Muriel Maillefert, géo-économiste – Virginie Maris, philosophe – Max Mollon, designer – Baptiste Morizot, philosophe – Gladeema Nasruddin, réalisateur (Soudan) – Emmanuelle Pagano, écrivaine – Mathieu Potte-Bonneville, philosophe – Michèle Sabban, femme politique – Lucile Schmid, femme politique…

 

Ecole urbaine de Lyon

27e édition de la Fête de la Science – Métropole de Lyon et Rhône

227e édition de la Fête de la Science – Métropole de Lyon et Rhône

La 27e édition de la Fête de la Science en métropole lyonnaise et Rhône s’est achevée le 16 octobre. 110 porteurs de projet, associés à de nombreux collaborateurs et/ou partenaires ont proposé des événements et fait partager au public de tous âges leurs passions des sciences !

Plus de 46 000 visiteurs sont venus partager découvrir les sciences en participant aux divers ateliers, jeux, spectacles, débats, visites… proposés par les chercheurs, étudiants, membres d’associations, personnels de laboratoires, enseignants, élèves, etc. !!

Avec le bilan complet (en téléchargement ci-contre), retrouvez quelques-uns des événements de cette édition en images… et rendez-vous pour la prochaine édition, en octobre 2019  !

Crédits photos : Martine Leroy ; ViséeA

[Pop’Cast] Quelle vie nocturne pour nos villes de demain ?

[[Pop’Cast] Quelle vie nocturne pour nos villes de demain ?

Ré-écoutez le podcast de l’émission radiophonique enregistrée le 5 décembre 2018 à La Commune (Lyon), dans le cadre du Pop’Sciences Forum « Citoyens, la ville de demain vous appartient ! ». Quels sont les leviers culturels, économiques et sociaux à activer pour contrevenir aux tensions nocturnes entre fêtards, touristes, travailleurs, vagabonds et dormeurs ?

Culture, tourisme, travail, bruit… les dormeurs cohabitent de plus en plus avec la ville en continu. Cette ville qui, la nuit, change de visage. Ses quartiers se détachent les uns des autres et deviennent très imprégnés d’une ambiance nocturne qui leur est propre : le quartier clubbing, le quartier dortoir, le quartier zonard, le quartier en chantier, le quartier “coupe-gorge”, le quartier des restaurants, le quartier du tourisme “by night” …

  • Invités : Marie Bonte, géographe et ATER (Université Jean Moulin – Lyon, Laboratoire Environnement, Ville, Société); Emanuele Giordano, chercheur en géographie et aménagement associé au laboratoire LATTS et enseignant à l’École d’Urbanisme de Paris.
  • Animation : en cours de confirmation

[Pop’Cast] Pollution lumineuse : la promesse de jours sans nuit ?

[[Pop’Cast] Pollution lumineuse : la promesse de jours sans nuit ?

Ré-écoutez le podcast de l’émission radiophonique enregistrée le 5 décembre 2018 à La Commune (Lyon), dans le cadre du Pop’Sciences Forum « Citoyens, la ville de demain vous appartient ! ». Une heure de réflexions et débats sur la qualité de nuit, la vie nocturne et les nuisances lumineuses.

Plein feux sur les étoiles avec ce débat mêlant les aspects juridiques, biologiques et techniques de l’éclairage. Quels sont les effets de la lumière sur nos environnements nocturnes, nos comportements et ceux des animaux ? Faut-il instaurer un droit à la nuit ?

  • Invités : Thierry Lengagne, chercheur en biologie animale (Université Claude Bernard Lyon 1, Laboratoire d’Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés); Hélène Foglar consultante (Athena-Lum), Jean-Michel Deleuil, géographe et professeur des universités (INSA de Lyon, laboratoire Triangle)
  • Animation : Samuel Belaud (Université de Lyon)

Pop’Sciences Mag n°2 | HACKER LA VILLE – Quand les citoyens réinventent la cité

PPop’Sciences Mag n°2 | HACKER LA VILLE – Quand les citoyens réinventent la cité

Les Pop’Sciences Mag proposent des contenus originaux, captivants, intéressants, sur les enjeux de société auxquels la recherche apporte des clés de compréhension. Ils permettent d’approfondir ces thématiques au travers d’un travail d’enquête et de rédaction. Une plongée au cœur des laboratoires de recherche du territoire lyonnais, à la rencontre des scientifiques, des penseurs, des innovateurs et des citoyens donnant matière à des reportages, interviews, immersions, portraits…

La 2e édition de Pop’Sciences Mag, HACKER LA VILLE – Quand les citoyens réinventent la cité, ouvre le débat sur les nouvelles démarches et initiatives des citoyens pour « réinventer » la ville, une façon de se réapproprier la ville, imaginer celle de demain et/ou participer à l’amélioration du vivre ensemble…?

 

Lire le mag en ligne

 

Pop'Sciences_Mag-Hacker-la-ville_Ephémère

[Pop’Cast] Big Data, Big City, Big Mother ?

[[Pop’Cast] Big Data, Big City, Big Mother ?

Ré-écoutez le podcast de l’émission radiophonique enregistrée le 3 décembre 2018, dans le cadre du Pop’Sciences Forum « Citoyens, la ville de demain vous appartient ! ». Une approche scientifique, critique et constructive sur les enjeux, les opportunités et les limites des transformations de nos quotidiens par le numérique.


À propos de la vie privée : qui sait quoi, sur qui et pourquoi ? Quelles sont les tensions existantes entre nos données exploitées par le secteur marchand, celles collectées par les et collectivités, et ce que nous exigeons des deux en termes de services ? Les amas de données infiniment collectés seront-ils bien gardés et par qui ? Doit-on craindre une gouvernance de nos villes par le big data ?

  • Invités : Sonia Ben Mokhtar, chercheuse en informatique (Laboratoire d’Informatique en Image et Systèmes d’information, INSA de Lyon); Marine Albarede, chargée de développement innovation, numérique et data (SCOP La Péniche); Frédéric Le Mouël, chercheur en informatique et télécommunication au sein du laboratoire CITI et Maître de Conférence à l’INSA de Lyon.
  • Animation : Matthieu Adam, post-doctorant (Laboratoire Aménagement Économie Transports, LabEx Intelligences des Mondes Urbains)

[Pop’Cast] 3 utopies pour la mobilité de demain

[[Pop’Cast] 3 utopies pour la mobilité de demain

Bouger moins mais bouger mieux ? La gratuité des transports ? Un réaménagement des aires urbaines ? Ré-écoutez le podcast de l’émission radiophonique enregistrée le 30 novembre 2018, dans le cadre du Pop’Sciences Forum « Citoyens, la ville de demain vous appartient ! ». Débat autour de trois innovations qui pourraient peut-être bien révolutionner nos mobilités.


Les  innovations technologiques et les nouveaux usages des modes de transports explosent (vélo libre service, véhicules autonomes, applications de transports partagés, GPS communautaires…). Ces innovations sont-elles réellement en phase avec les attentes de tous les usagers ? Ceux du centre-ville autant que ceux des périphéries ou des campagnes ?

  • Animation : Matthieu Adam, post-doctorant (Laboratoire Aménagement Économie Transports, LabEx Intelligences des Mondes Urbains)
  • Invités : Nathalie Ortar, anthropologue, directrice de recherche (Laboratoire Aménagement Économie des Transports, ENTPE); Emmanuel Ravalet, docteur en économie des transports et en études urbaines (Université de Lausanne) et chef de projet (Mobil’Homme); Florence Paulhiac, urbaniste et professeure (Université du Québec à Montréal)

———-

[Pop’Cast] Opportunités et limites du logement collaboratif

[[Pop’Cast] Opportunités et limites du logement collaboratif

Ré-écoutez le podcast de l’émission radiophonique enregistrée le 27 novembre 2018, dans le cadre du Pop’Sciences Forum « Citoyens, la ville de demain vous appartient ! ». L’occasion de reconsidérer notre manière d’habiter, de se réapproprier la cité, de partager les quotidiens et de mieux vivre ensemble dans nos quartiers.

Ce plateau radio s’attache à rêver les prochains lieux de la cité et à penser notre manière de l’habiter. A quel modèle économique se rattacher, entre les objectifs marchands du logement classique et les aspirations collectives et non-marchandes d’une partie des habitants ? Quel modèle social soutenir, en évitant les effets de communautés et d’entre-soi ? Débats et réflexions sur nos manières d’habiter la ville et d’investir des lieux, à partir de retours d’expériences à Vienne, Lyon et ailleurs dans le monde.

  • Invités : Guillaume Faburel, géographe et professeur des universités (Université Lyon 2, Laboratoire Triangle, École urbaine de Lyon), Aurore Meyfroidt, géographe (laboratoire PACTE; Labex Intelligences des Mondes Urbains)
  • Animation : Samuel Belaud (Université de Lyon)

Humanités, sources et langues de la Méditerranée

HHumanités, sources et langues de la Méditerranée

 

ÉTUDIER LES HUMANITÉS AUJOURD’HUI 

Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes

Le congrès GIS Humanités, Sources et Langues de l’Europe et de la Méditerranée  réunit des équipes de recherche qui, par-delà les cloisons disciplinaires et les domaines chrono-culturels, par-delà les discours scientifiques et les vocabulaires propres à chaque heuristique, cherchent à comprendre comment se sont construits et transmis les savoirs et les représentations des cultures de l’Europe et de la Méditerranée. 

Le congrès donnera lieu à près de 70 communications. Il sera l’occasion non seulement de faire connaître la richesse des travaux de ces équipes, leurs convergences et leurs synergies, mais aussi – et surtout – de mettre en lumière les enjeux actuels de la recherche auxquels elles sont confrontées, les méthodes nouvelles qu’elles mettent en œuvre, ainsi que la pertinence du dialogue pluridisciplinaire qu’elles portent.

 

  • Lundi 17 décembre – Université Lumière Lyon 2 : Les Humanités à l’heure de la pluridisciplinarité
  • Mardi 18 décembre – ENS de Lyon : Des sources aux corpus » et « Le rôle des langues et de leurs interactions dans la construction des cultures
  • Mercredi 19 décembre – Université Jean Moulin Lyon 3 (amphi Malraux) : Expertise, autorité et actualité des Humanité

 

Incroyables comestibles. Nathalie cultive un potager de rue

IIncroyables comestibles. Nathalie cultive un potager de rue

Membre des Incroyables comestibles, Nathalie présente l’action de ce mouvement citoyen qui met à la disposition de tous des bacs où chacun peut cultiver des plantes comestibles. 

L’espace public est de plus en plus investi par des habitants qui en font une extension de leur habitation ou de leur balcon. On se réapproprie la rue pour y faire pousser des plantes aromatiques, on cultive des jardins partagés, on dépose ses déchets biologiques pour les transformer en compost, etc. L’association Incroyables comestibles dispose par exemple des bacs dans l’espace public pour y planter des légumes, et dans certaines rues, des habitants fabriquent eux-mêmes des jardinières en palettes.

Propos recueillis par Ludovic Viévard, pour Pop’Sciences Mag : « Hackez la ville ! »

Nathalie est membre des Incroyables comestibles.

Quel est le principe des Incroyables comestibles ?

Incroyables comestibles est un mouvement citoyen totalement informel lancé en 2008, en Angleterre, à l’initiative d’un groupe d’habitants. Ils souhaitaient cultiver des plantes comestibles (légumes, fruits, aromatiques, etc.) dont tout le monde pourrait bénéficier. Le mouvement s’est vite étendu. À Lyon, il existe depuis 2011. C’est encore une petite communauté mais son côté informel fait qu’il est compliqué d’avoir une idée précise du nombre de ses membres. Il n’y a pas besoin d’être adhérent pour planter, arroser, cueillir ! Aujourd’hui, il y a neuf zones à Lyon où trouver des bacs, plus d’autres à Villeurbanne. Ces bacs sont situés dans l’espace public de façon à être accessibles et que chacun puisse se participer. On peut aussi le faire à l’échelle d’une résidence par exemple. Que ce soit l’un ou l’autre, le but est le même : cultiver, partager, sensibiliser. C’est la particularité des Incroyables comestibles.

Pop'Sciences_Mag-Hacker-la-ville_se nourrir

Dans les bacs des Incroyables comestibles, tout le monde peut jardiner et chacun peut piocher de quoi cuisiner !

Au-delà du partage des comestibles, le mouvement a-t-il d’autres buts ?

Oui. Il y a une volonté de pédagogie et de lien social. Avec ces bacs, inhabituels dans l’espace public, on attire l’attention des passants sur les possibilités de produire des comestibles dans l’espace urbain, même si on ne fait pas de gros volumes. Et puis, on les sensibilise à l’écologie, à une agriculture qui se fait sans engrais chimiques ni pesticides, avec des semences libres, en permaculture. Un troisième aspect pédagogique, est la redécouverte des saisonnalités. Voir les légumes pousser sous son nez, suivre leur développement, c’est rappeler que, par exemple, on ne trouve pas de tomates en hiver ! Pour finir, il y a aussi la volonté créer du lien. Le but, c’est que les plantes des bacs vivent de la collaboration de tous, y compris l’été quand il y a besoin d’un arrosage plus important. Ce qui fait qu’on a toujours besoin de bonnes âmes pour rejoindre les rangs, alors n’ayez pas peur d’utiliser les bacs existants !

Comment se passent vos relations avec les gestionnaires de l’espace public ?

Au départ, dans l’esprit des Incroyables comestibles, il n’y a pas de relations spécifiques avec les gestionnaires de l’espace public, ni demande d’autorisation ni information. Pour autant, on a à cœur que ça se passe bien. Ça ne sert à rien de mettre un bac le dimanche si les services de la Métropole l’enlèvent le lundi…  d’autant que ça pèse lourd ! C’est la raison pour laquelle, la plupart du temps, on contacte les mairies qui soutiennent assez facilement nos initiatives. Souvent même, les mairies nous aident en mettant à disposition un bac, de la terre… Finalement, c’est un hack de l’espace public qui est bien reçu et accompagné par le gestionnaire ! Sans doute parce qu’il permet du partage, du lien, l’animation de l’espace public, son entretien aussi.

Lien Facebook : https://www.facebook.com/IncroyablesComestiblesLyon